En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Ioulia Timochenko persécutait-elle ses anciens amants comme ses anciens collègues ?

Publié le 31 juillet 2013
Crimes non élucidés, affaires de sexe et d’argent, anciens espions du KGB : l'enquête de Frank Schumann écorne la figure emblématique de Ioulia Timochenko, ancienne égérie de la révolution orange en Ukraine. Extrait de "La princesse du gaz" (2/2).
Frank Schumann, journaliste de 1978 à 1991 pour un grand quotidien allemand, a créé sa maison d’édition, Ost. Il est l’auteur de plusieurs bestsellers en 2012, dont L’homme qui voulait sauver la RDA.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frank Schumann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frank Schumann, journaliste de 1978 à 1991 pour un grand quotidien allemand, a créé sa maison d’édition, Ost. Il est l’auteur de plusieurs bestsellers en 2012, dont L’homme qui voulait sauver la RDA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Crimes non élucidés, affaires de sexe et d’argent, anciens espions du KGB : l'enquête de Frank Schumann écorne la figure emblématique de Ioulia Timochenko, ancienne égérie de la révolution orange en Ukraine. Extrait de "La princesse du gaz" (2/2).

Dans le privé, elle se sera certainement comportée comme dans sa vie exécutive woman : on ne maintient une relation que si elle est utile. Quand il n’y a plus de profit à en attendre, on y met fin, vite et sans trop d’états d’âme. C’est ce que j’entendrai plus tard de la bouche de Youri Bober, qui eut pendant deux ans une liaison avec Ioulia Timochenko.

Ensuite, elle l’avait laissé tomber comme une vieille chaussette. Une fois leur relation ter- minée, il avait été persécuté ; il avait même eu droit à un cambriolage et une agression. Un album avec des photos compromettantes avait été volé ce jour-là. Avait-elle confié elle-même cette mission à quelqu’un ?

L’enquête n’a pas encore révélé si c’est elle qui a commandité l’action, mais il paraît évident qu’elle aurait eu tout intérêt à empêcher une utilisation compromettante de ces clichés. En 1995, KUB, L’Essence ukrainienne, disparut et son capital entra dans une nouvelle société : Systèmes d’énergie unifiés d’Ukraine (UESU). Elle était immatriculée en tant qu’entreprise britannique-ukrainienne et disposait d’un capital social de 10 millions de dollars.

L’homme de paille, Gravez, était encore là, mais n’avait plus son mot à dire. À un moment donné, il décrocha et mit les voiles pour Israël. Les principaux détenteurs de la société étaient des membres de la famille Timochenko. Ioulia agissait comme chef d’entreprise, son beau-père Genadi comme directeur général tandis qu’Alexandre, encore marié avec elle, dirigeait les transports. Sa mère, une tante et sa fille furent placées à la tête des succursales d’UESU. Il s’agissait de filiales au sens propre ! La remarque faite par son beau-père, au congrès Gromada, parti du Premier ministre Lazarenko qui amena Ioulia au Parlement en 1996, est tout à fait révélatrice : « Je vénère ma belle-fille. Tous, nous vivons de son intelligence et de son talent. »

Et lorsque Lazarenko est remplacé et se réfugie à l’étranger, Timochenko crée son propre parti, L’Union pour tous les Ukrainiens, Batkivchtchina/Patrie. Le 10 octobre 2010, le journal Kommersant Ukraine rapportait dans le cadre du Xe congrès du Parti que sa « présidente permanente » s’appelait Ioulia Timochenko. « Le Batkivchtchina entrait en 2002, 2006 et 2007 au Parlement, Verkhovna Rada, comme faction du Bloc Ioulia Timochenko (BJuT), avec respectivement 7, 26 ; 22,29 et 30,71 % des suffrages. » Ces mots montrent toute la phraséologie et la démagogie dont Timochenko entoure son action ainsi que le culte de la personnalité qu’elle construit autour d’elle. D’où la nécessité de citer ce reportage sur le congrès du Parti : « La présidente du parti Batkivchtchina, Ioulia Timochenko, est arrivée pile à l’heure dans la salle, c’est-à-dire à 11 h 00.

Sur la tribune, une chorale l’attendait et a dit une prière pour l’Ukraine. Puis, ouvrant le congrès, Timochenko a invité les membres du bureau à s’asseoir. » Après avoir menacé de faire boycotter les élections communales par son parti, elle expliquait maintenant le contraire : « Il n’y aura pas de boycott des élections ! » « On combattrait jusqu’à la fin, rapportait le journaliste, car les élections communales étaient en soi un bon entraînement avant les nouvelles élections parlementaires et présidentielles. » C’est comme ça qu’elle s’y préparait, dans un discours d’une heure et demie.

