En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

05.

Nous aurons la Chine de nos mérites

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 4 heures 11 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 6 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 8 heures 6 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 8 heures 42 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron où l'art de la mondialisation heureuse

il y a 10 heures 34 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 3 heures 37 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 4 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 7 heures 58 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 10 heures 34 min
© Pixabay
50% des Français restent optimistes concernant leur situation personnelle.
© Pixabay
50% des Français restent optimistes concernant leur situation personnelle.
Tous schizophrènes ?

Optimistes à titre personnel mais pessimistes concernant l’avenir de leur pays : quel sens donner à ces appréciations contradictoires du moral des Français ?

Publié le 25 juin 2013
Le baromètre du moral des Français réalisé par l'institut de sondage CSA et publié le 22 juin montre une baisse du moral des Français au mois de juin par rapport au mois de mai.
Yves-Marie Cann et Yves-Alexandre Thalmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur adjoint du Pôle Opinion Corporate de l'Institut CSA.Yves-Alexandre Thalmann est l'auteur de l'adaptation du "Bonheur pour les nuls", First éditions. Il exerce comme formateur, professeur et psychologue clinicien...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le baromètre du moral des Français réalisé par l'institut de sondage CSA et publié le 22 juin montre une baisse du moral des Français au mois de juin par rapport au mois de mai.

Atlantico : Après une certaine stabilisation au cours des trois derniers mois, le niveau d’optimisme pour l’avenir de la société française tombe à 26%, soit une baisse de 3 points par rapport au mois de mai, se retrouvant ainsi à son niveau le plus bas depuis le début des mesures réalisées par l’institut CSA en février 2011 (cliquez-ici). En revanche, 50% des Français restent optimistes concernant leur situation personnelle. Comment peut-on interpréter ce décalage ? 

Yves-Marie Cann : Au mois de juin, le moral des Français atteint son plus bas niveau depuis plus de deux ans. Toutefois, comme vous le souligniez, les Français manifestent pour leur avenir personnel un niveau d'optimisme nettement plus élevé que pour la France. Il s'agit ici d'une constante : le regard porté sur sa situation personnelle est toujours meilleur que celui porté sur la société.

Ceci s'explique en fait par une raison assez simple. L'optimisme exprimé pour soi s'appuie directement sur le vécu des interviewés au quotidien : leur situation professionnelle, leur vie familiale, leurs projets personnels, etc. Ainsi chez les actifs, si la progression du chômage marque les esprits et suscite des craintes, beaucoup de personnes occupant aujourd'hui un emploi s'estiment protégées en raison de la bonne santé de leur entreprise, de leur statut, de leur position hiérarchique, etc. Il est à cet égard rassurant qu'une majorité de Français se dit optimisme pour son avenir, même si ce niveau a beaucoup baissé ces derniers mois. La crise se prolongeant voire s'accentuant,  le ressenti de la situation économique à l'échelle individuelle s'est probablement renforcé depuis le début de l'année.

Le regard porté sur l'avenir du pays renvoie quant à lui à des éléments plus subjectifs. Il est fortement influencé par ce que donnent à voir les média de la société française (indicateurs économiques, faits divers, etc.) ou encore les gouvernants à travers leurs prises de parole. Ici, l'accumulation de mauvaises nouvelles et l'absence de signaux laissant entrevoir une prochaine sortie de crise entretiennent et renforcent un pessimisme collectif particulièrement fort.

Yves-Alexandre Thalmann : Il faudrait connaître les critères exacts de l'étude. Il se pourrait que la météo maussade du printemps y soit pour quelque chose. Ou un quelconque événement politique. Il se trouve que ces indicateurs varient beaucoup en fonction d'événements particuliers. Une étude a par exemple montré que la mesure de la satisfaction dans la vie augmentait de façon significative après avoir trouvé par terre une pièce de 2 euros !

Par ailleurs, au niveau personnel, la tendance générale de l'être humain est plutôt l'optimisme.On a même tendance à voir son futur plus rose que celui des autres. C'est aussi valable pour d'autres variables : si le taux de divorce est à 50%, on considère quand même que nos propres risques sont inférieurs. C'est donc un biais cognitif, c'est-à-dire une erreur de raisonnement qui peut expliquer ce décalage.

Que traduit-il de la psychologie des Français ?

Yves-Alexandre Thalmann : De façon générale, les Français n'arrivent pas très haut dans les classements internationaux de bonheur (vers la quinzième place). La culture française fait une large place à l'esprit râleur : manifester son mécontentement fait presque partie des devoirs civiques en France. Or la psychologie positive a trouvé que les personnes qui concentrent leur attention sur ce qui va bien dans leur vie sont plus heureuses (sans surprise). Les râleurs sont donc forcément moins heureux : ils perdent de vue toutes les choses formidables dont ils jouissent pourtant pour se concentrer sur les tracas inhérents à toute vie !

Quelle est la nature du message que souhaitent envoyer les Français à travers ce sondage ?

