En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 5 heures 18 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 13 heures 18 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 16 heures 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 16 heures 49 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 8 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 12 heures 30 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 16 heures 37 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 17 heures 3 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 9 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 11 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 12 heures
"Ayant choisi d’être indéchiffrable pour éviter de trop prêter le flanc aux critiques, Hollande a décidé dès le début de son mandat d’avancer masqué."
"Ayant choisi d’être indéchiffrable pour éviter de trop prêter le flanc aux critiques, Hollande a décidé dès le début de son mandat d’avancer masqué."
Bonnes feuilles

Roublardise et stratégie du pourrissement : François Hollande, ce nouveau Raffarin

Publié le 05 juin 2013
Chômage et récession s'installent durablement. Quand la fumée se dissipera, on verra le monarque républicain nu. François Hollande a autrefois transformé le Parti socialiste en une sorte de nouvelle SFIO ; il fabrique désormais une quatrième République avec ce qu'il reste de la cinquième. En sera-t-il le dernier président avant la chute finale ? Extrait de "L'enfumeur" (1/2).
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chômage et récession s'installent durablement. Quand la fumée se dissipera, on verra le monarque républicain nu. François Hollande a autrefois transformé le Parti socialiste en une sorte de nouvelle SFIO ; il fabrique désormais une quatrième République avec ce qu'il reste de la cinquième. En sera-t-il le dernier président avant la chute finale ? Extrait de "L'enfumeur" (1/2).

La pratique « hollandaise » du pouvoir, dans ses premiers mois d’exercice, a dérouté les analystes et plongé les Français dans la perplexité. Entre les déclamations antipossédants et les annonces budgétaires rigoristes, la suppression du jour de carence dans la fonction publique et la baisse des crédits de l’administration, le discours social-démocrate et la sollicitude vis-à-vis des entreprises, pour ne pas parler des petites blagues sur le Vatican et de l’envoi concomitant d’une délégation de haut vol aux cérémonies d’installation du nouveau pape en mars 2013, le nouveau président était difficile à décrypter. Indulgents, beaucoup de Français, et pas seulement ses électeurs de mai 2012, mettaient cette illisibilité sur le compte de son habileté. Après tout, mieux valait peut-être le rusé Hollande que le tonitruant Sarkozy pour gouverner la France ?

Peu à peu, la fumée s’est dissipée et la méthode suivie est apparue au grand jour. Car il y en avait une, n’en déplaise à ses plus radicaux adversaires. Il s’agissait, manœuvrant dans un corridor étroit, de duper les Français pour leur faire avaler la couleuvre de l’austérité, épargnant toutefois les gros bataillons électoraux de la fonction publique, et d’emberlificoter en même temps nos partenaires européens et les marchés pour qu’ils ne nous prennent pas à la gorge en exigeant davantage de rigueur ou des taux d’intérêts plus élevés pour le financement de notre dette. Hélas, ce calcul était erroné car les difficultés économiques sont aggravées par ladite austérité, même en demiteinte : l’euro surévalué plombe notre compétitivité et les restrictions budgétaires pèsent sur la demande globale. En même temps, Berlin et Bruxelles veulent bien être un peu indulgents sur le report temporaire du respect de nos engagements, mais ils refusent l’abandon de ladite austérité et la mutualisation des dettes. Plus grave encore, les annonces désordonnées et l’incohérence apparente de l’Enfumeur ont créé un climat de défiance qui aggrave nos ennuis. L’ étau se resserre de plus en plus. Le paradoxe d’un président disposant de pouvoirs comme jamais sous la Ve République et pourtant impuissant rend l’air social non seulement enfumé mais vicié.

Super-Raffarin

On rappelle souvent, à propos de Hollande, la formule du père Queuille, pour qui : « Il n’est aucun problème assez urgent en politique qu’une absence de décision ne puisse résoudre… ». Elle s’accompagne d’ailleurs d’une autre, moins connue mais beaucoup plus terrible encore : « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent. » C’est la stratégie du lent pourrissement, fondée sur l’idée que la plupart des difficultés de la vie politique sont artificielles et voulues par des gens qui finiront peu à peu par se lasser si on ne leur prête pas attention.

