En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 2 heures 19 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 3 heures 55 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 11 heures 21 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 20 heures 45 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 22 heures 44 sec
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 23 heures 27 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 5 heures 21 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 8 heures 47 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 9 heures 14 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 11 heures 46 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 21 heures 19 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 22 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 2 heures
Liberté totalitaire

L’obsession du moi, le nouveau visage du totalitarisme

Publié le 29 juin 2013
Avec Le Scribe
L'excès individualisme, que le système encourage volontiers, est le terreau fertile de comportements totalitaires pour cet individu censé pourtant se libérer grâce à ces "progrès". Le but : faire oublier la notion de "nous".
Le Scribe est une conscience libre d’une trentaine d’année, qui a jeté sa télévision. Banquier, artiste, et féru de philosophie politique, le Scribe raconte notre monde au delà du bourdonnement médiatique, en s’attachant à discerner les forces qui le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Scribe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Scribe est une conscience libre d’une trentaine d’année, qui a jeté sa télévision. Banquier, artiste, et féru de philosophie politique, le Scribe raconte notre monde au delà du bourdonnement médiatique, en s’attachant à discerner les forces qui le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'excès individualisme, que le système encourage volontiers, est le terreau fertile de comportements totalitaires pour cet individu censé pourtant se libérer grâce à ces "progrès". Le but : faire oublier la notion de "nous".
Avec Le Scribe

Quel est l’ennemi ? Est-ce la pensée libertaire ? Cet esprit libertin qui n’en finit pas d’exiger pour l’individu "des droits qui ont l’étendue terrifiante du désir" selon la formule de Camus (L’homme révolté) ? Ou bien est-ce la société libérale, qui s’acharne à transformer chacun de nos dits désirs en billets verts? Les 2 mon capitaine; ces deux là ce sont bien trouvés en vérité. Ils se nourrissent l’un l’autre avec une frénésie gourmande. Gleeden, premier site de rencontres extraconjugales, paiement au forfait.

Moi, mon désir, mes droits. Moi, mon désir j’y ai droit. Moi, mes envies. Mes envies prennent vie. Je fais ce que je veux avec mes cheveux. Mon corps m’appartient. Je positive. Parce que je le vaux bien. Je connais mes droits, Dior j'adore. C’est mon choix. Je suis qui je suis. Mon smartphone, ma vie. Monshowroom.com, Monprogrammetv.fr, Mon-service-public.fr,  Moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi.

L’ennemi c’est Moi.

Arrêtez de penser que vous êtes de droite ou que vous êtes de gauche. Comprenez comment ça marche. Ouvrez les yeux. Comprenez comment la Matrice vous absorbe, vous rumine, jour après jour, instant après instant. Soit vous jouez le jeu, vous suivez les règles, et vous continuez de penser que vous êtes Apple ou Samsung, céréales ou tartines, UMP ou PS, et que c’est votre choix parce que vous le valait bien. Soit vous sortez du jeu. Vous sortez du JE.

Vous éteignez votre télévision. Et vous regardez autour de vous. Et vous comprenez que nous ne sommes plus que des MOI JE : des êtres isolés, in-di-vi-du-a-li-sés, c’est à dire artificiellement maintenus dans une sorte de champs mental autocentré, au moyen d’écrans devenus omniprésents et ultra-personnalisés. Chez moi, dans le métro, dans ma poche, l’écran me suit partout et me connait mieux que moi-même, analyse mes habitudes, stimule mes envies, choisi ma musique, estime mon salaire, mesure mon rythme cardiaque, et prévient mes amis.

Les écrans sont à l’origine de mes désirs par la publicité et les médias, et me permettent de les satisfaire par la consommation de contenus et l’achat en ligne, ainsi la boucle se boucle et l’écran me suffit à vivre. Et ce faisant il me coupe de la vie. Il me prive d’une existence proprement humaine, c’est à dire de la rencontre sans filet avec le monde, avec l’autre, avec ce-qui-n’est-pas-moi, et du périlleux et gratifiant cheminement intérieur qui en découle et mène à la connaissance de soi et à la plénitude d’une vie qui se sait essentielle.

Au lieu de cela, les écrans nous enferment dans un Moi Je préfabriqué en constante frustration. La société moderne fabrique de l’individu à la chaine pour mieux vendre à des clones. Habillez vous tous en Diesel pour être différents. Ayez tous un iPod pour être différent. Soyez tous uniques! La vie moderne fait de l’ego une cage pour l’esprit, une cage d’autant moins voyante et d'autant plus efficace qu’elle est confortable, tout équipée, et qu'elle a un abonnement à Canal Plus.

Pourquoi ?

Pourquoi ce complot individualiste? Parce que ce conditionnement égocentré détruit à l'avance toute possibilité de se définir autrement que par ses seules sensations immédaites et personnelles. Parceque ce conditionnement encline à voir la vie comme un programme télé, le Monde comme un parc d’attraction (Cf. Ph. Murray), et l'Autre comme un objet de consommation. Parce que c’est un conditionnement qui interdit de se penser comme membre d’un tout, d’une communauté de destin, de parler de soi à la première personne du pluriel, de dire "NOUS", c’est à dire qui supprime toute possibilité de Contre-pouvoir.

