En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 1 heure 39 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 3 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 4 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 5 heures 5 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 6 heures 46 sec
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 9 heures 55 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 1 jour 9 sec
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 2 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 4 heures 50 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 5 heures 26 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 7 heures 4 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 9 heures 19 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 jour 13 min
© Reuters
"L’Histoire contemporaine montre à maintes reprises que le populisme, à condition de ne pas faire l’amalgame avec le fascisme, ne se transforme pas en dictature."
© Reuters
"L’Histoire contemporaine montre à maintes reprises que le populisme, à condition de ne pas faire l’amalgame avec le fascisme, ne se transforme pas en dictature."
Bonnes feuilles

Le populisme : une parenthèse éphémère qui remet en cause le conformisme d'une société

Publié le 07 juillet 2013
La crise révèle les difficultés existentielles des démocraties contemporaines. L'auteur Alexandre Dorna démonte les mécanismes de la fièvre populiste et le processus de contagion de masse. Extrait de "Faut-il avoir peur de l'homme providentiel ?" (2/2).
Alexandre Dorna est un psychosociologue. Il est professeur de psychologie sociale et d'histoire de la psychologie à l'université de Caen. Il a réalisé des recherches sur la communication, l'influence et le discours politique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Dorna
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Dorna est un psychosociologue. Il est professeur de psychologie sociale et d'histoire de la psychologie à l'université de Caen. Il a réalisé des recherches sur la communication, l'influence et le discours politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise révèle les difficultés existentielles des démocraties contemporaines. L'auteur Alexandre Dorna démonte les mécanismes de la fièvre populiste et le processus de contagion de masse. Extrait de "Faut-il avoir peur de l'homme providentiel ?" (2/2).

Revenons, une dernière fois, à la perversion de l’utilisation du mot populisme, souvent vidé de contenu et sans histoire. Ses détracteurs fondent leurs critiques sur un danger majeur : la dictature. C’est une image de propagande plus qu’une réalité contingente (c’est là que réside justement sa puissance). Image conditionnée de surcroît, car faire du populisme un épouvantail est une manière soft de se dispenser de penser.

C’est fabriquer un fantôme pour mieux faire peur. Tout ce que disent ses détracteurs est-il faux ? Certainement pas. Mais leurs analyses non seulement excluent les causes et déforment les faits, mais également se dispensent de l’examen des conséquences. En revanche, l’analyse lucide du populisme esquisse la thèse d’un déblocage des situations de crise par des doses raisonnables de populisme. La condition idéale étant le respect du cadre démocratique et de l’esprit républicain. Car, à y réfléchir, le péril est à la fois éphémère et plus fantasmatique que réel. La condition idéologique est de ne pas confondre populisme et fascisme. Cela demande plus de connaissances et moins d’intentions cachées ou de préjugés idéologiques.

La présence et les issues du populisme

L’Histoire contemporaine montre à maintes reprises que le populisme, à condition de ne pas faire l’amalgame avec le fascisme, ne se transforme pas en dictature. Et le populisme reste, à notre sens, soit une exigence de sursaut démocratique, soit un ressourcement populaire en l’absence d’un projet collectif.

Pour illustrer ces propos, le tableau suivant montre de façon synthétique l’avant et l’après d’expériences populistes devenues classiques : en Russie, aux États- Unis et en Argentine. Il serait trop long quoique nécessaire d’évoquer ici toutes les expériences populistes de l’Histoire contemporaine.

La conclusion est évidente: le populisme n’est qu’une parenthèse entre deux périodes politiques dans l’évolution d’un processus historique à long terme. Aussi, nous pouvons retrouver la même configuration dans les divers exemples du populisme français :

Ces deux tableaux restituent, dans une certaine mesure, la signification politique des épisodes populistes. C’est la confirmation du caractère assez éphémère du populisme. Car il n’est plus que le symptôme visible d’un dysfonctionnement de la société et de son régime politique à un moment de son évolution. Voilà pourquoi certains auteurs pensent que le populisme est un mode de transition démocratique. En fait, le populisme faciliterait la remise en cause du statu quo et du conformisme afin de négocier la sortie de crise et retrouver un nouvel équilibre social et politique. Certes, d’autres – moins optimistes – voudront y voir une dictature ouverte ou déguisée. C’est le dilemme qui hante encore la gauche politique, tandis que la droite, plus maligne, s’en accommode, parfois avec désinvolture.

Par-delà la thèse du déblocage d’une situation de crise via une expérience populiste, force est de constater que le populisme se développe lorsque la démocratie s’effrite. Les faits historiques s’accumulent pour reconnaître à l’oeil nu qu’un déficit ou un dysfonctionnement des institutions républicaines se solde par une série de contestations muettes et de révoltes qui peuvent aboutir à l’installation d’un gouvernement à coloration populiste. Il y a donc besoin d’une appréhension de l’essentiel afin d’éviter le pire, dans les cas où ce type d’expérience risque de provoquer une division brutale de la société sous la forme d’une guerre civile.

Le populisme est un processus d’usure des élites devenues inaptes et trop empêtrées dans une reproduction oligarchique. Par une gestion purement technicienne, où la corruption de l’âme et l’avilissement des pratiques institutionnelles épousent la perte du sens et du bien communs, la démocratie s’étrangle.

Extrait de "Faut-il avoir peur de l'homme providentiel ?", Alexandre Dorna, (éditions Bréal), 2013. Pour acheter ce libre, cliquez sur ce lien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
winnie
- 08/07/2013 - 00:00
Vous pouvez bien ecrire et
Vous pouvez bien ecrire et dire ce que vous vouler dans vos media:
La Marine elle va tous vous clouer le bec! !!!
mich2pains
- 07/07/2013 - 18:59
SI J'AI BIEN SUIVI VOTRE DEMONSTRATION .......
Etre " POPULAIRE" , c'est vouloir virer tous les incompétents de l' UMPSPC/EELV qui ont pris le pouvoir par alternance depuis 1945 pour ruiner totalement notre belle France de jadis !
Etre " POPULISTE " , c'est faire partie de ces RIPOUX de l' UMPSPC/EELV et vouloir les maintenir en place , coûte que coûte !
J'espère ne pas avoir trahi votre pensée à laquelle j'adhère pleinement !
Mon vote est donc bien POPULAIRE puisqu'il se porte sur ....le FN !
gliocyte
- 07/07/2013 - 16:51
Dérive
Il est intéressant de constater la dérive du mot populisme, autrefois neutre et qui s'est vu connoté péjorativement au cours du temps. Ce mot ne devrait désigner qu'une confiance dans le peuple, or il n'est plus employé que dans un sens péjoratif par les classes dirigeantes et les politiciens au pouvoir pour critiquer l'opposition à leur politique. Et sur qui on tape au final? Sur LE PEUPLE qui serait si rustre, si inculte, si mauvais qu'il est "criminel" qu'un parti populiste puisse exister car il réveille en lui ce qu'il a de plus mauvais, qu'il exacerbe ses frustrations, ses préjugés.
Donc tous les autres partis ne stimuleraient que le bon côté du peuple, et seraient, pas ricochet, de bons partis!
De qui se moque t-on? D'un côté les bons, de l'autre des méchants. Et on s'étonne que les frustrations, le dépit, la colère, les suffixes "phobies" augmentent! Libérez la parole, c'est soulever le couvercle. L'étouffer au nom du "tout parfait" c'est la radicaliser. Cet angélisme idéologique est, à mon sens, une forme de maltraitance faite au peuple. Ce n'est pas parce qu'on fait partie de l'élite qu'on est sans préjugés, sans frustrations, on est seulement plus méprisant!