En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

07.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 3 min 32 sec
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 1 heure 52 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 2 heures 25 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 2 heures 45 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 3 heures 39 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 19 heures 31 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 21 heures 20 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 23 heures 6 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 heure 24 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 2 heures 34 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 4 heures 27 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 18 heures 44 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 20 heures 48 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 21 heures 45 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 23 heures 28 min
Taxorama

Impôts : mais qui est prêt à quoi au sein du gouvernement et de la majorité ?

Publié le 27 août 2013
Les récentes sorties de plusieurs membres de la majorité sur le "ras-le-bol fiscal" des Français face aux hausses d'impôts laissent planer le flou sur la politique gouvernementale.
Alexis Vintray et André Bercoff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexis Vintray est l'un des rédacteurs en chef du site Contrepoints.fr. Il est diplômé d'HEC Paris en management et de Paris I Sorbonne en histoire.André Bercoff est journaliste et écrivain. Il est notamment connu pour ses ouvrages publiés sous...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les récentes sorties de plusieurs membres de la majorité sur le "ras-le-bol fiscal" des Français face aux hausses d'impôts laissent planer le flou sur la politique gouvernementale.

Atlantico : Ségolène Royal vient de déclarer ce lundi dans un entretien à Libération qu'une "hausse des prélèvements aurait un effet mécanique sur le pouvoir d'achat mais aussi des effets psychologiques néfastes". Une sortie qui semble rejoindre celle de Pierre Moscovici, qui a récemment mis en garde contre le "ras-le-bol fiscal" des Français. Peut-on dire que cette position de modération est aujourd'hui partagée par d'autres membres de la majorité ?

Alexis Vintray : Le diagnostic semble de plus en plus partagé par les socialistes : regardez Julien Dray, Laurent Fabius, René Dosière ou Didier Migaud (« Baisser les dépenses, une priorité absolue »). Et c’est logique car, d'une part, tous les leviers d'impositions et de taxations créatives diverses ont été poussés, et d'autre part, la base même socialiste, fait remonter un profond mécontentement. Si l'augmentation des impôts est toujours présentée comme dirigée vers les riches, elle touche en réalité toujours (et même majoritairement) les classes moyennes, dans lesquelles on retrouve l'électorat socialiste.

La montée des mouvements de protestation (pigeons, moutons, tondus, poussins, etc.) montre que la grogne s'installe. Et elle est plus néfaste politiquement que la grogne contre le mariage homosexuel parce qu'elle n'est pas clivante, au contraire. Les socialistes ont donc tout intérêt à jouer largement la carte de l'apaisement. La question est de savoir si cela se traduira par quelque chose de concret derrière. Compte tenu du track record des socialistes, on ne peut qu'en douter ; autrement dit : les hausses d'impôts risquent de continuer mais plus discrètement, c'est tout. 

André Bercoff : Comme on n’a pas réussi – si tant est qu’on l’ait tenté – à diminuer les dépenses publiques d’un Etat qui ressemble de plus en plus à une femme enceinte de huit mois et demi, et que l’on recherche désespérément plus de six milliards, il ne reste plus qu’à taxer comme une bête les moutons de Panurge. Et à dorer la pilule en la qualifiant d’écologique, avec l’inénarrable taxe carbone. On dénonçait hier la TVA anti-sociale pour mieux l’augmenter aujourd’hui. Le tout dans une sidérale clarté.

Le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, a dénoncé une tentative "d'intox" de la droite et mis en avant les opérations d’allègements fiscaux prévues pour 2014 (Crédit d'Impôt, réforme des plus-values immobilières, fiscalité allégée sur les jeunes entreprises innovantes et taux réduit de la TVA pour la construction de logements sociaux pour un total de 12.2 milliards d'euros). Cette confiance se retrouve-t-elle dans les rangs de la majorité actuellement ?

Alexis Vintray : Si des socialistes sont convaincus que les impôts vont cesser d’augmenter, ils sont très discrets, et pour cause : alors que les Français reçoivent en ce moment leurs avis d’imposition et voient la réalité des hausses d’impôts, en nier la réalité reviendrait à se tirer une balle dans le pied ; prétendre aujourd’hui encore que « 90% des Français seront épargnés par les hausses d'impôts » tuerait le peu de crédibilité et de popularité que le gouvernement a pu conserver.

Il y a malgré tout quelques signaux qui vont dans la bonne direction, mais bien trop timorés et sans vision d’ensemble (CICE, timides allègements de fiscalité, etc.). C’est bien dommage car, à complexifier encore le système français on n’aide pas ceux qui en ont vraiment besoin. Surtout, une baisse sensible de la dépense publique est seule capable d’envoyer le signal clair que les impôts ne vont pas augmenter et pourrait enfin relancer une économie française exsangue.

André Bercoff : Tout cela est bel et bien en marche, mais il n’empêche que la France emprunte des centaines de millions d’euros par jour à un taux d’intérêt qui est en train de monter inexorablement, et ce en dépit des déclarations auto-satisfaites des uns et des autres. La charge de la dette augmente de façon exponentielle, la croissance n’est pas au rendez-vous, la boucle du chômage tarde à s’inverser malgré les emplois publics de plus en plus envisagés comme une câlinothérapie électorale : comment voulez-vous modifier le tableau sans changer les couleurs ?

