En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 41 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 15 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 18 heures 48 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 19 heures 49 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 21 heures 35 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 15 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 16 heures 28 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 18 heures 15 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 21 heures 16 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 21 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 21 heures 41 min
© Reuters
Le salarié français ne sera libéré de ses obligations fiscales qu'à partir de ce vendredi 26 juillet 2013.
© Reuters
Le salarié français ne sera libéré de ses obligations fiscales qu'à partir de ce vendredi 26 juillet 2013.
Pour moi la vie va commencer

Jour de la libération fiscale 2013 : à partir d'aujourd'hui, vous travaillez pour vous mais les 206 jours précédents travaillés pour l'Etat valaient-ils les services obtenus en contrepartie de vos impôts, taxes et cotisations ?

Publié le 27 juillet 2013
La France est actuellement vice-championne d'Europe de la libération fiscale la plus tardive. Heureusement, le projet de loi de finances pour 2014 devrait nous permettre de monter sur la plus haute marche du podium européen de pression fiscale.
Cécile Philippe a fondé et dirige l'Institut Molinari après avoir avoir travaillé au sein d'un Think Tank américain. Elle détient un doctorat ès sciences économiques de l’Université Paris-IX Dauphine et d’un Desup en gestion des entreprises dans...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe et Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cécile Philippe a fondé et dirige l'Institut Molinari après avoir avoir travaillé au sein d'un Think Tank américain. Elle détient un doctorat ès sciences économiques de l’Université Paris-IX Dauphine et d’un Desup en gestion des entreprises dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France est actuellement vice-championne d'Europe de la libération fiscale la plus tardive. Heureusement, le projet de loi de finances pour 2014 devrait nous permettre de monter sur la plus haute marche du podium européen de pression fiscale.

Atlantico : L’institut économique Molinari a calculé le jour de libération fiscale et sociale des 27 pays de l'Union européenne. Selon cette étude, le salarié français ne sera libéré de ses obligations fiscales qu'à partir de ce vendredi 26 juillet 2013. Ou la France se situe-t-elle par rapport à la moyenne européenne ? En termes de pression fiscale, la France est-elle une exception ?

Cécile Philippe : D’après nos calculs, la pression fiscale s’élève à 56,61% pour le salarié moyen français. Nous sommes avec la Belgique le pays le plus taxé en 2013 en Europe. Le taux d'imposition réel du salarié moyen est plus élevé que dans le reste de l’Union européenne, en moyenne à 45,06 %.

Jean-Yves Archer : Selon les données compilées par l'Institut économique Molinari, la France est avant-dernière - juste avant la Belgique dont la date pivot est le 8 Août - et se trouve donc dans une situation de grande pression fiscale. D'autant qu'il faut immédiatement apporter un triple correctif à cette étude. Elle définit le moment où le contribuable est libéré de ses obligations fiscales par la fraction suivante : au numérateur, les charges de sécurité sociale plus l'impôt sur le revenu plus la taxe sur la valeur ajoutée. Au dénominateur se trouvent les revenus du travail et du capital du contribuable. Autrement dit, le raisonnement est pur en termes de flux mais erroné car il gomme trois impôts français majeurs : l'impôt sur les mutations foncières, celui sur les grandes fortunes et celui sur les successions et les taxes diverses (produits pétroliers).

Autrement dit, en réintégrant ces éléments au numérateur, notre situation serait encore moins enviable et notre date de " libération " (même si le terme est mal choisi au regard des réalités historiques de ce qu'est une Libération) serait plus lointaine que fin Juillet. A force d'avoir cédé à la demande sociale d'équipements et d'infrastructures, de grandes villes espagnoles se sont surendettées voire des régions. Pour la France, c'est la même tendance historique qui s'est appliquée : l'Etat a répondu positivement à bien des demandes qui allaient avoir un coût excédant notre potentiel fiscal collectif usuel. D'où sur la sur-fiscalisation actuelle.

