En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

06.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 36 min 16 sec
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 1 heure 45 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 2 heures 55 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 7 heures 10 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 7 heures 35 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 1 heure 9 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 3 heures 46 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 1 jour 3 heures
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 5 heures
"De Cahuzac en son temps, à Moscovici, Le Roux et Sapin, c'est à qui répétera que l'on a trop demandé à l'impôt."
"De Cahuzac en son temps, à Moscovici, Le Roux et Sapin, c'est à qui répétera que l'on a trop demandé à l'impôt."
Néo-Rousseau

Overdose fiscale : comment tenter de rétablir le consentement à l'impôt

Publié le 29 août 2013
Alors que même certains socialistes prennent conscience de l'asphyxie fiscale qui met les Français à genoux, il est peut-être temps de repenser le contrat social.
Bruno Bertez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Bertez est un des anciens propriétaires de l'Agefi France (l'Agence économique et financière), repris en 1987 par le groupe Expansion sous la houlette de Jean-Louis Servan-Schreiber.Il est un participant actif du Blog a Lupus, pour lequel il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que même certains socialistes prennent conscience de l'asphyxie fiscale qui met les Français à genoux, il est peut-être temps de repenser le contrat social.

Après avoir usé et abusé de la taxation, émus par la grogne, les politiciens reconnaissent qu’il y a comme ils disent vulgairement - mais ils sont vulgaires - un ras-le-bol fiscal. De Cahuzac en son temps, à Moscovici, Le Roux et Sapin, c’est à qui répétera que l’on a trop demandé à l’impôt. Ce n’est même pas l’hommage du vice à la vertu, c’est pire, c’est une manipulation de l’opinion publique destinée à faire passer ce que demande Olli Roehn, le Maitre Européen, des coupes dans les dépenses.

Nous ne sommes absolument pas contre les impôts. Nous faisons un effort considérable pour être pour le financement des dépenses publiques. Cela nous coute, car au fond de nous, nous récusons à quiconque le droit de confisquer une partie du produit de l’activité des autres ; que ce soit pour les dépenses souveraines régaliennes ou pour  un minimum de répartition. Mais la société civile, qui dans notre optique est le seul guide, la société civile demande un minimum d’assistance, de sécurité et d’égalité. Donc nous nous inclinons, c’est le prix  à payer pour vivre en société. En attendant que le balancier social s’inverse et refasse la part belle à l’individu, nous admettons qu’il existe une tendance à toujours demander plus à l’Etat et cette demande doit être financée. Bref, il existe une tendance au socialisme, à la socialisation. Nous le précisons et répétons, en attendant que, les excès étant devenus insupportables, un mouvement de ré-émancipation de l’individu se dessine. 

Nos différentes Constitutions reconnaissent à l’unanimité, avec des variantes de formulation, quatre droits imprescriptibles, ce sont l’Egalité, la Liberté, la Sureté, la Propriété. En particulier, la plus radicale d’entre elles, celle de 1793. Si la propriété est un droit imprescriptible, cela veut dire que lorsque vous êtes taxés, on vous prend votre bien, le vôtre, celui qui vous appartient. Toute argutie qui consiste à dire "mais ce bien ne vous appartient pas vraiment, c’est grâce à la société que vous l’avez" est nulle est non avenue. Les constitutions reconnaissent le droit de propriété, ce qui est à vous est à vous et non pas à l’Etat ou à la Société en général. Nous ne sommes pas dans le cadre marxiste ou l’on considère comme Obama ou les socialistes que ce que vous avez, vous ne l’avez pas gagné, c’est la société qui vous l’a octroyé et donc que cette société peut aussi vous le reprendre.

Non, nous sommes encore dans le cadre bourgeois. L’impôt est une atteinte au droit de propriété sauf si il est accepté. C’est le sens de toutes les contorsions intellectuelles qui justifient les pouvoirs de l’Etat par une sorte de contrat social. Il s’agit d’inventer une fiction, le contrat social, pour donner une apparence de consentement à ce qui est une extorsion. Pourquoi pas ? Il faut bien des mythes, des croyances ou des illusions communes pour vivre ensemble. Mais au moins entretenons la fiction, faisons comme si nous n’étions pas dans le règne de la force et de l’abus de pouvoir, jouons le jeu de la fiscalité participative, équilibrée.