Les écologistes restent quant à eux partisans d'une fiscalité incitative pour booster les "secteurs d'avenir", but avoué, notamment, de la taxe carbone. Cette idée relativement consensuelle à gauche lors de la campagne de 2012 est-elle toujours aussi populaire au sein de la majorité ?

Alexis Vintray : On entend encore peu de critiques à gauche contre ces mesures, mais le silence est monté en même temps que l’aveu sur l’impossibilité de financer de nouvelles dépenses et le discours sur le « ras le bol fiscal ». Pire, quand le ministre de l’Ecologie annonce la création d’une taxe carbone, il suscite désormais immédiatement une levée de boucliers au PS. Tout cela doit surement aussi à l’absence de résultats tangibles des emprunts d’avenir de Nicolas Sarkozy ou de la BPI, mais il est possible qu’ils resurgissent si le déficit devait se réduire plus rapidement que prévu.

Cette mise en sourdine des politiques quasi planificatrices est toutefois la bienvenue, alors que les études montrent qu’un « emploi vert » détruit en fait quatre emplois dans le reste de l’économie

André Bercoff : Pendant que l’on rêve de bâtir la ligne Maginot de la taxe carbone, des éoliennes et du retricotage de la couche d’ozone, l’Asie continue de polluer à mort tandis qu’au Dakota, le gaz de schiste est à l’origine d’une nouvelle ruée vers l’or noir. Mais ça, il ne faut pas le dire sous peine de passer pour un néo-réac empoisonneur du territoire.

Thierry Mandon, député socialiste de l'Essonne, s'est emporté contre une hausse d'impôts et préconise d'instaurer "une mesure de franchise des heures supplémentaires exceptionnelles [...] permettrait aux salariés les plus modestes d'être exonérés d'impôt sur le revenu". Peut-on parler d'un "tir" isolé ou cette idée peut-elle voir le jour plus largement au sein de la majorité ?

Alexis Vintray : L’idée reviendrait à faire purement et simplement marche arrière pour le gouvernement qui a annulé cette mesure phare de la présidence Sarkozy. A priori donc, il y a peu de chance pour un tel retour en arrière : ce serait un reniement du gouvernement socialiste actuel et un boulevard pour l'extrême-gauche.

Plus pragmatiquement cependant, le gouvernement est à court de solutions pour relancer la machine économique française. Les impôts sont au plus haut et entravent toute reprise économique tandis que personne ne croit sérieusement que des emplois aidés aident sur le front de l’emploi puisqu’il faudra de nouveaux impôts pour les financer. Alors, à court d'idées et de marge de manœuvres, oui, il est possible que le gouvernement fasse discrètement machine arrière. Cela sera appelé autrement, cela sera peut-être même un peu camouflé dans un gros projet de loi. Encore une fois, il s'agit surtout de circonstances : si la reprise économique est vraiment là, les socialistes ne feront certainement pas cet effort. Mais si la tendance ne se confirme pas, ou pire, se retourne, oui, c'est une idée qui pourrait voir le jour, en désespoir de cause. 

André Bercoff : Encore un effort, chers camarades, pour aboutir à une mesure révolutionnaire : la défiscalisation des heures supplémentaires. Comment ? Vous nous dites que cette mesure a existé et que le gouvernement actuel l’a supprimée ? Je ne peux pas le croire. Notre président et nos ministres sont des gens sages, mesurés, rationnels et compétents : ils ne peuvent donc pas mettre leurs pas dans ceux de l’horrible Sarkozy qui a, comme chacun sait, ruiné le pays. Travailler plus pour gagner plus est une idée socialiste. Toute personne qui prétendrait le contraire fait évidemment le jeu du Front National.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jefferson
- 28/08/2013 - 09:01
jefferson
Arrêtons de nous disputer !
Il est tout à fait possible ,pour certains commentateurs , que tout aille bien en France Mais ce n'est pas mon avis ! Même si l'opposition ferait mieux de se taire étant donné les événements récents , qui perdurent , je ne crois pas en ce nouveau pouvoir , élu dans les conditions que l'on sait !
De France et de plus loin
- 27/08/2013 - 21:39
Chacal
Je vous envie: quand on pense que les faibles, les pauvres et les fragiles sont des assistés, la vie doit être plus simple, c'est un peu comme croire en dieu, ça aide. À moins que vous ne pensiez que les pauvres sont majoritairement d'hypocrites parasites qui profitent de vous..
CN13
- 27/08/2013 - 21:14
quelqu'un ou médias peuvent dire...
Est-ce que quelqu'un ou quelques médias peuvent nous dire s'il y a eu - en 15 mois de Hollande et sa secte socialos au pouvoir - une seule annonce positive AUTRE que les mots IMPOTS et TAXES qui sortent de leur bouche chaque jour ?
La seule chose positive qu'ont donné les "français" d'origine maghreb/africain à Hollande : devenir le locataire de l'Elysée "une parenthèse de cinq ans sur le toit du monde".
En punition, il nous rackette et fait les fonds de nos poches.
Bravo ! quelle performance !