We, the People (Nous, le Peule)

Car ne nous y trompons pas, le seul contre-pouvoir au pouvoir effectif, c’est le Peuple. Or "le Peuple", ce n’est pas juste l’ensemble des personnes sur lesquelles s’exerce le pouvoir, c’est une idée. Une représentation mentale de soi avec les autres, un "NOUS", une réalité qui n'existe qu'à la condition que chacun ait conscience d’être un composant du Peuple, c’est à dire d’être collectivement une puissance. Car la conscience collective n'existe pas, ce qui existe c'est la conscience individuelle d’être une collectivité ; la possibilité psychique pour un homme de penser NOUS à la place de penser JE. Il n’y a rien de plus dangereux, de plus subversif. Le pouvoir le sait, comme il sait aussi qu’une somme d’individus ne fait pas un peuple. La notion de Peuple vous semble dépassée, inutile ? "Bien commun", "France", "Nation", "Sacrifice", sont des mots qui vous semblent d’un autre âge, qui vont font presque peur… C'est que le pouvoir fait bien son travail. Rien ne vaut que votre cher bien-être.

Qui s’adresse encore au NOUS qui est en nous ?

Un individu seul n’est rien, car il sait, il sent bien, que seul il ne peut rien. Alors il se replie sur lui-même. Le véritable génie totalitaire de l’idéologie libérale/libertaire est de castrer dans l’œuf, dans l’esprit même, la révolte naturelle de l'Homme, en lui faisant croire que ce repli sur soi est une forme de liberté. La plus grande liberté même ! Celle de dire "Je m’en fous !". En faisant de lui un être recroquevillé sur son "lui-même" numérique, définitivement et parfaitement isolé dans son monde virtuel-connecté, le pouvoir libéral-libertaire rend l’Homme incapable de commencer une phrase par NOUS, incapable de se penser comme membre d’un corps plus grand que lui, c’est à dire le condamne à l’impuissance.

Normalement, historiquement, le sentiment d’injustice révolte l’homme, et provoque l’union forte et solidaire de ceux qui partagent le même sort. Mais dans une société d'individus-rois ce partage, qui implique l’idée de sacrifice et de don de soi, n’est plus possible. Le sentiment d’appartenance à une communauté de destin n’est plus recherché, le NOUS n’est plus valorisé. Au contraire ; il est perçu comme un danger, un embrigadement, un déterminisme culturel ou social allant à l’encontre des libertés individuelles et de l’épanouissement personnel. L’appartenance à quoi que ce soit de non choisi par pur intérêt personnel, non choisie par Moi Je, telle que la religion, le pays, le milieu social, la famille, ou même le sexe… apparaît alors comme une case dans laquelle la société m'impose de rentrer, une étiquette insupportable, liberticide. Un fascisme.

Du coup, il semble normal, pour ne pas dire vertueux, de dire à propos des décisions prises par le gouvernement, "Je m'en fous", "On n'y peut rien", "de toute façon, il n’y avait pas le choix". En remplaçant la puissance du peuple par l'impuissance des individus la pensée libérale/libertaire a réinstallé la fatalité dans l'esprit des hommes. Ainsi "la Mondialisation", "l’Europe", "le Sens de l’Histoire", ou encore "le Progrès", sont-elles des fatalités bien utiles qui décident pour nous, jour après jour. La nécessité de l’Histoire, voilà la victoire de la pensée unique, voilà la prison mentale dans laquelle elle enferme l’Homme. Faire croire aux hommes que l’Histoire a un sens prédéterminé, qu’elle n’est pas le produit de l’humanité mais son maitre. Ce qui arrive est nécessaire. Circulez il n’ y a rien à voir. C’est imparable.

Le hamster heureux

Tant qu’on lui laisse le "museau dans la gamelle" et les pieds devant sa télé, l’homme moderne se tient tranquille. Il est même heureux, car après-tout il ne faut pas attendre autre chose de la vie lui a-t-on appris à l’école laïque. Dès lors il suffit de payer son abonnement à Free (j'ai tout compris), à son club de gym (J'élimine), à la Fnac (J'adhère). Il s’enferme dans son petit monde de prêt-à-désirer en étant persuadé que c’est bien là la preuve qu’il jouit de sa liberté, de cette liberté chérie conquise de si hautes luttes par des siècles de révolte humaine ! "Il n'y a point d'assujettissement si parfait que celui qui garde l'apparence de la liberté; on captive ainsi la volonté même.", disait Rousseau.

Eh bien non Monsieur l'Adhérent Fidèle, Monsieur le Membre Privilégié, Monsieur le client VIP, vous n’êtes pas libre parce que vous avez 256 chaines de télévision, parce que vous avez le choix entre la box bleue et la box orange, entre une voiture gris perle ou gris souris, entre l’UMP et le PS. Vous êtes juste un hamster qui a le choix entre courir dans la petite roue de droite ou courir dans la petite roue de gauche. La cage, elle, ne bouge pas.

