En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

07.

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 1 heure 39 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 3 heures 17 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 6 heures 11 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 8 heures 31 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 10 heures 14 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 10 heures 21 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 10 heures 46 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 2 heures 19 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 7 heures 36 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 8 heures 9 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 8 heures 50 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 9 heures 57 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 10 heures 21 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 10 heures 45 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 10 heures 47 min
© Reuters
Manuel Valls et Christiane Taubira.
© Reuters
Manuel Valls et Christiane Taubira.
Clash

La réforme pénale de Taubira est-elle compatible avec la politique de fermeté de Valls ?

Publié le 15 août 2013
Selon "Le Monde" d'hier mardi 13 août, le ministre de l'Intérieur affirme qu'il a de nombreux "désaccords" avec la garde des Sceaux sur le projet de loi pénale.
Xavier Bebin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Bebin est secrétaire-général de l'Institut pour la Justice, juriste et criminologue. Il est l'auteur de Quand la Justice crée l'insécurité (Fayard)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon "Le Monde" d'hier mardi 13 août, le ministre de l'Intérieur affirme qu'il a de nombreux "désaccords" avec la garde des Sceaux sur le projet de loi pénale.

Atlantico : Dans une lettre à François Hollande, publiée par Le Monde hier mardi 13 août (lire ici), Manuel Valls fait part de son désaccord sur les projets de réforme de la justice de Christiane Taubira. Le projet de loi pénale voulu par la garde des Sceaux est-il compatible avec la politique de fermeté du ministère de l’Intérieur ?

Xavier Bébin : Une « politique de fermeté » n’a de sens que si elle est mise en œuvre à la fois par la police et la justice. D’où le dilemme éternel des ministres de l’Intérieur. Ce sont eux, paradoxalement, qui doivent rendre des comptes sur « leurs » résultats en matière de sécurité, alors que c’est le ministre de la Justice qui concentre les leviers les plus efficaces pour faire reculer la criminalité : les lois pénales, les instructions aux parquets et la gestion des prisons. Autrement dit, la sécurité tient en grande partie dans les mains de Christiane Taubira, mais c’est Manuel Valls qui sera sanctionné dans l’opinion si la criminalité augmente.

Le résultat, c’est cette lettre de Valls adressée au président Hollande : il ne peut pas laisser passer un projet pénal qui risque d’aggraver l’insécurité et, accessoirement, nuire à son avenir politique.

Quels sont précisément les aspects de ce projet qui posent problème à Manuel Valls ?

Le point d’achoppement majeur concerne les multirécidivistes, à l’encontre desquels aucune fermeté supplémentaire n’est prévue. Le projet prévoit même vraisemblablement la suppression des peines plancher pour les récidivistes, ce qui serait un message de laxisme supplémentaire à leur égard.

Or Valls, dans sa lettre, pointe un phénomène que la criminologie a établi depuis longtemps, mais que Taubira et sa « conférence de consensus » ignorent superbement : un petit noyau dur de la délinquance est responsable de la majorité des crimes et délits. En moyenne, 5 % seulement des délinquants commettent plus de 50 % de l’ensemble des infractions commises. Ces délinquants « suractifs » sont même responsables d’une proportion encore plus importante des crimes les plus graves (meurtres, viols, etc.). Valls sait bien que la société est plus sûre lorsque ce noyau dur est derrière les barreaux, et c’est pourquoi il n’est pas prêt à tolérer une mansuétude supplémentaire à leur égard.

Manuel Valls pointe aussi de façon assez subtile un défaut criant de la réforme Taubira sur le plan des alternatives à la prison. Faire un projet de loi sur ce terrain revient selon lui à mettre la charrue avant les bœufs, car on ne peut pas encourager par la loi ces alternatives à la prison sans au préalable les avoir rendues crédibles et effectives par de véritables réformes de « terrain ». Sans moyens supplémentaires et sans une modification en profondeur des méthodes de suivi, de surveillance et d’accompagnement, toute mesure législative ne peut qu’être un coup d’épée dans l’eau. 

De façon assez malicieuse, Valls reproche ainsi à Taubira de faire… du sarkozysme, c’est à dire selon lui de faire voter des lois d’affichage pour contenter une clientèle politique (le syndicat de la magistrature et l’aile gauche du parti socialiste en l’occurrence), sans rien changer de la réalité du terrain. On imagine que Christiane Taubira a dû apprécier le compliment.