Ayant choisi d’être indéchiffrable pour éviter de trop prêter le flanc aux critiques, Hollande a décidé dès le début de son mandat d’avancer masqué, insistant haut et fort sur des détails tout en faisant discrètement adopter des mesures plus significatives mais qu’il valait mieux ne pas médiatiser car elles seraient impopulaires. Sa méthode, si l’on peut employer ce terme, consiste souvent à faire deux choses contradictoires au même moment, pour désorienter ses adversaires. Par exemple, il annonce que la liste des professions ouvertes aux Roms sera étendue et augmente le rythme des expulsions en même temps, hausse le plafond des dépôts sur le livret A tout en baissant leur rémunération, fait les gros yeux à l’Allemagne et à la Banque centrale européenne pour fustiger l’austérité et se plie aux réductions budgétaires, dénonce les profits tout en commandant à Louis Gallois un rapport qui conclut au transfert de pouvoir d’achat des ménages vers les entreprises, etc.

C’est en regardant dans le détail, en comparant, en soupesant, en examinant, en rapprochant les dates des déclarations que la vérité sur l’Enfumeur apparaît. Il faut faire des efforts et les médias ne raffolent pas toujours de cet exercice un peu austère mais que nous ferons bien volontiers pour éclairer la lanterne de nos lecteurs.

François Hollande est l’incarnation de ce que l’on pourrait appeler la « France des petits malins », où la valeur suprême en politique est la roublardise. Mais la gravité des difficultés auxquelles est confronté notre pays nécessite plus que de la duplicité pour qu’on puisse un jour s’en sortir. Son choix de la dissimulation a fait que, durant les six premiers mois qu’il a passés à l’Élysée, on pouvait presque dire que Hollande allait à contre-courant de l’évolution de la communication politique à la mode. Loin des happenings et des festivités à la Delanoë par exemple, des Paris-Plages d’aujourd’hui ou des « jacklangueries » d’hier, il avait choisi la demi-teinte, l’ambiguïté, l’effacement, pour éviter de se retrouver en première ligne de l’impopularité.

Son modèle le plus récent en politique, peu de gens l’ont encore en tête alors que pourtant il occupa l’Hôtel de Matignon il n’y a guère que dix ans. Nous allons vous surprendre : il se nomme Jean-Pierre Raffarin ! Ce Premier ministre déjà un peu oublié, aux rondeurs poitevines et au profil de boxeur, avait en effet une obsession quand il fut nommé chef du gouvernement par un Jacques Chirac miraculeusement réélu grâce à la morgue jospinienne et à la percée de Jean-Marie Le Pen : il voulait éviter de faire comme son prédécesseur, Juppé, qui avait annoncé à grands fracas qu’il allait dégraisser l’État et réformer les services publics, avant de dissoudre l’Assemblée, plaçant la tête de la droite sur le billot des élections. Pour conjurer le mauvais sort et éviter de reproduire cette dure erreur, Raffarin n’avait qu’un motto, une méthode, une ligne de conduite : il faut réformer sans le dire, car les Français ne veulent pas changer, ils veulent continuer à vivre dans l’illusion que l’État leur évitera l’appauvrissement dû au déclin de leur industrie et à la montée de leur endettement. La tactique raffarine ne fut que très moyennement couronnée de succès puisque, nous reviendrons sur ce facteur essentiel, le fonctionnement de l’Union européenne place la France et son économie dans des difficultés structurelles. Mais elle fut recyclée par Hollande, qui évite les chocs frontaux, sauf s’il est sur un terrain qu’il croit au départ dominer parfaitement, comme au Mali, ou pour les questions sociétales comme le mariage des homosexuels. C’est la raison des commissions, colloques, palabres, conciliabules, parlotes, rapports et concertations à répétition auxquels il a recours : ils énervent au sens propre ses adversaires, c’est-à-dire qu’ils leur font perdre leur nervosité, finissent par les rendre apathiques.

 Extrait de "L'enfumeur" (Ixelles éditions), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
shaï
- 02/06/2013 - 08:22
@ par prochain
(...) Et dégraisser le mammouth ? Tirer les oreilles des banques, revenir aux quarante heures, les vraies, les vraies de vrai ? Cesser de consommer toutes ces m... exotiques "pas chère", traquer et abattre la fraude fiscale et son évasion ? Et...
Vous rêvâtes ?
shaï
- 02/06/2013 - 08:06
@ benvoyons
"Chaud l'automne" ? Je voterais bien pour DSK.
Chaud ET humide ? Ahum ². Là sans hésitation je glisse mon bulletin dans l'urne.
Septentrionale
- 01/06/2013 - 23:44
A LIRE,
Le Discours de Geert Wilder à Berlin, sur l'islam et l'Union Européenne
.
cf. www.Dreuz.info