En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Comeback
Ségolène Royal annonce la création d'une association politique en vue de 2022
il y a 13 min 28 sec
pépites > International
Défi planétaire
Changement climatique : 18 % des Américains n'y croient pas, contre 9 % des Européens et 1 % des Chinois
il y a 2 heures 1 min
pépites > Politique
Maintien
Cote de confiance : lègere hausse pour Emmanuel Macron en janvier
il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amazon, main basse sur le futur" : Amazon nous promet la lune mais à quel prix ? Enquête instructive sur un mastodonte.

il y a 3 heures 56 min
décryptage > France
Baisse

Le taux du Livret A à 0,5% : une règle nouvelle sans « coup de pouce » ? Qu’aurait donné l’ancienne ?

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Ils ont le plus grand respect l’un pour l’autre

Pourquoi Pierre-Yves Bournazel a-t-il rallié Benjamin Griveaux ? Parce que l’autre le tient par les couilles !

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Quand la religion sert de justification à la violence contre les femmes : pour en finir avec la gynépathie

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : la cruelle absence de vision et le manque de réel projet au sein du ministère de la Santé

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Europe
Basculement

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Politique
Alternative

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

il y a 7 heures 17 min
pépites > France
Bout du tunnel
Paris : le syndicat Unsa-RATP suspend la grève, le trafic du métro devrait fortement s'améliorer lundi
il y a 52 min 35 sec
light > Insolite
Disparition
L'homme le plus petit du monde, qui mesurait 67 cm, est décédé
il y a 2 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Amertume Apache, Une aventure du Lieutenant Blueberry" : Le renouvellement d’un mythe

il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Soirée perturbée
Emmanuel Macron évacué d'un théâtre où tentaient d'entrer des manifestants
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Régime autoritaire

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La laïcité et le féminisme : les deux atouts de la société française pour lutter contre l'obscurantisme religieux

il y a 6 heures 34 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Gilets jaunes : les perspectives concrètes pour le mouvement après la phase insurrectionnelle

il y a 6 heures 35 min
décryptage > France
La réalité dépasse la caricature

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

il y a 6 heures 47 min
décryptage > International
Retournement

Les trois locomotives de l’économie américaine qui avaient combattu Donald Trump s’allient désormais à lui pour sa réélection

il y a 7 heures 11 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles
il y a 7 heures 25 min
© Reuters
Le récent rachat du Printemps par un fonds qatari illustre parfaitement la situation actuelle.
© Reuters
Le récent rachat du Printemps par un fonds qatari illustre parfaitement la situation actuelle.
Opération séduction

Qui vient encore, qui ne vient plus : les efforts de Hollande pour vendre la France aux investisseurs étrangers suffiront-ils à enrayer leur désaffection grandissante pour l'Hexagone ?

Publié le 25 juin 2013
Ce mardi François Hollande déroule le tapis rouge aux entrepreneurs étrangers : rencontre avec les membres du China Entrepreneur Club, réception des chefs d’entreprises chinois, français et européens à l’occasion de l’International Capital Conference puis dîner avec les dirigeants de grandes entreprises internationales, organisé avec le Forum économique mondial de Davos.
Robin Rivaton est consultant en stratégie dans un cabinet américain. Il est diplômé de l’ESCPEurope et de Sciences Po.Julien Balkany est co-fondateur du fonds d'investissement Nanes Balkany Partners basé à New York. Il est administrateur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton et Julien Balkany
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est consultant en stratégie dans un cabinet américain. Il est diplômé de l’ESCPEurope et de Sciences Po.Julien Balkany est co-fondateur du fonds d'investissement Nanes Balkany Partners basé à New York. Il est administrateur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mardi François Hollande déroule le tapis rouge aux entrepreneurs étrangers : rencontre avec les membres du China Entrepreneur Club, réception des chefs d’entreprises chinois, français et européens à l’occasion de l’International Capital Conference puis dîner avec les dirigeants de grandes entreprises internationales, organisé avec le Forum économique mondial de Davos.

