En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 6 heures 35 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 7 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 8 heures 37 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 10 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 11 heures 32 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 13 heures 30 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 14 heures 6 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 14 heures 54 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 16 heures 15 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 heures 39 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 8 heures 15 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 9 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 10 heures 57 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 13 heures 55 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 15 heures 38 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 16 heures 43 min
© Flickr
Le rapport Moreau sur les retraites a été remis vendredi à Matignon.
© Flickr
Le rapport Moreau sur les retraites a été remis vendredi à Matignon.
Texte à trous

Régimes spéciaux, capitalisation et réforme systémique : les grands absents du rapport Moreau sur les retraites

Publié le 15 juin 2013
Yannick Moreau, présidente de la Commission des retraites, a proposé une augmentation de la cotisation à 44 ans, un nouveau mode de calcul pour les retraites et la prise en compte de la pénibilité, voire l'augmentation des cotisations d'assurance-vieillesse de 0,1 point par an.
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick Moreau, présidente de la Commission des retraites, a proposé une augmentation de la cotisation à 44 ans, un nouveau mode de calcul pour les retraites et la prise en compte de la pénibilité, voire l'augmentation des cotisations d'assurance-vieillesse de 0,1 point par an.

Depuis vingt ans, le système de retraite français doit faire face à un double défi, le ralentissement de la croissance française et le vieillissement de la population (papy-boom en tant que réplique du baby-boom et allongement de l’espérance de vie). Les pouvoirs publics ont privilégié les ajustements paramétriques et ont renoncé à engager une réforme structurelle. Les propositions de la Commission Moreau sont audacieuses au regard de l’histoire des réformes des retraites mais il n’en demeure pas moins qu’elles manquent de perspectives. Elles répondent à un impératif de court terme. Le nombre élevé de pistes donnent une image impressionniste de l’éventuelle future réforme. Ce rapport néglige l’impact économique du vieillissement et des mesures avancées pour endiguer le déficit des différents régimes. Il y a un présupposé un peu triste celui qu’il faudra réduire les pensions que ce soit de manière directe ou indirecte. Ce rapport comporte surtout trois oublis, les régimes spéciaux, la capitalisation et la réforme systémique.

Ce rapport attaque la question du déficit sur trois faces. La première vise nettement les retraités qui pourraient contribuer fortement à la restauration de l’équilibre. Les niches fiscales et sociales des retraités qui représentent 14 milliards d’euros selon la Cour des comptes pourraient faire l’objet d’une remise en cause du moins partielle. Le rapport préconise ainsi l’alignement de la CSG pour les retraités qui passerait pour ceux assujettis à l’impôt sur le revenu de 6,6 à 7,5 %. Sont également mentionnés l’abattement de 10 % applicable à l’impôt au titre des frais professionnels et les majorations des pensions 10 % pour famille nombreuse actuellement défiscalisées.

La Commission Moreau a avancé l’idée d’une désindexation totale ou partielle des pensions qui aujourd’hui sont réévaluées en fonction de l’inflation. Cette mesure inspirée du récent accord sur les complémentaires pourrait générer de 3 à 6 milliards d’euros d’économies.

Les actifs et futurs retraités seraient également mis à contribution. Il est ainsi prévu de porter progressivement la durée de cotisation à 44 ans. Même si elle ne rejette pas en bloc l’idée, le report de l’âge légal au-delà de 62 ans ne reçoit pas l’assentiment de la Commission. Ce choix lié à la position de François Hollande durant l’élection présidentielle est en soi critiquable. C’est la mesure la plus efficace. L’allongement de la durée de cotisation n’a un impact financier que très progressivement. Il y a un effet sournois de ne jouer que sur cette durée. En effet, l’allongement pénalisera les jeunes générations dont l’âge moyen d’entrée sur le marché du travail recule d’année en année, il est déjà supérieur à 22 ans. Par ailleurs, les difficultés croissantes d’insertion sur le marché du travail a pour conséquence que les jeunes ont de moins en moins de trimestres cotisés avant 30 ans. La retraite à 60 ou 62 ans est donc de plus en plus une illusion. Il aurait été logique de se rapprocher de nos voisins qui ont fixé un âge de départ à la retraite de 65 ans.

L’autre mesure sournoise du rapport est la désindexation des salaires portés au compte. En effet, pour le calcul de la pension du régime de base, il est retenu les salaires des vingt cinq meilleures années qui sont actualisées. Or, la Commission Moreau avance l’idée d’une sous-indexation ce qui reviendrait à réduire le montant de la pension calculée au moment de la liquidation des droits. Déjà, en 1993, l’indexation par rapport au salaire moyen de l’année avait été abandonnée pour une indexation en fonction de l’inflation. Cette mesure explique en grande partie la baisse du taux de remplacement des pensions (ration pension sur derniers revenus d’activité). Le rapport préconise également une indexation en fonction du PIB en s’inspirant de pratiques en cours en Suède ou en Allemagne.

Le rapport Moreau prévoit aussi une refonte des majorations pour enfant et des droits à réversion avec certainement en cas d’adoption quelques économies au détriment des futurs retraités.

Les entreprises et les salariés ne sont pas oubliés avec une majoration des cotisations part salariale et part employeur de 0,1 % par an et cela sur 4 ans. Or cette mesure risque de fragiliser le tissu économique ; le taux de marge des entreprises est à son niveau le plus bas depuis trente ans. En outre, les cotisations ont augmenté de 0,2 % pour le retour partiel de l’âge légal à 60 ans.

