En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 11 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 49 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 28 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 31 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 27 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 10 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 40 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 36 min
© Reuters
Borloo a opté pour une position plus classique de centre-droit potentiellement allié d’une droite classique alors que Bayrou a tenté une aventure davantage autonomiste qui a eu un certain succès en 2007.
© Reuters
Borloo a opté pour une position plus classique de centre-droit potentiellement allié d’une droite classique alors que Bayrou a tenté une aventure davantage autonomiste qui a eu un certain succès en 2007.
Union du centre

Flirt Borloo-Bayrou : un rapprochement porteur d’une potentielle résurrection d’un centre qui compte

Publié le 02 septembre 2013
Après une série de mains tendues, François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont déjeuné ensemble la semaine dernière. Un rapprochement important à un an des élections européennes.
Alexis Massart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Massart  est directeur d'Espol, école européenne de sciences politiques et sociales de l'Université catholique de Lille.   
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après une série de mains tendues, François Bayrou et Jean-Louis Borloo ont déjeuné ensemble la semaine dernière. Un rapprochement important à un an des élections européennes.

Atlantico : Francois Bayrou et Jean-Louis Borloo ont « officiellement » déjeuné ensemble jeudi dernier après une série de mains tendues réciproques, laissant ainsi imaginer une réunion de « la famille centriste ». Le Modem et l’UDI appartiennent-ils réellement à une même famille idéologique ?

Alexis Massart : La proximité idéologique entre les deux ne fait absolument aucun doute. Si aujourd’hui Jean-Louis Borloo, ancien porte-parole de François Bayrou lors de la présidentielle de 2002, et François Bayrou ne sont plus dans la même formation politique, c’est avant tout à partir d’une lecture stratégique différente. L’un, Borloo, a opté pour une position plus classique de centre-droit potentiellement allié d’une droite classique alors que l’autre, Bayrou, a tenté une aventure davantage autonomiste qui a eu un certain succès en 2007. Par contre, une investigation sur le fond ne laisse apparaître que peu de différences. Qu’il s’agisse de l’Europe, de la décentralisation, d’une approche sociale-libérale de l’économie…. Il n’y a pas réellement de différence majeure entre les deux.

Ce rapprochement est-il, comme certains observateurs l’ont déjà dit, la tentative désespérée de deux mouvements politiques qui peinent à attirer ?

Il n’y a pas de désespoir dans cette démarche. L’UDI, qui existe depuis une année maintenant, a réussi en peu de temps, et en dehors d’une période électorale, à faire réapparaître ce qu’était l’UDF il a quelques temps. 70 parlementaires, des maires de grandes villes, des responsables d’exécutifs locaux, de nombreux élus locaux ont déjà rejoint l’UDI. Du coté du Modem la situation est un peu différente. Autant l’UDI est en phase de croissance, autant le Modem vit une situation difficile liée à l’extrême présidentialisation de son leader. L’échec de François Bayrou en 2012 a mis les cadres de son parti dans une position assez délicate pour les prochaines échéances locales. Beaucoup d’entre-eux, en conformité avec le dialogue Modem-PS de 2007, ont conclu des alliances avec la gauche lors des élections de municipales de 2008. La chute de Bayrou en 2012 les met dans une situation difficile pour les élections de l’an prochain. Le rapport de force sur lequel ils avaient conclu ces alliances il y a 5 ans n’existe plus aujourd’hui…. Le rapprochement UDI – Modem est donc davantage un lien qui pourrait se recréer, dans une idéologie clairement partagée, au sein d’une fratrie provisoirement divisée par une divergence de vue.

Jean-Louis Borloo considère que Francois Bayrou, et son parti avec lui, est « entré dans l’opposition ». Cependant, ce dernier n’a jamais choisi le camp de l’UMP dont l’UDI est pourtant très proche. Cette alliance pourrait-elle supporter ce clivage au-delà des Européennes de 2014 ?

François Bayrou est effectivement de plus en plus critique à l’égard du gouvernement, notamment face à une pression fiscale qui ne cesse de croître. Les opportunités de rapprochement entre le Modem et la majorité actuelle sont donc de plus en plus improbables. Ceci étant, le dialogue UDI – Modem ne peut avancer qu’avec une clarification des liens UDI – UMP. A ce stade Jean-Louis Borloo est relativement clair. Autant il affirme un positionnement historiquement inspiré de celui de l’UDF dans les années 80-90 dans une logique de rapprochement Droite – Centre Droit, autant il reste très ferme sur les questions de droitisation de l’UMP. Le rejet, par l’UDI, de certaines des positions de l’UMP donne une crédibilité plus forte à son autonomie dans l’espace politique qui par voie de conséquence vient conforter les possibilités de dialogue avec le Modem.

Si cette alliance venait à se concrétiser, quelle forme pourrait-elle prendre ? Peut-on imaginer que le Modem entre dans l’ « Union » ? La coexistence de deux fortes personnalités peut-elle poser un problème de représentation ?

La question structurelle n’a à ce stade que peu d’importance. Ce qui est essentiel est le choix stratégique que feront les deux leaders centristes dans leur rapprochement potentiel. Cette question, qui peut entraîner une restructuration de l’échiquier politique français est à traiter de manière assez urgente car les échéances locales et européennes, historiquement favorables à la famille centriste, peuvent permettre une forte croissance de cette famille politique réunifiée.

Une fois alliés, les deux grands centres français pourraient-ils constituer une potentielle force dirigeante crédible sans alliances ?

Le fait d’être majoritaire est un véritable confort pour une formation politique mais l’essentiel est avant tout d’être en position majoritaire au sein d’une coalition. S’il est peu probable que le centre devienne à lui seul majoritaire, il n’est pas totalement impossible qu’il atteigne un poids politique tel qu’il puisse être en position de force pour pouvoir gouverner. Michel Rocard, comme par hasard figure « centriste » du PS a su gouverner sans majorité absolue de 1988 à 1991, Jean-Louis Borloo pourrait très bien arriver dans l’avenir. Le rapprochement UDI – Modem pourrait être une première étape pour une telle configuration politique. Entre un PS de plus en plus impopulaire et une UMP davantage droitisée que ne l’imaginait son pacte fondateur, le Centre reste un rempart face à la montée en puissance du couple Le Pen – Mélenchon.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
oicaros
- 05/09/2013 - 14:38
Succès de Bayrou en 2007!!!!
Vous faites allusion au succès de Bayrou en 2007. Mais ce succès est un véritable leurre. Si Bayrou a fait 17%, ce n'était pas des votes d'adhésion (deux mois plus tard, au législatives, il retombait à son étiage réel (6-7%)) mais des votes de rejet. Il y avait dans l'électorat français un fort rejet de Royal. Cet électorat est d'ailleurs, aux législatives, retourné à sa famille naturelle.
S'il y a une alliance entre ces deux hommes, cela voudrait-il dire que Borloo renonce déjà à la présidentielle de 2017, Car Bayrou ne renoncera pas. Il finirait par croire qu'à son âge, c'est la seule chose qui le fait grimper aux rideaux.
Nana de la falaise
- 03/09/2013 - 07:29
Le centre ou la mort lente.
Étant donné qu'il n'y a pas de droite en France, le FN ayant un programme économique et edministratif largement étatique, que représente le centre ?
Dans un pays comme la France, où toute réforme d'envergure est impossible, celà reviendrait à bloquer le pays encore davantage.
Une sorte de thrombose.
la saucisse intello
- 03/09/2013 - 03:41
C'est dommage.....
D'avoir mis mon commentaire à la trappe, je le trouvais trés réaliste. Et si je supprime "par tous les trous", je peux le remettre ?