En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Macron skie français

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 17 min 44 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 23 min 49 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 55 min 37 sec
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 1 heure 58 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 3 heures 36 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 4 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 21 min 8 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 35 min 48 sec
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 3 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 14 heures 54 min
© Reuters
Pierre Moscovici a confirmé la création d'un PEA réservé au financement des plus petites entreprises.
© Reuters
Pierre Moscovici a confirmé la création d'un PEA réservé au financement des plus petites entreprises.
Peut mieux faire

Pourquoi vouloir financer les entreprises par des PEA n'a jamais été suffisant

Publié le 28 août 2013
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a officialisé lundi le relèvement du plafond du PEA de 132 000 à 150 000 euros. Il a aussi confirmé la création d'un PEA dédié au financement des PME et ETI.
Bernard Cohen-Hadad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cohen-Hadad est président de la commission financement des entreprises de la CGPME. Il est également président du think-tank Etienne Marcel et assureur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a officialisé lundi le relèvement du plafond du PEA de 132 000 à 150 000 euros. Il a aussi confirmé la création d'un PEA dédié au financement des PME et ETI.

Pierre Moscovici vient d’annoncer que la réforme du PEA (plan d’épargne en actions) sera intégrée dans la loi de finances et qu’un PEA PME verra le jour, en 2014. La création d’un PEA PME est une promesse de campagne du candidat François Hollande. En soi, c’est une bonne idée dans la mesure où ce dispositif intègre la palette des outils qui tentent d’orienter l’épargne des français vers le financement des PME et des ETI. Et en ce domaine, nous ne devons négliger aucune piste. Même si à force de vouloir rivaliser avec le « Mittelstand » on peut se demander si nous ne courons pas après un rêve.

Sans doute, mais tout doit être mis en œuvre pour aider les PME à améliorer leur compétitivité et leur niveau de fonds propres. Cet objectif n’est pas nouveau. Dès 2011, la CGPME avait attiré l’attention des pouvoirs publics sur cet enjeu. En 2012, le rapport Gallois puis, en 2013, le rapport Berger-Lefebvre ont souligné la nécessité d’orienter l’épargne de long terme vers le financement productif et la nécessité de flécher 100 milliards d’euros, en quatre ans, en direction du financement des PME et des ETI.

C’est pourquoi, il convient de rester prudent, de clarifier les enjeux et d’accompagner le financement de toutes les PME. Et non pas seulement une partie d’entre elles, celles qui sont les plus grosses, les plus rentables, les plus influentes. Celles qui, en réalité, n’ont pas vraiment de problème pour trouver des capitaux auprès des banques ou des marchés. Chacun le sait, la France compte peu d’ETI. Elle est, en revanche composée de plus de 2, 3 millions de TPE et PME, l’immense majorité des entreprises. Ne l’oublions pas en matière de financement des PME, et d’équilibre économique régional, le soutien à toutes les entreprises est important. Et la bataille du financement est loin d’être gagnée. Il faut donc dépasser les effets d’annonces institutionnels et les chiffres des prosélytes qui nous promettent des versements de 2, 5 milliards d’euros par an.

Le PEA PME est une solution. Il n’est pas un remède miracle. Le PEA est un dispositif patrimonial créé en 1992. Il a connu des hauts et des bas. En plus de 20 ans, le PEA c’est (seulement) 80 milliards d’euros d’encours à fin 2012. Comparé à l’assurance vie ou au livret A, une goutte d’eau. C’est un placement qui présente aujourd’hui un bilan tempéré. Le PEA relooké, avec le PEA PME au plafond de 75 000 €, c’est un peu l’art d’accommoder les restes. C’est surtout un signe. Une façon de donner confiance aux investisseurs privés, de faire un geste en faveur des banques, de revaloriser les placements en actions, et de mettre la lumière sur les valeurs moyennes alors que l’on tente de créer un cadre favorable pour une bourse des PME.

Enfin, les actions et les entreprises ne sont plus le diable, on en avait besoin. On voit bien aussi qu’il faut inverser la tendance dans une conjoncture où l’épée de Damoclès pointe sur la fiscalité de l’épargne et que les investisseurs âgés préfèrent le bas de laine.  Dans ces conditions, les actions des grosses PME et des ETI, en bonne santé, celles qui sont bien gérées sont rentables pour les investisseurs privés. Plus que celles du CAC 40. Mais si l’on veut réussir ce dessein et faciliter le développement des segments des PME et des ETI, le PEA PME doit pouvoir être investi dans des PME non cotées ou des parts de fonds centrés sur les PME, de moins de 250 salariés et de moins de 50 millions d’euros de chiffres d’affaires, qu’il convient réellement d’encourager.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 28/08/2013 - 22:22
Encore un mirage en Socialie.
Avant de vouloir créer des PEA, pour fournir éventuellement du financement à des PME, qui n'en trouveraient pas dans les circuits bancaires classiques (ce qui est une réalité), il faudrait commencer par se poser la question d'avant. A savoir si les PME, on envie de trouver du financement, pour se développer en Socialie ? Parce qu'il est là le point de départ !
Sinon, il n'est pas nécessaire de trouver du financement, à quelqu'un qui n'en cherche pas, parce qu'il n'a pas de raison de le faire.
lexxis
- 28/08/2013 - 18:40
FAUSSE ROUTE!
En réalité, on va de plus en plus demander aux particuliers de financer les PME et PMI, parce que les banques sevrées de capitaux à coût nul ou presque refusent d'assumer leur rôle premier qui est de prêter aux entreprises et que le pouvoir n'agit pas.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, l'investissement dans les PME et PMI est par essence risqué et il l'est d'autant plus qu'il n'existe pas encore de véritable marché pour ces valeurs.

Alors si vous voulez jouer votre argent à la roulette russe dans des entreprises où pas un banquier n'a voulu mettre les pieds et pour complaire à un Gouvernement qui étrangle l'entreprise en général, ne vous privez surtout pas. Faites attention quand même car là le problème N°1 n'est pas l'importance du rendement, mais la préservation de votre capital.

Et le pire c'est que le Gouvernement s'apprête à obliger prochainement les Français à investir une partie de leurs assurances-vie dans des entreprises incertaines avec une garantie d'Etat dont on sait ce qu'elle vaut lorsqu'il s'agit de l'Etat Français , de sa dette et de ses déficits, tout en laissant les banquiers à leurs jeux de casinos et à leurs bonus indécents.