En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Copé critique Fillon

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 24 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 57 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 9 heures 53 sec
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 51 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 14 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 40 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 39 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 23 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 48 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 44 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 14 heures 3 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 41 min
/!\

Comment identifier les produits du quotidien qui nous empoisonnent

Publié le 29 août 2013
Vinaigre balsamique, bonbons, dentifrice, fond de teint : aucun rayon du supermarché n'est épargné. Les produits du quotidien sont pointés du doigt par la revue "60 Millions de consommateurs".
Jean-François Narbonne est l'un des experts de l'ANSES, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, professeur de Toxicologie, expert pour l’affaire du Chlordécone.Il est par ailleurs professeur à l'Université de Bordeaux 1 et docteur en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Narbonne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Narbonne est l'un des experts de l'ANSES, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, professeur de Toxicologie, expert pour l’affaire du Chlordécone.Il est par ailleurs professeur à l'Université de Bordeaux 1 et docteur en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vinaigre balsamique, bonbons, dentifrice, fond de teint : aucun rayon du supermarché n'est épargné. Les produits du quotidien sont pointés du doigt par la revue "60 Millions de consommateurs".

Atlantico : Après la cigarette électronique, ce sont les produits du quotidien qui sont pointés du doigt par la revue "60 Millions de consommateurs". Celle-ci dénonce les produits de supermarché contenant des substances toxiques qui peuvent augmenter le risque de cancers, provoquer des allergies ou encore être à l'origine de perturbations hormonales. Comment identifier ces produits qui nous empoisonnent ?

Jean-François Narbonne : Ces produits sont potentiellement dangereux mais on ne peut pas affirmer qu’ils sont à l’origine de ces maladies. On est dans un système de précaution et si ces produits avaient un réel risque sanitaire, ils auraient été éliminés. Beaucoup de produits sont toxiques, c’est le cas de nombreux parfums, d’huiles ou même du sel de cuisine. On parle beaucoup du BHA, un additif alimentaire alors que le BHB est encore plus toxique et on en parle peu. Pour l’instant, on n’a pas démontré de relation avec la santé publique mais on entre dans un problème de précaution et gestion de la santé individuelle. C’est dans ce sens-là que l’article a été rédigé. La revue a parlé des produits qu’il fallait éviter mais pas de ceux qui ont la plus faible toxicité. En ce qui concerne le paraben, le plus utilisé est le méthyl paraben et c’est aussi le plus toxique. La revue n’en n’a pas parlé. La plupart des gens bannissent l’ensemble des paraben, ce qui est infondé. La réglementation européenne fait une différence entre les génotoxiques et les cancérigènes. Lorsqu’un produit n’est que cancérigène et qu’il n’attaque pas l’ADN, il est considéré comme ayant une dose journalière admissible.

Les consommateurs doivent surtout être vigilants sur les produits allergisants car avec de faibles doses, on peut avoir des fortes réactions. Historiquement, la réglementation sur les produits chimiques a eu du mal à s’appliquer. Au départ, seuls les médicaments étaient réglementés et ils n’étaient pas considérés comme toxiques. Maintenant, on dénonce aussi la toxicité des produits alimentaires.

Quelles sont les substances dangereuses dont il faut se méfier ? Comment différencier ces substances dangereuses de celles qui ne le sont pas ?

Les colorants naturels peuvent être dangereux, comme le henné par exemple. La protéine peut être identifiée comme une protéine étrangère. La plupart des colorants azoïques utilisés en teinturerie sont à éviter, mieux vaut privilégier des colorants naturels.

On a aussi interdit le BHA mais le BHB est encore plus dangereux.

Enfin, il y a des moyens de prévention qui ne font pas appel à la chimie, plus naturels et peu coûteux. Les lingettes et les produits de ménage peuvent être remplacés par du savon de Marseille et de l’eau de javel par exemple. Se mettre plusieurs crèmes sur la peau n’est de toute façon pas bon.

La liste des substances contenues dans ces produits est souvent incompréhensible pour le consommateur. Ce dernier dispose-t-il d’informations suffisantes sur les étiquettes pour déceler la toxicité des produits ? Existe-t-il des produits où la liste des ingrédients est absente ?

Malheureusement, non. Mettre une liste de produits chimiques sur un produit serait inutile dans la mesure où le consommateur ne la comprendrait pas. De plus, on ne peut pas tout mettre sur un étiquetage. On n’a pas trouvé de vrai système de transparence. Le consommateur ne comprend déjà pas la différence entre " génotoxique " et " cancérigène ", il comprend encore moins lorsque l’on parle de « perturbateur endocrinien », ce qui ne veut pas dire grand-chose.

Enfin, on n’a jamais pu démontrer les conséquences de certaines substances sur la santé. Le problème est le même qu’avec l’aspartame dans les boissons light, on n’a jamais pu prouvé les risques que cette substance comportait. Tout ce qui a pu être prouvé chez l’animal a été éliminé. Certaines études ont montré que les enfants qui consommaient plus de produits avec des conservateurs avaient un niveau de concentration plus faible mais rien ne le prouve vraiment, on ne peut donc rien interdire. Encore une fois, l’idéal est de remplacer tout ce qu’on peut par des produits naturels.

Ce qu’on peut faire c’est interdire les molécules les plus évidentes. Le risque est le niveau d’exposition par rapport aux valeurs toxicologiques de référence. Aujourd’hui, on n’interdit pas le produit mais on maintient l’usage de substances naturelles pour éviter les risques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Yvantof
- 30/08/2013 - 18:13
bizzarre
Je suis plus qu'étonné de lire de la part de M. Narbonne qui et relativement connu que selon lui le methyl paraben est le plus dangereux; la dangerosité des parabens augmente avec la complexité de la ramification et comme son nom l'indique le methyl paraben est le MOINS ramifié et donc le moins dangereux car a le moins d'affinité avec les recepteurs à oestrogenes
Chribou
- 29/08/2013 - 13:14
Les études de cet institut ne
Les études de cet institut ne font que refléter les volontés du pouvoir en place, elles ne sont pas crédibles.
Ravidelacreche
- 29/08/2013 - 10:38
Comment identifier les produits du quotidien qui nous empoisonne
En les gouttant ?