En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 min 6 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 27 min 14 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 29 min 38 sec
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 30 min 46 sec
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 34 min 58 sec
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 16 heures 12 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 16 heures 50 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 20 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 15 min 43 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 28 min 36 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 30 min 39 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 30 min 52 sec
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 35 min 14 sec
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 16 heures 32 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 18 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 20 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 21 heures 28 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 jour 12 min
© wikipédia
Le débat politique français semble de plus en plus parasité par les corps intermédiaires et les personnalités peu représentatives qui s'approprient certaines questions de société
© wikipédia
Le débat politique français semble de plus en plus parasité par les corps intermédiaires et les personnalités peu représentatives qui s'approprient certaines questions de société
Made in France

CGT, Duflot, associations communautaires et cie : le débat politique français pollué par des orateurs à l’influence déconnectée de leur poids sociologique réel

Publié le 28 septembre 2013
Syndicats coupés de la réalité de leurs salariés, associations aux revendications communautaires, ministre du Logement moralisatrice... Le débat politique français semble de plus en plus parasité par les corps intermédiaires et les personnalités peu représentatives qui s'approprient certaines questions de société.
Philippe Braud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Braud est un politologue français, spécialiste de sociologie politique. Il est Visiting Professor à l'Université de Princeton et professeur émérite à Sciences-Po Paris.Il est notamment l'auteur de Petit traité des émotions, sentiments...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Syndicats coupés de la réalité de leurs salariés, associations aux revendications communautaires, ministre du Logement moralisatrice... Le débat politique français semble de plus en plus parasité par les corps intermédiaires et les personnalités peu représentatives qui s'approprient certaines questions de société.

Atlantico : Des syndicats partis en guerre contre les employés de Sephora à Cécile Duflot qui envenime le débat sur les Roms, en passant par Christiane Taubira icône médiatique décriée par une partie de l'opinion, on a parfois le sentiment que le débat politique et économique est aujourd'hui monopolisé par des corps intermédiaires et des personnalités peu représentatives. Qui sont ces corps intermédiaires et qui représentent-ils vraiment ? Quel est leur poids politique et sociologique ?

Philippe Braud : Dans la vie politique, la représentativité est un capital indispensable pour se faire écouter dans le brouhaha des prises de parole tous azimuts. Mais ce capital est fluide. Certes une position institutionnelle de premier plan comme ministre régalien ou leader d’un grand parti d’opposition, a fortiori Premier ministre ou chef de l’Etat, est toujours un atout décisif mais on peut fort bien avoir fait un très bon score électoral et se retrouver marginalisé ou sans voix. A l’inverse, des outsiders réussissent à se hisser sur le podium des leaders d’opinion à partir d’une base électorale très mince. Ce fut un temps le destin de Besancenot. C’est aujourd’hui le statut de François Bayrou qui a cumulé les échecs électoraux mais reste très visible sur la scène politique. Aujourd’hui encore, Christiane Taubira, Cécile Duflot et quelques autres… Pourquoi ces statuts apparemment erratiques ? Pour une raison très simple. Un individu devient représentatif, fut-ce pour un temps éphémère, lorsque son nom en vient à être médiatiquement associé à un problème (ou une solution) à forte résonance dans l’opinion publique. Cette association étroite a pu s’établir parce que la Cause en question a été négligée par des leaders mieux installés au centre du débat politique, ou encore parce qu’ils ont su réagir avec le degré optimum de provocation, nécessaire pour attirer l’attention publique. Par exemple, Cécile Duflot vient de se hausser considérablement sur l’échelle de représentativité en se présentant en vestale du « pacte républicain » à propos d’une polémique empoisonnée relative au traitement des Roms. De même Christiane Taubira, grâce au mélange de trois ingrédients : son statut de ministre de la Justice, sa rhétorique flamboyante et son projet de réforme qui l’oppose frontalement à son collègue de l’Intérieur.

Leur influence est-elle disproportionnée au regard de leur poids électoral et sociologique ? Ce "décalage" est-il une exception française ?

Le poids électoral n’est qu’un élément parmi d’autres de la représentativité. Dire qu’une représentativité est « disproportionnée » renvoie à une vision trop étroite des critères qui l’établissent. De deux choses l’une : ou bien elle existe parce qu’elle soulève un puissant écho dans l’opinion publique, ou bien elle n’existe pas parce que le verbe ou l’action de la personnalité en question sombrent dans une relative indifférence.

Cette situation existe dans toutes les démocraties où la caisse de résonance des médias joue un rôle majeur.

De manière provocatrice, peut-on dire que le débat démocratique est parasité par ces faux leaders d'opinion ? Ces dernier n'ont-ils pas malgré tout un rôle important ?

Des remarques précédentes, il découle qu’à mes yeux il n’y a pas de faux leaders d’opinion. Le seul bémol que j’introduirais sur ce constat est le fait que certaines formes de représentativité sont on ne peut plus volatiles tandis que d’autres sont durablement installées sur la scène politique. Et cela, à cause d’un statut institutionnel prééminent, d’une popularité persistante dans les sondages, ou encore, mais cela ne suffit pas, à cause de performances électorales passées au plus haut niveau de la compétition politique (présidentielles).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
issartier
- 29/09/2013 - 20:31
Avec son pacte
Avec son pacte républicain Duflot a réinventé l'identité nationale, ce n’est pas bien de copier Sarko comme le fait Hollande soi-même avec la TVA sociale! Allons un peu de retenue! Hollande ne serait-il pas un petit DSK: les femmes qu'il a choisies vont avoir sa peau! A mon avis il serait amusant d’organiser un combat de couacs à mort entre les trois péronnelles Duflot, Belkacem et Taubira ! Duflot met plus qu'en danger le logement en France et encore plus Hollande qui devrait saisir son embardée récente pour la virer sans ménagement avant qu'elle ne provoque son élimination à lui par ses sottises à répétition!
Aristotic
- 29/09/2013 - 10:03
@ la saucisse intello
Démonstration de productivité :
J'ai 160 machines à gérer.
Dont 1 qui a un problème et 159 qui marchent bien.
Donc je consacre 1/160e de mon temps à la machine qui a un problème.
CQFD
Z'êtes bien français, vous ! :-)
Aristotic
- 29/09/2013 - 09:58
@ carredas
Ouf, je n'ai pas été le seul à trouver ça étrange, voire franchement biaisé : on le sent franchement déçu, du genre 'mais vous êtes vraiment vraiment sûr, c'est vraiment pas qu'en France et on n'est pas obligé, pour s'exprimer, de prétendre représenter 20% de la population ?'