En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 2 heures 27 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 22 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 10 heures 59 min
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 13 heures 12 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 14 heures 6 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 14 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 3 heures 30 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 5 heures 45 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 7 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 14 heures 23 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 14 heures 53 min
© DR
Les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 se sont ces dernières années fortement internationalisés.
© DR
Les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 se sont ces dernières années fortement internationalisés.
Machisme national

Femmes dans les conseils d’administration : y a-t-il une pénurie de Françaises capables d'occuper des postes à responsabilité telle qu'on soit obligé d'aller chercher des étrangères ?

Publié le 19 septembre 2013
La présence d'étrangères dans les conseils d'administration d'entreprises françaises soulève le problème de la pénurie de femmes capables d'assumer de telles responsabilités.
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Joly historien et sociologue, est directeur de recherche au CNRS, laboratoire Triangle, université de Lyon. En 2013, il a publié Diriger une grande entreprise au XXe siècle : l'élite industrielle française (Tours, Presses universitaires...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La présence d'étrangères dans les conseils d'administration d'entreprises françaises soulève le problème de la pénurie de femmes capables d'assumer de telles responsabilités.

Atlantico : Une mode peu reluisante semble se développer au sein des conseils d’administration des entreprises françaises : recruter des étrangères plutôt que des Françaises pour ne pas tomber sous le coup de la loi sur la parité. Existe-t-il vraiment une pénurie de Françaises capables d’occuper de tels mandats ?

Hervé Joly : Faire appel à des femmes étrangères n'a rien de condamnable, elles n'en sont pas moins des femmes ! Les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 se sont ces dernières années, à l'image de leurs actionnaires et de leurs implantations, fortement internationalisés. Il est donc logique que les femmes imposées par les quotas légaux n'échappent pas à cette évolution. S'y ajoute pour les femmes effectivement une difficulté particulière : normalement le principal vivier des administrateurs se trouve parmi les dirigeants ou anciens dirigeants opérationnels (PDG, directeurs généraux et membres des comités exécutifs) des grandes entreprises, or, il y a toujours très peu en France, mais aussi dans beaucoup d'autres pays européens, de femmes parmi ces dirigeants opérationnels. Ces postes échappent aux obligations de quotas. Il y a un paradoxe à imposer des quotas dans les conseils sans les imposer dans leurs viviers. Du coup, les entreprises tendent soit à choisir toujours les mêmes administratrices (les rares femmes ayant exercé en France des responsabilités opérationnelles importantes comme Anne Lauvergeon, Patricia Barbizet, Anne-Marie Idrac à la tête de grandes entreprises, Laurence Parisot au MEDEF, etc.), soit à faire appel à des personnalités "jet-set" sans expérience dans le monde des affaires (Bernadette Chirac chez LVMH par exemple), soit à élargir le vivier en faisant appel à des étrangères, notamment nord-américaines, là où les femmes sont, sans quotas légaux d'ailleurs, plus nombreuses à exercer des responsabilités importantes à la tête des entreprises. 

Qu’en est-il aujourd’hui de la proportion femmes/hommes à un très haut niveau de responsabilité ? Leurs profils et leurs parcours étudiants et professionnels sont-ils les mêmes ?

On note une évolution significative, en l'absence de quota, parmi les cadres supérieurs ou dirigeants des grandes entreprises françaises vers une plus grande féminisation. Il y a 30 ou 40 ans, il n'y avait pratiquement aucune femme dans les équipes dirigeantes. Aujourd'hui, elles restent très minoritaires (7 % des membres des comités exécutifs des entreprises du CAC 40 fin 2009), et encore beaucoup d'entre elles se trouvent dans des fonctions perçues comme plus "féminines" (direction des ressources humaines et direction de la communication surtout), mais il existe tout de même une timide évolution. Même s'il n'y a pratiquement pas eu de femmes PDG de grandes entreprises, on trouve, notamment dans les entreprises de services, des femmes dans d'importantes fonctions opérationnelles. L'industrie traditionnelle reste en revanche beaucoup plus fermée. Il est vrai que leurs viviers traditionnels des dirigeants, les grandes écoles d'ingénieurs en particulier, restent très masculins. Alors qu'elle s'est ouverte aux femmes depuis quarante ans, l'Ecole polytechnique ne dépasse toujours pas 15 % de femmes dans ses promotions. Et dans les grands corps techniques comme les Mines ou les Ponts et Chaussées, les proportions sont encore plus faibles. On sait que le déséquilibre vient de loin, depuis les bacs scientifiques et les classes préparatoires. Les femmes sont certes plus nombreuses dans les filières commerciales, mais il s'y ajoute bien sûr les obstacles habituels à une carrière dirigeante dans une grande entreprise, avec des exigences d'emplois du temps imposées souvent par des hommes peu compatibles avec les aspirations à une vie familiale accomplie. 

Les femmes à l’étranger sont-elles plus présentes dans les conseils d’administration ? Et si oui, pourquoi ? Sont-elles mieux formées ?

Je ne suis pas sûr que les femmes soient aujourd'hui plus présentes à l'étranger, simplement lorsque l'évolution s'est effectuée sans quotas, elle s'y est faite de manière moins brutale et moins artificielle, par l'émergence progressive d'un vivier d'administratrices potentielles. En France, on a mis un peu les charrues avant les boeufs, en imposant des administratrices sans en avoir le vivier, mais on peut aussi espérer que cette politique volontariste au sommet donne l'exemple à terme dans les échelons inférieures. Les femmes administratrices tendront peut-être à favoriser des promotions féminines plus nombreuses dans les fonctions opérationnelles. Les femmes ne sont pas moins bien formées, ou moins compétentes, elles ont simplement besoin qu'on leur donne la chance de pouvoir acquérir les responsabilités, l'expérience requises pour accéder aux plus hautes fonctions dirigeantes.

Que cela traduit-il du rapport aux femmes dans l’entreprise en France par rapport à nos voisins européens ? La France souffre-t-elle d’une sorte de « machisme domestique » ?

Il y a certes un certain décalage par rapport à d'autres pays européens très en pointe en matière de féminisation des élites, comme les pays scandinaves, mais la France a tous les atouts pour que la situation évolue rapidement : les femmes réussissent globalement très bien dans le système scolaire, le fait qu'elles puissent faire carrière est aujourd'hui largement socialement admis, les structures de garde d'enfants, même si elles peuvent encore être améliorées, sont assez développées. La situation est beaucoup plus favorable chez nous qu'en Allemagne par exemple où, au-delà du manque de places de crèches ou d'activités l'après-midi pour les enfants, prédomine encore une tendance générale à culpabiliser les mères qui travaillent à plein temps, ce qui oblige souvent les femmes à choisir entre carrière et maternité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 20/09/2013 - 04:42
Je ne suis pas d'accord..............
Nous avons QUAND MEME eu une femme premier ministre : Cresson. Bon, d'accord, ce fut le bide absolu. Mais là, au moins, TOUT LE MONDE s'y attendair ! Et puis tonton se devait de lui trouver un lit..........pardon, un lot de "consolation". Oui, parce que juste à ce moment-là, tonton........mais pourquoi je vous raconte ça, moi ?