En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 15 min 10 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 55 min 52 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 2 heures 3 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 43 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 45 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 30 min 52 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 58 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 23 min
En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport et encore d’autres équipements.
En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport et encore d’autres équipements.
In the middle of nowhere

Les Etats-Unis livrent des armes à l’Irak : pourquoi ils n’ont plus aucune idée de ce qu’ils sont en train de faire au Moyen-Orient

Publié le 08 août 2013
Les Etats-Unis veulent livrer des armes à l'Irak, alors que ce pays n'en a pas besoin. Tentative de décryptage d'une stratégie américaine qui se cherche.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis veulent livrer des armes à l'Irak, alors que ce pays n'en a pas besoin. Tentative de décryptage d'une stratégie américaine qui se cherche.

Atlantico : Ces deux dernières semaines le Pentagone a soumis à l’approbation du Congrès américain plusieurs ventes d’armes à l’Irak, pour un total de 5 milliards de dollars. Les autorités militaires américaines invoquent la nécessité de protéger l’espace aérien irakien, notamment vis-à-vis de l'Iran. Quel est l'enjeu stratégique de ce contrôle des airs ?

Alain Rodier : L’attitude de Washington vis-à-vis de Bagdad, et plus largement dans la région, est très étonnante, car il n’y a pas lieu pour l’Irak de se défendre contre l’Iran. En effet, le pouvoir irakien est chiite, et il est par conséquent très proche du pouvoir iranien à l’heure actuelle. A court ou moyen terme, la possibilité d’un conflit entre les deux États est infime. Les propositions de ventes d’armes portent sur des hélicoptères, des engins blindés NBC et des missiles sol-air. Donc rien de très récupérable par des terroristes. La seule source d’inquiétude est la livraison de missiles Stinger.

Les militaires américains disent vouloir couper les livraisons d’armes par les airs entre l’Iran et la Syrie. Cet argument est-il valable ?

Étant donné l’affrontement actuel entre l’arc sunnite et l’arc chiite (ce dernier comprenant Bagdad, Téhéran, le Hezbollah et Damas), cette ouverture vis-à-vis de l’Irak est extrêmement étonnante. Cela dit, les armements engagés dans ces contrats n’entrent pas dans les préoccupations immédiates de l’Irak, qui est actuellement confrontée à une guerre civile. De toute façon, la politique américaine dans la région me surprend de plus en plus.

En quoi la politique américaine au Proche-Orient est-elle surprenante ?

Les Etats-Unis ont soutenu très longtemps et jusqu’à récemment les Sunnites contre les Chiites, en se livrant à une guerre interposée en Syrie, destinée à contrer la menace chiite iranienne, et plus particulièrement nucléaire. Armer le gouvernement irakien chiite, très proche de Téhéran, soulève bien des points d’interrogation. S’il devait y avoir des transferts d’armements, ce serait plutôt depuis l’Irak vers l’Iran et la Syrie.

Si on rentre dans les détails de l’équipement, les unités de lutte NBC pourraient laisser penser que les Américains craignent que des armes chimiques tombent entre des mains indélicates, qui ne seraient pas forcément celles du gouvernement syrien. Car il ne fait plus aucun mystère que la terre de jihad Irak-Syrie forme maintenant un front unique entre Chiites et Sunnites. En toute logique, l’Irak se positionne du côté des Chiites, puisque l’ennemi intérieur est sunnite. Les Etats-Unis, qui jouaient plutôt pour les Sunnites, tout comme le Qatar et l’Arabie Saoudite, semblent désormais faire marche arrière. Peut-être cherchent-ils à diviser pour mieux régner, cependant ils donnent plutôt l’impression de ne pas savoir où ils vont.

En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport, et encore d’autres équipements. Est-on certain que l’armée régulière aura toujours la main mise sur ces armements ? Est-elle parfaitement fiable ?

