En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 22 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 30 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 44 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 5 heures 30 sec
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 53 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 57 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 53 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 55 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 20 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 33 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 19 min
© Reuters
Le Journal du Net vient de publier les rémunérations des grands patrons des 120 plus grandes sociétés françaises cotées en bourse.
© Reuters
Le Journal du Net vient de publier les rémunérations des grands patrons des 120 plus grandes sociétés françaises cotées en bourse.
Palmarès

Classement des salaires des patrons: le top 5 de ceux qui les ont le moins mérités

Publié le 03 juillet 2013
Le Journal du Net vient de publier les rémunérations des grands patrons des 120 plus grandes sociétés françaises cotées en bourse. Mais au delà du simple montant, il convient d'analyser chaque salaire au regard des résultats de l'entreprise... Palmarès des salaires les plus illégitimes.
Louis Vergeat est un ancien haut fonctionnaire, spécialiste de droit public et constitutionnel et d'économie. Son compte Twitter : @VergeatM
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Vergeat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Louis Vergeat est un ancien haut fonctionnaire, spécialiste de droit public et constitutionnel et d'économie. Son compte Twitter : @VergeatM
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Journal du Net vient de publier les rémunérations des grands patrons des 120 plus grandes sociétés françaises cotées en bourse. Mais au delà du simple montant, il convient d'analyser chaque salaire au regard des résultats de l'entreprise... Palmarès des salaires les plus illégitimes.

L'objectif du classement auquel nous avons procédé est de déterminer les cinq premières entreprises dans lesquelles la rémunération perçue par le dirigeant parait véritablement déconnectée des performances de son entreprise. Pour parler de manière nette, il s'agissait donc de détecter les rémunérations qui sont contestables en valeur, qui semblent imméritées.

Avant d'énoncer ce classement, il convient d'apporter quatre précisions de méthode :

1. Par convention, nous avons comparé l'évolution de la rémunération (niveaux 2012 par rapport à 2011) à l'évolution du résultat net. Pour prendre une image illustrative, nous avons donc regardé le coût du dirigeant en dynamique par rapport à celle de son entreprise. C'est une approche par le prix du service rendu. Par une lecture de tendance comparée.

2. Donc, nous n'avons pas rapporté le niveau des salaires des patrons à un ratio lié à " x " fois le SMIC et poser des questions de justice sociale. Nous sommes restés sur un plan d'une éventuelle cupidité d'un dirigeant au regard de la situation financière de la firme.

3. Par ailleurs, nous avons pris un indicateur de comparaison (le résultat net) et nous n'avons pas pris un bouquet d'indicateurs de socio-performances qui aurait pu inclure l'évolution du dividende ou le climat social, etc.

4. Par conséquent, les rémunérations énoncées ci-dessous sont toutes légales (par rapport à leur publication obligatoire depuis la loi N.R.E de 2001) mais nous paraissent, au plan de l'efficacité collective, comme illégitimes voire abusives. A cet effet, nous renvoyons le lecteur à la vision du Doyen Pierre Bézard, ancien Président de la Chambre commerciale de la Cour de cassation, qui a fait émerger dans notre droit la notion de " loyauté " du dirigeant. (Arrêt du 27 février 1996, notamment).

Examinons donc le " top 5 " des pratiques abusives et des rémunérations proportionnellement excessives :

N°1 : Havas

Son président, David Jones a perçu 3,12 millions d'euros de rémunération (et autres avantages) dont 0,91 million en fixe (+ 8,2%) et 2,12 mE (+ 202,4%) alors que le résultat net n'a été en 2012 que de 126 mE soit une hausse de 5% par rapport à 2011. Le chiffre d'affaire augmentant, quant à lui, de 8%. On constate clairement que le salaire fixe semble indexé sur l'évolution du C.A ce qui parait fort légitime. Hors, à la lecture du bilan de HAVAS, on a du mal à percevoir la justification d'une hausse de plus de 200% de la partie variable des gains.