L’Etat n’existe pas. Personnellement, je ne l’ai jamais rencontré. Tout ce que je connais, ce sont des hommes comme vous et moi. Même chose pour le gouvernement, ce sont des hommes. Même chose pour les fonctionnaires, ce sont des hommes. Et tout est à l’avenant. La vie en société est un ensemble de rapports entre les hommes et non pas un rapport entre les hommes et des abstractions.

De même que la vie économique et financière est un ensemble de rapports entre les hommes et non entre les choses,  entre les hommes et non entre des produits et des artéfacts. Quand je me fais taxer pour rembourser les dettes des banques et celles des gouvernements, je me fais taxer par des hommes qui ont un train de vie, qui jouissent, qui paradent. Même chose quand je me fais tondre par les marchés, derrière l’ordre de Bourse, il y a une institution et derrière cette institution, il y a des gens qui gagnent beaucoup d’argent , qui ont des voitures avec chauffeurs,  qui touchent des bonus et qui paient peu d’impôts en général. 

Lorsqu’un Sarkozy, un Cahuzac, un Woerth, un Hollande, un Moscovici, un DSK, une Lagarde commettent une bêtise, alors émerge la vérité, on s’aperçoit que derrière il a toujours des individus en chair et en os avec leurs faiblesses, leurs insuffisances. On prend conscience de la réalité : nous sommes conduits par des gens comme nous, souvent pire que nous, puisqu’ils ont dû déployer plus de vilenies, plus d’efforts douteux, pour parvenir là où ils sont. Plus le singe monte haut et plus on voit son c.l et il n’est jamais propre. 

Ces gens se permettent de vous confisquer une partie de votre propriété, de vous culpabiliser, de vous contrôler, de vous épier, de vous faire passer pour des voleurs, pour de mauvais citoyens. Ils utilisent la force, la violence, la propagande, la manipulation, le bouc émissaire pour parvenir à leurs fins. Ils mentent, truquent les chiffres, tordent la vérité. Ils ne rendent pas de comptes voilà le grand mot. Les Chambres sont Chambres de copains et de coquins, Chambres d’enregistrement, nommés par le Parti en vogue ou mieux, le président - quand ils sont parachutés, suivez mon regard. Le Conseil Constitutionnel, c’est eux, cooptés. La cour des Comptes, c’est encore eux. Le Conseil Economique et Social ce sont les anciens, mais toujours  dévoués larbins. La Presse, ce sont les obligés réunis des subventions, de la publicité des grandes firmes, des banques. La Presse est tenue par l’accès aux sources, l’accès à sa matière première. Rien. Personne ne contrôle ces gens, ne pointe leurs erreurs, leurs fautes et surtout leurs dépenses. Les leurs et celles, bien plus colossales, qu’ils engagent. Nous réclamons sur eux, un droit symétrique de celui qu’ils ont sur nous. Après tout, le souverain, c’est nous, n’est-ce pas ?! 

Ils ont décidé, car ils ont vidé les caisses au fil des décennies et accumulé les dettes, que vous deviez payer plus, que vous deviez être transparents, mettre tout à disposition. Ne serait-il pas normal qu’un nouveau contrat soit signé et que solennellement il soit dit : Les citoyens doivent avoir la possibilité de contrôler directement, de vérifier, d’apprécier l’usage qui est fait de la propriété qu’on leur demande d’abandonner. Ne serait-il pas normal de compléter les institutions, comme on complète le corps des contrôleurs fiscaux, de compléter le corps des contrôleurs du peuple sur le gouvernement, l’état, les fonctionnaires, sur tout ce qui a le pouvoir de dépenser l’argent des autres, votre argent ? Une instance nommée par personne d’autre que le peuple souverain, sans intermédiaire, autorisée à assigner les pouvoirs, à les forcer au débat, à fouiller dans leurs comptes, s’assurer que les dépenses sont justifiées, efficaces.

Redevenu partenaire de l’impôt et de la dépense, garant rigoureux du bon usage de ce qui est prélevé, le peuple souverain n’en doutons pas, se réconcilierait avec la fiscalité, on ferait un pas vers, cette fois, un vrai contrat social. 

