En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 33 min 53 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 6 heures 40 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 7 heures 34 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 8 heures 35 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 8 heures 9 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 17 heures 50 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 8 heures 4 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 37 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 2 min
© DR
L'Emirat a récemmment injecté des fonds dans le football et dans les banlieues françaises.
© DR
L'Emirat a récemmment injecté des fonds dans le football et dans les banlieues françaises.
Gros bonnet

"La France, catin du Qatar" ? Ce que disent les chiffres quand on les regarde de près

Publié le 24 septembre 2013
Lors du "Grand-Rendez-vous" Europe1/i-Télé/LeMonde, la présidente du Front national a accusé les gouvernants français d’avoir fait de la France "la catin du Qatar". Sur le plan économique en tout cas, cette crainte, entretenue par quelques investissements sur-médiatisés du richissime Émirat dans l’Hexagone, se rapproche plutôt du mirage que de la réalité.
Nicolas Beau est journaliste. Après une longue carrière au Canard enchaîné, émaillée de nombreux scoops, il est l'auteur de plusieurs best sellers, dont La Reine de Carthage (La Découverte, 2009).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Beau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Beau est journaliste. Après une longue carrière au Canard enchaîné, émaillée de nombreux scoops, il est l'auteur de plusieurs best sellers, dont La Reine de Carthage (La Découverte, 2009).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors du "Grand-Rendez-vous" Europe1/i-Télé/LeMonde, la présidente du Front national a accusé les gouvernants français d’avoir fait de la France "la catin du Qatar". Sur le plan économique en tout cas, cette crainte, entretenue par quelques investissements sur-médiatisés du richissime Émirat dans l’Hexagone, se rapproche plutôt du mirage que de la réalité.

Atlantico : Les élites françaises sont-elles corrompues par les qataris ?

Nicolas Beau : Aujourd’hui il n’y a aucune preuve avérée de corruption des élites françaises par les Qataris. Mais des doutes subsistent en raison de l’opacité de plusieurs circuits financiers du Qatar en France, notamment autour de rachats en cascade de biens immobiliers par des sociétés de l’émirat, comme dans le cas de l’ancien hôtel Majestic. Autre exemple : l’hôtel de la place de la Concorde, dans lequel se trouve le siège du fonds souverain qatari, a été loué à une société hollandaise, elle-même détenue par l’émir. Ces procédures posent question.

Les révélations récentes de Mediapart ont définitivement prouvé l’existence de centaines de millions d'euros de commissions occultes prévues lors du rachat du Printemps par exemple.  Par ailleurs, on sait qu’un certain nombre de commissions sur des contrats d’armement ont transité entre 1995 et 1998 au Crédit Agricole Suez qui possède une filiale au Qatar. On peut par exemple imaginer que des virements occultes aient pu concerner Nicolas Sarkozy à cette époque.

De nombreuses personnalités de la classe politique, de gauche comme de droite, se sont ainsi rendues à Doha dans l’un de ces innombrables colloques tous frais payés dans des hôtels de luxe. Sous l’ère Sarkozy, tous les dirigeants UMP y sont allés, tandis que ce phénomène est plus sélectif au PS. On sait que Royal ou Strauss-Kahn s’y sont rendus mais ce n’est pas le cas de François Hollande qui n’entretient pas de lien particulier avec l’émir. D’autres systèmes d’influence plus discrets peuvent également être cités. Je pense par exemple aux plaquettes distribuées pendant des fêtes de l’ambassade du Qatar en France, et contenant des textes à la gloire du Qatar écrits par des ministres en exercice comme Besson, Lang ou Villepin ! Le moins que l’on puisse dire est que ces écrits ne sont pas dans la traduction républicaine.

En dehors de la sphère politique, le Qatar distribue également différents prix récompensant des personnalités du monde des arts et du cinéma, comme Plantu, ou Anne Roumanof. Là encore, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un scandale mais ces pratiques ne sont pas si fréquentes non plus. L’émirat s’intéresse enfin au monde universitaire et aux intellectuels qu’ils invitent souvent, mais il se méfie en revanche un peu plus de la presse.

