En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

06.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

07.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 47 min 50 sec
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 1 heure 28 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 2 heures 20 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 3 heures 15 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 5 heures 52 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 6 heures 34 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 7 heures 34 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 8 heures 14 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 1 heure 16 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 1 heure 51 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 2 heures 37 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 3 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 5 heures 46 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 6 heures 21 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 6 heures 51 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 8 heures 41 min
© Flickr
"La fausse image de la France résistante que les gaullistes ont imposée depuis 70 ans nous empêche de regarder les choses en face."
© Flickr
"La fausse image de la France résistante que les gaullistes ont imposée depuis 70 ans nous empêche de regarder les choses en face."
Toujours douloureux

Oradour-sur-Glane et “un passé qui se regarde en face” : pourquoi les Allemands ont toujours été plus efficaces que les Français pour examiner leur responsabilité dans la Seconde Guerre mondiale

Publié le 04 septembre 2013
François Hollande a qualifié le massacre de 642 personnes par une division SS à Oradour-sur-Glane, où il se rend ce mercredi avec le président Allemand, de "passé qui se regarde en face". Chose que nos voisins germaniques ont toujours su mieux faire que nous.
Cécile Desprairies
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Desprairies est auteur et chargée de cours à l'Université Paris V Sorbonne et à l'Université de Nantes. Elle a écrit l'héritage de Vichy : ces 100 mesures toujours en vigueur ainsi que Paris dans la collaboration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande a qualifié le massacre de 642 personnes par une division SS à Oradour-sur-Glane, où il se rend ce mercredi avec le président Allemand, de "passé qui se regarde en face". Chose que nos voisins germaniques ont toujours su mieux faire que nous.

Atlantico : Ce mercredi 4 septembre, François Hollande et le président de la République allemand, Joachim Gauck, se rendent à Oradour-sur-Glane pour commémorer le massacre de 642 personnes perpétré par une division SS le 10 juin 1944. Cette première visite d’un président allemand à Oradour-sur-Glane signifie-t-elle que les blessures de la Seconde Guerre mondiale sont refermées ou au contraire qu’elles ne le seront jamais ?

Cécile Desprairies : Il y a là deux questions en une. La visite de Joachim Gauck traduit une fois encore que l’Allemagne assume depuis 70 ans la responsabilité de ce qu’elle fait sous le régime nazi. Et au-delà du fait que l’Allemagne soit en campagne électorale et qu’Angela Merkel ait également fait des déplacements commémoratifs, il s’agit d’un geste très fort et positif qui s’inscrit dans une logique globale allemande de reconnaissance de son passé et de sa responsabilité.

Sur la question des blessures de la France ouvertes pendant la Seconde Guerre mondiale, les commémorations sont une bonne chose dans le sens où elles évitent que ce soit le silence qui entoure ces évènements. Il est important d’ouvrir le passé et de le regarder. Cependant, il semble que la France pourrait, au-delà de la responsabilité du régime nazi, ouvrir le débat sur sa propre responsabilité. Aujourd’hui, la plupart des historiens s’accordent sur cette nécessité. Je me souviens d’un dialogue que j’ai eu avec Olivier Wieviorka chez Jean-Pierre Elkabbach, et nous étions tombés d’accord pour dire que les résistants « encartés » représentaient à peine 1% des Français. Or, la fausse image de la France résistante que les gaullistes ont imposée depuis 70 ans nous empêche de regarder les choses en face.

Cette image de « La France résistante » que vous évoquez ne permet-elle pas de tenir à distance des idéologies proches du nazisme et plus largement de tels massacres ?

Non, je ne le crois pas. Au contraire. Cette représentation flatte l’ego, elle est valorisante mais ne résout rien. Il faut comprendre qu’elle fait passer sous silence une ambiance de guerre civile qui allait jusqu’à diviser des fratries au sein des familles quant au comportement adopté sous l'Occupation. Cette image a servi de ciment mais elle est clairement bâtie sur un mensonge.

Les Allemands, eux, n’avaient rien à perdre et ont donc pu regarder leur passé et faire face à leur responsabilité. Nous, Français avions encore un peu à perdre et nous nous sommes donc reconstruits sur ces 1% de Français qui ont eu le courage de résister. Car malgré tout ne l’oublions pas, certains l’ont fait – ils ont d’ailleurs été plus nombreux dans les trois dernières semaines. Ainsi, entretenir cette fausse image d’une France résistante qui n’a pas collaboré est négative parce qu’elle est fausse, que les gens le savent et elle est même dangereuse par ce qu’elle cache de ce que les Français ont fait – ou non.

Au sein de cette division SS responsable du massacre se trouvaient de nombreux Alsaciens, des Français donc. La Collaboration est-elle la véritable blessure que porte en eux les Français ?

De toute évidence. C’est cela la blessure car la Collaboration ne se limite pas uniquement aux « collaborationnistes » et à la Gestapo, elle comprend aussi la Collaboration entre Français et Allemands, celle entre Français et Français, les « malgré nous » - ces 140.000 Alsaciens, Mosellans et autres enrôlés de force. Je fais, pour mon prochain ouvrage un tour de France des archives de l’époque et je réalise à quel point cette Collaboration allait se loger dans une dimension humaine et quotidienne, entre gens qui habitaient le même quartier et qui se croisaient tous les jours.