"Le maître à penser de la France, c’est Rousseau, le fameux Jean-Jacques ; c’est lui qui l’a engrossée de ses mythes fondateurs.

Du mythe de l’égalité qui détruit toute récompense et toute nécessité de l’effort, le mythe du bon sauvage qui fait encore les soirées des écolo-malthusiens, le mythe du contrat social qui sert de marchepieds aux petits chefs avides de pouvoir politique. Le tout enrobé dans les bons sentiments, dans la compassion, et bien sûr l’égoïsme propre aux enfants. Rousseau ne sait pas ce que c’est que travailler, toute sa vie, il a été gigolo, homme entretenu, déjà fonctionnaire socialiste. Il a été incapable de fonder une famille, il a abandonné ses enfants. Il a trahi ses amis ou volé leurs idées. Il n’a jamais réussi à dépasser le stade des partageux et pour cause, il n’a pas compris que la richesse ne tombait pas du ciel; que cela se créait par l’industrie, par le savoir-faire. Pour lui, la richesse c’était la terre, et si les uns en avaient, c’est que les autres n’en avaient pas, d’où son imbécile concept de l’injustice." Bruno Bertez mai 2013

Nous terminerons par cet extrait du Contrat Social de Rousseau, le Maitre-à ne-pas-penser des socialistes, lisez-le, dégustez-le, tournez la dans tous les sens, il est riche :  

« Celui qui ose entreprendre d’instituer un peuple doit se sentir en état de changer pour ainsi dire, la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-même est un tout parfait et solidaire, en partie d’un plus grand tout dont cet individu reçoive en quelque sorte, sa vie et son être, de substituer une existence partielle et morale à l’existence physique et indépendante. Il faut qu’il ôte à l’homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient étrangères et dont il ne puisse faire usage sans le secours d’autrui ». Contrat Social Livre II. 

Toute similitude avec le Projet Socialiste de créer une société nouvelle par l’impôt ne peut être que fortuite.

Cet article a initialement été publié sur Le blog A Lupus

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (27)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
2bout
- 31/08/2013 - 01:11
Jerem,
http://www.education.gouv.fr/cid57111/l-education-nationale-en-chiffres.html
139.4 Mds d'Euros en 2012 pour 12 000 000 d'élèves
Tout élève demande 68 Euros aux contribuables français pour se rendre chaque matin à l'école primaire, par exemple, et plus pour les autres cycles.
Donc certains payent pour les autres, c'est le principe de la solidarité, et évidement mon solde contributif est plutôt positif. Mais cette réflexion est empreinte de jalousie, et celle qui devrait vous venir à l'esprit aurait du être de vous interroger sur les moyens à mettre en oeuvre pour réduire le budget de l'Éducation Nationale. Une réflexion en tout point commun au raisonnement d'un petit et minable égalitariste, Monsieur Jerem.
jerem
- 30/08/2013 - 22:20
@2bout -
commercez deja par vous abstenir de me tutoyer

"apprends que certains contribuables, dont je fais partie, payent en divers impôts, taxes et prélèvements jusqu'à 80%"

digne d'un roger hanin ou d'un halliday . on espere que vous penser a tous ces gens qui n'ont pas ou plus d'enfant et qui paient pour vos 3 marmots .

tant que vous y etes sortez nous les sources de vos 137 milliards et du diviseur qui vous conduit a vos 11keuros .
2bout
- 30/08/2013 - 11:58
Et comme il était tard,
Les dépenses globales liées à l’éducation, collectivités comprises sont de 137 Mds Euros, soit 11 284 Euros par élève, et avec 171 jours travaillés, le coût d’une journée de classe (payée ou non pour cause de grève) d’un enseignant (en charge d’une classe) est de 1625 Euros.
Considérant les temps de cours dispensés à nos enfants par ses enseignants, et que l’on ait trois enfants, la contribution fiscale à leur éducation pour une famille est de 54 Euros de l’heure, à comparer au coût d’un précepteur.
11 284 Euros, telle est donc la somme engloutie par l’Etat pour que des parents confient leur enfant à un système d’endoctrinement.