Le rapport est moins prolixe surtout sur certains sujets. Si la piste d’un éventuel élargissement de la base de référence des pensions des fonctionnaires est abordée, il est souligné que l’objectif n’est pas de gagner de l’argent. Le passage des 6 mois au dix dernières années devrait s’effectuer à somme constante avec intégration des primes. La marche vers l’égalité des traitements sera longue et ardue. Sur les régimes spéciaux, le silence radio est éloquent. Il est simplement rappelé qu’ils ont leur propre vie et que les processus d’ajustement décidé en 2008 et de 2010 doivent se poursuivre. Il s’agissait d’allonger les durées de cotisation et d’accroître de deux ans l’âge légal de départ à la retraite.

En revanche, le rapport Moreau innove un peu avec la création d’un compte « pénibilité » qui permettrait aux salariés exposés à des tâches pénibles de convertir les points ou droits obtenus en stages de formation professionnelle, en périodes de temps de travail partiel ou en trimestres cotisés pour permettre de partir plus tôt. Cette proposition traduit l’échec de la réforme de 2010 qui liait pénibilité à invalidité. Moins de 100 000 personnes ont bénéficié du dispositif existant. La question des critères de pénibilité reste, en revanche, ouverte. Il innove également avec une réflexion sur l’instauration d’un pilotage financier qui complèterait le pilotage démographique mis en œuvre en 2003 avec la loi Fillon. Ce pilotage financier pourrait concerner les règles d’indexation des salaires mis au compte. La commission propose qu’il ne soit pas automatique.

Mais, ce rapport comporte un vrai oubli. La capitalisation comme complément de la répartition a été, une fois de plus, négligée.

Aujourd’hui, 85 % des revenus des retraités français sont issus des régimes par répartition. Seulement 3 % proviennent de l’épargne retraite, le solde étant assuré par les revenus du patrimoine. Chez nos partenaires de l’OCDE, la capitalisation fournit 20 à 30 % des revenus. Or, le taux d’épargne des Français figure parmi les plus élevés de l’Union européenne. En revanche, cette épargne est essentiellement investie à court terme et en produits de taux (titres publics).La capitalisation doit s’inscrire dans une réflexion sur le financement de l’économie et dans celle du développement de l’épargne longue. Afin d’améliorer les fonds propres et favoriser l’investissement, il serait intéressant d’orienter l’épargne des Français vers les produits d’épargne retraite. Le rapport aurait dû aborder la question de la généralisation de l’épargne retraite et celle de l’articulation avec les régimes par répartition.

Ce rapport sur les retraites n’est pas le moins inintéressant de la longue série mais la Commission Moreau aurait du y intégrer une réflexion sur la réforme systémique. Compte tenu des nombreuses propositions qu’il contient et qui dans les faits peuvent modifier la nature du régime de retraite français, il fallait oser passer le cap. En jouant sur certains critères comme les salaires de référence, la Commission donne l’impression que notre système de base qui est à prestations définies, (la pension était fonction des salaires obtenus) pourrait, de manière implicite, se muer en un système à cotisations définies (la pension ne peut être calculée qu’au moment de la liquidation). Il est regrettable qu’en France, la réforme ne soit pas assumée et que les faux-semblants l’emportent sur l’audace. Pour éviter la multiplication des rancœurs, il aurait été utile de lancer des pistes de convergences des systèmes même si cela doit prendre comme en Italie 20 ou 30 ans. Le rapport Moreau ne manque pas de courage mais il n’a pas le souffle des aventures qui peuvent mobiliser les énergies.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (43)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mich2pains
- 16/06/2013 - 10:29
Entièrement d'accord avec " nochebuena53" (mail de 19:35)
Comment ne pas être d'accord avec vous quant à quitter volontairement la SECU à la Française et chercher d'autres systèmes de protection sociales , infiniment moins coûteuses .
De plus , c'est une circulaire Européenne qui nous l'autorise ; circulaire toujours pas transposée dans le droit Français ....mais on ne se demande plus pourquoi !
Quoiqu'il en soit , pourquoi ne devrions-nous pas suivre les exemples de personnages comme TAPIE ( et oui , encore lui ...) qui s'était porté caution en son nom personnel auprés de l' URSSAF des Bouches du Rhône pour garantir le paiement de 3,7 millions d'euros de cotisations URSSAF dues par le club de l' OM !
Même après avoir volé les 403 millions aux contribuables Français , il a refusé de payer cette dette à l'URSSAF , qui a porté plainte ! De procès en procès , de renvoi en renvoi ...., la " Cour de Cassation " vient tout juste de rendre son verdict : L'URSSAF est débouté de sa demande parce qu'il y a ....PRESCRIPTION !(sic) à vomir !!!!
Ceci dit , cette affaire TAPIE / URSSAF est renvoyée devant le "TRIBUNAL DE COMMERCE "de Marseille .
COMMERCANTS ET ARTISANS de France , soyez nombreux à suivre ce procès .....
Loupdessteppes
- 16/06/2013 - 10:09
Adresses des caisses européennes ?
Quels sont ces adresses qui permettent de boycotter le système français totalement injuste pour les salariés du privé et les artisans ?
legaulois
- 16/06/2013 - 08:45
capitalisation?
imaginons 50%du montant de la retraite en capitalisation 2007 cac 40à 6200 depuis 2008 il se traine autour de 3800 perte de pouvoir d'achat pour les retraités malgré les dividendes estimation 25% ET LES GRANDS PATRONS le contraire avant cela il faut réformer le management des sociétés