En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 2 heures 57 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 9 heures 12 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 14 heures 43 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 42 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 9 heures 19 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 12 heures 16 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 13 heures 14 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 14 heures 30 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 16 heures 39 min
© FRANK PERRY / AFP
67% des parents reconnaissent manquer d’autorité.
© FRANK PERRY / AFP
67% des parents reconnaissent manquer d’autorité.
Bonnes feuilles

Halte au laxisme éducatif : les parents doivent réapprendre à exercer leur autorité (la vraie)

Publié le 07 août 2013
Pour aider les parents qui doivent se battre de plus en plus seuls pour compenser les insuffisances du système scolaire, l'auteur du livre "Eduquer autrement" propose un nouveau traité d'éducation. Extrait (1/2).
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour aider les parents qui doivent se battre de plus en plus seuls pour compenser les insuffisances du système scolaire, l'auteur du livre "Eduquer autrement" propose un nouveau traité d'éducation. Extrait (1/2).

Un sondage publié en octobre 20111 révélait que 75% des parents se jugeaient eux-mêmes trop laxistes avec leurs enfants, 65% trop copains et 55% trop tolérants, tandis que 67% reconnaissaient explicitement manquer d’autorité. Pourquoi donc, alors que tout le monde semble vouloir aujourd’hui réhabiliter l’autorité, est-ce si difficile en pratique ?

La première raison est simple : le message que l’on reçoit en permanence à propos de l’autorité est contradictoire, donc impossible à mettre en oeuvre. En voici la teneur : oui à l’autorité, mais à condition qu’elle ne heurte pas, qu’elle ne blesse pas, qu’elle soit expliquée, qu’elle soit comprise… autrement dit qu’elle ne soit pas autoritaire. Voici quelques extraits d’un article tiré d’une revue d’association de parents d’élèves, intitulé martialement « Autorité : les bases de la discipline », qui illustrent à merveille cette difficulté à aborder l’autorité telle qu’elle est, et non telle qu’on voudrait l’édulcorer ou la dénaturer pour la rendre acceptable. On y découvre que l’autorité consiste à « chercher à exercer une influence sur l’autre – sans recourir à la force – pour l’amener progressivement à admettre que les limites imposées lui permettent de grandir et sont bénéfiques pour lui ». On y lit également que l’autorité est « la capacité à faire respecter le cadre fixé par les règles adoptées par tous ».

Enfin, que pour les élèves « qui ne suivent pas les règles et se mettent en situation de conflit, cela peut, en effet aller jusqu’au rapport de force. Mais le dialogue doit toujours être instauré de façon à rappeler que le règlement n’est pas répressif ». Rien de choquant en apparence, sauf que toutes ces définitions ont un point commun : elles reposent d’une manière ou d’une autre sur la méconnaissance, le déni ou la déformation de ce qu’est l’autorité, de sa nature, et c’est précisément pour cela qu’elle devient impraticable.

Non, faire preuve d’autorité n’est pas chercher à « exercer une influence » sur l’autre : à la différence de la manipulation ou de la séduction, l’autorité s’exerce de manière directe par un langage clair, qui utilise généralement l’impératif pour exprimer un ordre, sans détours, ni artifices ou subtilités manoeuvrières. Non, l’autorité n’a pas de vocation « progressive », mais vise au contraire un but immédiat, sans délai. Non l’autorité ne vise pas à « faire admettre », elle ne recherche pas l’adhésion ou le consentement, elle n’a pas pour but de convaincre, mais d’imposer. L’autorité a effectivement pour effet de permettre aux enfants de grandir, mais cet effet ne se produit justement que parce que l’autorité n’a pas eu pour objet de faire admettre quoi que ce soit.

Non, l’autorité ne vise pas seulement à faire respecter les « règles adoptées par tous » : elle est d’abord, au quotidien, la restauration d’un rapport de hiérarchie, de subordination, qui est rejeté par le transgresseur. Lorsqu’un enseignant dit à un enfant de se taire, il dit deux choses : bien sûr, il rappelle une règle générale de comportement dans la classe, mais il dit aussi, et avant tout, qu’il est lui, l’enseignant, celui qui commande, celui à qui l’on a confié la fonction de décider ce qui pouvait ou non se faire dans la classe, et celui à qui l’on doit obéissance dans ce cadre. Non, le dialogue ne doit pas être « instauré », mais plutôt restauré : par définition, par essence, l’autorité est un monologue, elle se manifeste précisément au moment où le dialogue est rompu ou rendu impossible. L’autorité vise à rétablir les conditions du dialogue, en rappelant la règle commune et la place de chacun dans l’ordre collectif. Enfin si, un règlement est par nature « répressif ». Il suffit d’en feuilleter un pour s’en convaincre : tout règlement prévoit un ensemble d’obligations et de sanctions pour faire respecter ces obligations, et a par construction un caractère répressif. À l’instar du règlement, l’autorité est l’expression d’une contrainte, légitimée par un ordre supérieur qui a reçu, en amont, le consentement de la société.

Attention, je ne dis pas d’entrée de jeu que l’autorité est la panacée, l’alpha et l’oméga de toute éducation. Il existe de nombreuses situations où le dialogue, la pédagogie, la recherche d’adhésion, la patience valent mieux que l’exercice immédiat de l’autorité. Je dis simplement qu’on ne peut pas pratiquer en même temps dialogue et autorité, explication et autorité, consensus et autorité.