L'édition 2014 devrait encore être plus austère pour le salarié moyen français. Son pouvoir d'achat sera réduit par les augmentations de TVA prévues (20% au lieu de 19,6% et 10% au lieu de 7%), mais aussi les augmentations de charges sociales liées aux retraites par répartition. La pression fiscale peut-elle encore augmenter en France sans être insoutenable?

Cécile Philippe : C’est toute la question. Le niveau de tolérance des Français à l’impôt s’est érodé significativement. Les augmentations à venir pourraient se concrétiser par une baisse des recettes, conformément à l’adage que trop d’impôt tue l’impôt. Nous en avons eu récemment un signe avant-coureur avec les derniers chiffres de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale. Ils indiquent une baisse de 8% de volume d’heures déclarées sur un an pour l’emploi à domicile.

Jean-Yves Archer : Le président de la République s'est engagé à ne pas augmenter les impôts sur les entreprises. Il est resté plus vague et volontairement flou pour ce qui concerne les ménages ce qui est, en creux, une réponse parfaitement claire. Il est donc hautement envisageable que les particuliers aient à contribuer davantage en 2014 et qu'effectivement l'addition de la lutte contre les déficits publics, les modifications des taux de TVA et le résultat probable de la négociation sur les retraites ne viennent éroder le pouvoir d'achat. Ceci pour la deuxième année consécutive avec de surcroît une mise à contribution des retraités.

Face à l'urgence de la situation pécuniaire du pays, l'Etat n'est plus décidé à avoir de tabou. Dans ce contexte, est-ce insoutenable ? A priori, la réponse instinctive commande de dire "oui" et de crier "halte au feu !" ( tel que rue d'Isly ). Mais l'expérience démontre que les agents économiques savent s'adapter : ici l'économie souterraine se développera, là les avantages en nature non déclarés, etc. Bref, nous estimons que si la pression fiscale française augmente à nouveau, les mécanismes de contournement vont se multiplier au détriment du rendement net des impôts et taxes. Ce qui là devient une question de civisme, de clarté politique et d'efficacité publique. L'acceptation de l'impôt est un axe majeur du pacte social : si nous sommes du mauvais côté de la courbe empirique de Laffer ("trop d'impôt tue l'impôt"), alors se posera vraiment la grande question de la dépense publique.

Quelles seraient les conséquences économiques d’une nouvelle augmentation des impôts, notamment en termes de compétitivité ?

Cécile Philippe : De nouvelles augmentations de charges patronales susciteraient une hausse du coût du travail. Cela réduirait la création de nouveaux emplois et le nombre d’emplois total. Des hausses de la pression fiscale sur les individus liées aux charges sociales, à l’impôt sur le revenu ou à la TVA, réduiraient leur incitation à travailler. Là encore la compétitivité serait mise à mal. Cela risque aussi de nourrir le marché noir, qui n’est pas un garant de la sécurité des personnes et des biens.

Jean-Yves Archer : Bien évidemment, une hausse des cotisations retraites et autres entraineraient des atteintes à la compétitivité des entreprises mais c'est surtout le tassement de la demande qui peut être préjudiciable à la compétitivité. Pour prendre une illustration, vous imaginez le coût financier actuel de stockage sur parc de milliers de véhicules pour un groupe comme PSA. Comment ne pas imaginer l'impact sur le prix de vente lorsque le niveau des charges fixes est de moins en moins absorbé par un volume comprimé de chiffre d'affaires.

Mais l'augmentation – hypothétique et probable – de la charge fiscale va relancer la vogue de la vague des exils fiscaux et éventuellement des délocalisations de sièges sociaux. A côté de ces deux premiers paramètres viendront s'ajouter les stratégies de contournement de l'impôt évoqué supra.

Quels autre choix s’offrent au gouvernement ?

Cécile Philippe : Pour réduire les déficits – sans alourdir encore la fiscalité – il n’y qu’une solution, baisser les dépenses publiques. Cela serait une nouveauté pour la France. Nous sommes l’un des pays où les dépenses publiques ont le plus augmenté au cours des dernières années, en passant de 53,3% du PIB en 2008 à 56,6% en 2012.

