En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Selon Malika Sorel, "pour devenir français, il faut en avoir la volonté".
Insérer ou intégrer ?

"On ne peut pas devenir Français uniquement en respirant l’air français"

Publié le 13 avril 2011
C'est ce mardi 12 avril que le Haut Conseil à l'intégration doit remettre un rapport sur l'immigration au Premier Ministre. Membre de ce Conseil, Malika Sorel porte un regard critique sur la politique d'insertion des immigrés dans la communauté nationale et évoque "le renoncement de nos élites politiques à faire respecter le pacte républicain d’intégration française".
Malika Sorel-Sutter est française, issue de l’immigration arabe. Née en France, elle a longtemps vécu en Algérie. Diplômée de plusieurs grandes écoles, de formation scientifique, elle a travaillé dans le secteur des hautes technologies. Elle a choisi de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malika Sorel-Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malika Sorel-Sutter est française, issue de l’immigration arabe. Née en France, elle a longtemps vécu en Algérie. Diplômée de plusieurs grandes écoles, de formation scientifique, elle a travaillé dans le secteur des hautes technologies. Elle a choisi de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est ce mardi 12 avril que le Haut Conseil à l'intégration doit remettre un rapport sur l'immigration au Premier Ministre. Membre de ce Conseil, Malika Sorel porte un regard critique sur la politique d'insertion des immigrés dans la communauté nationale et évoque "le renoncement de nos élites politiques à faire respecter le pacte républicain d’intégration française".

Atlantico : L’intégration française est-elle en panne ?

Malika Sorel : Tout d’abord, il est important de définir les termes, de savoir de quoi l’on parle. Il faut bien distinguer intégration et insertion.

L’insertion correspond à l’obligation faite à chacun de respecter les normes collective de la société française. Cette insertion régresse.

L’intégration, c’est différent. Celle-ci repose entièrement sur le registre moral et affectif : elle consiste à épouser les principes de la société française et à les transmettre à sa propre descendance. Cette intégration passe donc à la fois par la volonté de partager le destin des Français dans le futur et d’assumer le passé de la nation (comme l’a remarquablement développé Ernest Renan).

Toutefois, on ne peut pas imposer à quelqu’un de se sentir affectivement engagé vis-à-vis de la France ! Par conséquent, intégrer n’est guère possible, mais l’on peut et l’on doit insérer les immigrés.

 

N’existe-t-il pas aussi une confusion sur la définition même de l’immigration ? On parle par exemple « d’immigrés de troisième génération » pour des Français dont les parents étaient eux-mêmes Français ?

Dans l’intégration, il existe deux parties en présence : le migrant qui souhaite être Français et la communauté française qui détermine qui est français ou pas. Tant que la communauté ne perçoit pas le nouvel entrant comme porteur des valeurs françaises, il n’a aucune chance d’être reconnu comme français.

 

Mais alors est-ce la faute de la communauté nationale ou des immigrés si certains immigrés de troisième génération ne se sentent pas Français ?

Il faudrait un livre pour vous répondre ! Ce que l’on peut dire c’est que les hommes politiques tendent à penser que l’on peut devenir français uniquement en respirant l’air français ! Ce n’est pas suffisant. Pour devenir français, il faut en avoir la volonté. On n’est pas obligé de devenir Français, mais l’on doit respecter les lois françaises. Chaque intégration à la France est une histoire personnelle. Aucune intégration ne peut réussir sans émancipation des personnes de leur groupe de naissance, pour en faire des individus libres de choisir leur propre destin.

La responsabilité fondamentale de la société française c’est de ne pas avoir transmis les codes de la réussite d’insertion dans la société française. Une personne qui ne parvient pas à s’insérer dans la société française ne peut réussir son intégration dans la communauté nationale française. Dans ce contexte, le regard que l’on porte soi-même sur la femme et sur les relations hommes-femmes est décisif. Ce sujet permet de déterminer si l’on est proche ou loin de l’intégration.

 

Et où en est-on aujourd’hui de l’insertion des immigrés en France ?

