En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

L'e-mail peut-il servir de preuve au tribunal ?

02.

Chabal ne jouera pas

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 50 min 42 sec
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 1 heure 39 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 3 heures 9 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 4 heures 26 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 6 heures 46 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 8 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 1 heure 14 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 2 heures 25 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 3 heures 45 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 6 heures 10 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 8 heures 22 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 10 heures 27 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 11 heures 7 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 11 heures 39 min
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 13 heures 13 sec
L’expression de « Pearl Harbour informatique » est née dans les années 1990.
L’expression de « Pearl Harbour informatique » est née dans les années 1990.
Menace geek

A quoi ressemblerait un "Pearl Harbor" numérique ?

Publié le 22 août 2013
Le site de la BBC s’interroge sur le fait que peu d’attaques informatiques de grande ampleur aient été menées contre de grands pays. Les Etats-Unis, par exemple, ont jusqu'ici été épargnés par ce qu’on pourrait comparer à un Pearl Harbour ou un 11 septembre numérique.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le site de la BBC s’interroge sur le fait que peu d’attaques informatiques de grande ampleur aient été menées contre de grands pays. Les Etats-Unis, par exemple, ont jusqu'ici été épargnés par ce qu’on pourrait comparer à un Pearl Harbour ou un 11 septembre numérique.

Atlantico : Peu d’attaques informatiques massives et visibles contre un pays en particulier sont à dénombrer, d’après Sharon Weinberg sur le site de la BBC (voir ici). Y a-t-il déjà eu des précédents, et pourquoi sont-ils si peu nombreux ?

François-Bernard Huyghe : Il faut s’entendre sur ce que l’on qualifie « d’attaque ». On compte énormément d’attaques d’espionnage, destinées à dérober des données sensibles qui ont une valeur. Dans ce domaine, les Etats-Unis sont souvent victimes. D’autres sont plus symboliques, destinées à humilier un adversaire, soit en marquant son passage à la manière des Anonymous ou de la Syrian Electronic Army, soit en procédant au déni partagé d’accès, qui consiste à utiliser énormément d’ordinateurs zombis pour engorger un site internet. Ces attaques sont courantes et relativement faciles à mener, elles sont extrêmement énervantes, mais ne mettent pas un pays à genoux. Dans tous les conflits actuels on l’observe, il suffit de regarder ce qui se fait entre Israël, la Palestine, les Etats-Unis, la Syrie, le Hezbollah, etc.

L’expression de « Pearl Harbour informatique » est née dans les années 1990. Il s’agit d’une sorte de fantasme américain. Comme, dans notre société, tout dépend des ordinateurs, une opération menée par des hackers terroristes ou amateurs pourrait détraquer tous les systèmes indispensables à notre vie : contrôle des avions, services bancaires, indemnisation des chômeurs, approvisionnement énergétique... Ce serait donc une attaque de pure anarchie qui viserait à paralyser un pays en empêchant des services de fonctionner normalement. Outre une prise de contrôle de feux rouges dans une ville américaine, on n’a jamais vu d’attaque de ce genre et d’une telle ampleur. Une prise de contrôle des services informatiques des urgences parisiennes coûterait des vies humaines, cependant cela ne s’est jamais produit.

Pourquoi ce « Pearl Harbour informatique » ne s’est-il jamais produit ?

Tout d’abord, parce que c’est un fantasme. On en a changé plusieurs fois la terminologie : « Waterloo informatique », puis « Cybergédon » en référence à l’Apocalypse... Les colporteurs de telles théories sont des think tanks américains spécialisés dans les questions de sécurité qui, d’une certaine façon,  ont intérêt à « vendre » de la peur. Beaucoup de budgets en dépendent, ce qui a créé une constante en matière de sécurité informatique, consistant à dire qu’il faut protéger ses infrastructures vitales et sociales.

Deuxièmement, ce n’est pas si facile. Les services de sécurité travaillent beaucoup sur la notion de résilience : on ne peut pas éviter les attaques, mais on peut faire en sorte de répartir les risques sur plusieurs ordinateurs.

Et troisième raison qui laisse à penser que de telles attaques n’arriveront pas : quel intérêt aurait-on à faire cela ?

En effet, quel serait l’intérêt de paralyser les systèmes informatiques d’un pays ou même d’une ville ?

On comprend très bien l’intérêt des Américains et des Israéliens à paralyser le système d’enrichissement d’uranium des Iraniens avec le virus Stuxnet. La logique est évidente : l’action est ciblée, et répond à des objectifs stratégiques très clairs. En revanche, quel serait l’intérêt pour un Etat de créer le chaos dans les systèmes de distribution d’électricité à Paris ou dans le trafic aérien à l’aéroport de Washington ? Si cela n’est pas accompagné d’un message politique fort, soumettant l’autre pays à des revendications, cela n’a pas beaucoup de sens. Il est difficile de dire si des Etats sont prêts à employer ce genre de moyens avec les risques que cela comprend.

