En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 7 min 23 sec
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 1 heure 17 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 2 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 3 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

il y a 10 heures 14 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 19 min 50 sec
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 1 heure 48 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 2 heures 59 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 6 heures 14 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 7 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 8 heures 25 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Personne à la barre

Démocratie française : l'aveu de faiblesse

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyadé" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 17 heures 24 min
Les réfugiés tunisiens ou libyens dotés d'un titre de séjour provisoire italien doivent-ils être acceptés sur le territoire français ?
Les réfugiés tunisiens ou libyens dotés d'un titre de séjour provisoire italien doivent-ils être acceptés sur le territoire français ?
Immigration

"L'Italie est en première ligne : la France solidaire mais pas à tout prix"

Publié le 19 avril 2011
L'espace Schengen est-il encore adapté aux flux migratoires provoqués par les révolutions arabes ? Le sénateur François-Noël Buffet, rapporteur du projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité revient sur les débats du moment relatifs à l'immigration.
François-Noël Buffet est sénateur UMP du Rhône.Il est le rapporteur du projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité de 2011. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Noël Buffet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Noël Buffet est sénateur UMP du Rhône.Il est le rapporteur du projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité de 2011. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'espace Schengen est-il encore adapté aux flux migratoires provoqués par les révolutions arabes ? Le sénateur François-Noël Buffet, rapporteur du projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité revient sur les débats du moment relatifs à l'immigration.

Atlantico : Claude Guéant a déclenché une polémique avec l'Italie affirmant que les réfugiés tunisiens ou libyens dotés d'un titre de séjour provisoire italien ne serait pas les bienvenus sur le territoire français...

François-Noël Buffet : Sur le fond, l’Italie a donné ses autorisations d’accueil. Il n’y a donc pas de souci sur le plan juridique. Mais en France, comme il est prévu dans l'espace Schengen, il faut des conditions d’accueil qui établissent un certain nombre de critères, notamment que le ressortissant étranger dispose de capacités de ressources suffisantes pour pouvoir vivre dans le pays d’accueil. Claude Guéant ne fait donc que rappeler le droit.

Certes, cela crée des tensions avec l’Italie. Il faut dire qu’il s’agit là d’un cas exceptionnel lié à la situation qu’a connue la Tunisie il y a quelques mois. Le flux migratoire pose problème. Les critères doivent être vérifiés. On peut comprendre que l’Italie qui est en première ligne ne souhaite pas vouloir accueillir tout le monde sur son sol.

 

Comment apaiser ces tensions avec l'Italie ?

C’est un casse-tête juridique et humain. Il existe un devoir de solidarité avec les Italiens, mais pas dans n’importe quelles conditions. Les textes sont là, il faut les appliquer : si les réfugiés tunisiens sont en mesures de justifier de ressources suffisantes, il n’y a pas de problème.

L’Europe doit se coordonner de façon très claire là-dessus. Surtout, il faut gérer cette question avec la Tunisie : dans toutes les relations migratoires, il convient de discuter avec les pays d’origine.

 

De façon plus générale, en matière de politique migratoire, faut-il, selon vous, comme l’a annoncé Claude Guéant, réduire l’immigration légale ?

Je crois, comme l’a souligné madame Lagarde, que nous avons besoin d’immigration. Claude Guéant dit qu’il en faut moins [NDLR : le ministre de l’Intérieur souhaite passer de 200 000 à 180 000 immigrés], mais il ne dit pas qu’il n’en faut pas !

Pourquoi avons-nous besoin d’immigration ? Tout simplement parce que nous n’avons plus assez de nationaux qui veulent travailler dans un certain nombre de métiers, dits "métiers de tension" (bâtiment, restauration, travaux publics ou service à la personne, par exemple).

Moi, je suis favorable à une immigration choisie du travail. Une immigration qui s’adapte à nos besoins.  

 

Xavier Bertrand a-t-il raison de vouloir limiter la liste des métiers autorisant l’emploi d’immigrés, comme il l’a annoncé ce dimanche ?

