En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 7 heures 27 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 12 heures 5 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 12 heures 53 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 13 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 14 heures 46 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 15 heures 14 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 16 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 10 heures 25 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 12 heures 18 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 13 heures 15 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 13 heures 47 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 14 heures 23 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 16 heures 21 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 16 heures 43 min
Le lien entre vos bas de laine et la dette des Etats est retord.
Le lien entre vos bas de laine et la dette des Etats est retord.
Decod'Eco

Comment votre épargne dans les banques sert à financer la dette des Etats sans même que vous ne vous en rendiez compte

Publié le 27 août 2013
Si le fait que l'épargne des Européens sert à financer la dette des Etats n'est plus un mystère, le mécanisme qui permet cela est complexe. Eclairage.
Isabelle Mouilleseaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Mouilleseaux est directrice de publications chez Publications Agora.Elle a notamment co-écrit Le déclin du Dollar : une aubaine pour vos investissements ? (Valor, 2008).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si le fait que l'épargne des Européens sert à financer la dette des Etats n'est plus un mystère, le mécanisme qui permet cela est complexe. Eclairage.

A votre avis, quel est le point commun entre toutes ces récentes décisions : Au Portugal, les fonds de pension portugais vont dorénavant pouvoir investir jusqu’à 90% de leur capital dans les obligations d’Etat domestiques. Fini le sain principe de diversification qui n’autorisait pas ces fonds à placer plus de 55% de leurs avoirs dans la dette souveraine. Quatre milliards d’euros vont ainsi venir se jeter corps et âme dans la dette souveraine, ce qui couvrira 25% des besoins de financement du pays en 2014.

En Italie, on s’applique depuis peu à créer des obligations souveraines spécifiquement destinées aux petits investisseurs ; obligations qui plus est vendues via internet sans commission. Compétitivité assurée !

Quant au gouvernement espagnol, il a décidé de pousser toutes les manettes au maximum. La caisse de retraite espagnole, qui pouvait déjà investir jusqu’à 90% de son capital dans l’obligataire souverain, va pouvoir pousser le bouchon jusqu’à… 97% ! Mieux même, le gouvernement va jusqu’à piocher directement dans la caisse de la Sécurité sociale pour payer les retraites. C’est tellement plus rapide…

4,5 milliards d’euros ponctionnés en juillet qui s’ajoutent aux sept milliards déjà puisés l’hiver dernier. Voilà qui fait tout de même 11,5 milliards d’euros en quelques mois pour un fonds qui en pèse 59. Un cinquième du fonds vient d’être liquidé pour faire face à des dépenses courantes. "Où diable allons-nous à ce rythme ?" doivent s’inquiéter les retraités espagnols.

Vous avez trouvez le point commun entre toutes ces décisions ?

C’est la captation par l’Etat de capitaux privés pour financer la dette souveraine à bon compte et ainsi éviter le défaut. En effet, faire défaut sur sa dette fait des vagues - et beaucoup de perdants. Le genre de vagues dont les politiques se passent volontiers. D’après les études académiques menées sur les défauts souverains, les détenteurs d’obligations perdent en moyenne 50% de leur capital dans ce type de scénario.

Vous comprendrez donc aisément que les politiques confrontés au risque de défaut souverain cherchent "d’autres solutions". Comprenez un moyen plus discret d’arriver au même objectif : faire face au boulet de la dette qui les étouffe. 

Les Etats, aussi rusés qu’habiles, ont trouvé un moyen bien plus discret et subtil

Détourner les fonds privés qui vont habituellement s’investir dans le secteur privé (les entreprises créatrices de richesses) ou à l’international, pour se financer à bon compte.

L’idée est simple. Il s’agit de manipuler les flux d’épargne et de capitaux pour les pousser à financer la dette nationale. Voilà qui procure un double avantage aux Etats nécessiteux et dans le besoin : d'une part, les émissions obligataires trouvent preneurs et d'autre part, le taux d’intérêt évite de grimper (voire baisse) grâce à une demande suffisante. Cela réduit le coût de la dette et donc le déficit budgétaire par ricochet.

Les liens incestueux entre banques et Etats vont dans ce sens

En mai et juin derniers, les banques italiennes et espagnoles se sont littéralement gavées d’obligataire souverain, achetant 85% de l’obligataire domestique émis. Les banques espagnoles sont assises sur un encombrant matelas de 318 milliards d’euros d’obligations souveraines (+10% sur le trimestre) et les italiennes de 428 milliards d’euros (+10% sur le trimestre). Espérons que ce ne soit pas un matelas à air.

Objectif de la manoeuvre ? Contrer la hausse des rendements obligataires souverains induite par les bavardages intempestifs de Bernanke quant à l’arrêt éventuellement peut-être probable sait-on jamais, du QE3.