Jean-Yves Archer : Dans une autre configuration politique, un grand emprunt national – astucieusement conçu comme le fit Antoine Pinay (et non Giscard 1973) – serait un moyen que la dette souveraine soit davantage détenue par les résidents ce qui nous mobiliserait tous davantage. Techniquement, il s'agirait d'élaborer finement une passerelle entre les montants conséquents de l'assurance-vie et une souscription nationale. Actuellement chacun y va de son idée y compris des analystes usuellement réalistes qui laissent songeurs. Je pense ici à la proposition (Challenges du 29 mai 2013) de Jacques Delpla qui veut prélever environ 17% du patrimoine des Français pour effacer la dette publique au prix de montages juridiques très contestables. Par exemple, l'Etat serait en indivision avec x% de votre logement après acquittement de cet impôt ce qui le mettrait responsable juridique des frais de toiture, solidairement, avec le propriétaire. Certes...

Bref, le gouvernement a un unique impératif : mobiliser ses agents, la force pensante et active de ses Administrations pour trouver des moyens d'économiser des dépenses. Y compris avec un système d'intéressement comme ont su le faire dans le privé des responsables de la trempe d'Antoine Riboud ou de Jean-Marie Descarpentries (Carnaud).

Cette situation est-elle liée à la crise ou est-elle antérieure à celle-ci ? En contrepartie, du fort taux d’imposition, le salarié français est-il mieux payé qu’ailleurs ?

Cécile Philippe : Cette situation est bien antérieure à la crise, ce que souligne régulièrement la Cour des comptes. La tendance à la hausse des dépenses remonte à une trentaine d’années. En 1980, les dépenses publiques représentaient 46% du PIB, soit 10 points de moins qu’aujourd’hui. Le salarié français est en théorie parmi les mieux payés de l'UE. Son employeur débourse en effet 53 647 €, ce qui le met au 5ème rang de l'UE, devant l'Allemagne (6ème) et bien devant le Royaume‐Uni (10ème). Mais il est particulièrement fiscalisé, avec 30 371 € de charges, impôt sur le revenu et TVA. Il ne lui reste in fine que 23 276 €, ce qui met le salarié moyen français au 9ème rang de pouvoir d'achat réel dans l'UE, derrière le Royaume‐Uni (3ème) ou l'Allemagne (8ème).

Jean-Yves Archer : La situation à laquelle nous devons faire face avec patriotisme plutôt que des calculs de boutiquiers est hélas antérieure à la crise et pose sur la table de nos mésaventures une trilogie assez funeste : incertitudes du calcul économique d'Etat (exemple du RMI totalement sous-estimé par les équipes Rocard, même remarque pour la CMU, etc), méconnaissance répandue du monde de l'entreprise dans l'Administration (ndlr : précision factuelle, voilà 26 ans que je gère deux PME par-delà ma formation...), friabilité du politique face aux exigences du corps social. Bien évidemment, la crise érode le socle des recettes fiscales : I.S, TVA et autres. Idem pour les droits de mutations fonciers qui vont aux départements.

Il semble difficile de dresser une corrélation entre le fort taux d'imposition et le niveau nominal des rémunérations. Je vois votre question mais je ne dispose pas d'éléments tangibles pour y répondre. J'aurais tendance à dire que le "reste à disposition" ( le salaire net après impôts ) est hélas stable depuis des années du fait des hausses des dépenses contraintes : loyers, énergie, etc. Voire peut-être en régression si l'indice INSEE des prix était mieux connu.

Existe-t-il un lien entre prélèvement et qualité des services publics ? Les prestations offertes sont-elles à la hauteur des dépenses publiques ?

Cécile Philippe : C’est une dimension que nous avons pris en compte dans l’étude 2013 en analysant des indicateurs axés sur les prestations offertes ou la qualité de vie. Par exemple, l’Indice de développement humain (IDH), développé par les Nations unies, classe la France en 20ème position sur 177 pays. La France, 8ème de l'Union européenne, obtient une position qui n'est pas à la hauteur de ses dépenses publiques. Des pays ayant une pression fiscale moindre ont une note proche de la notre (Autriche, Finlande, Slovénie, Danemark) ou significativement supérieure (Allemagne, Pays-Bas, Suède, Irlande).

