En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 36 min 48 sec
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 1 heure 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 2 heures 38 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 2 heures 38 min
light > Culture
Classe politique
Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 18 heures 25 sec
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 55 min 59 sec
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 2 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 2 heures 38 min
pépites > Justice
MoDem
François Bayrou a été mis en examen pour complicité de détournement de fonds publics
il y a 11 heures 19 min
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 12 heures 49 min
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 16 heures 22 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 17 heures 35 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 19 heures 17 min
Bonnes feuilles

Les travailleurs français ont besoin de héros

Publié le 08 septembre 2013
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (2/2).
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Hieaux est vice-président d’Havas Paris. Il a publié aux mêmes éditions Les Nouveaux gladiateurs, essai sur l’entreprise et sa communication (2003).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Parmi les Européens, les Français sont les moins heureux au travail. Pourquoi ? L’auteur Jean-Michel Hieaux se livre à un réquisitoire sévère contre un modèle français qui arrive à l’épuisement. Extrait de "La France en panne d'envie" (2/2).

Tout commence en mars 1983, ce fameux mois où la recette miracle de la lutte des classes a déposé son bilan. Enfin, pour de longues années, car il se pourrait qu’elle renaisse de ses cendres en cette période où il ne serait pas surprenant que l’on cherche un bouc émissaire à la longue, très longue indigence de nos dirigeants. À force de prôner l’indignation dans des opuscules aussi démagogiques, faciles et creux que séniles et de la susciter systématiquement comme le font certains de nos médias dont c’est le nouveau métier, il faudra bien que le couvercle saute. Mars 1983 donc, la gauche au pouvoir depuis seulement deux ans décroche la fleur de son fusil et le range au fond du grenier. Désormais, tout le monde en convient : en dehors du marché, il n’y a pas d’issue et, à condition de le réguler, de le pondérer ou de le contenir (si l’on sait aujourd’hui qu’on n’y parviendra pas, on l’espérait à l’époque), il n’y a plus matière à s’excommunier mutuellement, sinon par habitude. À moins bien entendu de faire partie des extrêmes, qui connaîtront alors un véritable regain, alimenté par les déçus du consensus. Après des siècles de combats menés au nom de Dieu, après deux cents ans d’affrontements politiques parfois sanglants, les idéologues se réveillaient avec la gueule de bois. Le socialisme ouvert de Jacques Delors prenait le pas sur un Programme commun fortement marqué par la pensée marxiste. Pierre Mauroy, incarnation du socialisme populaire, porte-parole excessif mais débonnaire de la lutte des classes, n’allait pas tarder à laisser sa place de Premier ministre à Laurent Fabius. Manifestement, on changeait de genre.

La France se découvrait nue, déshabillée de ses modèles. Que penser ? Qui suivre et surtout qu’espérer si l’échec d’une alternative et le renoncement à une issue deviennent les seules perspectives possibles ? Que faire d’une société où il n’y aurait plus ni mode d’emploi, ni guide, ni combat à mener ? Que faire d’une armée sans chef ni raison de se battre ? On ne fait bien la guerre que lorsqu’on a raison. Le doute fit perdre pied. 1983 fut le début de la paix. Pas celle des braves, celle des orphelins.Alors la France commença à regarder de tous côtés, espérant ardemment trouver une branche nouvelle à laquelle s’accrocher pour arrêter sa chute vertigineuse dans le précipice du non-sens. On avait soudain vu que les rois étaient nus. Il fallait vite en trouver d’autres qui fassent espérer que, au-delà de la grisaille et du doute quotidiens, il y avait toujours un progrès possible, un Jéricho dont on ne voulait surtout pas faire tomber les murs trop tôt, pour continuer à croire qu’il y aurait un paradis.

L’entreprise et son culte s’imposèrent comme la solution sur laquelle on se précipita avec beaucoup de hâte et surtout d’inconscience. Elle avait – du moins en apparence – les qualités susceptibles de combler les lacunes de ce vide angoissant. Elle pouvait ouvrir une voie et donner du sens. Elle possédait, à cette époque où le culte du court terme et l’obsession du cours de la Bourse n’avaient pas encore fait tous leurs ravages, les ingrédients du modèle que réclame un individu normalement constitué : un but, des règles du jeu, un mode d’emploi du quotidien, des raisons d’y croire et à la fin, une gratification. C’est donc sur ce terrain fertile que sortira de terre la génération des « patrons héros », avec comme première incarnation l’inattendu Bernard Tapie. Il symbolisera la gagne, la volonté, le progrès et la foi en l’espoir. Il réveillera une France sombrant dans la léthargie. Il sera l’ambulance salvatrice d’une société dépressive. Il déclenchera un mouvement intense dans lequel s’engouffreront très vite Serge Crasnianski, le héros de French Kiss, Jacques Calvet, l’ineffable patron de PSA, héraut intraitable et gaullien d’un libéralisme ascète et responsable, Antoine Riboud, fondateur de Danone, porte-parole de la vente décomplexée, pourfendeur débonnaire de la mauvaise conscience. Puisqu’on avait besoin de l’entreprise pour créer des emplois et faire vivre les Français, il ne fallait pas craindre de produire des richesses et encore moins de les vendre. Riboud dérida le pays en faisant éclater de rire des millions de téléspectateurs quand il brandit un Carambar devant les caméras de L’Heure de vérité, en recommandant vivement à chacun d’en consommer.

