En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 26 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 2 heures 46 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 1 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 4 heures 38 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 6 heures 57 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 12 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 21 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 4 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 7 heures 35 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 9 min
Oliver Twist

900 000 "nouveaux pauvres" en France avec la crise : mais qui sont-ils et comment peuvent-ils s'en sortir ?

Publié le 14 septembre 2013
Depuis le début de la crise en 2008, ce sont près de 900 000 individus en plus qui se sont retrouvés sous le seuil de pauvreté. En 2011, près de 8,7 millions de personnes, soit 14,3 % de la population (contre 14 % en 2010), vivaient sous le seuil de pauvreté, soit 977 euros mensuels.
Julien Damon est professeur associé à Sciences Po, enseignant à HEC et chroniqueur au Échos. Fondateur de la société de conseil Eclairs, il a publié, récemment, Les familles recomposées (PUF, 2012), Intérêt Général : que peut l’entreprise ? (Les Belles...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Damon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Damon est professeur associé à Sciences Po, enseignant à HEC et chroniqueur au Échos. Fondateur de la société de conseil Eclairs, il a publié, récemment, Les familles recomposées (PUF, 2012), Intérêt Général : que peut l’entreprise ? (Les Belles...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis le début de la crise en 2008, ce sont près de 900 000 individus en plus qui se sont retrouvés sous le seuil de pauvreté. En 2011, près de 8,7 millions de personnes, soit 14,3 % de la population (contre 14 % en 2010), vivaient sous le seuil de pauvreté, soit 977 euros mensuels.

Atlantico : Selon une étude de l'Insee intitulée Les niveaux de vie en 2011, 900 000 individus de plus se seraient retrouvés sous le seuil de pauvreté depuis le début de la crise économique en 2008 ce qui a fait grimper le taux de pauvreté en France à 14,3% de la population en 2011. Par quels processus ces "nouveaux" pauvres le sont-ils devenus ?

Julien Damon : La pauvreté, à l’échelle d’un pays, est alimentée par trois facteurs : l’emploi (c’est-à-dire le chômage), les structures familiales (c’est-à-dire les séparations), les migrations (c’est-à-dire un solde migratoire négatif entre population aisée et population pauvre). Pour ce qui concerne la période très récente (c’est-à-dire celle de la crise), c’est une évidence de souligner combien la progression du chômage nourrit la progression de la pauvreté. Avec de plus faibles revenus, même s'ils sont compensés par l’assurance chômage et le système d’aide sociale, les actifs voient leur niveau de vie affecté. Il en va ainsi des personnes qui perdent leur emploi (surtout des hommes dans le secteur privé). Il en va aussi ainsi – et c’est un problème majeur – des jeunes qui restent sur le carreau du marché du travail. Sur la bascule de 900 000 personnes dans la pauvreté, il faut tout de même dire un mot de l’indicateur retenu.

C’est un seuil conventionnel de pauvreté incompréhensible pour le commun des mortels (60 % de la médiane des niveaux de vie). Mais en clair cela signifie près de 1 000 euros par mois pour une personne seule. En clair, aujourd’hui, le SMIC qui était un instrument d’accompagnement de la croissance (comme son nom l’indique) n’est plus – à son niveau – un outil qui permet de se situer au-dessus du seuil de pauvreté. Cette mesure de la pauvreté relative contraste avec l’idée générale qu’ont les Français de ce qu’est la pauvreté : une situation de dénuement prononcé. De surcroît, toujours sur le plan technique, il faut encore féliciter l’INSEE – je suis caustique – d’avoir produit une rupture dans les séries, ce qui rend les chiffres difficilement comparables.

Donc pour répondre à la question, c’est essentiellement le chômage qui explique la reprise à la hausse du taux de pauvreté. Mais structurellement, les deux composantes de la dynamique de la pauvreté ne doivent pas être oubliées. Elles jouent un rôle déterminant, dont on ne peut isoler les effets sur les seules trois dernières années. Les ruptures et séparations ont un impact considérable sur les niveaux de vie, ainsi que sur les prix (par exemple sur le marché du logement). La question migratoire – sensible par excellence – est capitale. Si les riches quittent le pays, et si des pauvres viennent s’y installer, le taux de pauvreté augmente. Ce n’est pas politique, c’est mathématique. 