L’Etat libéral/libertaire détruit sciemment depuis deux cents tout ce qui peut faire dire à un homme NOUS, c’est à dire le sentiment d’appartenance à un groupe dont l’existence ne relève par de l’Etat, et qui pourrait lui donner l’impression de pouvoir changer les choses. Ainsi la Religion (religare signifie relier) fut le premier sentiment, la première entrave à la liberté du Moi Je à être visé par les "lumières" et l’esprit libertin. Puis ce fut rapidement le tour de la Nation et l’appartenance à un passé et à une terre commune, de même que de l’Histoire (« Nos ancêtres les gaulois », non mais quel culot de m'imposer des ancètres!). Après l’échec cuisant du communisme, ce fut au tour de la notion de Classe Sociale; un concept qui changea la face du monde, d’être ringardisé en moins de 20 ans par la gauche caviar Tapie-Séguéla. Enfin, la notion même de Peuple est aujourd’hui en phase terminale.

Il ne restait plus que l’étage fondamental, le premier cercle d’appartenance, le clan primordial, préhistorique, celui qui avait eu finalement raison même de l'URSS (cf. Emmanuel Todd, La Chute) : la famille. C’est chose faite avec la loi Taubira qui supprime le NOUS familial naturel et invente un NOUS familial artificiel, la famille devenant une construction sociale permise par l’Etat, "libérée" des contraintes biologiques, dont la seule justification est le Moi Je veux un enfant.

Ah non j'oubliais, avec ce dernier NOUS de la famille naturelle, tombe également la dualité fondamentale de l’humanité, l’appartenance à l’un des deux sexes qui la constituent, c'est à dire l’identité masculine et l’identité féminine. "Nous les femmes" est une phrase qu’il est déjà sulfureux de prononcer, tant elle est suspectée de masquer l'interiorisation inconsciente d’une condition inférieure. Après tout la femme n’est-elle pas un homme comme les autres ? Comprendre : un individu comme les autres, libre de choisir son orientation sexuelle, indépendamment des « différences » dont la Nature l’a injustement doté. Les hommes ? les femmes ? Fini. Vive l’individu vous dis-je ! Le monde sera merveilleux lorsqu’il ne restera vraiment plus que des Moi, moi, moi, moi, moi, moi, moi… Un océan de Moi Je, et un pouvoir absolument total.

Alors vous êtes de droite ou vous êtes de gauche ?

Ou vous avez compris.

Ce texte a été publié initialement sur le blog du Scribe

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Oeschterricher
- 30/06/2013 - 12:10
ouais, ouais, c' est ca....
Dans une France qui martelle "solidarite" en permanence, et qui saigne ses contribuables de maniere parfaitement collectiviste... je le vois pas trop, l' individualisme !

Le Scribe, je vous conseille un bon petit stage en Afrique, sans ecrans et plein de collectivisme... vous comprendrez ainsi, peut-etre, ce qui a fait de la civilisation occidentale sa superiorite sur toutes les autres : le concept d' individu libre qui se fait respecter.

Loin de moi l' envie de vouloir soutenir les aberrations actuelles (mariage gay, suppression du service militaire, theorie du genre, etc...)... mais au final les seuls systemes qui marchent bien sont ceux ou on peut se sentir "moi je".

Quand le peuple se revolte, c' est en se disant "Moi Je" veux pouvoir faire mes affaires sans qu' on Me vole.

There's no such thing as society (Margareth Thatcher)
ZOEDUBATO
- 30/06/2013 - 11:09
L'obsession du "moi-je" est-il une réaction au formatage ?
Cette réaction viendrait de :
- changement d'appellation des citoyens en administré, assujetti, utilisateur, contribuable, termes niant tout droit de contestations
- la priorité des minorités par rapport à la majorité (diviser pour régner)
- le fonctionnement "juge et partie" de l'Etat et de ses organismes qui refusent tout recours au privé et aux comparaisons permettant d'évaluer leur efficacité, neutralité, équité et respect de l'intérêt général
- l'assistanat qui distribue du poisson au lieu d'apprendre à pêcher
- Le raisonnement "moyen et non besoin" qui ne permet ni analyse des causes ni remise en question et fossilise les liaisons sociétale (la conscience collective n'existe pas, ce qui existe c'est la conscience individuelle d’être une collectivité)
L'ostracisme de tout ce qui est socialement différent : lutte des classes, mur des cons
-Le formatage par la pensée unique, du mode de vie et d'un bonheur normé qui conduit chaque citoyen à se renfermer sur lui-même et son propre environnement
- Une société inégalitaire fondée sur une caste trop protégée et privilégiée (Elus, Public, syndicat…), des assistés à vie par clientélisme et des citoyens exploités par l'Etat
fms
- 29/06/2013 - 22:01
pas inintéressant...
ça manque un peu d'une petite touche de théorie du complot, car il y a quand même un grand dessein derrière cette manipulation, mais sinon j'aime bien...
Par contre, si c'était donc mieux avant, à quel moment de l'histoire l'auteur souhaite-t-il revenir ?