En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 14 min 5 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 34 min 44 sec
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 10 heures 42 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 14 heures 11 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 26 min 18 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 54 min 6 sec
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 12 heures 52 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 13 heures 6 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 13 heures 54 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 14 heures 25 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 15 heures 9 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 15 heures 59 min
Les compagnies aériennes européennes sont en crise.
Les compagnies aériennes européennes sont en crise.
Ciel menaçant

Ce que gagnent les voyageurs à l’augmentation de la concurrence dans le secteur aérien

Publié le 13 juin 2013
Plusieurs syndicats aériens ont appelé à la grève afin de protester contre le projet de Bruxelles visant à créer un « ciel unique » européen. Si le personnel aérien n'y gagnerait rien, il n'en est peut-être pas tout à fait de même pour les usagers.
François Nénin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Nénin est journaliste enquêteur spécialiste de l'aérien et professeur d'investigation au CFPJ. Il a publié trois livre-enquêtes sur l'aérien dont Transport aérien le dossier noir et Ces avions qui nous font peur aux éditions Flammarion....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs syndicats aériens ont appelé à la grève afin de protester contre le projet de Bruxelles visant à créer un « ciel unique » européen. Si le personnel aérien n'y gagnerait rien, il n'en est peut-être pas tout à fait de même pour les usagers.

Atlantico : L’intérêt de l’usager est-il d’avoir une concurrence accrue dans le domaine aérien, notamment en termes de prix ?

François Nénin: D’après les pilotes que j’ai pu interviewer, ainsi que d’après le principal syndicat patronal des compagnies aériennes, l’intérêt du projet tel que présenté sera d’avoir des routes plus directes, donc une plus grande fluidité, ce qui entraînerait moins de problème de retard et moins de circuits d’attente à l’arrivée. Et donc mécaniquement une économie de carburant. Quant à savoir si les compagnies aériennes, qui sont en crise rappelons-le, choisiront de répercuter réellement cette économie sur le prix du billet, rien n’est moins sûr.

Cet objectif de plus grande ponctualité et de plus grande fluidité peut de prime abord paraître tout à fait louable. Aujourd’hui en effet, chaque pays à son propre système de « contrôle en route » : les avions volent de point en point et ne font pas de routes directes. Ce que disent les pilotes aujourd’hui concernant le projet de « ciel unique » européen, c’est que l’on aura ainsi des routes beaucoup plus directes, comme cela se fait aux États-Unis par exemple.

La peur que l’on peut percevoir du côté des syndicats des aiguilleurs du ciel serait donc liée à la perte d’une mainmise sur le contrôle en route en France. C’est vrai que ces syndicats d’aiguilleurs sont connus pour une certaine tendance à faire la grève. Mais il est également vrai que souvent ces aiguilleurs se retrouvent débordés, du coup ils n’arrivent pas à gérer un système qui devient très rapidement engorgé : les avions sont ainsi mis sur des circuits d’attente. C’est un système qui d’après les pilotes ne fonctionne pas, se verrouille assez vite avec des passagers mécontents car en retard et qui ratent leurs correspondances.

Il faut également entendre le discours de ces syndicats qui affirment que le libéralisme que l’on est en train de mettre en place au niveau aérien en Europe peut potentiellement représenter un danger. Eux parlent même de dégradation de la sécurité. Donc en externalisant à des sociétés privées le contrôle, il peut y avoir aussi une logique de rentabilité qui consiste à utiliser moins de personnel. Rappelons-nous la catastrophe de d’Uberlingen en 2002 : un contrôleur unique gérait plusieurs espaces. Il s’est retrouvé débordé et a indirectement provoqué une catastrophe aérienne en donnant des ordres aberrant à deux avions qui sont finis par rentrer en collision. C’était la société privée Skyguide qui gérait cet aspect. La menace brandie de collisions dans le ciel et d’une détérioration de la sécurité peut faire en effet froid dans le dos.

Le bras de fer auquel nous assistons représente donc des logiques antagonismes difficiles à faire cohabiter. Ce qui est sûr c’est que l’Europe gagnera puisque ce sont des recommandations qui sont faites par l’agence européenne de sécurité aérienne. La commission va les suivre évidemment, puis va les soumettre au Parlement européen qui n’a pas une très grande marge de manœuvre pour réviser les textes ou les amender. Ce « ciel unique » européen, on y arrivera donc certainement.

Vous parlez de danger de sécurité. Le projet de « ciel unique » européen n’est-il que fait de dérégulation ou prend-il également en compte ces risques et ces situations pour les encadrer et éviter de telles catastrophes ?

Le projet dans sa présentation actuelle ne porte pas en lui les germes d’un risque immédiat pour les passagers. C’est juste que quand on dérégule et insuffle du libéralisme, sans mettre de garde-fou, tout est autorisé. Cependant, si l’on examine d’autres projets de loi sur la question, les choses peuvent sembler inquiétantes. Quand on lit attentivement le projet de loi sur les temps de repos des pilotes, porté par la même agence européenne de sécurité aérienne, par la même commission et par le même parlement (ça sera soumis au vote fin août), ce projet envisage qu’un pilote puisse rester éveillé pendant 22 heures – être en stand-by pendant 8 heures et ensuite voler 14 heures, c’est un projet complètement fou ! C’est délirant de se dire qu’un pilote va pouvoir poser un avion 22 heures après démarré son temps de travail –puisqu’il est en uniforme est sur son lieu de travail pendant la période de stand-by.

Quand on regarde certaines dispositions de la refonte de l’aérien en Europe, cela fait froid dans le dos. Il y a cela, et puis il y a aussi le fait que l’on puisse voler jusqu’à 12h30 alors que les études scientifiques montrent qu’après 10h de temps de vol, la vigilance se relâche. Ce projet ne va donc pas dans le bon sens.

Peut-on envisager des billets d’avion à des prix plus bas que ceux actuels en Europe ? Que faudrait-il pour garantir des prix de billets plus bas pour les usagers ?

Il faut vraiment se méfier de la pression induite par les consommateurs sur les prix bas. N’oublions pas une chose que personne ne veut regarder, ni les usagers ni les compagnies : l’avion est un moyen de transport qui coûte cher. Il inclut en effet une masse salariale importante, beaucoup de taxes, le prix du kérosène ainsi que le coût de la maintenance qui ne peut être qu’élevée. On a déjà descendu le prix de l’avion à un niveau très bas puisqu’on a pu démocratiser les voyages, on peut aller à Venise pour 29 euros. Le problème est qu’il me semble difficile du point de vue des compagnies de pouvoir réellement réduire davantage le prix des billets. On atteint un seuil dans certaines compagnies lowcost comme on le voit avec Ryan Air par exemple qui économise sur les emports de kérosène. À un moment donné on ne peut plus tirer les prix vers le bas à moins de fatalement grignoter sur la sécurité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mich2pains
- 12/06/2013 - 17:33
Perte d'une "main-mise sur le contrôle en route " !
Et dire que ça fait grève pour cela !
Et pourtant , les consommateurs s'y retrouveraient vu que les trajets seraient directs et , avec moins de con sommation , les prix s'en ressentiraient . Les Ecolos devraient applaudir cette initiative européenne .....
PS ; maintenant je sais pourquoi l'avion partant de Marseille pour Marrakech a fait un détour par .....Strasbourg ! ( 2h30 de plus a/r)
C'était pour éviter une ..." main-mise sur le contrôle en route " !
Et sans " main-mise" des syndicats , grèves à répétition !