En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 2 heures 3 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 33 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 6 heures 6 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 7 heures 7 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 17 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 35 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 48 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 4 heures 1 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 35 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 9 heures 58 sec
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 30 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 52 min
En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport et encore d’autres équipements.
En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport et encore d’autres équipements.
In the middle of nowhere

Les Etats-Unis livrent des armes à l’Irak : pourquoi ils n’ont plus aucune idée de ce qu’ils sont en train de faire au Moyen-Orient

Publié le 08 août 2013
Les Etats-Unis veulent livrer des armes à l'Irak, alors que ce pays n'en a pas besoin. Tentative de décryptage d'une stratégie américaine qui se cherche.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Etats-Unis veulent livrer des armes à l'Irak, alors que ce pays n'en a pas besoin. Tentative de décryptage d'une stratégie américaine qui se cherche.

Atlantico : Ces deux dernières semaines le Pentagone a soumis à l’approbation du Congrès américain plusieurs ventes d’armes à l’Irak, pour un total de 5 milliards de dollars. Les autorités militaires américaines invoquent la nécessité de protéger l’espace aérien irakien, notamment vis-à-vis de l'Iran. Quel est l'enjeu stratégique de ce contrôle des airs ?

Alain Rodier : L’attitude de Washington vis-à-vis de Bagdad, et plus largement dans la région, est très étonnante, car il n’y a pas lieu pour l’Irak de se défendre contre l’Iran. En effet, le pouvoir irakien est chiite, et il est par conséquent très proche du pouvoir iranien à l’heure actuelle. A court ou moyen terme, la possibilité d’un conflit entre les deux États est infime. Les propositions de ventes d’armes portent sur des hélicoptères, des engins blindés NBC et des missiles sol-air. Donc rien de très récupérable par des terroristes. La seule source d’inquiétude est la livraison de missiles Stinger.

Les militaires américains disent vouloir couper les livraisons d’armes par les airs entre l’Iran et la Syrie. Cet argument est-il valable ?

Étant donné l’affrontement actuel entre l’arc sunnite et l’arc chiite (ce dernier comprenant Bagdad, Téhéran, le Hezbollah et Damas), cette ouverture vis-à-vis de l’Irak est extrêmement étonnante. Cela dit, les armements engagés dans ces contrats n’entrent pas dans les préoccupations immédiates de l’Irak, qui est actuellement confrontée à une guerre civile. De toute façon, la politique américaine dans la région me surprend de plus en plus.

En quoi la politique américaine au Proche-Orient est-elle surprenante ?

Les Etats-Unis ont soutenu très longtemps et jusqu’à récemment les Sunnites contre les Chiites, en se livrant à une guerre interposée en Syrie, destinée à contrer la menace chiite iranienne, et plus particulièrement nucléaire. Armer le gouvernement irakien chiite, très proche de Téhéran, soulève bien des points d’interrogation. S’il devait y avoir des transferts d’armements, ce serait plutôt depuis l’Irak vers l’Iran et la Syrie.

Si on rentre dans les détails de l’équipement, les unités de lutte NBC pourraient laisser penser que les Américains craignent que des armes chimiques tombent entre des mains indélicates, qui ne seraient pas forcément celles du gouvernement syrien. Car il ne fait plus aucun mystère que la terre de jihad Irak-Syrie forme maintenant un front unique entre Chiites et Sunnites. En toute logique, l’Irak se positionne du côté des Chiites, puisque l’ennemi intérieur est sunnite. Les Etats-Unis, qui jouaient plutôt pour les Sunnites, tout comme le Qatar et l’Arabie Saoudite, semblent désormais faire marche arrière. Peut-être cherchent-ils à diviser pour mieux régner, cependant ils donnent plutôt l’impression de ne pas savoir où ils vont.

En plus des armes antiaériennes, les Etats-Unis ont déjà livré depuis 2011 des avions de chasse, des hélicoptères de transport, et encore d’autres équipements. Est-on certain que l’armée régulière aura toujours la main mise sur ces armements ? Est-elle parfaitement fiable ?

