En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

05.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la fraise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 7 min 27 sec
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 33 min 39 sec
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 16 heures 51 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 18 heures 50 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 19 heures 39 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 21 heures 34 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 23 heures 48 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 1 jour 19 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 1 jour 46 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 17 heures
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 18 min 55 sec
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 15 heures 49 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 17 heures 21 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 19 heures 15 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 20 heures 58 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 23 heures 17 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 1 jour 7 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont plus les pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 1 jour 33 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 17 heures
Comme d'habitude...

Des délinquants remis en liberté faute de place en prison... un événement malheureusement banal

Publié le 06 août 2013
Trois jeunes délinquants interpellés jeudi dernier par la police de Dreux et condamnés à trois mois de prison ferme ont été remis en liberté faute de place à la prison de Chartres. Embarrassée, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a demandé des explications au parquet.
Alexandre Giuglaris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Giuglaris est délégué-général de l’Institut pour la Justice. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Trois jeunes délinquants interpellés jeudi dernier par la police de Dreux et condamnés à trois mois de prison ferme ont été remis en liberté faute de place à la prison de Chartres. Embarrassée, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, a demandé des explications au parquet.

Atlantico : La remise en liberté, le 1er août dernier, de trois malfaiteurs censés être placés sous écrou par le parquet de Chartres au prétexte que la prison locale était pleine a suscité l'indignation politique et médiatique. Mais, cet évènement est-il vraiment un cas isolé ? Toutes les peines de prison  sont-elles exécutées en France ?  

Alexandre Giuglaris : Dreux n'est malheureusement pas une exception mais juste le révélateur d'un dysfonctionnement bien courant dans notre pays, l’inexécution des peines de prison. Chaque année entre 80 000 et 100 000 peines de prison sont inexécutées ou en attente d’exécution. C’est même plus que le nombre de personnes qui entrent en prison chaque année (88 058 en 2011). L'impunité n'est pas seulement une impression, c'est un fait statistique.

Cette inexécution des peines est un scandale car c'est une rupture de l'égalité de tous devant la justice, principe fondamental de notre démocratie et c’est, par ailleurs, une attaque directe de l’autorité et de la crédibilité de la justice. On ne peut comprendre le sentiment d’impunité, si répandue dans notre société, sans avoir à l’esprit ces chiffres alarmants et malheureusement constants depuis plusieurs années.

Cette impunité est dramatique dans le cadre de la prévention de la délinquance, car elle encourage récidive et réitération. L'impunité est le mal de notre justice pénale et le manque de places de prison en est l’un des principaux facteurs.

Christiane Taubira a demandé des explications au parquet. Pourtant, la ministre a récemment émis une  circulaire dans laquelle  elle demande, de façon très explicite, aux magistrats placés sous sa tutelle de "veiller tout particulièrement à l'aménagement des peines d'emprisonnement." N'y a-t-il pas une forme d'hypocrisie dans sa réaction ?  Cette affaire peut-elle être vue comme la conséquence directe de la politique pénale de la garde des Sceaux ?

La non incarcération des trois personnes condamnées n’est malheureusement pas une surprise. En effet, cela correspond tout à fait à la politique pénale que souhaite mettre en œuvre Christiane Taubira, notamment à travers sa circulaire du 19 septembre 2012 qui incite à tenir compte de la surpopulation carcérale ou lors de la conférence dite de consensus sur la récidive.

Madame Taubira se trouve aujourd’hui confrontée à la concrétisation de la politique pénale qu'elle défend depuis plus d'un an maintenant. On en voit les résultats et les critiques légitimes. L'onde de choc de cet événement dans l'opinion démontre le décalage entre la volonté de la Garde des Sceaux et les attentes des justiciables. C’est ce que nous ne cessons de dire à tous les parlementaires que nous rencontrons, majorité et opposition confondues.

François Hollande doit à présent mettre un terme a ces errements et trancher le conflit entre ses ministres. Ce qui est certain, c'est qu'il est irresponsable d'engager la réforme pénale prévue à la rentrée alors que des membres du Gouvernement ont manifesté publiquement leurs désaccords sur la politique à mener. Cette réforme doit être abandonnée.

Peut-on parler "d'impunité institutionnellement organisée" ?

Il y a dans les discours laxistes et dans les actes de la Garde des Sceaux depuis un an des éléments qui sont parfaitement compris par les délinquants et entretiennent un climat d’impunité qui n’est malheureusement pas nouveau. Mais la question qui se pose aujourd’hui est peut-il y avoir d’autres situations de ce type ? La réponse est évidemment oui tant que l’on n’aura pas engagé le plan de construction de 20 000 places de prison qui manquent dans notre pays.

Le Ministre de l’Intérieur semble prendre conscience de l’ampleur des dysfonctionnements dans notre système judiciaire tout comme il regrettait, il y a quelques années et à juste titre dans un de ses livres, l’ampleur de l’inexécution de peines. Il est en même temps, le Ministre le plus populaire car dans l’opinion publique il n’y a pas de clivages sur ces questions comme nous le mesurons régulièrement avec l’Institut CSA. Il faut que l’idéologie laisse la place au pragmatisme et que la réforme pénale prévue par Mme Taubira soit abandonnée.


Cette affaire met également en lumière le surpeuplement des prisons françaises. En période de crise, comment résoudre ce problème de manière réaliste ?

Les projets de Madame Taubira face à la situation inacceptable de la surpopulation carcérale nous paraissent extrêmement dangereux. Elle souhaite que l’on condamne moins à des peines de prison malgré un nombre de détenus largement inférieur à la moyenne européenne, à population comparable.

Le réalisme en période de crise est de répondre aux inquiétudes de la population et de mettre en oeuvre des solutions de bon sens approuvées par les Français. Mettre fin à l’impunité et faire diminuer durablement et fortement la criminalité passe par la construction de 20 000 places de prison.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pemmore
- 07/08/2013 - 08:28
Envoyons les criminels étrangers faire leur peine chez-eux,
et finie la surpopulation carcérale, bien-sur on peut indemniser leur système péntentiaire à eux, mais à 200 euro par mois, on fera de grosses économies, et les étrangers sauront qu'on moindre faux-pas, retour à la case départ.
D'ou réduction de beaucoup de crimes.
Décision administrative et non judiciaire, pas de recours possible.
L'expulsion n'est pas une condamnation.
Beaumanoir
- 07/08/2013 - 07:44
Rassurez vous le gouvernement prevoit de construire
plein de nouvelles prisons. Taubira y mettra les victimes, ca va les calmer.
Et Hollande va y mettre les chomeurs, ce qui lui permettra d' inflechir la courbe qui lui tient tant a coeur.
vangog
- 06/08/2013 - 23:16
Les prisons socialistes sont en train de se construire
d'elles-mêmes, à Trappes, au Mirail, dans les quartiers nord de Marseille et de Paris, près de Lyon et Strasbourg, et maintenant dans les cités au cœur de Paris, où la "Justice socialiste" s'est agenouillée ( plutôt vers la Mecque...) devant la "justice des dealers et des bandes" et où, même ceux qui n'ont pas l'âme de délinquants sont obligés de prévenir de la venue des flics, forcés de cacher les trafics et fermer les yeux sur cette mafia de prisonniers à ciel ouvert...
Finalement, le socialisme suit une logique irréprochable, car à quoi sert d'emprisonner et de construire des prisons, puisque la France est en train de devenir une grande prison à ciel ouvert, grâce à la Justice socialiste, payée par les Français benêts!