En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Ecologiquement incorrect
"Le gaz de schiste est une chance"
Publié le 13 avril 2011
Avec Max Falque
Alors que les prix de l'énergie s'envolent, le PDG de Total, Christophe de Margerie, s'est dit ce mardi favorable à la prospection du gaz de schiste contenu dans le sous-sol français. Un avis partagé par le consultant spécialisé dans les problèmes d'environnement Max Falque qui répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux politiques et économiques de cette nouvelle "ressource stratégique" décriée par les écologistes mais d'ores et déjà exploitée en Amérique du Nord.
Max Falque est consultant, spécialiste des problèmes d'environnement, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a notamment publié un ouvrage sur la régulation de la consommation d'eau par l'échange de droits, L'eau entre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Max Falque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Max Falque est consultant, spécialiste des problèmes d'environnement, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Il a notamment publié un ouvrage sur la régulation de la consommation d'eau par l'échange de droits, L'eau entre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les prix de l'énergie s'envolent, le PDG de Total, Christophe de Margerie, s'est dit ce mardi favorable à la prospection du gaz de schiste contenu dans le sous-sol français. Un avis partagé par le consultant spécialisé dans les problèmes d'environnement Max Falque qui répond aux questions d'Atlantico sur les enjeux politiques et économiques de cette nouvelle "ressource stratégique" décriée par les écologistes mais d'ores et déjà exploitée en Amérique du Nord.
Avec Max Falque

Atlantico : la France peut-elle se passer du gaz de schiste ?

Max Falque : Les informations les plus récentes laissent à penser qu’il s’agit  d’une énorme nouvelle source d’énergie, comme si on avait découvert une ou plusieurs Arabie Saoudite, mais présente sur tous les continents et donc susceptible de bouleverser la géopolitique énergétique. Les enjeux sont tels qu’il vaut mieux voir les choses en face : ne pas s’opposer systématiquement et considérer le gaz de schiste non comme un inconvénient mais comme une chance.

Nous risquons en France de nous trouver dans une situation comparable à celle des OGM. Astérix  résiste désespérément en s’interdisant une avancée technologique et économique… tout en important des aliments OGM  en provenance du monde entier. C’est la double peine, fruit empoisonné du « principe de précaution » malheureusement introduit dans notre constitution au même titre que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.

Pour autant, il faut raison garder : on ne connaît pas encore la rentabilité du gaz de schiste car la technologie est très récente ni la réalité des impacts environnementaux. Cependant, aux Etats-Unis, les sociétés qui les exploitent, sans aucune subvention, gagnent beaucoup d’argent et la multiplication des permis de recherche en France constitue des indications.

La procédure de l’étude d’impact sur l’environnement est précisément au service de la rationalité de la décision.

Pourquoi le gaz de schiste n’a pas été identifié et exploité jusqu’à aujourd’hui ?

Il est  connu depuis 50 ou 60 ans, mais n’est rentable qu’à partir d’un prix élevé de l’énergie. Par ailleurs, les technologies récentes ont permis de faire des forages latéraux, et de travailler à plus de 1 000 m sous terre. C’est l’espoir sinon la certitude que le prix du baril de pétrole se maintienne durablement qui permet de se projeter dans l’avenir.

Pourquoi alors cette levée de boucliers en France ?

Elle est d’ordre esthétique, environnementale, et économique. Les personnes qui résident dans les zones d’exploitation, auront tout à perdre. En droit français, les ayant droits et notamment les propriétaires n’ont aucun droit sur les ressources du sous-sol. Autrement dit, un agriculteur sera exproprié au prix du terrain agricole mais n’aura pas d’intéressement à l’exploitation d’une ressource dont il n’est pas propriétaire, en fonction du Code minier de 1810. La « Common Law » au contraire  qui régit les pays de droit anglo-saxon, prévoit que le propriétaire possède le sous-sol jusqu’au centre de la terre, et sur la colonne d’air, jusqu’au ciel… à l’exception notable de la navigation aérienne (et cela a du faire l’objet d’arrêts de la Cour Suprême aux Etats-Unis) ! Le respect du droit de propriété permet aussi au propriétaire de s’opposer à toute exploration au titre de ses préférences pour l’environnement.

S’il y avait une indemnisation qui reste à définir - Claude Allègre propose un intéressement à hauteur de 5 % sur le chiffre réalisé pour les propriétaires de terrains - il est évident que le niveau d’opposition baisserait d’intensité comme on peut le constater en Pennsylvanie.

Une réforme est-elle possible et envisageable ?

Mais le cœur du débat devrait porter sur l’indemnisation des contraintes réglementaires, dont l’interdiction a été généralisée en 1943, par le régime de Vichy au titre de l’urbanisme. L’extension de cette disposition aux nuisances (bruit, odeur, esthétique…)  engendrées  par des équipements publics (autoroute, ligne TGV, décharge, station d’épuration, aéroport, etc..) ou encore les contraintes environnementales concernant l’utilisation de l’espace (interdiction de construire, d’exploiter, de chasser…) est inique dans la mesure où elle déroge au principe de l’égalité des citoyens devant les charges et avantages du service  public. Elle est aussi inefficace puisque la gestion environnementale exige la collaboration du propriétaire.

La plupart des pays soumis à l’état de droit (rule of law) ont mis en place des mécanismes ouvrant certains droits à indemnisation qui parfois impliquent la  péréquation.

En effet lors de l’établissement des documents d’urbanisme, s’il est légitime de définir l’utilisation différenciée de l’espace il serait également légitime qu’une partie de la plus value des terrains constructibles soit accordée aux propriétaires d’espaces destinés à la protection pérenne de l’environnement. En l’absence d’un tel mécanisme on peut parler d’ « expropriation réglementaire » qui, à la différence de l’expropriation physique n’ouvre droit à aucune indemnisation. Ce problème est si difficile à résoudre qu’aucun gouvernement n’ose  envisager de le résoudre car il remet en question la fiscalité foncière et le pouvoir de 36 000 maires, devenus propriétaires de fait du territoire communal mais soumis à de dangereuses pressions grosses de risques de corruption.

A défaut de mettre en place l’indemnisation des servitudes environnementales et/ou l’extension des droits de propriété au sous-sol il y a fort à parier que la France connaîtra des difficultés considérables pour exploiter une ressource stratégique.

Mais, en invoquant le « principe de précaution » nous serons « constitutionnellement correct » !

 

Propos recueillis par Jean-Baptiste Giraud

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Didier Lejeune
- 13/04/2011 - 14:26
Nouveau slogan
En France, on n'a pas d'idées mais on a du gaz de schiste.
Varois
- 13/04/2011 - 13:08
NON Monsieur !! Ce n'est pas
NON Monsieur !! Ce n'est pas qu'une question d'argent ou d'indemnisation !! Je vous conseille d'aller voir le film "Gasland", on verra si vous ne changerez pas d'avis ensuite !! Décidément le lobby pétrolier aura tout essayé: La menace du litre à 2€, l'indemnisation !! Il oublie de dire qu'aux USA, vu les dégâts, les gens regrettent d'avoir accepté une indemnisation, ils sont obligés de partir !
popolR
- 13/04/2011 - 12:01
+ 1 Piano
Et prendre les OGM comme une chance alors que ces cultures sont une menace immense à la biodiversité......
Quel malheur de voir encore de nos jours des personnes penser uniquement ARGENT sans jamais réfléchir aux couts écologogique ni même sociaux......
Pauvre Monde.