L’armée régulière irakienne – chiite – est tout à fait fiable en la matière. Et même l’Iran n’aurait pas besoin d’un éventuel transfert de ces livraisons depuis l’Irak, car elle a son propre armement. Ce pourrait être un signe envoyé par les Américains en direction de l’Iran depuis l’élection d’Hassan Rohani. Une ouverture serait ainsi créée, dans le but de lancer des négociations dans le domaine nucléaire. De plus, ces livraisons ne sont pas considérables :  l’équipement est assez ancien, voire obsolète, il ne représente donc pas un danger à l’heure actuelle. Le potentiel ennemi aérien irakien, par exemple, est quasi nul. On peut donc se demander si cette affaire ne s’intègre pas dans les prémisses de négociations avec Téhéran.

Quelle faction pourrait les récupérer, et dans quelles circonstances ? Une possible guerre civile pourrait-elle favoriser la « disparition » d’une partie de cet armement ?

Non, car l’essentiel de ces armements ne correspond pas du tout à ce que souhaitent obtenir des gens se livrant à une guerre asymétrique, mis à part les missiles sol-air Stinger à courte portée. Les armements que les Américains projettent de livrer sont des blindés pour lutter contre les attaques chimiques, qui ne présentent pas d’intérêt pour la guérilla. Dans la mesure où l’Irak n’a pas vraiment besoin de ces équipements, il pourrait s’agir d’un petit coup de pied donné à la Russie, qui reste le premier fournisseur de l’Irak. On assiste à un affrontement feutré entre Moscou et Washington. C’est une guerre d’influence qui ne dit pas son nom.

On se souvient que dans les années 1980, les armes fournies par les Etats-Unis aux moudjahidines afghans pour lutter contre les forces soviétiques se sont ensuite retournées contre eux. Les armes en question ne présenteraient pas un même danger ?

A court terme, non, car il est hors de questions que les Américains se désengagent durablement de la zone. Ce qui est sûr, c’est qu'ils ne ne maitrisent plus grand-chose dans la zone, et donc agissent au coup par coup. Leur puissance diplomatique là-bas n’est plus la même ; plus personne ne leur fait confiance parmi les dirigeants : ils ont lâché le président tunisien, puis Moubarak… Une telle chose reste dans les esprits de tous les dirigeants de la région. On a du mal à situer ce contrat d’armement dans le jeu stratégique, car son intérêt financier pour l’industrie militaire américaine est très limité, et les Irakiens n’en ont pas vraiment besoin. J’en conclus que les Américains n’ont plus la maîtrise du jeu.

Le gouvernement chiite irakien a besoin d’armes pour lutter contre la guérilla sunnite et kurde. Ces armements-là ne correspondent pas à leurs besoins : il leur faut des hélicoptères d’attaque au sol - les Russes vont d’ailleurs se faire une joie de leur fournir dix hélicoptères MI - , des avions d’appui au sol, des blindés légers… La défense sol-air ne sert à rien : la dernière guérilla à avoir eu des avions était celle des tamouls. Et encore, il s’agissait de petits avions de tourisme. Les Américains essaieraient de jouer sur deux plans à la fois, sunnite d'un côté, chiite de l'autre, que cela ne m’étonnerait pas. Ils sont en tout cas difficiles à suivre...

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Beaumanoir
- 09/08/2013 - 02:23
Je crois que c' est l' auteur qui ne comprend pas grand chose.
Il nous dit: vente de cinq milliards de dollars d' armament obsolete et inutile. Ce sont les Irakiens qui ne savent pas ce qu' ils font.
Vinas Veritas
- 08/08/2013 - 11:00
Strtégie possible
Livraisons d'armes obsolètes à des guerriers de traditions. premièrement cela permet de vider des entrepôts.
deuxièmement, l'inutilité stratégique actuelle des destinataire pourrait bien faire changer les manoeuvres militaire dans une région où un feu latent n'attend qu'une étincelle.
troisièment, en l'état actuel de la situation mondiale, le renouvellement d'un état de guerre déclaré permet de gommer toute influence del'éconmie mondialisée en concentrant les esprits sur un autre sujet et en recentrant les forces productrices sur la nation puis ses alliés.
quatrièmement, une victoire attendue dans une guerre qui deviendrait enfin conventionnelle rendra un controle politique du vainqueur militaire admissible aux yeux du monde. Dès lors, refaire le coup du partage de Yalta avec un seul décisionnaire devient parfaitement possible