En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Le géant des réseaux sociaux Facebook a adopté officiellement le hashtag.
#nouveauté
Pas futiles : petit guide des usages potentiels des hashtags sur Facebook
Publié le 14 juin 2013
Les hashtags ou mots dièses permettent de relier différents messages d'une même thématique. Ils sont surtout utilisés sur Twitter. Aujourd'hui, c'est Facebook qui les adopte sur sa plateforme, pour faciliter le partage entre utilisateurs mais aussi pour ouvrir un marché supplémentaire aux publicitaires.
Erwan le Nagard est spécialiste des réseaux sociaux. Il est l'auteur du livre "Twitter" publié aux éditions Pearson et, Social Media Marketer. Il intervient au CELSA pour initier les étudiants aux médias numériques et à leur utilisation.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan le Nagard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan le Nagard est spécialiste des réseaux sociaux. Il est l'auteur du livre "Twitter" publié aux éditions Pearson et, Social Media Marketer. Il intervient au CELSA pour initier les étudiants aux médias numériques et à leur utilisation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les hashtags ou mots dièses permettent de relier différents messages d'une même thématique. Ils sont surtout utilisés sur Twitter. Aujourd'hui, c'est Facebook qui les adopte sur sa plateforme, pour faciliter le partage entre utilisateurs mais aussi pour ouvrir un marché supplémentaire aux publicitaires.

Atlantico : Le géant des réseaux sociaux Facebook a adopté officiellement le hashtag. Quels sont les avantages des hashtags pour Facebook : canaliser les discussions, faire revenir Facebook sur le devant de la scène face à Twitter ?

Erwan le Nagard : Tout d’abord, rappelons ce qu’est un hashtag (ou « mot-dièse », « croisillon »). Il s’agit d’un mot clé précédé du signe dièse (#) qui permet de lier l’ensemble des messages qui l’intègrent afin de créer une conversation à multiples voix. Pour utiliser une métaphore, « le hashtag est aux réseaux sociaux, ce que le feu de camp est aux scouts ». C’est un moyen de rassembler des individus d’origines différentes autour d’un sujet, d’un centre d’intérêt partagé, et de nouer des liens autour d’une conversation passionante. Le hashtag est l’une des fonctionnalités clé, qui a permis à Twitter de se développer par la création de contenus.

On comprend assez aisément le choix de Facebook d’intégrer cette innovation lorsque l’on s’intéresse à la chaîne de création de valeur d’un réseau social. Facebook a besoin d’utilisateurs pour créer un réseau et de contenus pour que ses membres soient actifs et interagissent entre eux. Le hashtag a plusieurs objectifs pour Facebook : densifier le réseau de connexions entre utilisateurs, améliorer son offre de contenus en permettant aux utilisateurs de partager ces contenus en passant outre les fans pages et, surtout, développer son modèle publicitaire.

Sachant que Twitter a innové avant Facebook en proposant le hashtag en premier, cette nouveauté n'arrive-t-elle pas trop tard ?

Le hashtag est effectivement une fonction clé de Twitter, mais qui est communément utilisée sur d’autres plateformes comme Instagram, Tumblr ou Pinterest. L’intégration de cette nouvelle fonction démontre la capacité de Facebook à évoluer en tirant partie des usages dominants d’autres plateformes de réseautage. Il est intéressant d’observer les interconnexions entre ces réseaux et comment cela pousse Facebook à faire évoluer sa propre plateforme. Les usagers de Twitter utilisent pour la plupart Facebook  et ont naturellement fait la promotion de cette nouvelle forme d’énonciation en publiant des hashtags (non fonctionnels) dans leurs statuts avant même que la fonction ne soit activée par Facebook.

L'arrivée du Hashtag peut-elle être mal vécue par les utilisateurs, qui viennent chercher sur Facebook la possibilité d'écrire des statuts et des messages plus long que sur Twitter ?

Ça ne sera pas le cas, le hashtag ne modifie en rien la longueur des messages autorisée par Facebook. Au contraire, je pense que le hashtag de Facebook va permettre à l’utilisateur d’imaginer de nouvelles formes de création de contenus et lui offrir de plus larges moyen de s’exprimer en thématisant ses publications. Il pourra naviguer plus simplement entre les contenus sur Facebook et découvrir de nouvelles choses.

Quelle est l'utilité de ces "mots dièses" pour les utilisateurs ? Est-ce une nouvelle forme d'expression pour les usagers ?

Clairement. Comme je le sous-entendais précédemment, on devrait voir émerger de nouvelles formes d’énonciation sur Facebook, inspirées de Twitter. Mais, rappelons que Facebook est un réseau hégémonique qui cherche à garder sa position de leader et doit continuer de s’étendre en favorisant les effets de réseau afin de faire croître son modèle publicitaire, d’autant plus depuis son entrée en bourse. Or, ce qui caractérise la forme du réseau de connexions de Facebook, ce sont des liens très étroits établis entre ses utilisateurs. Sur Facebook, on se connecte avec ses amis tandis que sur Twitter on s’abonne aux publications d’individus que l’on ne connait pas personnellement (liens lâches) la plupart du temps.

C’est une force pour Twitter qui, par son positionnement unique, ne rentre pas en confrontation directe avec Facebook. Néanmoins, ce dernier souhaite voir ses utilisateurs constituer des réseaux qui s’étendent au-delà des liens d’amitié. Pour cela, le hashtag va permettre d’accéder aux publications d’inconnus mais qui présentent un intérêt puisqu’elles sont organisées autour d’un thème et forment une conversation. Ainsi, le hashtag est une arme à double-tranchant pour Facebook qui était jusqu’alors un pré-carré où l’on retrouvait ses amis, des personnes que l’on a rencontré, et avec qui on pouvait dialoguer en toute sécurité. On peut s’attendre à observer des critiques autour des questions de confidentialité et surtout de la remise en cause de la stratégie de Facebook.

Le Hashtag peut-il devenir une forme de communication universelle entre tous les réseaux sociaux : Twitter, Facebook, Instagram, Tumblr et autres ?

En théorie oui, mais les logiques et les réalités économiques sont différentes. Le hashtag de Facebook devrait se distinguer à bien des égards de celui de Twitter en raison des questions de confidentialité (sur Twitter, tous les messages sont publics) et, il vient enrichir le modèle publicitaire de Facebook. On peut supposer que Facebook prépare le lancement de nouveaux formats publicitaires permettant aux annonceurs de promouvoir des hashtags donc on peut douter de l’unification de l’ensemble des hashtags entre les différentes plateformes.

Néanmoins, les marques et les institutions vont jouer un rôle de prescripteurs d’usages de cette fonctionnalité car elles vont pouvoir lier entre elles leurs publications autour de leurs offres, de leurs produits ou encore de leurs campagnes de communication. Le hashtag de Twitter est souvent présenté comme « la glue » qui permet aux marques d’agréger leurs messages et ceux des consommateurs autour d’un sujet. Ce sera le cas aussi pour Facebook, et on ne devrait pas tarder à voir apparaître sur tous les supports de publicité (affiches, encarts presse, télévision, etc.) des hashtags permettant aux consommateurs de poursuivre la conversation sur Facebook. En revanche, on devrait voir apparaître assez rapidement des services dits « over the top » qui permettront à leurs usagers d’agréger les messages issus de différentes plateformes et contenant un même hashtag.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
06.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
05.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires