En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 5 heures 53 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 10 heures 11 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 13 heures 4 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 13 heures 53 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 14 heures 15 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 19 heures 44 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 8 heures 46 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 11 heures 7 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 12 heures 58 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 14 heures 10 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 20 heures 7 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 2 heures
Editorial

La France, ce pays qui semble assister en observateur désabusé à son propre déclin

Publié le 28 juin 2013
A Bruxelles, François Hollande a tenté de convaincre la Commission européenne qu'il n'avait pas abandonné l'idée de réduire le déficit de la France lors d'une conférence de presse dans la nuit de jeudi à vendredi.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Bruxelles, François Hollande a tenté de convaincre la Commission européenne qu'il n'avait pas abandonné l'idée de réduire le déficit de la France lors d'une conférence de presse dans la nuit de jeudi à vendredi.

On soupire à l’Elysée. La France vient d’obtenir à Bruxelles deux années de plus pour remettre de l’ordre dans ses affaires et réduire le déficit public à 3% du produit intérieur brut. Mais personne n’y croit vraiment, car rien ne bouge. Les rapports se multiplient, les diagnostics s’enchaînent, qui montrent la dégradation lente du pays. François Hollande admet que la France a pris du retard et il continue de recourir à l’une de ses affirmations favorites aussitôt démenties par les faits : il assure que les finances publiques seront maîtrisées. Sa détermination apparente sonne faux et apparaît surtout comme une forme de résignation face à une situation qu’il subit faute d’avoir le courage de tenter de la contrôler. Il s’en remet par lâcheté politique aux partenaires sociaux pour faire les choix nécessaires en feignant d’ignorer qu’un chef d’Etat est fait pour diriger, pour tracer le cap et non pour enregistrer les déclarations contradictoires de corps intermédiaires qui défendent seulement des intérêts catégoriels. Lui faisant écho, Jean Marc Ayrault reconnaît le bien fondé des exhortations de la Cour des comptes, sans aller au-delà. Il se dégage ainsi un sentiment d’impuissance qui se diffuse du plus haut niveau de l’Etat à l’ensemble des couches sociales, comme si le pays assistait en observateur désabusé à son propre déclin.

Le constat est de plus en plus alarmant. Le dérapage des dépenses publiques continue inexorablement et risque de dépasser 4% du PIB cette année selon la Cour des comptes. La hausse permanente des impôts produit ses effets dévastateurs en laminant le pouvoir d’achat, en réduisant la consommation et les rentrées fiscales. La France connaît un mouvement de désindustrialisation sans précédent à l’intérieur, tandis que son attractivité baisse à l’extérieur en raison des anathèmes que le pouvoir n’a cessé de porter contre les entreprises et les patrons pendant des mois. Et la marée montante du chômage se poursuit imperturbablement, malgré une fausse accalmie en mai due à une manipulation statistique.

Tous les grands dossiers sont en panne, à commencer par celui des retraites, pourtant considéré comme ayant une valeur exemplaire pour indiquer la volonté de redressement. Les partenaires sociaux ont été impressionnés lors de la grand messe organisée à ce sujet il y a quelques jours, par le manque de pugnacité du gouvernement pour amorcer une réelle réforme.

Tout se passe comme si le pouvoir, incapable de tracer des perspectives, se bornait aujourd’hui à une vaste opération de camouflage pour masquer les réalités. La Cour des comptes constate que le ministère de l’Economie se montre plus avare que l’an dernier dans la fourniture des informations. Le pouvoir multiplie les emplois aidés qui pourraient dépasser 500 000 pour grossir des effectifs déjà pléthoriques dans les administrations et les associations, au lieu de les orienter vers les entreprises. Car la majorité politique qui détient le pouvoir dans la plupart des collectivités n’a aujourd’hui qu’une obsession : limiter la casse lors des prochaines élections municipales. C’est dire que les partis vont continuer comme ils n’ont jamais cessé de le faire d’échafauder des programmes de dépenses et d’assistance en ignorant la gravité de la situation. Et l’Europe ébahie observe ce cavalier seul de la France qui refuse d’affronter l’obstacle et qui est en train de battre un record sur le vieux continent, celui du seul pays dont la situation ne s’améliore pas.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 29/06/2013 - 10:52
@ vangog.......
A ce stade, le "tube" prend la forme du fût de 209 litres avec la pompe branchée sur le compresseur de l'atelier "engins"......vous savez, celui qui fait "pouf-pouf", "pouf-pouf", "pouf-pouf" et vous en envoie une méga-giclée à chaque fois......et plus c'est fluide, mieux ça sort (loi de Colebrook....ou de Manning-Strickler, comme on veut) !!!
winnie
- 29/06/2013 - 09:39
Que croyaient donc tous ces
Que croyaient donc tous ces idiots qui ont voter pour Holland ?qu'il y aurait "le changement"?Et bien oui il a lieu ! ;c'est le changement de civilisation et l'inversion des valeurs !
Pour ce qui est du reste ,du vrai changement , réindustrialiser le pays,lutter contre la délinquance,l'imigration,affirmer l'autorité de l'état on peut toujours attendre car pour cela il faut des co....es !!
Et y'en a pas !!
Guzet31
- 29/06/2013 - 08:27
Tant que la Finance...
Tant que la Finance nous fera crédit et que les taux d'intérêt resteront ce qu'ils sont tien ne bougera et surtout pas Hollande...