L’épargne déposée par les Italiens et Espagnols dans les banques finance ainsi la survie et le fonctionnement de l’Etat, qu’ils le veuillent ou non. Avec au passage un gros effet d’éviction : les banques diminuent le financement du secteur privé. Pauvres entreprises créatrices de richesses, les voilà reléguées au statut de dégât collatéral…

Pour briller en société…

… sachez que dans le jargon économico-financier, cette méthode porte un nom : la répression financière. D'où l’implacable perspicacité de Joseph Di Censo (ex-FMI devenu gérant de portefeuille chez BlackRock) qui déclarait récemment : "pourquoi voudriez-vous restructurer la dette alors que la répression financière est si élégante ?"

Elégante mais surtout terriblement efficace. Pour l’Etat en tout cas. On peut aller plus loin encore dans la voie royale et subtile de la répression financière - à condition d’avoir un zeste d’inflation à disposition (même déguisée, comme c’est le cas actuellement). Voici comment cela marche.

Lorsque le taux d’intérêt est maintenu artificiellement bas par des politiques monétaires ultra-laxistes, les taux d’intérêt réels (rendement moins taux d’inflation) peuvent devenir négatifs. Le rendement devenant négatif, votre obligation souveraine, au lieu de vous rapporter, vous coûte de l’argent. Vous vous retrouvez dans la très inconfortable situation de devoir "payer" pour financer la dette de l’Etat. Une véritable bénédiction pour les Etats dont le fardeau s’allège à mesure que vous vous faites dépouiller… Et vous comprenez soudain l’intérêt de minorer le taux d’inflation officiel.

Pour l’investisseur captif qui finance patriotiquement le déficit de son pays, c’est un impôt aussi douloureux que celui sur le revenu. Toutefois, son caractère moins sonnant et trébuchant et d’une délicieuse discrétion fait qu’il passe mieux.

Un constat fâcheux

Si jamais l’Italie, l’Espagne ou le Portugal devaient malgré tout restructurer leurs dettes, ce serait alors leurs banques, citoyens et retraités qui supporteraient les pertes. Dit autrement : citoyens, retraités et banquiers portent le risque souverain sur leurs épaules…

Le citoyen (et surtout son argent) est devenu captif malgré lui d’un système qui part à la dérive. Le retraité est pris en otage - on pioche dans le fonds qui doit assurer sa retraite pour faire face aux dépenses courantes. Ainsi, le cordon ombilical bancaire qui relie les banques aux Etats en quasi faillite est devenu une véritable dynamite en puissance.

[NDLR : Avec La Chronique Agora, découvrez ce qui se passe dans les coulisses de l'actualité économique et financière mondiale. En plus, c'est gratuit ! Il suffit d'un  clic pour vous inscrire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 27/08/2013 - 13:19
@ Vinas Veritas........
Tout déjeuner de chasse qui se respecte comporte de la cochonaille (charcuterie Crouzet, Bagard !), du pélardon (fromage de chêvre trés dur, trés fort et qui passe bien mieux avec du pain tiède et du beurre ! Disons qu'aprés une matinée "normale", la demi-baguette c'est maigre, trés maigre ! Non, ça commence à tenir la route à une et demi ! Là-dessus un bon café (pour moi) et du picrate pour mes copains et on est bon pour repartir "faire les pieds" de l'autre côté du versant ! Trotinette, lui, emporte toujours de l'omelette que sa vieille maman lui cuisine le matin même. Quant à mon Simon, il n'amène rien......il sait que Madame prévoit pour deux.....ou plutôt, vue sa carrure, pour trois ! Ce sont des moments où la vraie vie exprime toute sa saveur, le bois ses odeurs, on sent l'automne qui s'approche en bons paysans que nous sommes, on parle de ceux qui ne sont plus là, chasseurs ou chiens, des battues passées qui font partie de la légende, de tout, de rien, de nous, des autres.........la vie, quoi !
la saucisse intello
- 27/08/2013 - 12:21
@ Cedric Citharel........
Je suis sur que nous avons du croiser les mêmes ! Seulement moi, je ne me contentais pas de les "croiser".........je finançais la croisière !
jean fume
- 27/08/2013 - 11:59
Bon article. Et c'est précisément pour ça,
qu'il faut éviter de mettre son argent dans les banques.
Pour cesser d'engraisser des légions de fonctionnaires qui ne servent à rien, sinon à faire des voix.
De plus, et c'est là le plus grave, c'est que ceux qui alimentent ce système qui se déverse dans le tonneau des danaïdes de la dette, devienne les propres garants de leur propre argent, déposé dans les banques qui alimentent cette dette. De sorte, qu'in fine, il vont avoir beaucoup de mal, à garantir leurs propres dépôts, avec de l'argent qui aura disparu dans le tonneau.
La morale de l'histoire, se résumant ainsi : les baisés comptez vous !