En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 16 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 11 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 13 heures 43 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 14 heures 46 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 24 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 16 heures 40 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 12 heures 27 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 8 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 23 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 15 heures 51 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 16 heures 34 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 16 heures 47 min
Indignation stérile

Massacres en Syrie : mais à quoi servent donc les armées arabes ?

Publié le 25 août 2013
La position de la Ligue arabe en Syrie n'est pas : "Silence, on tue !", mais "Crions, on tue !". Et ça s’arrête là.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La position de la Ligue arabe en Syrie n'est pas : "Silence, on tue !", mais "Crions, on tue !". Et ça s’arrête là.

En Syrie, l’horreur est permanente depuis des mois. Maintenant, elle est chimique, ce qui heurte les consciences les plus cyniques. De toutes parts on entend donc monter cette douloureuse interrogation : « Mais que fait la communauté internationale ? »

Le terme de « communauté internationale » est une de ces expressions vides de sens dont l’unique utilité est de servir aux discours des chefs d’État et aux « Unes » gémissantes des journaux. Car c’est quoi, la « communauté internationale » ? Le Malawi et le Liechtenstein ? La Moldavie et le Zimbabwe ? Le Niger et les Maldives ? Le Botswana et le Laos ? La Mongolie et le Monténégro ? Tous membres (et égaux en droits) des Nations unies. Évidemment non. Le ronflant vocable de « communauté internationale » désigne en réalité, une fois enlevé son déguisement langagier, les puissances occidentales, États-Unis en tête. C’est à elles, et à elles seules, que l’on demande d’agir militairement pour faire cesser le massacre en Syrie. Peut-être le nouveau « fardeau de l’homme blanc », pour reprendre l’expression de Kipling… Mais la Syrie n’a-t-elle pas des voisins tout proches de la scène où se déroulent les tueries ? Mais la Syrie n’est-elle pas un pays arabe ? Mais la Syrie ne faisait-elle pas, jusqu’à il y a peu, partie de la Ligue arabe, habituée certes aux massacres régionaux, et qui a trouvé que Bachar al-Assad en faisait un peu trop ?

Pourquoi eux, qui ont mis le régime syrien au ban du monde arabe, n’interviennent-ils pas ? L’Arabie saoudite a la plus puissante aviation de la région : ses avions sont à une heure de vol de Damas. L’Égypte dispose elle aussi d’une force aérienne redoutable, formée et entraînée par les Américains : pour elle aussi, Damas c’est trop loin. La Jordanie, plus petite, dispose d’une des meilleures armées de terre de la région : juste une frontière tenue par ses alliés de l’Armée syrienne libre (ASL) à franchir. Le Qatar, côté militaire, n’est pas non plus à plaindre : mais il préfère utiliser ses milliards pour entraîner les hommes de l’ASL.

Envoyer des soldats qataris, jordaniens, égyptiens ou saoudiens en Syrie ? Mais – comme on dit à la récré – ça s’fait pas ! C’est aux Occidentaux d’y aller, avec la bénédiction plus ou moins gênée et hypocrite de la Ligue arabe. Il est vrai que Ponce Pilate était du coin. Par principe, les armées arabes ne tuent pas d’autres Arabes. Sauf les leurs.

L’armée syrienne prouve tous les jours son excellence dans ce domaine. L’armée irakienne, du temps de Saddam Hussein, a été très efficace pour exterminer les Kurdes et les chiites. L’armée libyenne a - Kadhafi régnant - démontré son savoir-faire sanglant jusqu’à ce que l’aviation occidentale (pas arabe !) eut raison d’elle. L’armée jordanienne a su, il y a longtemps certes, massacrer les Palestiniens révoltés. Et l’armée égyptienne, de façon certes modeste comparée aux autres, a, au Caire et ailleurs, montré que son doigt sur la gâchette ne tremblait pas.

Dans chacune de ces capitales arabes, Tartuffe devrait avoir son monument. Mais les pays occidentaux, compréhensifs, tendent une oreille bienveillante aux gémissements qui émanent des pays concernés : « Vous devez savoir que nos opinions publiques ne comprendraient pas si nous… » Des avions américains, français, anglais, c’est évidemment plus confortable et plus inoffensif. Et puis, en cas de « dommages collatéraux », de victimes civiles, on peut toujours se laver les mains. Voilà à quoi sert ce machin appelé Ligue arabe. Il est vrai qu’elle a parfois de bons moments, et qu’elle trouve régulièrement le temps de condamner vigoureusement Israël et l’occupation des territoires palestiniens. Un front uni et unanime. Ce qui prouve d’une certaine façon, plutôt paradoxale, l’utilité de l’existence de l’État hébreu.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
POBOBO
- 26/08/2013 - 10:52
Pourquoi une couche supplémentaire
Remplacer de la merde avec de la merde fraiche n'apporte rien, sinon plus de désagrément et d'odeur, la France n'a pas n'est pas là pour réguler les chiottes du moyen orient.
Quitte à occuper nos militaires, nous avons suffisamment de merde à nettoyer chez nous, surtout de coté de Marseille
Aquoibon
- 26/08/2013 - 10:20
Culpabilité occidentale.
Laissons intervenir la "communauté arabe". Cette solution ne comporte que des avantages:
- Cela évite à l'occident de mettre les pieds dans un dossier complexe ou il n'a rien à gagner, sauf a se faire de nouveaux ennemis qui ne manquent pas.
- Les armées arabes sont pré positionnées.
- Les puissances de la région règleront leurs problèmes "en famille"
- l'Europe et les USA feront l'économie d'une intervention armée et ne s'exposeront pas à cette culpabilité chronique qui les travaille depuis 1945. Nous ne porterons pas la responsabilité d'un quelconque bilan de l'opération, ni de l'inévitable déstabilisation de la région qui en résultera.
Puisque chacun s'accorde sur la maturité politique de ces puissances, le moment est venu de les voir à l'action et révéler les dissensions.
MauvaiseFoi
- 26/08/2013 - 06:38
Bien vu Rayski
Qu'ils s'entretuent et comptons les points tant que ça ne déborde pas chez nous. Avantage : il faudra bien remplacer le matériel cassé.