« Le gouvernement actuel est un gouvernement provisoire, fortuit, sans logique, il est donc de notre devoir de le remplacer », déclarait-elle. Timochenko pensait qu’un changement de gouvernement serait possible aux prochaines élections régulières pour entrer au Verkhovna Rada. Mais, préventivement, elle déclarait d’ores et déjà qu’elle ne « reconnaîtrait pas les résultats des élections si le gouvernement ne modifiait pas ses relations avec les partis d’opposition. Ses paroles recueillirent un tonnerre d’applaudissements. “Honneur à l’Ukraine”, s’exclama Ioulia Timochenko. “Honneur aux héros”, répondit la salle en chœur. »

 Extrait de  "La princesse du gaz - Espions, amours et corruption : enquête sur Ioulia Timochenko, ex-Premier ministre d'Ukraine" , Frank Schumann, (Editions du moment), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 01/08/2013 - 12:11
Pour les vacances...
Pour comprendre un peu la Russie actuelle au travers de son histoire mouvementée, et donc aussi l'Ukraine :

"Les Blancs et les Rouges, histoire de la Révolution Russe" de Dominique Venner ( synthèse historique détaillée)
_

Un film russe de 2008, qui illustre une partie de cette épopée (celle de l’Amiral Koltchak, régent de Russie, commandant des Blancs sur le Transibérien) : "Admiral" d'Andreï Kravtchouk -Version française de 2010-
_

Pour se divertir sans perdre son temps avec les derniers navets commerciaux, quelques livres d'un auteur regretté, Vladimir Volkoff, toujours passionnant entre Histoire et fiction, par un ancien des Services...:
"Les Faux Tsars" (roman historique sur Le Temps des Troubles dans la Petite Russie)
"Le Montage" (roman sur l'attachement culturel russe - et sur les montages politiques et médiatiques en Pays de France....)
"Le Complot" (Roman : pétrole et géopolitique; réflexions sur la nature "multiculturelle" de la Russie en Asie Centrale et Balkans)
"L’Hôte du Pape" (roman inspiré par une affaire au Vatican... relations entre KGB et Patriarcat)
Le Lampiste
- 01/08/2013 - 11:39
@Bruno Cortona: fin de l'URSS et sentiment d'arrachement
Khrouchtchev, ukrainien ex-dirigeant du PC Ukraine qui avait conquis ses titres de gloire à la bataille de Stalingrad, donne la Crimée à l'Ukraine, en 56. "diviser-déplacer": principe bolchevique. La Crimée est plutôt de tradition militaire russe, avec Sébastopol, ce qui va contribuer à tendre les rapports avec Moscou.
Le sud de l'Ukraine est la région la plus importante économiquement, elle a fourni un taux de croissance élevé, jusqu'à 8%, suite à la demande d'acier avant le ralentissement récent. Mines et sidérurgie lourde, usines métallurgiques, hi-tech aéronautique, électronique... Le nord et l'ouest, à part Kiev, est plutôt agricole, premier producteur de tournesol. Oppositions culturelles et mentales, linguistiques aussi entre les deux moitiés du pays. Mais beaucoup d'Ukrainiens sont en fait de culture russe, même s'ils revendiquent leur attachement profond à leur pays. Beaucoup aussi ont la nostalgie du rayonnement de l'URSS, que la Russie reprend peu à peu. Et du "vivre unis". Beaucoup de ménages sont mixtes, mais quand ils le peuvent, les enfants poursuivent des études à Moscou, en invoquant la qualité. Les chiffres officiels ne traduisent en rien la réalité sociale.
Le Lampiste
- 01/08/2013 - 11:13
@Bruno Cortona: révolution russe, massacres, famines organisées
La guerre de 14 voit une occupation de Kiev par les Allemands, qui évacuent la ville en 17, la laissant ouverte aux massacres successifs par les bolcheviks, les anarchistes de Makno, "nationaliste" jouant plus ou moins avec les rouges et les représailles des Gardes Blancs. La guerre civile dure sur le front ukrainien jusqu'à la chute de la Crimée, en nov 1920. Elle touche durement les paysans. S'ensuit une série de persécutions communistes pour forcer la collectivisation des fermes, organisation de famines qui feront peut-être jusqu'à 10 MILLIONS de morts, avec cannibalisme. Une horreur totale qui a laissé des souvenirs liés au pouvoir de Moscou... Les persécutions continuent après 1945 dans la partie ouest (région de Lvov), de culture germano-polono-catholique, anciennement incluse dans l'Autriche-Hongrie, berceau actuel de l'opposition à tendance pro-UE, soutenue par la Pologne voisine, dans une vieille inimitié avec la Russie, et plus ou moins ouvertement exploité par une diplomatie occidentale qui semble chercher à séparer le pays de la Russie. L’Ukraine est 10% plus vaste que la France, et son potentiel économique est important, et elle possède encore des secteurs forts.