Au-delà de certaines acquisitions très médiatisées (le Printemps, le PSG, le Royal Monceau, etc.) à combien s'élèvent réellement les intérêts qataris en France ?

Les chiffres généralement avancés s’élèvent autour de 15 milliards d’euros, la moitié en investissements immobiliers et l’autre dans l’industrie. Mais ces montants restent approximatifs, d’une parce que ces achats immobiliers sont loin d’être tous connus. Les acquisitions du centre Kleber ou du Royal Monceau ont ainsi été annoncées en grande pompe - l’émir du Qatar adore communiquer autour de ces achats de prestige - ce qui crée un effet de loupe. Mais on ne sait pas grand-chose de ses biens personnels ni de ceux de l’ensemble du clan, d’autant qu’ils sont parfois acquis via des prête-noms. De manière générale les investissements immobiliers qataris en France apparaissent comme de grandes réussites financières mais ils restent limités. L’énorme avantage du Qatar est qu’il paye cash ce qui lui permet de conclure ces transactions très vite. Je pense par exemple à cet hôtel particulier place Vendôme, convoité par François Pinault, que l’émir, de passage à Paris, lui a soufflé en payant rubis sur l’ongle !

De même, les participations du Qatar dans les grands groupes Français cotés comme Veolia, Lagardère ou Vinci, qui sont évaluées à environ 7 ou 8 milliards d’euros, varient en fonction de leur valeur de marché. Pour ces dernières, on peut même considérer qu’elles ont baissé. Ce qui marque avant tout ce sont les fonds injectés par l'Emirat dans le football et récemment dans les banlieues françaises. Mais dans ce dernier exemple, la somme de 50 millions d’euros qui avait été avancée était en fait assez dérisoire. Par ailleurs, elle a finalement été transformée en une participation dans un fonds d’investissement ordinaire de la Caisse des dépôts… Tout cela a un retentissement formidable et donne l’impression que le Qatar achète la France, mais on est très loin de cette situation.

En contrepartie, les contrats signés par les groupes français (gaz, ingénierie, construction, etc..) sont-ils significatifs ?

Total, Vinci et Bouygues sont les principales entreprises présentes au Qatar. Total y a eu des intérêts dès les années 1990, mais ils ne sont pas si massifs. Vinci et Bouygues ont également signé de beaux contrats sur place, surtout sous l’ère Sarkozy. Mais plus récemment, ils ont connu des déceptions notamment dans le cadre de la construction des stades pour la Coupe du monde. Il semblerait que dans le secteur de la construction, le Qatar préfère dorénavant les intermédiaires chinois dont la main d’œuvre est meilleure marché. De manière générale, les investissements étrangers au Qatar restent limités en raison du système de sponsoring (sorte de joint-venture entre une société étrangère et une entreprise locale, NDLR) mis en place par l’émir pour protéger ces entreprises nationales. Enfin, sur le million et demi de travailleurs étrangers au Qatar, il faut noter que seulement quelques milliers, des cadres exclusivement, sont Français.

Les investissements financiers du Qatar dans les entreprises françaises sont-ils inquiétants en termes d'indépendance et de gouvernance pour l'économie française ?

En fin de compte, les participations prises par le fonds d’investissement qatari dans des sociétés françaises sont assez raisonnables. Elles dépassent très rarement un chiffre, en dehors de Lagardère, où elles atteignent presque 13%Le Qatar est plutôt intéressé par des secteurs d’activité stratégiques comme les mines et l’armement. Par l’intermédiaire de Lagardère, le Qatar a ainsi voulu s’attaquer à EADS. Mais les Allemands se sont toujours opposés à une entrée directe de l’émirat dans le capital du consortium européen. Les Qataris ont également essayé de jouer un rôle dominant à travers leur participation dans les intérêts miniers d’Areva et Eramet en Afrique. Mais cette opération a également échoué. Finalement, sur le plan industriel, les investisseurs qataris sont aujourd’hui des actionnaires assez serviables, en aucun cas exigeant ni impérieux

Au vu des chiffres connus, de quelle véritable puissance financière dispose le Qatar ? Son influence est-elle finalement à relativiser en comparaison avec d’autres pays qui investissent en France ?