Atlantico : Ce mardi François Hollande déroule le tapis rouge aux investisseurs étrangers. Pourtant, selon un baromètre du cabinet d'audit Ernst and Young, l'attractivité de la France est "en perte de vitesse" et l'Hexagone a accusé un net recul de 13 % des implantations internationales en 2012 contre une moyenne de 3 % sur 44 pays d'Europe. La France est-elle en train de devenir un repoussoir pour les investisseurs étrangers ?

Robin Rivaton : L'attractivité de la France est en nette perte de vitesse. Selon les données d'Ernst & Young, l’Hexagone a accueilli 471 projets d’implantation étrangers en 2012, soit 13 % de moins qu’en 2011 avec une baisse de 20% du volume d'emplois créés.

Ces chiffres, qui placent la France derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne, concordent avec ceux de l'Agence française des investissements internationaux et de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). D'après ceux-ci, l’année 2012 a marqué le plus faible volume de création d’emplois par des investisseurs étrangers depuis 2002. Au niveau du classement mondial des investissements directs étrangers (IDE), la France est passée entre 2010 et 2012, de la 4e à la 6e place, cédant 30% en valeur.

Julien Balkany : Malheureusement un peu plus d’un an après l’élection de François Hollande force est de constater que le gouvernement actuel entraîne notre pays à rebours de la marche du monde et que la France perd tous les jours des points en terme d’attractivité et de compétitivité pour les investisseurs étrangers et donc pour la création d’emplois et de richesses qui en découlent.

La France est clairement en perte de vitesse et apparait désormais en Europe comme une destination de second rang aux côtés de l'Italie et l'Espagne, loin derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne.

A lire également : L’histoire de la PME pour laquelle les investisseurs étrangers se bousculent... à condition qu’elle quitte la France

Qui sont ceux qui investissent encore et ceux qui n’investissent plus ? Les hedge funds regardent-ils encore les dossiers français ?

Julien Balkany : Une grande majorité des fonds d’investissement anglo-saxons (fonds de private equity ou "hedge funds") ne regardent plus, ou presque plus, des dossiers d’investissements en France. Le manque de visibilité à moyen et long terme, le coût du travail trop élevé doublé d’un manque de flexibilité, les discours accusateurs du gouvernement et surtout  l’instabilité fiscale et juridique ont raison de cette catégorie d’investisseurs qui se sent stigmatiser et peu encourager à investir en France et se détourne vers d’autres pays plus attractifs.

Les fonds souverains du Moyen-Orient, avec le Qatar en tête continuent d’investir en France mais il est inquiétant de voir que même avec le Qatar, alors que nous sommes souvent présentés comme son meilleur allié, la France n’est que la 4eme destination pour ses investissements en Europe derrière l’Allemagne, la Grande Bretagne et même la Suisse.    

Le récent rachat du Printemps par un fonds qatari illustre parfaitement la situation actuelle. Le seul autre acheteur déclaré était français (son concurrent, Galeries Lafayette). Aucun fonds d’investissement anglo-saxon n’a souhaité émettre une offre pour l’emblématique grand magasin du boulevard Haussmann, alors qu’on spécule aux Etats-Unis sur une cession prochaine des grands magasins Saks, équivalent new-yorkais du Printemps,  et que plusieurs fonds américains, KKR, TPG, Carlyle, Warburg Pincus seraient intéressés. Tous ses fonds semblent être aujourd’hui aux "abonnés absents" en France.

Le phénomène est-il en train de prendre des proportions préoccupantes ?

Robin Rivaton : On peut dire que oui. La France est le seul pays parmi les 15 premiers récepteurs d'IDE, avec dans une moindre mesure les Pays-Bas, à avoir vu son stock d'IDE entrants rapportés au PIB baisser entre 2005 et 2012. À l'horizon 2014, la CNUCED considère même que la France sera éjectée hors du top 10, où l'Allemagne et le Royaume-Uni, que nous dépassions il y a encore trois ans, conserveront les 7e et 8e places.

