En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 8 heures 55 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 12 heures 16 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 15 heures 58 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 9 heures 13 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 10 heures 19 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 11 heures 47 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 12 heures 53 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 15 heures 14 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 15 heures 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 15 heures 44 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 15 heures 56 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 15 heures 58 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 6 heures
Face cahée

Pourquoi Hassan Rohani, le nouveau président iranien, n’est sans doute pas le modéré qu’on imagine

Publié le 18 juin 2013
L'élection d'Hassan Rohani a créé la surprise en Iran. Il est présenté comme un « religieux modéré » par la presse occidentale.
Hagay Sobol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hagay Sobol est vice-président du Think tank Le Mouvement et est devenu Préisdent d'honneur du Centre Culturel Edmond Fleg. Il est professeur des Universités et médecin des Hôpitaux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'élection d'Hassan Rohani a créé la surprise en Iran. Il est présenté comme un « religieux modéré » par la presse occidentale.

Après une campagne sans surprise où l’on a peu débattu des vrais sujets, et où les candidats à l’élection présidentielle ont été triés sur le volet par le pouvoir en place, le résultat est tombé c’est Hassan Rohani qui l’a remporté. Présenté par la presse occidentale comme un « religieux modéré », au risque de doucher certains espoirs, c’est en fait un conservateur proche du Guide suprême, l’Ayatollah Khamaneï qui a été élu. Dans un contexte régional explosif que va modifier cette élection sous contrôle, tant à l’échelon intérieur qu’international ?

Les élections de 2013, un remake de 2009 ?

Malgré la contestation de plus en plus vive contre le régime, liée tout à la fois aux conditions de vie précaires suites aux sanctions occidentales, et au désir de liberté grandissant, il se pourrait bien que les iraniens aient eu droit à ce qui s’apparente fort à un remake feutré des élections de 2009. Les « réformateurs » tel Hussein Moussavi en résidence surveillée ou l’ancien président Hashémi Rafsanjani exclu du scrutin, n’ayant pu faire entendre une autre voix, c’est sur un candidat « religieux modéré », selon la terminologie officielle que les espoirs se sont reportés avec 50.68% des suffrages. Hassan Rohani est en fait un pur produit de la révolution islamique de 1979 dont l’approche tranche cependant avec celle de son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad en butte aux Ayatollahs.

Agé de 64 ans, Hassan Rohani, s’est fait connaître de l’occident comme un habile négociateur du dossier nucléaire, entre 2003 et 2005. Moins acerbe que ses collègues, il s’est construit ainsi une réputation de personne accessible aux arguments de bon sens. Mais en réalité, on le retrouve de tous les combats, depuis ceux qui l’ont opposé dans les années 60 au Shah, puis auprès de l’Imam Khomeiny en France, jusqu’à son retour d’exil. A partir de là, il a occupé les plus hautes les fonctions du régime des Mollahs, telle que le secrétariat général du Conseil Suprême de Sécurité Nationale.

Si Hassan Rohani a pris parti pour les « réformateur lors des précédentes élections de 2009, cela n’en fait pas un réformateur pour autant. Les arcanes du pouvoir iraniens étant complexes, cela traduisait avant tout l’antagonisme entre le pouvoir religieux et la mouvance que représentait Ahmadinejad.

La faiblesse de l’occident face à l’irrédentisme perse

Dès les résultats officialisés, Catherine Ashton, au nom de l’Europe a promptement réagi en félicitant le Président fraichement élu, anticipant de futures avancées diplomatiques : « Je reste fermement déterminée à travailler avec les nouveaux dirigeants iraniens en vue d'une solution diplomatique rapide sur la question nucléaire ».

Les USA, quant à eux ne sont pas en reste. Insistant sur la nature modérée du nouveau Président iranien, ils placent également en première ligne la solution diplomatique, comme si cette nouvelle élection allait changer radicalement l’approche du dossier nucléaire et ouvrait la porte à toutes les éventualités. Le Secrétaire Général de la Maisons Blanche y voit ainsi « un signe potentiel d’espoir » et réitère l’offre de « collaborer directement avec Téhéran ».

C’est oublier un peu vite que depuis l’époque du Shah, l’Iran n’a eu de cesse que de maitriser la filière nucléaire. Ce n’est pas une lubie du régime des Mollahs, mais bel et bien une constante. Aussi, il convient, après tant de désillusions, d’être mesuré quant à la volonté réelle du régime d’amender sa politique. Il n’est qu’à se rappeler que durant la période où officiait, ce même Hassan Rohani aux « manières courtoises », il n’a pas été mis fin au « programme civil controversé », bien au contraire.