Il est intéressant de constater que les montants concernant le Qatari Investment Authority (QIA) varient de 85 à près de 200 milliards de dollars. Mais malgré tout, cette somme reste assez éloignée de celle des fonds souverains des autres émirats du Golfe comme Abu Dhabi (plus de 600 milliards de dollars, NDLR), l’Arabie Saoudite (plus de 400 milliards) ou le Koweït (près de 300 milliards).

Mais ces autres pays sont beaucoup plus discrets que leur voisin, ce qui n’empêche pas que leurs liens avec la France soient au moins aussi forts qu’avec le Qatar. Par exemple, les émirats ont dernièrement acheté à Lyon des immeubles pour près d'un milliard d’euros, sans que cela ne fasse beaucoup de bruit. Sans parler des investissements russes, des koweïtiens,ou des saoudiens.

Les aspects économiques suffisent-ils à expliquer la dépendance supposée entre ces deux pays ?

Les belles années de la coopération entre la France et le Qatar se sont achevées à la fin du mandat de Sarkozy. Ce recul est lié au contexte international en Syrie et au Mali notamment, où les intérêts des deux pays s’opposent, ce qui a évidemment de l’influence sur leurs relations économiques. Par ailleurs, la stratégique d’influence développée par le Qatar pendant le Printemps arabe mais aussi jusque en Afrique ne coïncide plus avec la diplomatie française, en particulier sur le plan de la laïcité. Cette relation s’est donc banalisée.

Propos recueillis par Pierre Havez

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

02.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 28/09/2013 - 23:32
300, 400, et pourquoi pas 3000, 4000 ou 3 ou 4 $ le baril ???
Il n' y a que les imbéciles nés qui croient que les marchandises ont une valeur intrinsèque. Pourquoi la "vraie valeur" serait-elle de 300 ou 400 $, alors que le baril était à 3$ en 70, à moins de 30 après 1973, qu'il culmine difficilement autour de 100 aujourd'hui, et que le cout moyen d'extraction des puits traditionnels est à environ DEUX $ ??????
La vérité, c'est que ce prix est entretenu artificiellement haut par l'OPEP, avec des saoudiens et autres poussahs pétrolifères qui sans la protection US seraient vite renvoyés dans leur désert originel. Un prix haut est voulu par les USA, car il permet de maintenir la pression sur la croissance chinoise, de plomber un peu plus la concurrence européenne et de maintenir le rôle du dollar comme monnaie de référence sur ce marché et la valeur de leurs réserves stratégiques.
Ce prix est expliqué officiellement par le fait que les producteurs brandissant la menace d'un tarissement des réserves.
Or, la théorie "fossile" est absurde; les réserves se renouvellent par l'hydrogénation catalytique de calcaires sous fortes pressions et chaleur magmatique, le pétrole sous les boucliers basaltiques (Cote Venezuela, Brésil..) profonds le prouve.
lsga
- 25/09/2013 - 12:05
Le Qatar : la catin des USA
faut remettre les choses dans l'ordre hein...
 
Ceux qui installent et protègent des dictatures dans les pays pétroliers, c'est nous...
 
Si demain, l'Arabie Saoudite, le Qatar, l'Irak, la Syrie, et l'Iran décidaient de mettre le baril de pétrole à sa vraie valeur ( aux alentours de 300 ou 400 dollars le baril ), ils pourraient construire des écoles, des hôpitaux, des autoroutes, des aéroports dans leur pays et instaurer un système social.
 
Pour rappel, à chaque fois qu'ils essayent, ont leur envoie l'armée occidentale pour raser leur pays.
KLAKMUF
- 25/09/2013 - 10:22
Le lobby arabe est-il un fantasme?
Donnez-vous la peine de consulter la thèse d'Ali Ouertatani à l'université Paris Sorbonne "Les citadelles du lobby proarabe en France" http://www.cairn.info/revue-outre-terre-2004-4-page-417.htm#citation