Ceci nous amène à la seconde raison de la difficulté que nous avons aujourd’hui à réhabiliter l’autorité en pratique : nous sortons aujourd’hui d’un cycle idéologique qui a voulu éradiquer l’autorité, la délégitimer de manière définitive, la sortir du champ de l’éducation, et plus généralement des relations humaines. Presque tous les parents exerçant l’autorité en ressentent un fond de culpabilité. Or c’est la culpabilité qui fait courir le risque de la violence, moyen ultime par lequel on se débarrasse généralement de ses entraves, de ses chaînes. S’il y a une réhabilitation de l’autorité à faire, c’est d’abord à l’intérieur de soi : il s’agit en tant que parent de s’autoriser à nouveau à exercer son autorité. Pour cela, encore faut-il bien comprendre la troisième raison expliquant la réticence naturelle à exercer sereinement l’autorité : la grande régression collective qui a fait de l’amour le seul sentiment autorisé des relations humaines, conduisant à une « affectivisation » de tous les rapports humains, comme nous l’avons analysé dans le premier chapitre. La chanson finale du Soldat rose décrit parfaitement cet univers sentimental dans lequel nous baignons inconsciemment au quotidien :

Qu’on soit d’ici ou bien d’ailleurs, on a tous au fond du coeur
Cette même idée idéale, même état d’âme
Love Love Love, aimer et être aimé
Love love love, voila le secret
Love love love, quand on a le coeur qui bat
Love love love, la vie c’est extra
Un plus un égal deux, on a jamais trouvé mieux
Se regarder les yeux dans les yeux pour être heureux.

L’amour, l’amour, l’amour, aimer, aimer, aimer, voilà qui ne peut pas faire de mal, me dira-t-on. Pourtant je ne trouve ce dégoulinement de mièvrerie ni bienveillant, ni anodin ni sympathique, parce qu’il est en réalité l’expression d’une contrainte : celle de l’amour obligatoire, qui est bien le contraire de l’amour libre, celui que Mai 68 prétend avoir inventé. Le véritable amour, qui est une proposition, pudique, subtile, délicate, a cédé le pas à l’amour comme slogan de parti unique, que l’on nous enjoint de répéter incessamment, sous contrôle, comme le petit livre rouge de Mao. Et si vous ne bêlez pas l’amour comme les autres, c’est que vous êtes méchant, mauvais, dangereux, dissident. Cet envahissement de l’amour comme référence relationnelle exclusive et obligée est aussi la conséquence de la logique égalitaire : seul l’amour peut en effet régir les relations humaines dans un univers égalitaire, car toute autre modalité relationnelle (l’autorité notamment) réintroduit brutalement de la hiérarchie, de la différentiation, de la subordination. Le résultat est connu. Face à nos enfants, un interdit : leur faire du mal, les frustrer, les rudoyer, les contrarier ; une espérance : qu’ils nous aiment ; une peur : que l’on ne soit pas aimés d’eux. Autorité = manque d’amour. Autorité = privation. Autorité = contrariété. Autorité = méchanceté. Voilà la grande immaturité collective que chaque parent doit, courageusement et seul, combattre : sachez malheureusement que la société non seulement ne vous aidera pas dans cette tâche, mais conservera encore longtemps un regard désapprobateur vis-à-vis de l’autorité. Par exemple, qui ose encore exercer son autorité sereinement dans les lieux publics, dans la rue, dans un train, sans avoir peur de passer pour un fasciste, un tortionnaire, une brute ?

Extrait de "Éduquer autrement, le regard d’un père sur l’éducation de ses enfants", Pierre-Henri d’Argenson, (L’œuvre Editions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
evans94
- 08/08/2013 - 09:40
DEL:
l'autorité naturelle s'obtient d'abord à travers l'amour et le respect véritables que l'on porte aux autres, qui le ressentent très fort.
C'est valable entre parents et enfants, entre conjoints, et même en entreprise ou dans la vie sociale en général.
J'ai 60 ans et j'ai compris cela fort tôt dans ma vie...Je peux témoigner que cela marche très bien et que c'est le bonheur de la vie en général tant l'essentiel dans notre vie est la relation aux autres.
Réfléchissez-y.
Cordialement
evans94
- 08/08/2013 - 09:35
Benvoyons :
D'accord avec vous, mais à l'école on utilise des principes d'éducation qui doivent être inculqués par le parents en premier. C'est un question de crédibilité, de cohérence et d'efficacité.
A contrario, si l'enseignant évoque un principe d'éducation ( la politesse, par exemple) qui est méprisé à la maison, cela ne peut pas fonctionner.
mon épouse est institutrice et directrice d'école et est confrontée à ces contextes tous les jours...
pale rider
- 07/08/2013 - 18:33
autre difficulté
Un autre problème tres douloureux que nous avons rencontré est que nos enfants ne sont pas des êtres asociaux , ils vivent avec leurs petits camarades pas forcément éduqués avec des principes d'autorité analogues. Nos enfants éduqués sont la cible facile de ceux qui vivent sans règles tout au long de leur jeunesse. Leur timidité , leur aspect raisonnable et même leur réussite n'est pas du tout valorisée dans une socitété qui encense les trublions. Ils ne tirerons les marrons du feu et tout le sel que fort tard . La route leur semble longue tres longue , alors que la violence et la paresse sont payantes ... et pas seulement en apparence .Il faut de la part des parents non seulement l'autorite mais aussi une forte psychologie pour accompagner ces enfants vers le meilleur d'eux mêmes contre vents et marées. C est parfois dur et ingrat mais ça en vaut la peine et les jeunes nous le rendent au centuple.