En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 7 heures 36 sec
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 7 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 8 heures 55 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 10 heures 6 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 14 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 15 heures 32 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 7 heures 14 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 8 heures 24 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 9 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 10 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 15 heures 18 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 16 heures 49 min
© Reuters
Les pertes seront d'abord supportées par les créanciers et les actionnaires à hauteur de 8% minimum du passif des banques.
© Reuters
Les pertes seront d'abord supportées par les créanciers et les actionnaires à hauteur de 8% minimum du passif des banques.
Banqueroute

Accord européen sur le sauvetage des banques en cas de nouvelle crise : mais justement, sont-elles toujours aussi dangereuses qu’en 2008 ?

Publié le 28 juin 2013
Les ministres européens des Finances ont trouvé un compromis dans la nuit de mercredi à jeudi 27 juin pour renflouer ou liquider les banques en épargnant les contribuables.
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les ministres européens des Finances ont trouvé un compromis dans la nuit de mercredi à jeudi 27 juin pour renflouer ou liquider les banques en épargnant les contribuables.

Atlantico : Les ministres des finances européens sont parvenus à un compromis dans la nuit de mercredi à jeudi 27 juin, acceptant des règles pour renflouer ou liquider les banques en épargnant les contribuables. Après plus de six heures de discussions, un accord a finalement été trouvé sur le degré de flexibilité laissé à chaque Etat, qui constituait jusqu'ici un point de blocage. Que faut-il en penser ?

Philippe Herlin : Il s'agit d'un accord en trompe l’œil. Comment fonctionne-t-il ? Les pertes seront d'abord supportées par les créanciers et les actionnaires à hauteur de 8% minimum du passif des banques. Autrement dit, pour une banque dont le passif est de 100 milliards d'euros, créanciers et actionnaires se verront imposer au moins 8 milliards d'euros de pertes. Une fois cette condition remplie pourra intervenir des fonds d'aide européens de type MES, ce deuxième niveau d'intervention ne pourra pas dépasser 5% du passif de la banque. Calculons : 8 plus 5 font 13. C'est tout. Mais si une banque se trouve en situation de faillite, la perte sera nettement supérieur à 13% du passif ! Donc les déposants paieront. On nous dit que seuls les compte de plus de 100.000 euros seront sollicités. Il faut bien comprendre que ce chiffre n'a aucun sens : pour un particulier il est élevé, et de fait la plupart des gens se croient à l'abri. Mais pour une entreprise ou une PME ce seuil est très bas, et en conséquence ponctionner les comptes de plus de 100.000 euros revient à voler la trésorerie des entreprises, et donc à provoquer une récession, on le voit à Chypre.

Par ailleurs, annoncer une limite de 100.000 euros va inciter les particuliers et les entreprises à ouvrir plusieurs comptes de façon à passer sous ce seuil, il n'y aura ainsi plus beaucoup de comptes supérieurs à cette somme ! Il faudra donc "taper" dans les comptes situés en dessous. De toute façon il faut bien comprendre que si les comptes de moins de 100.000 euros ont été protégés à Chypre c'est uniquement parce que l'Europe et le FMI ont apporté 15 milliards d'euros d'aide. Mais pour un pays comme l'Espagne ou la France il faudrait une somme bien supérieure que personne ne pourrait apporter, résultat tous les comptes seraient ponctionnés !

Une note de l’analyste financier Steven Englander (Citi FX) a souligné que depuis début mai, les gains de banques européennes par rapports aux banques américaines étaient en baisse. Les banques européennes se portent-elles plus mal que les banques américaines ?

Il est difficile de mesurer le niveau de risque des banques, mais nous avons eu récemment deux études plutôt inquiétantes concernant les banques françaises. D’après une étude du Center for Risk Management de Lausanne, les banques françaises présentent le plus important risque systémique en Europe (mesuré en terme de besoin en capital si les marchés boursiers baissent brutalement). D'autre part, selon Goldman Sachs, les deux banques les moins bien capitalisées d'Europe sont françaises (Crédit Agricole et Natixis). Plus globalement, il faut bien comprendre que la crise bancaire n'est pas réglée et que le risque demeure toujours important. Il l'est plus en France qu'aux Etats-Unis pour une raison bien simple, les banques sont bien plus grosses en comparaison (le bilan de BNP-Paribas s'élève à environ 2.000 milliards d'euros, soit le PIB de la France, et cela n'a pas d'équivalent aux Etats-Unis où les banques sont "relativement" plus petites).

Les indices de rendement total pour les banques européennes par rapport aux banques américaines. Source : qz.com

La fin annoncée de la politique de planche à billets de la Fed menace-t-elle davantage les banques américaines…ou européennes? 

On ne peut pas parler de fin du Quantitative Easing, Ben Bernanke n'a fait que l'évoquer et les places boursières plongé ! Il a ensuite corrigé le tir et tenté de rassurer les marchés. En fait la Fed ne sait pas comment sortir de sa politique de planche à billets... Et la situation se complique avec la remontée des taux, aux Etats-Unis mais aussi en Europe, où la situation redevient compliquée en Espagne, au Portugal, en Italie (où d'ailleurs Mediobanca a estimé que l'Italie devrait faire appel à l'aide européenne d'ici la fin de l'année !). Concernant les Etats-Unis, rappelons une information qui a fait deux lignes dans les médias : la croissance du PIB au premier trimestre a été révisée à la baisse de 2,4% à 1,8% (en rythme annualisé), autrement dit rien ; il n'y a pas de reprise économique, la planche à billet ne sert à rien d'autres qu'à faire une bulle sur le Dow Jones. Le réveil va être douloureux.

Quelles mesures prioritaires doivent être adoptées pour assainir les banques européennes sans recourir au contribuable ?

On nous présente l'union bancaire supervisée par la BCE comme la panacée. Est-ce bien vrai ? Signalons d'abord qu'à ce moment-là la BCE serait alors le financeur des banques en difficulté (ce qu'elle est aujourd'hui) et leur contrôleur. Peut-on imaginer un conflit d'intérêt plus fondamental ? Ce serait potentiellement très dangereux. D'autre part on vient d'apprendre que l'Italie a, comme la Grèce, triché pour entrer dans la zone euro en utilisant des produits dérivés pour "anticiper" des recettes. Mais la manœuvre a mal tourné et le pays est exposé à une perte de 8 milliards d'euros ! Et qui était directeur du Trésor à l'époque, qui pilotait cette manipulation ? Mario Draghi. Peut-on faire confiance à un tel individu ? Plutôt que de se reposer sur des systèmes bureaucratiques, il faut lutter contre la concentration bancaire et les liens incestueux des grandes banques et des Etats, mais on n'en prend pas le chemin !

A Lire : La révolution du Bitcoin et des monnaies complémentaires : une solution pour échapper au système bancaire et à l'euro ?, Philippe Herlin, (Eyrolles Editions). Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 28/06/2013 - 13:36
Bon article. A lire
C'est marrant, il y a plein de gens qui pensent comme lui et personne ne les écoute.