Oradour-sur-Glane c’est la « division venue de nulle part » qui remonte la France et massacre tout sur son passage, elle est emblématique, elle est horrible mais elle ne révèle pas la totalité du fait.

Avons-nous plus facilement pardonné aux Allemands qu’à nos concitoyens ?

Pardonner est une notion catholique, je trouve que cela donne une grande valeur à tout cela et je ne pense pas qu’il soit pertinent pour moi de juger de ce qui a été pardonné ou pas et à qui. Je citerais tout de même un proverbe corse qui dit ceci : « Pardonner est d’un chrétien, oublier, d'un imbécile». Ne soyons pas imbéciles, en premier lieu pour ce qui nous concerne.

Les Français ont toujours eu une relation très complexe aux Allemands, faite à la fois de fascination et de rejet, ils sont pour les Français des « autres qui ne sont pas vraiment autres ». Quant à savoir si les Français pardonnent ou non, il est certain qu’au-delà du pardon ou pas à nous-mêmes et à nos aïeuls, nous ne voulons pas encore regarder ce qu’il en a vraiment été. Signalons toutefois que la disparition progressive des gens ayant vécu cette époque tend à faciliter ce déblocage.

Depuis l’amnistie qui a été votée pour les Français ayant participé au massacre d’Oradour-sur-Glane, les relations sont tendues entre les élus locaux et les représentants de l’Etat. Pardonne-t-on jamais à son propre pays quand on a le sentiment qu’il nous a trahi ?

Il est bien facile d’amnistier, trop peut-être. Le général De Gaulle lui-même a fait libérer d’anciens officiers nazis dans le cadre de l’amitié franco-allemande, lors du traité de l'Élysée, en 1962. Cela relève de la même rapidité de traitement que l’épuration pour laquelle Bousquet a été un des derniers à comparaître et qu'il a été acquitté malgré sa grave culpabilité. Il est l'organisateur de la rafle du vél d'Hiv ! Avant d’amnistier, il aurait fallu prendre le temps d’élucider notre passé sans quoi, et comme c’est la cas, on génère de la frustration dans l’esprit des gens. Il y a donc bien au-delà de la question judiciaire une question pédagogique. Il faut sortir des termes d’amnistie ou de pardon qui entretiennent les notions de bien et de mal, c’est autour de la vérité qu’il faut travailler pour avancer.

Une fracture s’est-elle ouverte entre les Français et leur Etat depuis la Seconde Guerre mondiale, dont nous constatons aujourd’hui les résultats ?

Non, je ne crois pas que la fracture provoquée par la Seconde Guerre mondiale se situe entre l’Etat, le gouvernement, et les citoyens. Ce n’est pas une question de gouvernement, c’est une question de mémoire collective. La fracture est interne à la société française qui a conscience de vivre sur de fausses images d’elle-même. Sortons de la Seconde Guerre mondiale, mais restons sur l’Allemagne. Il est de bon ton de dire que le couple franco-allemand est le moteur de l’Europe alors que tout le monde sait qu’aujourd’hui seule l’Allemagne sert de moteur au vieux continent. C’est de cela que souffre la France, de se mentir sur ce qu’elle est et a été.

Propos recueillis par Jean-Baptiste Bonaventure

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (42)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
casanova
- 04/09/2013 - 22:23
Ils sont allés chercher Joachim Gauck
que personne ne connaît ni d'Eve ni d'Adam pour se prêter à une mascarade mitterrandienne pré-électorale.
smiti
- 04/09/2013 - 20:51
suite
..... sans se renier et sans hypothéquer son avenir.
Avant de parler de la "résistance", il faudrait faire l'analyse de notre défaite en 1940. En l’occurrence, le droit d'inventaire est passé à la trappe, il est vrai que cela arrange bien la gauche.
Donc il a fallu inventer une histoire plus glorieuse avec des historiens soit Gaullistes soit, le plus souvent communistes, cela facilite les choses n'est-ce pas.
Et puis avec le temps, l'histoire a été embellie. Plus on s'éloignait de ses événements et plus on nous trouvait des "témoins", de ces temps héroïques. A chaque décès d'un "résistant", nous découvrions grâce aux médias, des destins extraordinaires, de véritables héros. Puis la littérature, puis le cinéma, puis les séries télé se sont à leur tour emparés de la chose, écrivant à nouveau et réécrivant l'histoire.
Nous avons même eu droit à des "documentaires-fictions" sur le sujet, il faut oser, non ?
Alors évidemment devant un tel succès, il fallait récupérer l'héritage, d'où la guéguerre jamais finie entre les gaullistes et les communistes (enfin entre ceux qui s'identifient encore à ces familles politiques).
Les commentaires ci-dessous l'illustrent parfaitement.
smiti
- 04/09/2013 - 20:38
Vous avez dit résistance.
Les français s'accrochent à l'utopie car une nation ne peut pas regarder ses turpitudes en face