En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 6 heures 9 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 26 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 59 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 41 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 14 heures 3 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 48 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 49 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 7 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 25 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 11 heures 11 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 14 heures 14 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 28 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 15 heures 13 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 16 heures 9 min
Maccarthysme de gauche

Mur des cons : selon Weill-Raynal, "France 3 cède aux pressions des syndicats pour des motifs politiques"

Publié le 04 juin 2013
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).
Clément Weill-Raynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).

Atlantico : La direction de France Télévisions envisage sept jours de mise à pied avec privation de salaire à votre encontre pour avoir filmé le "mur des cons" du syndicat de la magistrature sans en avoir informé la direction. Comment réagissez-vous à cette sanction ? 

Clément Weill-Raynal : Cette décision est parfaitement injuste. La direction de France Télévisions cède aux pressions des deux syndicats CGT/SNJ qui, dès le début de l'affaire, ont réclamé des sanctions contre moi pour des motifs politiques. Ils ne me pardonnent pas d'avoir dévoilé les turpitudes du syndicat de la magistrature dont ils se sentent proches politiquement. Tout le reste n'est que littérature. On essaie de me condamner pour une faute professionnelle que je n'ai pas commise.

Comment ont-ils motivé cette décision ?

Je me suis expliqué durant trois heures tandis que France 3 espère s'abriter derrière un communiqué laconique sans aucune motivation : "Au terme d'un conseil de discipline qui s'est tenu ce lundi au siège de l'entreprise, et après plus de quatre heures d'échanges, les arguments développés par Clément Weill-Raynal n'ont pas permis à la direction de modifier son appréciation des faits". Ils ont pris en marche le train lancé par les syndicats, ne savent plus comment en descendre, et se réfugient derrière une forme de dogme de l'infaillibilité.

Ils ne me reprochent qu'une chose : ne pas leur avoir dit que j'étais l'auteur de ces images. J'estime avoir fait mon travail de journaliste et de citoyen. Et surtout en vertu de la loi sur la protection du secret des sources journalistiques, qui est une loi qui s'impose à tous, y compris à la direction de France Télévisions, je n'avais aucune obligation de révéler à ma hiérarchie que j'étais l'auteur des images du "Mur des cons". J'avais le droit de me taire et face à leurs questions inquisitoriales, j'avais le droit de me défendre d'être l'auteur de cette vidéo. En menant des investigations auprès des autres membres de l'équipe du reportage afin de déterminer si j'étais bien l'auteur de ces images et en me convoquant sur la dénonciation de certains syndicats, la direction a porté atteinte à ce principe essentiel qui est la protection du secret des sources.

Alors que le Conseil supérieur de la magistrature a enterré avec l'hypocrisie que l'on connaît l'affaire en refusant toute sanction contre les magistrats à l'origine du "mur des cons", il est pour le moins paradoxal que je sois la seule personne menacée de sanctions dans cette affaire.

Avez-vous l'intention de faire appel ?

Je vais me battre pour défendre mon honneur et je contesterai toute sanction par tous les moyens légaux qui sont à ma disposition. Le secret des sources me protège y compris vis-à-vis de ma hiérarchie. Ils semblent ne pas être d'accord avec cette interprétation. On verra ce que la Justice en dit... 

J'avais le droit de me protéger dans un contexte extrêmement hostile. Dès la révélation de l'affaire, la présidente du syndicat de la magistrature accusait un journaliste d'avoir volé les images. Quand un magistrat vous accuse de vol, accusation totalement infondée, il y a un climat suffisamment hostile pour que la personne à l'origine de ces images se protège.

Au-delà de votre cas personnel, que révèle cette affaire sur le journalisme et la liberté d'expression en France ?

Cette affaire montre comment une certaine pensée unique s'impose dans certains milieux et comment un syndicat comme la CGT et son auxiliaire le SNJ peuvent verrouiller l'information et organiser une campagne de lynchage et de sanction contre un journaliste. On me cherche une faute professionnelle inexistante. Il suffit de relire les communiqués de la CGT et du SNJ avant même que j'ai pu m'exprimer sur l'affaire pour voir qu'ils prennent position publiquement pour estimer que cette information n'aurait pas dû être portée à la connaissance du public.

Leur vision de l'information est écrite noir sur blanc : il y a, selon eux, de bonnes et de mauvaises informations. Et dans le cas qui nous occupe, la mauvaise information est la mise en cause d'un syndicat d'opposition politique très marqué à gauche. Dans le service public, qui théoriquement devrait être neutre, le poids de certains syndicats fait que l'information n'est pas neutre. Dévoiler les turpitudes d'un syndicat de gauche se révèle aujourd'hui très dangereux pour un journaliste du service public. J'en fais l'amère expérience - bien que je ne le regrette pas.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Julie843
- 07/06/2013 - 16:54
Le Mur des cons ...
C'est un scandale que la CGT contrôle autant certaine rédactions... avec nos impots SVP !
Cette affaire est en fait un réglement de compte politique interne comme l'explique l'Ojim :

http://www.ojim.fr/le-mur-des-cons-quand-les-journalistes-reglent-leurs-comptes/
vangog
- 06/06/2013 - 21:16
Bravo pour votre courage, Sellami!
Sachez que tout vérité ressurgit un jour, même après avoir été profondément enterrée par zélés représentants du totalitarisme médiatique et syndical!
Ils ne l'emporteront pas au paradis des gauchistes...
SkipJ
- 06/06/2013 - 15:32
Précision
"J'ai beau chercher" dans les archives de Atlantico