L’armée régulière irakienne – chiite – est tout à fait fiable en la matière. Et même l’Iran n’aurait pas besoin d’un éventuel transfert de ces livraisons depuis l’Irak, car elle a son propre armement. Ce pourrait être un signe envoyé par les Américains en direction de l’Iran depuis l’élection d’Hassan Rohani. Une ouverture serait ainsi créée, dans le but de lancer des négociations dans le domaine nucléaire. De plus, ces livraisons ne sont pas considérables :  l’équipement est assez ancien, voire obsolète, il ne représente donc pas un danger à l’heure actuelle. Le potentiel ennemi aérien irakien, par exemple, est quasi nul. On peut donc se demander si cette affaire ne s’intègre pas dans les prémisses de négociations avec Téhéran.

Quelle faction pourrait les récupérer, et dans quelles circonstances ? Une possible guerre civile pourrait-elle favoriser la « disparition » d’une partie de cet armement ?

Non, car l’essentiel de ces armements ne correspond pas du tout à ce que souhaitent obtenir des gens se livrant à une guerre asymétrique, mis à part les missiles sol-air Stinger à courte portée. Les armements que les Américains projettent de livrer sont des blindés pour lutter contre les attaques chimiques, qui ne présentent pas d’intérêt pour la guérilla. Dans la mesure où l’Irak n’a pas vraiment besoin de ces équipements, il pourrait s’agir d’un petit coup de pied donné à la Russie, qui reste le premier fournisseur de l’Irak. On assiste à un affrontement feutré entre Moscou et Washington. C’est une guerre d’influence qui ne dit pas son nom.

On se souvient que dans les années 1980, les armes fournies par les Etats-Unis aux moudjahidines afghans pour lutter contre les forces soviétiques se sont ensuite retournées contre eux. Les armes en question ne présenteraient pas un même danger ?

A court terme, non, car il est hors de questions que les Américains se désengagent durablement de la zone. Ce qui est sûr, c’est qu'ils ne ne maitrisent plus grand-chose dans la zone, et donc agissent au coup par coup. Leur puissance diplomatique là-bas n’est plus la même ; plus personne ne leur fait confiance parmi les dirigeants : ils ont lâché le président tunisien, puis Moubarak… Une telle chose reste dans les esprits de tous les dirigeants de la région. On a du mal à situer ce contrat d’armement dans le jeu stratégique, car son intérêt financier pour l’industrie militaire américaine est très limité, et les Irakiens n’en ont pas vraiment besoin. J’en conclus que les Américains n’ont plus la maîtrise du jeu.

Le gouvernement chiite irakien a besoin d’armes pour lutter contre la guérilla sunnite et kurde. Ces armements-là ne correspondent pas à leurs besoins : il leur faut des hélicoptères d’attaque au sol - les Russes vont d’ailleurs se faire une joie de leur fournir dix hélicoptères MI - , des avions d’appui au sol, des blindés légers… La défense sol-air ne sert à rien : la dernière guérilla à avoir eu des avions était celle des tamouls. Et encore, il s’agissait de petits avions de tourisme. Les Américains essaieraient de jouer sur deux plans à la fois, sunnite d'un côté, chiite de l'autre, que cela ne m’étonnerait pas. Ils sont en tout cas difficiles à suivre...

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beaumanoir
- 09/08/2013 - 02:23
Je crois que c' est l' auteur qui ne comprend pas grand chose.
Il nous dit: vente de cinq milliards de dollars d' armament obsolete et inutile. Ce sont les Irakiens qui ne savent pas ce qu' ils font.
Vinas Veritas
- 08/08/2013 - 11:00
Strtégie possible
Livraisons d'armes obsolètes à des guerriers de traditions. premièrement cela permet de vider des entrepôts.
deuxièmement, l'inutilité stratégique actuelle des destinataire pourrait bien faire changer les manoeuvres militaire dans une région où un feu latent n'attend qu'une étincelle.
troisièment, en l'état actuel de la situation mondiale, le renouvellement d'un état de guerre déclaré permet de gommer toute influence del'éconmie mondialisée en concentrant les esprits sur un autre sujet et en recentrant les forces productrices sur la nation puis ses alliés.
quatrièmement, une victoire attendue dans une guerre qui deviendrait enfin conventionnelle rendra un controle politique du vainqueur militaire admissible aux yeux du monde. Dès lors, refaire le coup du partage de Yalta avec un seul décisionnaire devient parfaitement possible