Car il vaut mieux viser juste. Les systèmes sont tellement interconnectés qu’il est difficile d’attaquer un pays sans en toucher un autre, ou en évitant un « retour de feu ». Le virus Stuxnet, conçu pour toucher un système industriel bien déterminé, a tout de même terminé dans la nature ! On peut très facilement se tirer une balle dans le pied. Si l’attaque informatique précède une invasion militaire, alors elle a un sens. Mais seulement dans ce cas bien précis.

S’il devait s’agir d’un groupe privé dont le but unique serait de provoquer un maximum de dommages, là encore il est permis de se demander qui pourrait avoir une telle volonté. On n’a jamais vu de groupe extrémiste, de droite ou de gauche, le faire, d’autant plus qu’une telle action ne rendrait pas très populaire son initiateur.

Cependant, la destruction avec un maximum de dégâts était l’objectif des terroristes qui se sont sacrifiés le 11 septembre 2011. Cela est-il si imaginable dans une attaque numérique ?

Cela pourrait se comprendre si c’était pour accompagner une offensive militaire ou une vague d’attentats. Les djihadistes ne l’ont jamais fait, à l’exception de quelques actions à portée symbolique contre des banques israéliennes. S’ils le faisaient, ils pâtiraient d’un déficit symbolique, car leur message passerait moins bien. Donc on ne devrait pas assister à des coupures massives, par ce biais, de réseaux électriques ou de chauffage, parce que cela est techniquement difficile, et que personne n’y a réellement intérêt.

En revanche, on verra toujours de petits groupes de hackers – antisionistes, par exemple – qui pirateront une banque, une compagnie aérienne ou un ministère, pas tant pour instaurer le chaos que pour humilier symboliquement. Des numéros de cartes bancaires israéliennes ont par exemple été diffusés, sans aller au-delà. La Syrian Electronic Army, quant à elle, s’est presque livrée au canular d’étudiant en faisant croire que la Maison Blanche avait été attaquée et que Barack Obama était blessé. Résultat, la Bourse de New York a baissé pendant quelques minutes.

Quels dispositifs stratégiques faudrait-il attaquer pour affaiblir durablement un pays ?

Si vous entrez dans un conflit militaire, vous penserez assez logiquement à faire ce qui se faisait déjà pendant la Seconde Guerre mondiale : vous enverrez des paras derrière les lignes pour couper les lignes téléphoniques, ou bien vous essaierez, comme la Russie en Géorgie, d’économiser des missiles en envoyant des virus dans les systèmes de radars, les télécommunications ou les sites officiels. Les risques de déborder sur le domaine civil étant très importants, il faut veiller à bien cibler les actions : ministère de la défense, télécommunications, radars, transports terrestres et aériens, approvisionnement énergétique… Ceci étant, cela reste de l’accompagnement, un simple « bonus » équivalent à ce que ferait un bon commando derrière les lignes ennemies. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Allemands changeaient les panneaux routiers de sens pour faire perdre du temps aux Alliés… On est dans cet ordre d’idée.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

01.

L'e-mail peut-il servir de preuve au tribunal ?

02.

Chabal ne jouera pas

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Lennart
- 23/08/2013 - 07:00
Si tous les réseaux tombaient
internet, téléphonie, gsm, gps etc.. que d'individus complètement perdu sans iBidule ne sachant plus, écrire, compter, raisonner et parler aux autres sans iBidule interposé.
Un drame à l'origine de milliers de suicides de gens qui croyaient tout savoir alors qu'ils ne savaient rien, même pas le minimum pour survivre.
grosboeuf
- 22/08/2013 - 21:48
Quel intérêt aurait-on à faire cela ? Une réponse en 10 lettres
Vandalisme
Le vandalisme désigne tout acte de destruction ou de mutilation s'attaquant à des biens publics ou privés.

"une telle action ne rendrait pas très populaire son initiateur": à une époque à laquelle des ex-hackers sont parfois recrutés par des services de cyber-sécurité, j'ai un peu de mal à y croire. ..
Anachronique
- 22/08/2013 - 21:43
Points de désacords 2
Reste l'Iran et autres dictatures refusant le dogmatisme américain , la encore des raisons structurelles et financières empêchent ceux ci de pouvoir un cyberimpact . Je reste pantois , sur la capacité d'informé sur de tels sujets , parlant de stuxnet mais mettant sous silence l'attaque informatique d'envergure que l’Estonie a subie en 2007 .
Ps une erreur dans l'article 2011 a la place de 2001 .