A chaud, j’ai envie de vous répondre qu’a priori non, il n’a pas raison. Mais il faut rester prudent. Je pense qu’il faut rester sur le principe de ces métiers en tension, c’est-à-dire des métiers dans lesquels on a une demande forte d’emplois et une offre de main d’œuvre trop faible. Les immigrés occupent ces emplois. C’est un constat.

Sur ce qu’a annoncé Xavier Bertrand, je pense qu’il faut préciser quels métiers, quelles branches, quels milieux. Encore une fois, restons prudents. Regardons au cas par cas si cela correspond à une réalité particulière.

D’une façon plus générale, en matière d’immigration, je considère qu’il faut tout faire pour lutter contre l’immigration irrégulière. Pour ce qui est de l’immigration régulière, la France peut l’organiser à travers l’immigration de travail définie dans la loi de 2007.

 

Mais n’existe-t-il pas une évolution du discours en matière d’immigration, comme ont pu l’attester les dernières déclarations de Claude Guéant ou Xavier Bertrand ?

Disons que l’argument qui consiste à dire que nous disposons des personnes capables d’assurer les métiers en tension dont je vous parlais précédemment demande à être examiné de plus près. L’immigration, on ne l’évitera pas. Restons sur des choses faisables, possibles, et sur la notion d’immigration choisie.

 

L’immigration choisie ne vide-t-elle pas les pays d’origine de leurs meilleurs éléments ?  

C’est une idée fausse. Nous avons veillé dans les textes à ce qu’il y ait des liens avec les pays d’origine. Il existe des dispositifs légaux pour le retour des immigrés les plus qualifiés après un certain temps dans leur pays d’origine.

 

Vous êtes le rapporteur du projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité au Sénat. Quels en sont les grands axes?

Il s’agit essentiellement d’une retranscription de trois directives européennes. La France se met ainsi en conformité avec le droit européen.

Les principaux points concernent essentiellement :

  • La durée de rétention administrative des ressortissants étrangers. Aujourd’hui, celle-ci est fixée à 32 jours (mais, en réalité, dans la pratique, elle s’élève en moyenne à 11 jours). Elle passerait à 45 jours afin de permettre aux juges administratifs de faire leur travail et de recevoir le laisser-passer consulaire qui permet aux étrangers de revenir dans leur pays d’origine.
  • La modification de l’intervention du juge de liberté pendant la durée de rétention : celui-ci devrait intervenir après un délai de 4 jours au lieu de 48h. Le gouvernement souhaitait 5 jours, le Sénat a tranché sur 4 jours. Disons, pour faire simple qu' il s’agit finalement de clarifier les procédures administrative et judiciaire.

 

L’immigration est un sujet extrêmement sensible. On parle de personnes, donc on se doit d’avoir des réponses claires. Il faut prendre des décisions importantes et s'y tenir fermement. C’est malheureusement un sujet propice à toutes les polémiques et exagérations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

07.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
benj117
- 19/04/2011 - 12:24
Berlusconi a raison
Non mais, j'ai habité près de Sangatte, je sais exactement ce que c'est d'avoir un camp de réfugiés près de chez soi. 70% des tunisiens voulaient venir en France, je vois pas pourquoi les italiens s'emmerderaient avec cela, alors que l'Europe et plus particulièrement la France, lui ont dit merde.
benj117
- 19/04/2011 - 12:21
J'aime:
Pourquoi avons-nous besoin d’immigration ? Tout simplement parce que nous n’avons plus assez de nationaux qui VEULENT travailler dans un certain nombre de métiers, dits "métiers de tension" (bâtiment, restauration, travaux publics ou service à la personne, par exemple).

yc
- 19/04/2011 - 09:45
les immigrés....
une grande partie des immigrés à Lampedusa sont originaires d'ailleurs que de la Tunisie. (Somalie, et autre pays Africains)
Comment réguler cette immigration ?