Femmes, enfants, employés à faibles revenus... Qui sont ces "nouveaux pauvres" ? En quoi ce profil a-t-il évolué ces dernières années ?

Il ne faut pas dresser un portrait moyen si l'on souhaite refléter la réalité. Ce qui compte dans les évolutions récentes de la pauvreté, c’est qu’elles confirment des tendances plus longues, sur deux ou trois décennies. D’abord la pauvreté s’urbanise. Ou plutôt elle se concentre. Dans les Zones urbaines sensibles (Zus, les quartiers considérés comme les plus en difficulté – cette géographie étant appelée à être révisée), les taux de pauvreté sont deux fois plus élevés que la moyenne nationale. Et pour les enfants c’est pire encore. Alors que le taux de pauvreté des mineurs est de 20%, il est de 50 % dans ces "Zus". Un enfant sur deux y vit dans un ménage compté comme pauvre.

Deuxième tendance : la pauvreté est rajeunie. De 2010 à 2011 (au-delà des bavardages de méthodologie statistique), la pauvreté baisse chez les retraités et augmente chez les jeunes actifs. Cette évolution n’est que confirmation de ce qui peut s’observer depuis trois décennies. Auparavant, la pauvreté était âgée, aujourd’hui elle est juvénile.

Troisième transformation : les structures familiales. Auparavant la pauvreté concernait d’abord des familles nombreuses. Aujourd’hui, à raison de l’augmentation du nombre de familles monoparentales et de la diminution des familles nombreuses, les pauvres se trouvent d’abord dans des familles monoparentales. Comprenons-nous bien. Les familles monoparentales (puisqu’il n’y a généralement qu’un apporteur potentiel de revenus) ont toujours eu des taux de pauvreté plus élevés.

Le changement récent (milieu des années 2000) tient des volumes : aujourd’hui il y a plus de pauvres en familles monoparentales que dans toutes les autres formes de structures familiales.

Quatrième changement, encore repérable cette année : l’augmentation des actifs pauvres. C’est, en clair, le phénomène des travailleurs pauvres. Le travailleur pauvre ce n’est pas qu’un problème de revenu individuel (celui attaché à l’activité professionnelle) c’est un problème de famille (car c’est à cette échelle que se mesure la pauvreté). On ne peut trop rien dire – les données n’étant pas disponibles – de l’évolution géographique précise de la pauvreté. Et on ne peut rien dire non plus de la pauvreté selon les origines (au moins selon la nationalité). Ce qui est dommage. 

Comment ces "nouveaux pauvres" parviendront-ils à sortir de cette pauvreté ? Comment sort-on de la pauvreté en France ?

D’abord il faut rappeler que se trouver dans une situation de pauvreté monétaire relative est très généralement une affaire passagère et c’est tant mieux. Il est peu de gens qui restent pauvres – selon cette définition – plus de trois ans. C’est déjà beaucoup, et ceux qui demeurent dans la situation sont les plus en difficulté. Double certes.

En tout état de cause, sortir de la pauvreté passe par deux canaux : l’emploi et la famille. Soyons précis. La famille a toujours été en soi une protection sociale rapprochée, en complément ou en substitution des aides publiques. Mais le sujet n’est pas là. Les familles monoparentales sortent de la pauvreté lorsqu’elles se recomposent ! Je pense d’ailleurs qu’une politique efficace de lutte contre la pauvreté ne relève pas uniquement de l’emploi et du Revenu de solidarité active (RSA), ni de poudres de perlimpinpin fiscal et social, mais aussi de mesures de prévention des séparations (qui sont toujours extrêmement coûteuses) et, quand les séparations sont inéluctables, d’aide aux recompositions.