Jusque là, L’Heure de vérité, cette émission vedette du prime time de l’époque, n’avait reçu que des ministres de haut rang et des chefs de parti qui venaient tour à tour commenter l’actualité, poser leur regard sur le monde et proposer leurs solutions (on était loin de Splash et du « temps de cerveau disponible » si cher à Le Lay). L’émission passionnait ; à l’époque, la France cherchait encore à comprendre. On assistait alors aux derniers beaux jours de la politique, ceux où on l’on éprouvait encore du respect pour les élus, ceux où l’on pensait qu’il leur restait quelque chose à dire. Ils passaient donc en prime time, tout simplement parce qu’ils faisaient de l’audience (déjà !), et avec eux cette nouvelle race de patrons qui commençaient à surpasser nos ministres. D’aucuns en firent d’ailleurs des présidentiables.

Las, des nouveaux héros, on avait parlé trop beau, trop vite, trop fort. Il en fut du marché des patrons comme de celui des finances, il se montra erratique et bien irrationnel. Les réputations se firent et se défirent au gré des rumeurs, et l’on n’hésita pas à brûler ce qu’on avait adulé, en suivant des pensées chaque fois plus uniques et toujours provisoires. Le reflux des politiques avait porté les patrons ; le flux de la première guerre du Golfe les remporta. La crise qui s’ensuivit rappela que l’on ne « gagnait » pas à tous les coups, que l’économie n’était pas une martingale et que dans la tempête on était bien obligés de réduire la toile.

Jacques Calvet et sa présidentialité virtuelle ne se remettront pas de son manque d’habileté ni de son apparente – bien que fausse – insensibilité au moment des grèves qui envahirent ses usines. On découvrira que les petits commerçants de KIS n’étaient pas tous au paradis.

Nos éphémères patrons héros quittèrent la scène plus vite encore qu’ils n’y étaient entrés, jurant bien qu’on ne les y reprendrait plus. Ils y laissèrent des plumes, car le mal était fait. Ils avaient sorti l’entreprise de la boîte de la discrétion et de l’anonymat ; ils tentèrent de l’y remettre. En vain. Puisqu’ils l’avaient mise sur la place publique, elle ne la quitterait plus. Elle allait devenir un objet de harcèlement des médias, qui la cloueront au pilori chaque fois qu’ils le pourront, et avec elle son dirigeant. En 1983, l’élite politique avait quitté la scène pour entrer dans l’arène, telle des gladiateurs que l’opinion s’amuserait à condamner, pouce en bas. Moins de dix ans plus tard, les chefs d’entreprise allaient les rejoindre. D’animateurs de sens et de lieux de réalisation, ils allaient vite devenir des exploiteurs insensibles. Une élite au placard, encore une. On n’avait plus envie de les croire ou de les suivre. On imagine aisément combien la crise, la vraie, amplifiera cette descente en enfer pour la rendre peut-être insurmontable.

 Extrait de "La France en panne d'envie", Jean-Michel Hieaux, (Michalon éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité

04.

Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Jeanne Balibar critique violemment la politique d’Emmanuel Macron, qui avait été "bouleversé" par "Les Misérables" de Ladj Ly

07.

Ce nouvel espace politique qu’ouvrent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (mais pas pour eux…)

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

05.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 09/09/2013 - 05:24
Encore un..........
Qui a du souvent sentir la sueur !..........ou alors, celle des autres ! Allez, au chiotte. Avec le reste.
sicenetoi
- 08/09/2013 - 18:18
L'indigence de nos dirigeants ?
Mais qui ce gugusse Hieaux ? le nouveau messie ? Beurk ...
La lutte des classes aurait disparu qu'il dit ? une ineptie de cette taille c'est à tomber de sa chaise ! N'est-ce pas un grand milliardaire Etatsunien ( W Buffet ) qui à dit qu'elle existait toujours et que c'étaient lui et d'autres fortunés qui en sont les gagnants !
En tous cas, si les Français ont besoin d'un héros, ce ne sera pas Hieaux ni ses conseils et avis à trois francs six sous !
Imragen
- 08/09/2013 - 17:16
@l'auteur
Sous le brillant et le clinquant, je cherche les idées.
Merci de m'éclairer.