En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Valeurs républicaines : "Une partie de la société française se gargarise de sa vertu"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 47 min 39 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 2 heures 53 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 3 heures 20 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 4 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 5 heures 37 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 18 heures 7 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 21 heures 17 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 23 heures 2 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 5 heures 53 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 20 heures 14 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 21 heures 44 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 23 heures 28 min
© REUTERS/David Ryder
De nombreuses manifestations se déroulent un peu partout dans le monde pour dire "non" à la guerre en Syrie
© REUTERS/David Ryder
De nombreuses manifestations se déroulent un peu partout dans le monde pour dire "non" à la guerre en Syrie
Vrai-faux départ

Riposte (de plus en plus) limitée sur la Syrie : l'Occident est-il encore le gendarme du monde ?

Publié le 30 août 2016
Alors que le Royaume-Uni et le Canada ont annoncé cette semaine qu'ils n'interviendront pas en Syrie, Barack Obama a déclaré samedi 31 août qu'il attendra l'aval du Congrès avant toute opération militaire, repoussant ainsi la possibilité d'une intervention imminente.
Antoine Basbous est politologue et spécialiste du monde arabe, de l'islam et du terrorisme islamiste. Fondateur et directeur de l'Observatoire des Pays Arabes (OPA), il est également l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le tsunami arabe ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Basbous et Jean-Michel Schmitt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Basbous est politologue et spécialiste du monde arabe, de l'islam et du terrorisme islamiste. Fondateur et directeur de l'Observatoire des Pays Arabes (OPA), il est également l'auteur de plusieurs ouvrages dont Le tsunami arabe ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Royaume-Uni et le Canada ont annoncé cette semaine qu'ils n'interviendront pas en Syrie, Barack Obama a déclaré samedi 31 août qu'il attendra l'aval du Congrès avant toute opération militaire, repoussant ainsi la possibilité d'une intervention imminente.

Atlantico : Après la défection du Canada et de la Grande-Bretagne, Barack Obama a déclaré, samedi 31 août, qu'il allait demander au Congrès son aval avant toute intervention militaire en Syrie reportant ainsi la possibilité d'une opération, le Congrès ne reprenant les débats qu'à partir du 9 septembre. L'Occident est-il en train de se rendre compte qu'il ne peut plus être le seul gendarme du monde ?  En quoi le faux départ sur une riposte militaire en Syrie traduit-il un changement dans la donne géopolitique ? 

Jean-Michel Schmitt Le premier élément est qu’il y a une remise en question, probablement la plus forte depuis 1989, du principe de l’intervention. Les uns et les autres y croient de moins en moins, les opinions publiques y sont de plus en plus hostiles et le bilan des interventions passées est plutôt maigre. La rupture géopolitique est due à un doute croissant mais manifeste à l’égard de la capacité des puissances à régler les conflits internes et de la capacité du système international à régler les problèmes intérieurs.

La Grande-Bretagne est en train de vivre les contrecoups de son intervention aux côtés des Etats-Unis en Irak en 2003. D’un certain point de vue, son opinion publique était depuis un moment plus hostile à la pratique d’intervention que ne l’est l’opinion publique française. L’Angleterre rejoint l’Allemagne dans un mouvement critique à l’égard de toute forme d’intervention, ce qui met la France en première ligne. Auréolée d’une victoire qui est en partie illusoire, en tout cas perçue comme telle, au Mali. Les autorités françaises semblent plus enclines à accepter de participer à ce genre d’interventions que nos partenaires britanniques et allemands. Pour autant, il serait également illusoire de penser que l’opinion publique française y est favorable. Les sondages ont montré qu’elle était majoritairement défavorable et s'il n’y avait pas de mandat des Nations unies.

Antoine Basbous : A la fin de la Guerre Froide et l’effondrement de l’URSS, les Etats-Unis sont passés du statut de l’une des deux superpuissances à l’unique hyperpuissance. Ce statut n’a duré que de 1989 à 2001. Les attaques du 11 septembre et le coût des conflits consécutifs de la lutte anti-terroriste, puis la guerre en Afghanistan et en Irak, ont épuisé les Etats-Unis moralement, militairement et surtout financièrement. Ce constat s’applique aussi à ses alliés occidentaux, moins touchés par ce phénomène mais aussi plus vulnérables face à cette hémorragie due à la facture générée par des conflits militaires qui ont tourné à l’enlisement et à la guerre d’usure. C’est pourquoi, Obama a promis de solder les conflits hérités de George W. Bush et ne pas s’engager dans de nouvelles guerres. Après s’être préparé à corriger Assad, à reculons, pour honorer et justifier le statut de la plus grande puissance planétaire, le voilà qui refait demi-tour ! Il transforme un enjeu stratégique international, en objet de politique nationale américaine. Ce faisant, il a étalé son incapacité à tenir le rôle de leader du monde occidental. C’est la grande dépression géopolitique à Washington. Car Obama, après avoir beaucoup tergiversé, a décidé de ne rien décider et se décharge sur le Congrès. La pari est très risqué pour lui, pour les USA et pour les enjeux géopolitiques en cause, qu’il s’agisse de la Syrie, de l’Iran, de la Corée du Nord. La participation de la France à cette "correction" - si elle devait avoir lieu - découle de la logique de vouloir assumer son statut et ses responsabilités au titre de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, au moment où la "vieille Europe" plus édentée que jamais, semble démissionnaire en matière de géopolitique. Finalement, nous abordons un monde sans un "super-gendarme" évident, reconnu et qui s’impose mais avec plusieurs gendarmes qui peuvent se neutraliser. Au-delà du facteur des moyens, la personnalité du président des Etats-Unis reste un élément capital dans la définition du statut que voudra et pourra jouer Washington à l’avenir, surtout après que le pays ait retrouvé son moral et reconstitué ses forces et ses finances.