Ceci semble toujours étrange en France, mais cette dimension est mise en avant un peu partout dans le monde (des Etats-Unis à Singapour en passant par les pays en développement). Au-delà de cette remarque importante sur les structures familiales, la sortie de pauvreté passe naturellement, bien entendu, par l’emploi. Le travail est le meilleur rempart contre la pauvreté. Et dans un marché du travail dual comme le système français (les bien protégés le sont très bien, les mal protégés sont éloignés de l’emploi), nous avons des actifs qui ne sont pas du tout exposés à la pauvreté (des ménages mariés exerçant dans les divers secteurs publics) même s’ils peuvent parfois avoir des difficultés à joindre les deux bouts. Et d’autres – les jeunes – qui n’ont d’actifs que le qualificatif statistique car ils sont durablement sans emploi, exposés puissamment au risque de pauvreté.

Quelles sont les conséquences sociales et économiques à plus long terme de cet accroissement de la pauvreté ? L'Hexagone s'en est-il mieux tiré que ses partenaires européens ou nord-américains ?

Généralement nous avons droit à de la grandiloquence compassée sur les conséquences de l’évolution du taux de pauvreté. Je répète que cette pauvreté se mesure à un niveau en réalité assez élevé. Surtout, elle est fortement compensée par les dépenses sociales. On ne le répète jamais assez, avec un tiers de la richesse nationale affectée à la protection sociale (dans toutes ses dimensions) nous sommes les champions du monde. On en pense ce qu’on veut, mais sans ces dépenses (pensions de retraite, assurance chômage, aide sociale, prestations logement, allocation familiales, etc.) les niveaux de pauvreté seraient incomparablement supérieurs. C’est une évidence. Et il faut plutôt dire que ce sont les évolutions des dépenses sociales (dépenses de santé mises de côté) qui permettent de compenser la pauvreté monétaire.

À mon avis le sujet n’est pas tant de savoir ce que sera l’impact d’une augmentation – en réalité assez faible au regard de ce qui s’est passé ailleurs – de la pauvreté sur le modèle social. Il est plutôt de savoir ce que sera une révision du modèle social, par baisse des dépenses, sur la pauvreté… Enfin, la France, du point de vue de son taux de pauvreté, s’en tire bien mieux que bien d’autres pays de l’Union européenne et de la zone OCDE. Mais au prix d’un surendettement public pour le moins problématique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 15/09/2013 - 15:00
@fentreti - 15/09/2013 - 11:40
c'est vrai que c'est une erreur ... on ne vous a pas dit comment était définit le seuil de pauvreté :

50% du revenu médian ......

le revenu médian étant a 1700 eruos cela fait 850 euros par mois

et il y a des redacteurs qui trouvent que c'est pour cela que l'on devrait mettre le smic a plus bas , en dessous des 1200 euros net pour faire comme les americains à 36% du revenu médian .....

Mais au fat , vous devez peut etre confondre pauvreté et dignité ....

Etre pauvre ne veut pas dire forcement déambuler dans la rue en haillons et interpeller les gens de métro . cela passe par de la consommation d'eau chaude et de chauffage reduite et une alimentation riche en pates , riz et oeufs (dont on se doute que vous avez bien notez que les eleveurs se plaignent de cours tres bas quand le prix de la boite de 6 oeufs , elle n'a pas bougé d'un iota à la baisse)
jerem
- 15/09/2013 - 14:54
Faites attention a ce que vous ecrivez !!!!
"Donc pour répondre à la question, c’est essentiellement le chômage qui explique la reprise à la hausse du taux de pauvreté."

halte là !!! mais ou va t on pouvoir expliquer que les indemnités chomages sont trop elevées si maintenant on vient dire que c'est le chomage qui explique la reprise de la pauvreté .....

Wauquiez vous l'a pourtant dit et répété avec son sourire de lutin .... c'est le cancer de l'assistanat et rien d'autre
fentreti
- 15/09/2013 - 11:40
Pour être pauvre en France il faut vraiment le vouloir
Je me demande si tous ces soi-disant pauvres , seraient encore vivants , dans un pays réellement pauvres ?