En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Un base jumper.
Fais comme l'oiseau

Base jump, wingsuit, saut en haut des falaises : quelle est la limite entre sport extrême et auto-destruction ?

Publié le 20 août 2013
La semaine dernière, trois adeptes de wingsuit – un sport entre deltaplane et chute libre qui permet au pratiquant de planer grâce à sa combinaison en forme d'ailes, avant de déclencher un parachute – se sont tués en France.
Jean-Cyrille Lecoq est psychologue du sport, coach et préparateur mental. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Cyrille Lecoq
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Cyrille Lecoq est psychologue du sport, coach et préparateur mental. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La semaine dernière, trois adeptes de wingsuit – un sport entre deltaplane et chute libre qui permet au pratiquant de planer grâce à sa combinaison en forme d'ailes, avant de déclencher un parachute – se sont tués en France.

Atlantico : Base jump, wingsuit et autres sports plus ou moins basés sur de la chute libre affichent un taux d'accidents mortels conséquent, mais attirent pourtant des athlètes, parfois chevronnés et expérimentés. Comment expliquer cet engouement de pratiques sportives flirtant avec la mort ? Est-ce vraiment par seul attrait sportif ?

Jean-Cyrille Lecoq : Un premier élément pour expliquer l'attrait pour ces disciplines, c'est la recherche du plaisir immédiat et des sensations. On est dans un monde où l'on cherche constamment à vibrer. Avec ce type de sport, on est amené à connaître des sensations dans un laps de temps souvent court, un peu comme ce que l'on ressent avec une décharge d'adrénaline. Je pense que c'est cette recherche qui attire les adeptes. 

Après, la relation à la mort, je ne pense pas que ces gens y pensent sur le moment. De plus, les performances extrêmes - comme celle de Baumgartner (qui a effectué un saut à 36 000 mètres d'altitude, ndlr) - peuvent paraître bizarre mais sont en fait très bien préparées. Et c'est assez généralisable aux sports extrêmes : une apparence de faible préparation alors qu'en fait quasiment rien n'est laissé au hasard. On est face à des gens souvent très calculateurs. 
 

Quel est le cheminement psychologique amenant des sportifs à se lancer dans ces épreuves ? Y a-t-il un "profil type" du sportif de haut niveau s'intéressant à ces disciplines ? 

Il y a deux critères. Primo, le fait de ne pas avoir de limites. Secundo, il y a un vrai besoin de reconnaissance. Cela peut être lié à des problématiques rencontrées au cours de l'adolescence et à la manière de les résoudre en se marginalisant pour accepter les bouleversements que l'on rencontre. 

Comment les pratiquants perçoivent-ils le risque ? En ont-ils peur ? Est-ce une source d'excitation supplémentaire ? Ou bien y sont-ils totalement indifférents ? 

La notion de risque, ils l'ont. Lorsque vous parlez avec ces personnes, ils savent que c'est dangereux. Mais il y a un côté "invulnérable", avec l'idée que l'on peut toujours inverser les choses. Je vais prendre un exemple tout bête : quand vous faites un créneau et que vous accrochez votre voiture, vous entendez un bruit, vous abîmez votre pare-choc et pourtant, on a le réflexe avant de descendre de sa voiture de faire le chemin inverse en espérant que la carrosserie va se remettre en place comme avant. C'est un peu pareil avec ces sportifs : ils prennent des risques avec l'idée qu'ils vont toujours pouvoir s'en sortir et échapper à la mort.   
 

A partir de quand cette volonté de pratiquer ces sports - qui sont généralement autorisés - devient-elle pathologique et malsaine ? Où est la ligne rouge selon vous ? 

Je ne sais pas si on peut parler de pathologie. En général les gens auto-destructeurs vont simplement recourir au suicide. Là, on est face à des profils atypiques qui repoussent la ligne rouge tous les jours sans avoir l'impression de la franchir. S'ils avaient des pulsions suicidaires, ils n'auraient qu'à ne pas ouvrir le parachute...

Ce sont plutôt des personnalités joueuses qui veulent franchir des lignes que d'autres ne franchissent pas, ce qui leur permet d'obtenir une certaine reconnaissance. Quand vous côtoyez ces personnes, vous constaterez qu'il n'y a pas de côté morbide chez eux. S'il y en avait un, ils ne se lanceraient pas dans ces pratiques. Bien sûr, quand on les observe de l'extérieur, nous ne voyons que la limite telle qu'elle est, mais eux parviennent à la repousser un peu plus à chaque fois.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Tontonne
- 21/08/2013 - 17:49
Mais c'est genial, ce truc! A conseiller fortement aux Socialos!
Vous nous dites:
"Ce sont plutôt des personnalités joueuses qui veulent franchir des lignes que d'autres ne franchissent pas, ce qui leur permet d'obtenir une certaine reconnaissance. Quand vous côtoyez ces personnes, vous constaterez qu'il n'y a pas de côté morbide chez eux. S'il y en avait un, ils ne se lanceraient pas dans ces pratiques. Bien sûr, quand on les observe de l'extérieur, nous ne voyons que la limite telle qu'elle est, mais eux parviennent à la repousser un peu plus à chaque fois".

Mais, ca crève les yeux! c'est la tout a fait notre gouvernement!

Vite: Mercredi prochain, qu'ils aillent vite, après le Conseil des Ministres, en bande organisée, en haut de la tour Montparnasse, avec ou sans jumpsuit, nous réussir un super saut. Oh, le beau tas au sol!
Mais, hélas, je dois rêver. Ils ont surement d'autre priorités.
Que voulez vous: Les pesants devoirs de leur charge. Ou d'autres plus hautes ambitions?
Allons, les gars: Soyez fous; Épatez-nous: La Roche de Solutré. Carrément!. La gueule que ca aurait!

Salut, les gars, A bientôt a la Télé!
Alex de M.
- 20/08/2013 - 16:52
Bon Dieu mais c'est bien sur !
Alors grâce au présiflan et à son sinistre Manuel le chimique la France est en plein "sport extrême" ?
Moi qui la voyait en pleine auto-destruction !
ABROGATION !
Salaudepatron
- 20/08/2013 - 11:01
Foutez leur la paix !
Ces gens la ne coûtent rien a la société, vu que s'ils se plantent l'effet est radical, donc pas de frais médicaux pour le contribuable...
Moi je respecte totalement leur philosophie et s'ils prennent leur pied en pratiquant ce sport très risqué, je considère que ça les regarde et uniquement eux, ils n'emmerdent personne.
Cette putain de société qui veut mettre ses règles partout devient insupportable et je suis prêt à parier qu'un député bien pensant va chercher à faire interdire le wingsuit.
J'ai pratiqué le parapente pendant plus de 15 ans et je ne comptais pas le nombre de remarques critiques, de la part de bien pensants qui voulaient me convaincre que c'était pas bien de mettre sa vie en danger...
Je sais que beaucoup pensent le contraire, mais ma vie m'appartient et j'estime être le seul a pouvoir décider du niveau de risque que je suis prêt a accepter pour me faire plaisir !