En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
La National Security Agency (NSA), une des principales agences américaines de renseignement, espionne les communications téléphoniques et électroniques des citoyens américains.
Pendant ce temps...
Les méthodes du renseignement américain vous scandalisent ? Attendez de voir ce que font les autres...
Publié le 12 juin 2013
Alors que le scandale de la NSA n'en finit pas de faire couler de l'encre, plusieurs des systèmes de surveillance impliqués (PRISM, Boundless Informant etc.) ont été révélés à la presse. Un arbre qui cache l'obscure forêt des pratiques de renseignement de la plupart des grandes puissances.
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Nesterenko
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le scandale de la NSA n'en finit pas de faire couler de l'encre, plusieurs des systèmes de surveillance impliqués (PRISM, Boundless Informant etc.) ont été révélés à la presse. Un arbre qui cache l'obscure forêt des pratiques de renseignement de la plupart des grandes puissances.

Atlantico : Les diverses agences de renseignement américaines sont aujourd'hui accusées d'espionner directement les données personnelles des citoyens américains, mais aussi étrangers. Les services secrets des autres pays n'ont-ils pas néanmoins des pratiques similaires ?

Michel Nesterenko : C'est effectivement vrai, et l'on peut même ajouter que les technologies utilisées par ces organismes sont les mêmes bien que les moyens alloués et l'ampleur même des systèmes de surveillance soient bien moins importants. Aucun service de sécurité n'a aujourd'hui la capacité de mettre en place une surveillance globale recouvrant la grande majorité des systèmes de communications à une échelle planétaire. Pour ce qui est des autres pays, on pourrait se dire qu'il n'y a rien d'étonnant puisque les grandes puissances ont toujours composé avec l'accumulation du renseignement, et ce depuis l'Antiquité. Le célèbre Sun Tzu, auteur de l'Art de la Guerre, évoquait ainsi déjà l'importance capitale de l'espionnage. Cela devient cependant plus inquiétant lorsque l'ensemble des citoyens se retrouve impliqué directement dans la surveillance, comme c'est le cas actuellement. 

Quels sont aujourd'hui, en dehors des Etats-Unis, les nations les plus critiquables dans leurs pratiques de renseignement ?

On trouve en premier lieu la Grande-Bretagne puisque cette dernière a passé plusieurs accords avec Washington qui lui ont offert l'accès en direct à une importante partie des bases de données américaines. Les britanniques vont jusqu'à alimenter eux-mêmes ces bases de données pour faciliter par la suite des échanges d'informations. La légalité de cette entente et la coopération de facto à un système de surveillance questionnable pose en effet problème. Dans un autre registre, l'Allemagne (dont la police a été inquiétée en 2011 lors de l'affaire du "Chaos Computer Club", NDLR) et la France ont pu avoir, à l'exception, des pratiques sortant du cadre de la légalité, bien que l'on reste tout de même dans un encadrement constitutionnel bien défini. On ne trouve ainsi, hors Etats-Unis, aucun pays qui possède des tribunaux et des lois secrètes cachés au grand public. 

Bien que le système américain soit faiblement entouré sur le plan légal, celui-ci semble être totalement inexistant dans d'autres pays démocratiques. Cela n'est-il pas autrement plus inquiétant pour les citoyens concernés ?

C'est effectivement le cas dans des pays comme le Canada et l'Italie mais cette information est a relativiser. Si le cadre juridique est effectivement nul ou quasi nul dans ces pays, il est en effet important de rappeler qu'ils n'ont pas les moyens tant financiers que matériels pour instaurer un système Big Brother qui soit aussi stalinien, que celui que l'on est en train de découvrir. Comme le révélait M. Snowden, l'auteur de la fameuse fuite, les Américains n'ont aucune limite budgétaire pour ce qui est du stockage, ce n'est cependant pas le cas ailleurs. La gestion de base de données s'étalant sur une cinquantaine d'années ainsi que l'achat de logiciels de recherches suffisamment rapides représentent une somme absolument faramineuse que la plupart des moyennes et grandes puissances ne peuvent se permettre de budgétiser. 

A la lumière de ces informations, on a l'impression qu'il est impossible de faire marche arrière étant donné la compétition mondiale qui se développe autour de l'espionnage numérique. Est-il déjà trop tard pour envisager un "recadrage" de ces systèmes ?

Je ne pense pas que le principe même de démocratie soit ainsi menacée en Allemagne, en France, en Italie ou au Canada comme il est menacée actuellement outre-Atlantique. La véritable question est donc selon moi de savoir si les Etats-Unis vont continuer à vivre sous ce régime Big Brother, et il est aujourd'hui difficile d'être optimiste. J'ai plutôt l'impression que Washington est en train de devenir une espèce de super-URSS qui utiliserait les mêmes méthodes, seulement avec plus de moyens....

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs la droite
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
04.
Ces éléments qui viennent perturber l'idée que le chômage serait revenu à son plus bas niveau depuis 10 ans
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
04.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
05.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
06.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
gueux et preux
- 13/06/2013 - 02:26
Dans un autre post
j'avais évoqué "1984" et sa société totalitaire.Mais celle-ci a évolué tellement vite que l'hypothèse de George Orwell s'est transformée:pour ne pas sévir il faut devancer les idées "criminelles" et donc nous voici dans une société de contrôle.Et de propagande telle...qu'on a du mal à respirer.
L'illusion de liberté sans le parfum.

Mais pourquoi faites-vous souvent des titres en forme de question? Comme si après cette proposition votre devoir était de libérer l'internaute de son ignorance!!!
Sommes-nous si crétins?Et vous si populistes?
myc11
- 12/06/2013 - 19:06
@cdg, la détection des suspects suit un mode d'emploi,
qui consiste à détecter les mots suspects et les achats de produits suspects (comme pour faire des explosifs ou des armes chimiques), il faur s'en prendre à tous ces gens qui mettent l'islam à toutes les sauces. Je pense à ce gamin de 14 ans tué à coup de balles parce qu'il a soi-disanr blasphémé on sait qui. Ce n'est pas de l'espionnage au titre que celui mis en place par la RDA du temps des communistes. Je pense au film "la vie des autres". Bien sûr il y a toujours un risque de détournement des moyens de surveillance. Pour l'instant je crains plus le terrorisme islamiste que le gouvernement Obama.
cdg
- 12/06/2013 - 12:37
rien a cacher: et alors
@fkb
puisque vous faites rien d illegal, est ce que je peux mettre des cameras chez vous pour verifier ? en particulier dans vos toilettes et dans votre chambre
Si toutes les dictatures souhaitent eliminer la vie privee,c est pas pour rien. On pourra vous surveiller et vous mettre hors d etat de nuire avant que vous aillez reellement fait quelque chose, juste parce que vous avez un comportement qui dans 80% indique une possible rebellion