Jean-Yves Archer : Il devrait exister ce lien ! Si on prélève beaucoup, c'est pour dépenser avec discernement et relative efficacité. Pensons à la modernisation de nombreux équipements publics (police scientifique et taux amélioré d'élucidation des crimes et délits, plateaux techniques des hôpitaux publics, moyens dédiés à l'Université confrontée à un phénomène de massification, modernisation de nos armements, infrastructures ferroviaires : réseau TGV). Cessons de penser comme des " pisse-vinaigre " comme aimait à le dire le Général de Gaulle. Oui, la crise est âpre et l'addition plus que saumâtre mais il y a des éléments d'un pays moderne en face. Évidemment, il ne convient pas de verser dans l'angélisme et d'oublier de nombreux rapports de la Cour des comptes qui rapportent un gaspillage ou plutôt ce que d'aucuns ont pertinemment nommer des " mésinvestissements ".

A la question de savoir si les prestations offertes sont à la hauteur des dépenses publiques, je réponds qu'il faut savoir où nous nous situons pour répondre à une telle question. Dans une émission spéciale de l'heure de vérité (France 2  du 16 novembre 1983) le président François Mitterrand a passé plus d'une heure et demie à exposer où allait le monde suite à la grave crise des euromissiles (SS20 et Pershing 2) alors que plusieurs sondages indiquaient, à l'époque, que plus de 77% des Français craignaient l'entrée en guerre du pays. Qui s'en souvient 30 ans après lorsqu'on discute de nos forces armées ? Donc, au plan de la méthode, il est assez usant de voir des apprentis en finances publiques de 2013 oublier qu'un pays ne se gère pas pour le mois d'après. Les décideurs publics sont en charge des intérêts vitaux de la Nation pas de savoir si un jeune financier aura une jolie voiture dotée d'un V6 ou du V8. Même René Monory nous l'aura répété bien des fois lorsque nous pestions, les uns et les autres, contre la libération des prix de 1978. C'est donc la qualité du service de l'Etat par les femmes et les hommes qui le servent qui sont un maillon-clef de la réponse à votre question.

Depuis 3 ans, tous les pays de l'Union Européenne ont augmenté la fiscalité sauf la Bulgarie, le Danemark, la Hongrie, l'Irlande, le Royaume-Uni et la Suède. Cette hausse d’impôts est la conséquence de la montée des inquiétudes consécutives à la détérioration des comptes publics. L’Europe est-elle en train de s’enfermer dans une spirale récessionniste ? Si oui, comment en sortir ?

Cécile Philippe : Le rétablissement des comptes publics est devenu une priorité dans l’union. Mais faute de mettre en œuvre des réformes structurelles, plusieurs pays ont fait le choix de l’austérité fiscale. C’est une démarche doublement discutable. D’une part la situation économique est loin de s’améliorer. D’autre part, les hausses d’impôts sont durement ressenties par les populations qui rejettent d’ailleurs aujourd’hui ce type d’austérité.

Jean-Yves Archer : De toute évidence, la politique de grande fiscalisation a eu des effets pro-cycliques et mis de l'essence sur le brasier naissant de la récession. Pourtant, il semble venir des Etats-Unis, du Japon et du Royaume-Uni des signes d'inversion de tendance. Ces amorces de reprise seront-elles suffisantes face au risque récessif ? En conscience, je crains que non pour ce qui concerne notre pays car nous devons mener un double choc : le choc de compétitivité prôné par Louis Gallois (mais qui n'est pas véritablement engagé) et le choc du BBZ (Budget Base Zéro) des entités publiques. Le BBZ étant le budget base zéro où vous remettez véritablement les choses à plat et avez une démarche analytique d'opportunité de la dépense. Vous dites : "Utile ? Yes or No" et vous n'êtes pas à gratter 3% par ici et 2,874 % par-là. Nous avons des dizaines de milliards à trouver et à mieux affecter, pas des millions. Quant à ceux qui avancent, à pas plus ou moins feutrés, pour dire – telle Madame Delphine Batho (dont l'élégance prive la France d'une députée de renom...) – que la dépense publique est intangible sinon tout partira en vrille, nous sommes plusieurs à leur dire que le soleil brille fort bien sur la France de nos rêves et ambitions : celle qui aurait 10% de points de PIB de moins consacrés à la dépense publique.