D’autre part l’Amérique semble vouloir progressivement se désinvestir d’une région qui ne représente plus le même intérêt qu’auparavant. Les raisons sont principalement sa moins grande dépendance envers le pétrole moyen-oriental, voire son autonomie énergétique grâce au pétrole et au gaz de schiste, la complexité de la situation et la réorientation de sa politique étrangère, dites du « pivotement vers l’Asie-Pacifique ». Le traitement de la crise syrienne, procède de la même analyse, voire d’absence d’analyse comme le disent les contempteurs d’Obama. Ayant été échaudés en Irak et en Afghanistan, les Etats-Unis rechignent à s’engager dans un nouveau conflit malgré les preuves évidentes d’utilisation d’armes non conventionnelles, chimiques en l’occurrence, par Bashar Al-Assad. Cela représentait pourtant la ligne rouge à ne pas franchir. Au final, d’une ligne rouge à une autre, d’aucuns diraient que pour le locataire de la Maison Blanche, cela ne poserait pas un si grand problème de voire l’Iran détenir la bombe atomique.

Israël sur le qui-vive au sein d’une région en pleine ébullition

Par contre la nucléarisation de son voisin représente pour Israël, immergée au sein d’une région en pleine ébullition, un défi existentiel. L’Iran, par la voix de son ancien Président, mais aussi du Guide de la Révolution, a à maintes reprises appelé à la « destruction de l’entité sioniste ». Avant même de posséder l’armement nucléaire, Téhéran via ses supplétifs, le Hezbollah et le Hamas, armés par la Syrie, ont perpétrés nombres d’attentats, en Israël même ou à l’étranger. Pour l’Etat Hébreu, c’est donc une menace concrète et à court terme.

A cela se rajoute que « l’axe du mal » de Georges Bush est aujourd’hui en voie de dislocation ce qui rend l’avenir encore plus incertain. Il est donc une priorité pour l’Iran de colmater les brèches du navire Baasiste à grands renforts de troupes Hezbollas pour combattre les « rebelles ». La Syrie mise à bas affaiblirait considérablement le régime des Mollahs. Pour survivre et éviter une attaque israélienne de ses installations nucléaires, il pourrait fort bien ouvrir un nouveau front, même si cela équivaut à un suicidaire pour la milice de Nasrallah, dont l’avenir au Liban est de toute façon compté.

En Israël, dont la doctrine est de ne pas remettre sa sécurité et son avenir à d’autres, on ne se contente pas de déclarations d’intention, telles les belles paroles d’Obama sur « l’allié privilégié » ou de l’Europe sur « le droit inaliénable à l’existence et à la sécurité ». Aussi, tant au niveau du gouvernement que de l’Etat-major, on se sent bien seul face à ces réalités, et il ne semble pas exister beaucoup d’autres options qu’une attaque préventive, si les occidentaux n’obtenaient pas très vite des gages matériels d’un arrêt total du programme nucléaire.

Le pire des scénarios est en train de se réaliser ?

Il ne faut pas se leurrer, derrière cette élection, il y a la main d’Ali Khamaneï l’homme le plus puissant d’Iran, celui qui a le vrai pouvoir qui a sélectionné les candidats et exclu les « réformateurs ». Le résultat est loin d’être une défaite pour ce dernier, comme on a pu le lire ou l’entendre ça et là. C’est à n’en pas douter le résultat d’un fin stratagème. Dans le club des six candidats restants, certains, les plus durs et les plus conservateurs, n’ont servi que de repoussoir pour faire émerger un candidat acceptable à la fois pour l’opposition et pour l’Occident, mais en phase avec sa politique. Il est « Khamaneï compatible ».

Si l’on n’y prend pas garde, c’est en fait le pire des scénarios qui est en train de se dessiner. Hassan Rohani va reprendre son numéro de charme et il est à craindre que les alliés vont se contenter de vagues promesses et desserrer leur étreinte au lieu de la maintenir pour obtenir de vraies garanties. Israël va perdre son levier le plus efficace pour sensibiliser la communauté internationale, et pendant ce temps le programme nucléaire va se poursuivre et arriver à son terme.

Cependant, aujourd’hui, dans cette région du monde, voire au-delà, plus personne ne maîtrise réellement les évènements, et la moindre étincelle peut provoquer un incendie. On l’a vu récemment avec les émeutes en Turquie qui ébranlent l’un des pays les plus stables. Paradoxalement, le désengagement américain peut être propice à des rapprochements inattendus afin de lutter contre l’hégémonie perse, base potentielle de nouvelles alliances, voire de traités de paix. Comme dit le proverbe « d’un mal peut sortir un bien ».

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
hagaysobol
- 19/06/2013 - 07:41
Armes chimiques (suite)
@Cloudatlas Depuis, il a été démontré que ce sont bien les troupes du régimes qui sont à l'origine de l'utilisation d'armes chimiques. Il s'agit d'une guerre de désinformation, et il est consternant de voir comment celui qui est responsable de la mort de plus de 100.000 peut encore manipuler l'opinion, voire les plus hauts représentants de l'ONU.
Cloudatlas
- 19/06/2013 - 07:11
@hagaysobol
Carla del Ponte a etabli que ce sont les rebelles qui s'en sont servis contre la population civile.
hagaysobol
- 18/06/2013 - 15:51
Armes chimiques en Syrie
@un_lecteur Il existe un faisceau de preuves concrètes qui attestent bien l'utilisation d'armes chimiques par les troupes de Bashar Al-Assad. Mais au-delà de l'utilisation d'armes non-conventionnelles, Plus de 100.000 victimes et plus d'un millions de réfugies sont à déplorer.