Julien Balkany : Ce constat est préoccupant pour ne pas dire très inquiétant. Au vu des chiffres alarmistes il est temps de changer de politique économique. Dans la compétition mondiale qui se joue il est encore possible de mettre un terme à ce déni de réalité, encore faut-il avoir le courage politique de reformer sans état d’âme et de mener une politique volontariste dans les domaines économiques et industriels.

Pour quelles raisons les investisseurs se détournent-ils de la France ? Est-ce lié à la crise ou à la politique menée par le gouvernement depuis un an ?

Robin Rivaton : Non, nous payons des erreurs politiques de long-terme et l'absence de réformes depuis 10 ans. La décision d'investissement est un indicateur tardif du cycle économique d'un pays. Elle comprend en effet une large composante psychologique. C'est d'ailleurs pour rationaliser cet aspect que les investisseurs étrangers se tournent de plus en plus vers les classements comme source d'information fiable. Or, il s'avère que l'image de la France se dégrade dans ces classements depuis longtemps : 21e dans celui du World Economic Forum, 34e dans le rapport Doing Business, 169e dans le classement sur l'attractivité fiscale, masquant nos atouts en termes d'infrastructures ou d'aide publique à la recherche et développement.

Julien Balkany : Les investisseurs étrangers sont désorientés par le manque de cap en termes de stabilité et de pression fiscale, par le manque de flexibilité de l’emploi et par les faibles perspectives de croissance de la France.  

La France est tout d’abord malade de sa fiscalité et de son inhérent matraquage mené par l’actuel gouvernemet. Trop lourde, trop complexe, trop soumise aux changements de cap, trop instable, notre fiscalité est un boulet pour nos entreprises et pour notre compétitivité. Elle ne redresse pas la France, elle la consume à petit feu !

Quelles sont les conséquences en termes d’innovation (les investisseurs favorisent-ils les placements sûrs au détriment de l’innovation souvent plus risquée) et sur le plan économique et social ?

Robin Rivaton : Il faut bien comprendre que les entreprises étrangères implantées en France sont un puissant facteur de croissance. Ces acteurs dynamiques et indispensables de notre économie emploient plus de deux millions de salariés dans notre pays et réalisent 20% de la recherche-développement privée. Plus important encore, elles sont à l’origine de plus d’un tiers des exportations françaises car elles opèrent plus souvent dans l’industrie, secteur où les entreprises françaises présentent des faiblesses évidentes. General Electric, par exemple, emploie 11 000 salariés en France et exporte entre 70 à 95% de sa production française en fonction des métiers.

Elles ont été un amortisseur essentiel au délitement du tissu économique national ces 10 dernières années.

Julien Balkany : Les investisseurs recherchent avant tout la stabilité et la sérénité. Leur objectif est de réaliser des investissements dans un environnement pérenne.  Pour renouer avec la croissance il est essentiel de présenter des mesures en faveur de la compétitivité et de l’innovation. Il faut renforcer le crédit d’impôt recherche visant à amplifier l’effort de recherche et développement des entreprises et soutenir l’enseignement supérieur. 

Dans ce monde en mutation permanente, il nous faut innover et rechercher de nouveaux socles sur lesquels bâtir notre croissance économique. Les investisseurs industriels sont conscients qu’il est nécessaire de changer de gamme de production, d’innover davantage pour se positionner sur des produits qui font appel à une main-d’œuvre qualifiée, qui permettront de payer des salaires à leur juste valeur et de tirer la croissance vers le haut.

La France est-elle en train de prendre du retard par rapport aux pays concurrents ?  A-t-elle manqué son rendez-vous avec les économies émergentes ? 

