En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 13 heures 57 sec
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 16 heures 7 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 17 heures 58 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 19 heures 21 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 20 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 21 heures 32 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 13 heures 14 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 14 heures 24 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 15 heures 35 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 16 heures 51 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 18 heures 38 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 21 heures 19 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 21 heures 50 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 22 heures 49 min
Maccarthysme de gauche

Mur des cons : selon Weill-Raynal, "France 3 cède aux pressions des syndicats pour des motifs politiques"

Publié le 04 juin 2013
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Clément Weill-Raynal  est un journaliste de France 3. Il est l'auteur de la vidéo du "mur des cons" filmée au siège du Syndicat de la magistrature.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La direction de France Télévisions a soumis ce lundi au vote des représentants du personnel la mise en œuvre d'une "mesure de mise à pied disciplinaire avec privation de salaire" à l'encontre de Clément Weill-Raynal, le journaliste auteur des images du "mur des cons", filmées au siège du Syndicat de la magistrature (SM).

Atlantico : La direction de France Télévisions envisage sept jours de mise à pied avec privation de salaire à votre encontre pour avoir filmé le "mur des cons" du syndicat de la magistrature sans en avoir informé la direction. Comment réagissez-vous à cette sanction ? 

Clément Weill-Raynal : Cette décision est parfaitement injuste. La direction de France Télévisions cède aux pressions des deux syndicats CGT/SNJ qui, dès le début de l'affaire, ont réclamé des sanctions contre moi pour des motifs politiques. Ils ne me pardonnent pas d'avoir dévoilé les turpitudes du syndicat de la magistrature dont ils se sentent proches politiquement. Tout le reste n'est que littérature. On essaie de me condamner pour une faute professionnelle que je n'ai pas commise.

Comment ont-ils motivé cette décision ?

Je me suis expliqué durant trois heures tandis que France 3 espère s'abriter derrière un communiqué laconique sans aucune motivation : "Au terme d'un conseil de discipline qui s'est tenu ce lundi au siège de l'entreprise, et après plus de quatre heures d'échanges, les arguments développés par Clément Weill-Raynal n'ont pas permis à la direction de modifier son appréciation des faits". Ils ont pris en marche le train lancé par les syndicats, ne savent plus comment en descendre, et se réfugient derrière une forme de dogme de l'infaillibilité.

Ils ne me reprochent qu'une chose : ne pas leur avoir dit que j'étais l'auteur de ces images. J'estime avoir fait mon travail de journaliste et de citoyen. Et surtout en vertu de la loi sur la protection du secret des sources journalistiques, qui est une loi qui s'impose à tous, y compris à la direction de France Télévisions, je n'avais aucune obligation de révéler à ma hiérarchie que j'étais l'auteur des images du "Mur des cons". J'avais le droit de me taire et face à leurs questions inquisitoriales, j'avais le droit de me défendre d'être l'auteur de cette vidéo. En menant des investigations auprès des autres membres de l'équipe du reportage afin de déterminer si j'étais bien l'auteur de ces images et en me convoquant sur la dénonciation de certains syndicats, la direction a porté atteinte à ce principe essentiel qui est la protection du secret des sources.

Alors que le Conseil supérieur de la magistrature a enterré avec l'hypocrisie que l'on connaît l'affaire en refusant toute sanction contre les magistrats à l'origine du "mur des cons", il est pour le moins paradoxal que je sois la seule personne menacée de sanctions dans cette affaire.

Avez-vous l'intention de faire appel ?

Je vais me battre pour défendre mon honneur et je contesterai toute sanction par tous les moyens légaux qui sont à ma disposition. Le secret des sources me protège y compris vis-à-vis de ma hiérarchie. Ils semblent ne pas être d'accord avec cette interprétation. On verra ce que la Justice en dit... 

J'avais le droit de me protéger dans un contexte extrêmement hostile. Dès la révélation de l'affaire, la présidente du syndicat de la magistrature accusait un journaliste d'avoir volé les images. Quand un magistrat vous accuse de vol, accusation totalement infondée, il y a un climat suffisamment hostile pour que la personne à l'origine de ces images se protège.

Au-delà de votre cas personnel, que révèle cette affaire sur le journalisme et la liberté d'expression en France ?

Cette affaire montre comment une certaine pensée unique s'impose dans certains milieux et comment un syndicat comme la CGT et son auxiliaire le SNJ peuvent verrouiller l'information et organiser une campagne de lynchage et de sanction contre un journaliste. On me cherche une faute professionnelle inexistante. Il suffit de relire les communiqués de la CGT et du SNJ avant même que j'ai pu m'exprimer sur l'affaire pour voir qu'ils prennent position publiquement pour estimer que cette information n'aurait pas dû être portée à la connaissance du public.

Leur vision de l'information est écrite noir sur blanc : il y a, selon eux, de bonnes et de mauvaises informations. Et dans le cas qui nous occupe, la mauvaise information est la mise en cause d'un syndicat d'opposition politique très marqué à gauche. Dans le service public, qui théoriquement devrait être neutre, le poids de certains syndicats fait que l'information n'est pas neutre. Dévoiler les turpitudes d'un syndicat de gauche se révèle aujourd'hui très dangereux pour un journaliste du service public. J'en fais l'amère expérience - bien que je ne le regrette pas.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

05.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (59)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Julie843
- 07/06/2013 - 16:54
Le Mur des cons ...
C'est un scandale que la CGT contrôle autant certaine rédactions... avec nos impots SVP !
Cette affaire est en fait un réglement de compte politique interne comme l'explique l'Ojim :

http://www.ojim.fr/le-mur-des-cons-quand-les-journalistes-reglent-leurs-comptes/
vangog
- 06/06/2013 - 21:16
Bravo pour votre courage, Sellami!
Sachez que tout vérité ressurgit un jour, même après avoir été profondément enterrée par zélés représentants du totalitarisme médiatique et syndical!
Ils ne l'emporteront pas au paradis des gauchistes...
SkipJ
- 06/06/2013 - 15:32
Précision
"J'ai beau chercher" dans les archives de Atlantico