Yves-Marie Cann : Le baromètre du moral des Français réalisé par CSA pour BFMTV comporte des questions ouvertes permettant aux personnes interrogées d'expliquer spontanément leurs réponses.  En pratique, les causes du pessimisme des Français sont assez diverses avec toutefois une nette domination des inquiétudes liées à la situation économique et sociale. La forte progression du chômage, la baisse du pouvoir d'achat et l'absence de croissance économique suscitent une anxiété sociale importante. Aujourd'hui, nombreuses sont les personnes nous disant avoir davantage l'impression de "survivre" que de "vivre", ce que nous n'observions pas il y a encore quelques mois.

Cette baisse d'optimisme collectif touche l’ensemble des catégories sociales mais plus particulièrement les 35-64 ans et les professions intermédiaires. Comment l’expliquer ?

Yves-Marie Cann : Ce mois-ci, la baisse du moral affecte effectivement plus particulièrement les classes d'âge intermédiaires et les professions issues des classes moyennes. Au moins deux événements récents pourraient avoir contribué à cette évolution. Le premier est la prochaine réforme des retraites, avec la perspective d'un allongement de la durée de cotisation. Ce sujet gagne en importance depuis quelques semaines dans les réponses des personnes interrogées. Le second élément qui pourrait expliquer cette baisse de moral, c'est le prochain abaissement du quotient familial à l'issue duquel les familles des classes moyennes supérieures devraient devoir s'acquitter d'impôts plus élevés sur leurs revenus.

Yves-Alexandre Thalmann : 35-64 ans, c'est large ! Autant dire toutes les personnes adultes inscrites dans un projet de vie. La dimension professionnelle, plus dure actuellement, peut expliquer cela, de même que la fragilisation des couples et des familles. C'est un peu comme si l'avenir était perçu comme pas aussi rose que souhaité. Il y a beaucoup d'insécurité à l'heure actuelle, ce qui alimente le pessimisme.

Par ailleurs l’optimisme pour l’avenir de la société française varie également selon la proximité politique. Par exemple, les sympathisants du Front national (FN) sont encore plus pessimistes que les autres. Quelle interprétation faire de ce résultat ?

Yves-Marie Cann : Il s'agit ici aussi d'une constante dans notre baromètre CSA / BFMTV du moral des Français : de toutes les familles politiques, les sympathisants du Front national sont systématiquement les plus pessimistes. Difficile toutefois d'établir un lien de causalité directe et encore moins exclusif entre la sympathie pour le Front national et le niveau de pessimisme. Le vote en faveur du Front national se nourrit avant tout d'un contexte aujourd'hui particulièrement favorable à son développement : le climat des affaires qui touche aussi bien la droite que la gauche, les difficultés économiques et les drames sociaux qu'elles provoquent, la défiance à l'encontre des gouvernants dont les politiques mises en œuvre ne donneraient pas de résultats, etc.

Yves-Alexandre Thalmann : Des études (réalisées aux Etats-Unis) ont relevé que les électeurs de droite étaient généralement plus optimistes que ceux de gauche. La raison en est la suivante : à droite, on a tendance à considérer que la société est juste, en fonction des mérites de chacun. Celui qui réussit est celui qui a travaillé dur. Celui qui échoue n'as pas assez travaillé. A gauche, on considère la pauvreté comme un résultat des inégalités sociales, indépendant du mérite personnel, ce qui est plus pessimiste : même en travaillant dur, on peut échouer. De plus, on se rend davantage compte de la misère des laissés pour compte.

Pour revenir au FN, il apparaît que pessimisme et inquiétude vont de paire. Ce que savent pertinemment les partis : faire peur est un bon moyen de gagner des suffrages ! Ce n'est donc pas le pessimisme en soi qui pousse vers le FN, mais les réponses simples qu'il donne pour contenir l'angoisse et rassurer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 25/06/2013 - 22:17
en gros rien de nouveau
et surtout comme partout pareil .... les autres sont aussi plus optimistes pour eux memes que pour les autres ... signe du bon bourrage de crane sur ce que l'on ne percoit que par la visiere des autres .
la saucisse intello
- 25/06/2013 - 09:00
Pourquoi "contradictoire" ?
Si l'on regarde la situation d'ensemble, tout français possédant un peu de jugeotte et ne regardant pas TF1 a de quoi être épouvanté ! Le même, s'il a son petit confort et de quoi vivre, s'il a une famille soudée et une santé convenable a de quoi être optimiste. Pour ma part, si je raisonne en citoyen responsable, je suis écoeuré par quasiment tout ce qui m'entoure. Si au contraire je me limite à ma maison, ma gamelle et mon porte-monnaie, c'est le paradis ! Les deux ne sont pas incompatibles. Madame apppelle ça "rester sous la carapace". Et c'est vrai qu'on y est bien !
Jean-Pierre
- 25/06/2013 - 06:32
Le sens est univoque !
.
Les français sont des râleurs invétérés.
.
Jamais contents des autres, mais assez sûrs d'eux-mêmes.
Enfin, pour l'instant, car Hollande sape,sape, sape nuit et jour pour que l'ensemble de la population soit touchée par la crise et sa gestion douteuse. Sauf quelques fonctionnaires et assimilés, naturellement !
.