Julien Balkany : Le gouvernement actuel doit déjà commencer par réaliser qu’il s’agit d’une compétition mondiale et que pour reconquérir notre rang nous devons utiliser toutes les armes dont nous disposons y compris fiscales. La taxe anti-délocalisation ainsi que la mise en place de nouvelles conditions fiscales incitatives pour attirer les investisseurs étrangers  peuvent apparaitre comme des mesures prenant tout leur sens en cette période charnière.

Il n’est pas trop tard la France peut encore gagner ce combat. Dans le contexte actuel se pose plus que jamais la question de l'harmonisation fiscale et du droit du travail au sein de l'Union européenne. En portant cette question, la France pourrait redevenir le moteur de l'Union européenne plutôt que faire la course derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Bien que celles-ci accusent un recul de 25 %, la France reste néanmoins numéro un en nombre d'implantations industrielles. Est-ce un signe encourageant ?

Julien Balkany : Le fait que la France reste numéro un ne doit pas masquer la réalité qui est extrêmement préoccupante. Il faut remettre ce chiffre dans son contexte. Les nouvelles implantations ne permettent pas de palier les fermetures de sites et les délocalisations.

La France doit jouer davantage la carte de la flexibilité de l’emploi, s'engager dans une baisse des charges sociales et réformer son système éducatif supérieur.

Comment redonnez goût aux étrangers d’investir en France ?

Robin Rivaton : Puisque le gouvernement s’est fixé pour objectif d’augmenter de 40 % le nombre d’investissements étrangers d’ici à 2017, il va devoir lever les freins régulièrement cités par les investisseurs étrangers : coût du travail, fiscalité des entreprises mais aussi productivité du travail. Selon le sondage mené par l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII) auprès d’investisseurs étrangers chaque année, les points où la France recueille le moins d’avis positifs de la part des investisseurs sont le coût du travail (40%), la productivité du travail (52%) et la fiscalité des entreprise (62%). Mais au-delà de ces critères tangibles qui nécessitent des réformes de structure, les investisseurs recherchent des décisions symboliques montrant qu'ils sont attendus.

Julien Balkany : Il faut commencer à réformer structurellement notre modèle social et économique. Nous devons implanter une politique fiscale attractive et compréhensible, moderne, équitable, responsable et surtout pérenne ! Une politique fiscale récompensant la création d’emploi, favorisant l’innovation, les investissements étrangers et le retour des Français qui sont malheureusement de plus en plus nombreux à s’expatrier. En bref, il faut créer des conditions incitatives plutôt que punitives !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

02.

Quand les justiciers progressistes prennent leur propre caricature au sérieux : l’étude du cas Rokhaya Diallo

03.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

04.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

05.

Laeticia Hallyday agressée dans une rue de Paris parce que "trop riche" ; 150 000 € la semaine, Gims ne skie pas comme un pauvre ; Keanu Reeves montre ses fesses en Californie ; Adèle n'en a plus à montrer ; Céline Dion bénit la fiancée de René-Charles

06.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

07.

Vladimir Poutine entend rester au pouvoir ad vitam aeternam mais la population russe l’acceptera-t-elle ?

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

05.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

06.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

LR : le tigre de papier

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
boblecler
- 25/06/2013 - 22:51
Suffit de mettre l'is a 6%
Suffit de mettre l'is a 6% supprimer les alloc pour 80 milliards par an et refiler les 32 milliards par a l'armée et aux université pour les depenses de r et d VIvent les gaz de schiste et les centrales de géothermie
pemmore
- 25/06/2013 - 20:18
Dire que les entreprises étrangères exportent?
trop facile quand elles l'ont achetée en France, mais partir de zéro, ça craint.
Il faut une indépendance économique des régions, ensuite la région décide de la fiscalité qu'elle veut et pas imposée par Paris.
Et si ça doit être un paradis fiscal, what else?
pimousse
- 25/06/2013 - 17:22
pauvre president
il n aime pas les riches
pourquoi viendraient ils alors
ce ne sont pas les pauvres qui donneront du boulot
quant aux riches socialisters ils planquent leur argent en suisse