Finalement, peut-on considérer que l'unique but de cette intervention militaire est de dissuader à l'avenir de l'utilisation des armes chimiques ? 

Antoine Basbous : A l’heure actuelle, l’intervention devient assez hypothétique. La bulle Obama peut vite se dégonfler. L’ampleur annoncée de la frappe ne doit pas trop inquiéter le régime syrien, bien que les défections se soient multipliés depuis l’annonce de l’intervention. Il y a du ridicule dans l’attitude des Occidentaux : les 1400 morts du chimique pèsent plus lourd que les 100.000 morts par armes classique. Cette logique vaut un visa pour tuer impunément avec des armes conventionnelles !

 

Qu’est-ce que ce conflit révèle de l’état de l'hégémonie américaine et occidentale ?

Jean-Michel Schmitt : L’hégémonie américaine n’est pas en tant que telle remise en cause. Ce qui est mis en cause c’est la capacité des puissances d’intervenir de manière efficace dans des conflits qui leur échappent de plus en plus car ils dérivent de sociétés et non de stratégies internationales, ils ne sont pas endiguables par les instruments militaires dont disposent les puissances et parce qu’il souffle en ce moment, particulièrement au Moyen-Orient, un vent  souverainiste rigoureux dont profite très largement la Russie. Ce qui est intéressant avec Obama, c’est que c’est le premier président des Etats-Unis à prendre vraiment la mesure de ce changement, à comprendre que l’on n’est plus dans un système de Guerre Froide où le seul acte dissuasif de la puissance américaine permettait de rétablir un minimum de stabilité. On est dans un autre monde qui rend l’hégémon américain moins à même de traiter les différents foyers de conflits.

Les Occidentaux se rendent-ils compte qu’ils ne sont pas suffisamment forts pour intervenir ?

Antoine Basbous : C’est une erreur de penser cela. Les Occidentaux ont la capacité de réduire à néant le régime d’Assad mais ne le font pas car ils ne pourront pas contrôler la situation "du jour d’après". Ils administrent une correction à Assad pour qu’il cesse de recourir à l’arme chimique. Le problème n’est pas le manque de force mais le manque de perspectives pour l’alternance. Le moment n’est pas forcément venu pour déboulonner Assad, avant d’avoir préparé la suite. C’est la vision du jour d’après qui fait qu’Assad sera affaibli mais pas anéanti par la riposte programmée.

Les Etats-Unis sont-ils aujourd'hui isolés dans le dossier syrien ?

Jean-Michel Schmitt : Non. La conjoncture très souverainiste qui règne partout fait que les puissances émergentes, c’est-à-dire l’Inde, l’Afrique du sud, le Brésil, sont très anti-interventionnistes et opposées à l’usage de la force. Les états arabes aussi. L’Egypte a pris position contre l’usage de la force à l’encontre du régime syrien. On peut se demander jusqu’à quel point cette crise redonne le confort diplomatique au régime syrien qu’il avait auparavant.

Antoine Basbous : L’Amérique étale au grand jour ses faiblesses conjoncturelles liées à un président indécis, qui expose ses états d’âmes et qui n’est pas capable d’exercer le leadership de son pays. Mais c’est la Syrie qui est isolée. Elle ne peut compter que sur l’Iran, et ses satellites comme le Hezbollah, la Russie et la Chine, qui s’aligne sur Moscou. En revanche, les pays arabes sans exception, l’Occident (même si peu de pays participeraient à une action de force) ont condamné le recours à l’arme chimique par le régime syrien. Toutefois, les pays qui participeraient à une éventuelle action militaire seraient peu nombreux.

Propos recueillis par Karen Holcman

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Valeurs républicaines : "Une partie de la société française se gargarise de sa vertu"

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (33)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
JBSERBIST
- 02/09/2013 - 21:08
Et notre commerce extérieur?
Peut-on se permettre le luxe de perdre encore des marchés? c'est pourtant ce qui risque d'arriver si Assad parvient à reprendre en main son pays, et il semble en voie d'y parvenir. A sa place, je couperais mes importations en provenance de France. L'Allemagne, beaucoup plus pragmatique et en période électorale, s'est bien gardée de prendre position. Mais ce problème a t-il seulement effleuré l'encéphale de nos anthropoïdes du PS.
issartier
- 02/09/2013 - 09:07
Fanfan la tulipe
Fanfan la tulipe qui est toujours décidé à soutenir tout seul et coute que coute al Qaeda en Syrie, rejette d’emblée un éventuel avis contraire du parlement pourtant à sa botte .S’il n’y a vraiment aucun socialiste capable de l’éclairer et de le sortir de ses illusions il faut virer les méthodes de ce candidat à la dictature qui n’a pas du tout les moyens de ses ambitions.
walküre
- 02/09/2013 - 07:51
Gendarme ou colonisateur ?
A bien comparer les régimes coloniaux de jadis et les nôtres, ce sont les mêmes habillés des oripeaux de la démocratie et de l'assistanat. Derrière tout cela c'est le niveau de vie occidental qui est en jeu.
L'affaire syrienne en est une nouvelle démonstration.