En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 29 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 31 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 26 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 59 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 15 heures 48 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 8 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 33 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 11 heures 50 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 14 heures 49 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 31 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 36 min
© Reuters
Pierre Moscovici a confirmé la création d'un PEA réservé au financement des plus petites entreprises.
© Reuters
Pierre Moscovici a confirmé la création d'un PEA réservé au financement des plus petites entreprises.
Peut mieux faire

Pourquoi vouloir financer les entreprises par des PEA n'a jamais été suffisant

Publié le 28 août 2013
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a officialisé lundi le relèvement du plafond du PEA de 132 000 à 150 000 euros. Il a aussi confirmé la création d'un PEA dédié au financement des PME et ETI.
Bernard Cohen-Hadad
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cohen-Hadad est président de la commission financement des entreprises de la CGPME. Il est également président du think-tank Etienne Marcel et assureur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a officialisé lundi le relèvement du plafond du PEA de 132 000 à 150 000 euros. Il a aussi confirmé la création d'un PEA dédié au financement des PME et ETI.

Pierre Moscovici vient d’annoncer que la réforme du PEA (plan d’épargne en actions) sera intégrée dans la loi de finances et qu’un PEA PME verra le jour, en 2014. La création d’un PEA PME est une promesse de campagne du candidat François Hollande. En soi, c’est une bonne idée dans la mesure où ce dispositif intègre la palette des outils qui tentent d’orienter l’épargne des français vers le financement des PME et des ETI. Et en ce domaine, nous ne devons négliger aucune piste. Même si à force de vouloir rivaliser avec le « Mittelstand » on peut se demander si nous ne courons pas après un rêve.

Sans doute, mais tout doit être mis en œuvre pour aider les PME à améliorer leur compétitivité et leur niveau de fonds propres. Cet objectif n’est pas nouveau. Dès 2011, la CGPME avait attiré l’attention des pouvoirs publics sur cet enjeu. En 2012, le rapport Gallois puis, en 2013, le rapport Berger-Lefebvre ont souligné la nécessité d’orienter l’épargne de long terme vers le financement productif et la nécessité de flécher 100 milliards d’euros, en quatre ans, en direction du financement des PME et des ETI.

C’est pourquoi, il convient de rester prudent, de clarifier les enjeux et d’accompagner le financement de toutes les PME. Et non pas seulement une partie d’entre elles, celles qui sont les plus grosses, les plus rentables, les plus influentes. Celles qui, en réalité, n’ont pas vraiment de problème pour trouver des capitaux auprès des banques ou des marchés. Chacun le sait, la France compte peu d’ETI. Elle est, en revanche composée de plus de 2, 3 millions de TPE et PME, l’immense majorité des entreprises. Ne l’oublions pas en matière de financement des PME, et d’équilibre économique régional, le soutien à toutes les entreprises est important. Et la bataille du financement est loin d’être gagnée. Il faut donc dépasser les effets d’annonces institutionnels et les chiffres des prosélytes qui nous promettent des versements de 2, 5 milliards d’euros par an.

Le PEA PME est une solution. Il n’est pas un remède miracle. Le PEA est un dispositif patrimonial créé en 1992. Il a connu des hauts et des bas. En plus de 20 ans, le PEA c’est (seulement) 80 milliards d’euros d’encours à fin 2012. Comparé à l’assurance vie ou au livret A, une goutte d’eau. C’est un placement qui présente aujourd’hui un bilan tempéré. Le PEA relooké, avec le PEA PME au plafond de 75 000 €, c’est un peu l’art d’accommoder les restes. C’est surtout un signe. Une façon de donner confiance aux investisseurs privés, de faire un geste en faveur des banques, de revaloriser les placements en actions, et de mettre la lumière sur les valeurs moyennes alors que l’on tente de créer un cadre favorable pour une bourse des PME.

Enfin, les actions et les entreprises ne sont plus le diable, on en avait besoin. On voit bien aussi qu’il faut inverser la tendance dans une conjoncture où l’épée de Damoclès pointe sur la fiscalité de l’épargne et que les investisseurs âgés préfèrent le bas de laine.  Dans ces conditions, les actions des grosses PME et des ETI, en bonne santé, celles qui sont bien gérées sont rentables pour les investisseurs privés. Plus que celles du CAC 40. Mais si l’on veut réussir ce dessein et faciliter le développement des segments des PME et des ETI, le PEA PME doit pouvoir être investi dans des PME non cotées ou des parts de fonds centrés sur les PME, de moins de 250 salariés et de moins de 50 millions d’euros de chiffres d’affaires, qu’il convient réellement d’encourager.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 28/08/2013 - 22:22
Encore un mirage en Socialie.
Avant de vouloir créer des PEA, pour fournir éventuellement du financement à des PME, qui n'en trouveraient pas dans les circuits bancaires classiques (ce qui est une réalité), il faudrait commencer par se poser la question d'avant. A savoir si les PME, on envie de trouver du financement, pour se développer en Socialie ? Parce qu'il est là le point de départ !
Sinon, il n'est pas nécessaire de trouver du financement, à quelqu'un qui n'en cherche pas, parce qu'il n'a pas de raison de le faire.
lexxis
- 28/08/2013 - 18:40
FAUSSE ROUTE!
En réalité, on va de plus en plus demander aux particuliers de financer les PME et PMI, parce que les banques sevrées de capitaux à coût nul ou presque refusent d'assumer leur rôle premier qui est de prêter aux entreprises et que le pouvoir n'agit pas.

Mais qu'on ne s'y trompe pas, l'investissement dans les PME et PMI est par essence risqué et il l'est d'autant plus qu'il n'existe pas encore de véritable marché pour ces valeurs.

Alors si vous voulez jouer votre argent à la roulette russe dans des entreprises où pas un banquier n'a voulu mettre les pieds et pour complaire à un Gouvernement qui étrangle l'entreprise en général, ne vous privez surtout pas. Faites attention quand même car là le problème N°1 n'est pas l'importance du rendement, mais la préservation de votre capital.

Et le pire c'est que le Gouvernement s'apprête à obliger prochainement les Français à investir une partie de leurs assurances-vie dans des entreprises incertaines avec une garantie d'Etat dont on sait ce qu'elle vaut lorsqu'il s'agit de l'Etat Français , de sa dette et de ses déficits, tout en laissant les banquiers à leurs jeux de casinos et à leurs bonus indécents.