L’insertion régresse. Plusieurs éléments l’attestent. On observe ainsi un désengagement à l’école des enfants issus de l’immigration : deux tiers des 150 000 élèves qui sortent chaque année sans diplôme sont issus de l’immigration alors que les moyens qui leur sont consacrés sont considérables.

L’utilisation de la langue française régresse également, beaucoup d’immigrés ne la pratiquent plus ni dans la rue, ni dans leur milieu familial comme c’était le cas auparavant. Ils utilisent souvent la langue de leur pays d’origine. C’est un marqueur identitaire.

Citons également la propagation de la religion utilisée comme marqueur identitaire, les revendications liées à la nourriture à la cantine, le fait de refuser d’aller à la piscine, la contestation des programmes d’histoire des cours sur la Seconde guerre mondiale, notamment sur la Shoah, ... Il existe donc régulièrement des tentatives pour se démarquer.

 

A quoi attribuez-vous cette évolution ?

Cette évolution est liée au renoncement de nos élites politiques à faire respecter le pacte républicain d’intégration française. Plus les élites insistent sur le besoin de diversité, plus, sur le terrain, cela se traduit par un besoin d’exhiber sa culture et par du communautarisme.

 

Existe-t-il des différences d’insertion dans la société française selon les pays d’origine des populations immigrées ?

Oui. L’insertion est facilitée si la culture du pays d’origine est proche de la culture française. C’est la raison pour laquelle les migrations intra-européennes ont été facilitées : les héritages grec, chrétien ou encore ceux liés à la Renaissance et à la Révolution créent un terreau culturel favorable.

Regardez comment l’Allemagne et la France parviennent à dépasser leur histoire commune douloureuse, alors que le Maghreb peine à dépasser l’héritage de la colonisation. La proximité culturelle entre la culture française et la culture des immigrés est donc fondamentale dans le décryptage des facilités ou des difficultés d’insertion et d’intégration.

 

Existe-t-il un problème spécifique avec l’Islam dans cette intégration des immigrés ?

Il existe aujourd’hui beaucoup d’interrogations par rapport au comportement de certains musulmans. Les Français sont inquiets, les sondages le montrent. Ils s’interrogent : les musulmans sont ils capables de s’adapter aux normes françaises ? L’exemple des prières dans la rue, de la question du voile, puis de la burqa, des piscines non-mixtes, de la nourriture halal ou du fait de ne pas vouloir être enterré à côté de Français tend à montrer que c’est un processus difficile pour certains d’entre eux.

 

Un dernier mot sur Claude Guéant. Que pensez-vous de sa volonté de réduire l’immigration légale ?

J’approuve cette proposition. Enfin, un homme politique qui agit de manière responsable ! C’est être responsable que de vouloir réguler de manière ferme l’immigration. C’est normal de gérer sa maison. Ce qui est anormal c’est lorsqu’un Etat ne maitrise plus la gestion de ses frontières, de la même manière qu’on ne laisserait pas adopter des enfants par des parents qui n’arriveraient pas à instaurer un climat serein au sein de la famille.

Et puis il y a la question du chômage : c’est le patronat qui est intéressé par l’immigration. Le but de la politique doit être d’assurer l’intérêt général et non l’intérêt du patronat.

Sur cette question, comme sur les autres, il me semble que c’est d’un langage de vérité dont la France a besoin aujourd’hui.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

Le Titanic est-il en train de disparaître définitivement ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

03.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NOVY12
- 15/04/2011 - 15:21
@405 Remember
Cela vous arrange bien de défendre maintenant les noirs vous
( Arabes et Turques ) qui en avaient fait des esclaves pendant des centaines et des centaines d'années !!
Dans le temps par humanisme vous les émasculiez pour ne pas qu'ils se reproduisent en captivité...
Aujourd'hui vous les utilisez encore comme chouf ....
Les caïds sont rarement noirs !!
Alors SVP arrêtez votre démagogie...
eve
- 15/04/2011 - 13:21
marre!!!
ce n'est pas du travail qu'ils viennent chercher ce sont les aides sociales
slavkov
- 14/04/2011 - 19:30
ras-le-bol
... le problème est que des gens comme eux ont perdu tout repère de notre civilisation ...