N°2 : Technicolor

Son président, Frédéric Rose, a perçu 2,5 mE de rémunération en 2012 dont 0,8 de fixe et 1,152 de part variable : en hausse de 93%. A cela sont venus s'ajouter une part exceptionnelle de 0,586 mE. Là où les choses se compliquent pour le lecteur des états financier, c'est que l'évolution du C.A est quasiment " flat " : 3,450 milliards d'euros en 2011 et 3,481 en 2012 tandis que le résultat net 2012 est de 17mE. En examinant plus loin, il est même indiqué qu'il faut le considérer comme en perte de 22 mE si l'on inclut l'impact d'une amende (contestée) émise par les Autorités de la concurrence à Bruxelles. Si HAVAS montrait une rémunération variable très importante en évolution au regard de la dynamique de l'entreprise, ici – chez TECHNICOLOR – il y a déconnection entre la rémunération perçue par le dirigeant et la santé financière de l'entreprise.

N°3 : Lafarge

Entreprise traditionnellement vertueuse, LAFARGE est confrontée à un cas d'abus en 2012. Ainsi son président Bruno LAFONT a perçu 2,9 mE dont 0,95 de fixe et 1,168 de part variable (+ 80,2%) et 0,8 mE d'exceptionnel. Ceci alors même que l'évolution du chiffre d'affaires est quasiment nulle (autour de 15,82 milliards d'Euros de C..A) et que le résultat net avant les éléments non récurrents est de 432 mE ce qui représente une baisse de 18% par rapport à 2011. Là encore, la présentation de la rémunération des dirigeants (qui est obligatoire) est purement chiffrée et factuelle : elle ne motive en rien ce qui fonde la décision du conseil d'Administration d'avoir voté un tel " package " cette année-là. Dans ce type de cas, force est de constater qu'il sera intéressant de voir les futurs vote à valeur consultative (de type " say on pay ") des actionnaires quant à ce type de pratique.

N°4 : Société Générale

La SOCIETE GENERALE est hélas marquée par l'annonce de plans sociaux ou de plans de départs volontaires (qui fûrent sursouscrits ce qui en dit long sur plusieurs paramètres à commencer par le climat interne). Or, en 2012, son président, Frédéric OUDEA a perçu 2,3 mE de rémunération dont 1mE de fixe et 1,194 de part variable. Ceci alors que le résultat net part du groupe est passé de 2,385 Milliards d'E en 2011 à 774 millions en 2012. Autrement dit, il n'y a aucune corrélation (pour la part variable) entre cette forte baisse du résultat net et la rémunération du dirigeant. Dans un tel contexte financier et social, est-ce bien loyal au sens jurisprudentiel de ce terme ? Est-ce légitime alors que le produit net bancaire a baissé de 25,4 à 23,11 milliards d'euros ? La question ne peut pas ne pas venir à l'esprit de l'observateur extérieur ou de l'actionnaire voire du ou de la salariée.

N°5 :  Carrefour

Le dynamique président Georges PLASSAT a remplacé Lars OLOFSSON en mai 2012. Il est instructif de noter que l'ancien président percevait 1,35 mE de fixe et une part variable pouvant aller jusqu'à un chiffre situé entre 100 à 200% de la partie fixe. Soit, 2,7 mE comme rémunération totale. Alors qu'en 2011, le résultat net part du groupe des activités poursuivies était négatif de (1,86 milliard d'Euros). Point important, Lars OLOFSSON a perçu 1,5mE de clause de non-concurrence lors de son départ, s'est vu dispenser de l'obligation de présence requise pour l'exercice de ses stoks options (...) et a pu bénéficier de sa retraite chapeau obtenue exactement quinze jours après la date anniversaire de ses trois années chez CARREFOUR. Ainsi, une gestion contestée en interne et par certains grands actionnaires a tout de même donné lieu à un départ avantageux et totalement disjoint des performances.

 

Pour résumer, le top 5 des rémunérations excessives est donc :

  • 1) Havas
  • 2) Technicolor
  • 3) Lafarge
  • 4) Société Générale
  • 5) Carrefour  (ancienne présidence)

 

Tels sont donc les résultats d'un parfum de gourmandise dans un monde en crise.