La baisse des dépenses est-elle la solution miracle ? Ne risque-t-elle pas de produire les mêmes effets que la hausse des impôts ?  

Cécile Philippe : On ne peut pas envisager de baisse durable des dépenses publiques sans réforme structurelle. C’est ce que montrent les réussites du Canada, de la Lettonie et même de l’Allemagne. Ces expériences montrent qu’il est vital de  repenser l’importance relative de l’ensemble des programmes publics, afin de décider ce qui doit être maintenu et ce qui ne peut pas l’être. La situation française implique aussi une réforme de grande ampleur du marché du travail. C’est selon moi le sésame de tout projet de société visant à retrouver la voie d’une croissance durable.


Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (50)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 01/08/2013 - 19:59
@Berseker - 28/07/2013 - 11:41 ---- et faiseur de rois
aujourd'hui je regardais les toitures des immeubles qui sont jours apres jours défigurés parcette vontrainte reglementaires d'installation de garde fous sur toute les terrases pour empecher les chutes de personnes .... Des terrases ou sont installées quoi ? des vmc, de cages techniques d'ascenseurs? des terrases visitées quand et pourquoi ? par des techniciens qui pouvait parfaitement se rattacher a un point dattache et qui n'inteviennent pas quand le temps n'est pas au calme.... Mais par la grace de bons politiques qui ont acquiesé a un pipautage de premiere d'une profession , une reglementation applicable peu a peu a tous les batiments ..... Soudain les entreprises ne trouvent plus rien a dire a la lourdeur administrative .... quand ca amene du chiffre d'affaires direct dans le bec .....

PS:: oui il paraitrait que chaque année , il ya aurait 84 morts tombés des toitures d'immeubles ..... on y croit un max...car evidemment il ne s'agit pas de morts pendant les constructions ....

pas de souci la reglementation des seigneurs a fait des princes. et c'est pareil pour les ascenseurs
jerem
- 01/08/2013 - 19:41
@golvan - 26/07/2013 - 12:52
"On peut imaginer qu'avec un vote censitaire, dont seraient exclus ceux qui ne paient pas d'impôts, il serait beaucoup plus facile de rétablir l'équilibre du budget de l'Etat, mais on voit bien que c'est l'inverse qui se produit et que des dépenses sont engagées pour être remboursées sous forme de bulletins de vote."

Au fait cher Golvan quel est la 1er rentrée fiscale de l'etat , l'impot sur le revenu ? non bien sur !! mais la TVA payée par qui ? par tous !!!

c'est tres interessant de donner un pouvoir par l'argent mais encore faut il le justifier correctement .

je ne vous parle meme pas des optimisés fiscaux qui sortent avec zero impot sur le revenu

EN REVANCHE, suspendre le droit de vote a des exiles fiscaux qui ont donc choisi de ne pas participer à la collectivite.... aucun etat d'ame .

PS: je ne confond pas un expatrié et un exile fiscal, l'un n'est pas forcement dans le cas de l'autre comme les motivation de l'un ne sont pas les motivations de l'autre
jerem
- 29/07/2013 - 21:31
les francais bossent plus que les anglais et les allemands
Encore dur a entendre evidemment et c'est meme une palme pour les pays bas qui franchissent la barre des moinsde 30 heures par semaine pour la moyenne hebdomadaire des salariés (tps plein et partiel)

Et encore un coup dur pour les excités qui ronge leur os "la faute aux 35h"


http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-francais-travaillent-ils-plus-ou-moins-que-les-autres-europeens_396352.html

http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-047.pdf