En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 36 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 8 heures 31 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 55 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 13 heures 56 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 2 heures 1 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 6 heures 13 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 40 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 9 heures 10 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 12 heures 12 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 41 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 14 heures 20 min
© Reuters
Des tunisiens marchent à côté de l'ambulance transportant le corps du politicien assassiné Mohamed Brahmi, à Tunis.
© Reuters
Des tunisiens marchent à côté de l'ambulance transportant le corps du politicien assassiné Mohamed Brahmi, à Tunis.
Retour des troubles

Tunisie : l'assassinat du député Mohamed Brahmi va-t-il mettre le feu aux poudres ?

Publié le 26 juillet 2013
Après l'annonce de l'assassinat du député de gauche et opposant, Mohamed Brahmi, un cortège d'environ 500 personnes s'est spontanément rassemblé devant le ministère de l'intérieur. Une fois encore, la Tunisie semble au bord de l'explosion.
Mohamed Chérif Ferjani est professeur à l'Université de Lyon et chercheur au GREMMO. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées politiques et religieuses dans le monde musulman ainsi que sur les questions de la laïcité et des droits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Chérif Ferjani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Chérif Ferjani est professeur à l'Université de Lyon et chercheur au GREMMO. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées politiques et religieuses dans le monde musulman ainsi que sur les questions de la laïcité et des droits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après l'annonce de l'assassinat du député de gauche et opposant, Mohamed Brahmi, un cortège d'environ 500 personnes s'est spontanément rassemblé devant le ministère de l'intérieur. Une fois encore, la Tunisie semble au bord de l'explosion.

Atlantico : Le député de gauche et opposant, Mohamed Brahmi, a été assassiné par balle, jeudi 25 juillet, devant son domicile à Tunis. La famille de l'opposant a accusé le parti islamiste Ennahda d'être responsable du meurtre. "J’accuse Ennahda, ce sont eux qui l’ont tué", a affirmé en pleurs Chhiba Brahmi, la sœur du défunt, sans avancer de preuves. Peut-on, selon vous, qualifier cet assassinat de meurtre politique ? 

Sherif Ferjani : Mohammed Brahmi a appelé mercredi 24 juillet à la dissolution de l'Assemblée constitutionnelle dont il fait partie en l'accusant de ne pas avoir accompli la mission pour laquelle elle avait été élue : élaborer en un an une constitution prenant en compte les objectifs et les aspirations démocratiques et sociales qui ont porté la révolution et respect. Il a également exprimé son soutien à un mouvement d'insoumission et de révolte (tamarrod, comme en Egypte) pour chasser un pouvoir qui a trahi les objectifs de la révolution et pour renouer avec les aspirations démocratiques et sociales de la Révolution. Il est également important de préciser que cette assassinat intervient presque une semaine après la déclaration du chef du groupe Ennahda à l'Assemblée constituante, Sahbi Atig, qui a ouvertement menacé ceux qui appellent à suivre l'exemple égyptien d'être piétinés et tués. C'est donc bien un assassinat politique visant clairement un opposant politique pour prévenir un mouvement comparable à celui qui a mis fin au pouvoir des Frères Musulmans au pays du Nil. Cet assassinat, qui correspond aux vœux des faucons d'Ennahda, des milices et des groupes salafistes qu'ils protègent, peut accélérer la fin d'un pouvoir qui n'a pas respecté ses engagements et son contrat avec le peuple.

Cet assassinat peut-il mettre au contraire le feux aux poudres ?

Les démissions de constituants, déjà annoncées, la multiplication des appels à la dissolution de l'Assemblée et à la démission du gouvernement, les manifestations spontanées qui ont éclaté partout dans le pays montrent que de larges secteurs de la populations ne veulent plus ce pouvoir. Des dirigeants politiques, qui étaient, il y a encore 24 heures, sur le point de faire alliance avec Ennahda appellent désormais à la démission du gouvernement. Les faucons d'Ennahda, du côté desquels s'est rangé Rachid Ghannouchi, et leurs alliés, n'ont réussi qu'à exaspéré la population et ajouter à son désespoir. Les gens réclament aujourd'hui la dissolution des milices qui pratiquent la violence ouvertement ; ils demandent la vérité sur cet assassinat ainsi que sur celui de Chokri Belaïd, autre opposant tué par balle devant son domicile en février 2013. Ils ne veulent plus que ceux qui commettent des actes de violence politique continuent à agir impunément. Il y a eu complaisance, voire complicité du pouvoir islamiste à l'égard de ceux qui pratiquent la violence politique. Ce vendredi, l'Union générale Tunisienne du Travail (UGTT) appelle à une journée de grève générale et annonce la suspension de l'initiative du dialogue national dont les accords ne sont pas respectés par Ennahda et ses alliés.

La situation est-elle comparable à celle de l’Égypte ? Peut-elle dégénérer de la même manière ?

Même si je ne partage pas la thèse du coup d'Etat militaire en Egypte, la situation en Tunisie est différente car l'armée n'a pas le même poids. En Tunisie, c'est la société civile, notamment à travers l'Union générale des travailleurs, la Ligue des Droits humains, l'Ordre des avocats, les associations féministes, le syndicat patronal (UTICA), qui rejettent le pouvoir des islamistes et de leur alliés. C'est elle qui dit à la classe politique : "ça suffit !" Apparemment, beaucoup de mouvements politiques ne veulent pas rééditer l'erreur commise au lendemain de la manifestation contre l'assassinat de Chokri Belaïd. Elle n'avait alors pas tenu compte de la mobilisation (plus de 1 million de personnes dans les rues) et a préféré répondre à l'appel du gouvernement à la recherche d'un consensus avec les islamistes dont le seul objectif est de gagner du temps. En effet, Ennahda cherche à faire durer au maximum la transition jusqu'à mettre la main sur tous les rouages de l'Etat. Quand elle appelle au consensus, qu'elle rejette par ailleurs, c'est pour reprendre son souffle, continuer son entreprise de démolition des institutions de l'Etat et poursuivre ses manœuvres pour faire échouer la transition démocratique. Ignorer les revendications de la société et retourner à la table de négociation pour chercher à nouveau le consensus avec un gouvernement aussi fourbe serait une erreur fatale pour l'opposition.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

La famille de l'opposant a accusé le parti islamiste Ennahda d'être responsable du meurtre. "J’accuse Ennahda, ce sont eux qui l’ont tué", a affirmé en pleurs Chhiba Brahmi, la sœur du défunt, sans avancer de preuves.
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/tunisie-milliers-personnes-dans-rue-apres-assassinat-mohamed-brahmi-797565.html#uPvWC8ICMC2DUhF7.99
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ali ce
- 26/07/2013 - 21:48
pour tout dire
ça me laisse de marbre, qu'ils s'entretuent ou non,
assez de problèmes au quotidien ici en France, la coupe est pleine, un seul souhait, qu'ils restent chez eux et règlent tout ça entre eux.
ISABLEUE
- 26/07/2013 - 13:42
" consensus avec les islamistes";;;;
Ca ne marche pas.
Il faut vitrifier tous des barbus, ils ne comprennent rien et se prennent pour des divinités sur terre.
Alsacien
- 26/07/2013 - 13:05
@wasp
Et dire SURTOUT, que NOUS, les PETITS, les gens du peuple,bref tout sauf des énarques (perso je suis simple routier) avions abondamment commenté sur bien des forum que l'arrivée des Islamistes au pouvoir allait être une catastrophe...où, quand une partie du peuple, celui qui ne "s'informe" pas que devant les JT deviens plus fiable dans ses analyses que des élus surpayés et/ou des médias aux ordres.