A l'inverse, il est intéressant de relever que Fanck RIBOUD (DANONE) a vu sa part variable baisser de 24,6% alors que le résultat net n'augmentait que de 0,9%.  Que la part variable de Messieurs ARNAULT (LVMH pour 2,2mE) et AGON (L'OREAL : 1,785) est restée inchangée alors que la progression de leurs sociétés est établie. Et enfin, que le cas de Maurice LEVY restera un sujet de complexité : sur 4,8 mE (soit 33,33 % de hausse de rémunération), la part fixe a été ramenée à zéro en 2012 (- 100%) et la part variable augmentée de 77,8% à rapprocher de la progression de 22,8% du résultat net du Groupe PUBLICIS soit 737 mE. Nombre d'observateurs gardent en mémoire la polémique autour des 16 millions d'euros de bonus qui lui avait été accordés alors qu'il s'agissait d'une rémunération différée sur neuf ans et que son groupe a considérablement prospéré sur la dernière décennie. Il y a donc parfois collision d'affichage même chez les publicitaires dont le métier est pourtant de faire accepter les faits par des messages aussi pertinents que percutants.

Autre point, rarement évoqué, il est arrivé que des dirigeants voient leurs responsabilités engagées car ils ne " consacraient pas le temps nécessaire à la conduite des affaires sociales ". A cet effet, il n'est pas illégitime de se poser une question dans le cas de RENAULT et NISSAN. Alors que le résultat net de RENAULT plongeait de 18,8% à 1,735ME, la part variable de Carlos GHOSN baissait de 10% (soit une somme perçue de 1,440) et sa rémunération globale était érodée de 5,6%. Une interrogation demeure sur l'ajustement de la rémunération de ce grand dirigeant au regard de la crise de son secteur. D'autant que doté d'un don apparent d'ubiquité, son énergie lui permet de cumuler cette fonction avec la présidence de NISSAN : rémunérée à hauteur de 5 fois le montant du président de TOYOTA. Et désormais, depuis quelques heures, d'être de surcroît président du fabricant des véhicules LADA : AVTOVAZ.

Cette problématique de la multiplicité des mandats sociaux est une vieille histoire qui avait concerné Ambroise ROUX (Compagnie Générale d'Electricité) ou Didier Pineau-Valencienne (Schneider) : des textes sont intervenus pour limiter leurs nombres mais l'exemple du dirigeant de RENAULT montre bien que la question demeure posée. Dernière question, souvent évoquée par le cabinet PROXINVEST, seuls 16% de la part variable de la rémunération des patrons du CAC 40 se détermine au regard de conditions de performance à moyen ou long terme. Or le dirigeant est bel et bien investi du devoir de recherche de pérennité de la firme, condition primordiale de l'intérêt sociétal.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jean fume
- 01/07/2013 - 18:19
C'est pour le moins cocasse !!
Comme carredas le fait remarquer ci-dessous, il est plutôt curieux, sinon amusant, que ce soit un ancien haut fonctionnaire qui se préoccupe de la légitimité des salaires des patrons du CAC40, sachant que bien souvent ils sortent du même moule.
Faudrait-il y voir une pointe de jalousie ?
Dans le même esprit, il faudrait s'interroger pour savoir si les rémunérations des haut fonctionnaires, elles aussi sont bien méritées ? Un sujet à développer.
SteakKnife
- 01/07/2013 - 12:49
Le plus choquant là dedans...
...c'est les idiots utiles du système qui trouvent ça normal dans les commentaires ci-dessous.
Peter6809
- 01/07/2013 - 11:00
Le pire
Pour moi, dans ce top 5, le pire est quand même Tachnicolor. Avec 3,5 milliards d'euros de CA, on paye le Président 2,5 Meuros, soit 0,08% et 15% du résultat. C'est complètement idiot!
SG, critiquable, n'est "qu'à" 3% du résultat.
D'une manière générale, il est scandaleux que des PDG s'augment alors que l'entreprise n'est pas performante! Ils se prennent pour des ministres (payés beaucoup moins, mais au regard de leurs prestations...bof!)