Manuel Valls laisse entendre dans ce courrier qu’aucun terrain d’entente n’est envisageable sur cette réforme. Y a-t-il malgré tout un compromis possible ?

Le compromis sera vraisemblablement le statu quo, ce qui signifie que Valls et Taubira seront tous les deux perdants. L’équation, rappelons-le, est simple : la France compte 69 000 détenus, 57 000 places de prison et 100 000 peines en attente d’exécution. Taubira souhaiterait vider les prisons mais ni Valls, ni Hollande ne la laisseront faire, car ils savent quelles conséquences cela aura sur la criminalité (et sur les élections !). Ils ont en tête ce qui s’est produit de 1997 à 2002 : la gauche avait vidé les prisons de façon dogmatique (de 55 000 à 47 000 détenus) ce qui avait entraîné une explosion de la délinquance, éliminé Jospin au premier tour de la présidentielle et placé Le Pen au deuxième.  

Valls, lui, demande la construction de prisons pour que les peines soient exécutées, que la justice soit crédible et que le sentiment d’impunité recule. Mais lui non plus n’obtiendra pas gain de cause, puisque la première mesure de Taubira, validée par François Hollande a été de supprimer le programme de 25 000 places de prison supplémentaires voté (en dernière minute) par la droite.

Le compromis sera sans doute au milieu du gué : pas trop de laxisme supplémentaire, mais pas non plus les mesures de fermeté indispensables pour faire reculer la criminalité.

François Hollande doit-il trancher entre la garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur ? Quels seraient alors les scénarios possibles ?

Oui, c’est le devoir du président de la République de trancher, car il ne saurait exister au sein d’un même gouvernement deux lignes politiques aussi opposées, surtout sur un sujet politique aussi central que la lutte contre la criminalité. C’est comme si, en matière économique, Montebourg était au même rang que Moscovici et qu’ils menaient chacun, avec des leviers différents, la politique (opposée) à laquelle ils croient.

Le problème est que Christiane Taubira, à la différence d’un Arnaud Montebourg, ne veut pas se contenter du ministère de la parole et entend utiliser pleinement ses pouvoirs de garde des Sceaux pour faire avancer son idéologie, d’où la réforme pénale qu’elle a préparé.

On peut imaginer que, par réalisme aussi bien que pour des raisons politiques, Hollande finira par trancher, au moins implicitement, en faveur de Valls. Mais celui-ci est de toute façon condamné à une fermeté de façade puisque les prisons seront toujours en sous-capacité, avec leur cortège de surpopulation carcérale, de peines inexécutées, de sentiment d’impunité et de multirécidivistes en liberté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 15/08/2013 - 22:52
Taubira, Valls, matons des bagnes Guyanais
de la France!
ils ne méritent que notre mépris, pour leur mépris des victimes, leur mépris des prisonniers dans des conditions inhumaines, leur mépris du peuple...
issartier
- 15/08/2013 - 22:00
@sheldon -
@sheldon - 15/08/2013 - 00:34 vous dites « Sarkozy a voulu Taubira comme ministre ! On peut comprendre que certains font tout pour qu'il n'y ait pas de bilan de l'ère Sarkozy !! » Mais sans rigoler et dans le réel c’est bien Hollande qui l’a nommée et qui ne souhaite pas que l’on fasse son bilan avant la fin de son mandat !
issartier
- 15/08/2013 - 21:52
Je suis surpris
Je suis surpris qu’aucun procureur ne poursuive Taubira pour complicité active chaque fois qu’un criminel notoire relâché de son fait récidive bien avant la fin de la durée normale de sa peine. Elle devrait également être aussi poursuivie pour mauvais traitements par les prisonniers pour avoir annulée la construction votée de 25000 places de prisons supplémentaires en vue de se conformer aux directives européennes. S’ils étaient dépouillés de leur irresponsabilité d’un autre âge, Hollande et Ayrault seraient également à poursuivre pour ne pas l’empêcher de nuire gravement aux citoyens dont ils ont la charge. Le vrai changement , ce serait ça !