En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Pour Frigide Barjot, "la Manif pour tous a fait son temps".
Le bilan pour tous

Coûts-avantages : ce que le départ de Frigide Barjot va changer pour la Manif pour tous

Publié le 30 mai 2013
Absente de la manifestation de dimanche contre le mariage homosexuel, Frigide Barjot estime que "la Manif pour tous a fait son temps" et que le mouvement est "récupéré".
François Belley est publicitaire et planneur stratégique à l’Agence Melville. Passionné de communication politique, il a publié l’essai Ségolène®, la femme marque et est l’auteur du blog « la politique spectacle décryptée par un publicitaire ».Thomas...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Belley et Thomas Guénolé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Belley est publicitaire et planneur stratégique à l’Agence Melville. Passionné de communication politique, il a publié l’essai Ségolène®, la femme marque et est l’auteur du blog « la politique spectacle décryptée par un publicitaire ».Thomas...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Absente de la manifestation de dimanche contre le mariage homosexuel, Frigide Barjot estime que "la Manif pour tous a fait son temps" et que le mouvement est "récupéré".

Atlantico : Frigide Barjot a déclaré que "La Manif pour tous avait fait son temps". Pendant plusieurs mois elle s'est positionnée en tant que leader de ce mouvement. Qu’est-ce que son départ va changer ? Le mouvement peut-il perdurer sans elle ?

Thomas GuénoléLe mouvement va perdurer sous une forme déstructurée. Ce sera une lame de fond marginale mais très bruyante, semblable à des mouvements de type "riposte laïque" ou "français de souche". On aura certainement une forte présence sur internet, avec l'organisation de micro-manifestations, de l'activisme politique et de l'entrisme dans les partis politiques. Ce sera très éparpillé, comme peut l'être la fachosphère ou la cathosphère. Avec le départ de Frigide Barjot et la marginalisation de Christine Boutin, c'est un peu le marteau sans tête.

En quoi sa personnalité et son parcours atypique ont-ils donné de la force à ce mouvement ? En quoi ont-ils pu le fragiliser ?

François Belley : Frigide Barjot est arrivée au bon moment, elle a répondu à un vide politique alors que les Français n’avaient plus confiance en leurs hommes politiques et que l’on faisait face à une vraie crise du politique dans notre pays, toujours en vigueur d'ailleurs. Sa position extérieure lui a donné la chance de s’exprimer sans langue de bois, notamment grâce à son personnage hors norme.

Elle est devenue la figure majeure du mouvement, car elle a comblé un vide à droite alors que des tensions opposaient François Fillon et Jean-François Copé. Le fait que Frigide ne fasse pas partie du sérail politique l’a mis au-devant de la scène, devant Christine Boutin par exemple.

Ce qui est particulier dans ce mouvement, c’est qu’une cause très politique ait été portée par une personne médiatique et communicante plus écoutée même que les personnalités politiques. Cet aspect-là a renforcé le mouvement, l’a rendu plus abordable. Même si c’était un mouvement "d’antis", elle a réussi à le rendre festif.

Cependant Frigide Barjot, par sa position apolitique particulière, a trouvé les limites de son placement neutre au moment des débordements.

Thomas Guénolé : Son atout principal pour le mouvement c’est qu’elle cassait l'image peu engageante en terme de communication publique de la cathosphère, comme peut le représenter Ludovine de la Rochère. Cela permettait de présenter un visage sympathique, drôle et surtout maitrisant les codes de communication médiatique pour faire apparaitre le mouvement sous son meilleur jour. Frigide Barjot avait, par son propre vécu, un recul sur son engagement puisqu'elle n'a pas eu ces convictions-là toute sa vie. Ce qui rendait plus facile de savoir où s'arrêter. Par contre, des chefs de file comme Ludovine de la Rochère n'ont pas ce qu'on pourrait qualifier de "capital sympathie visuel" que pouvait avoir Barjot.

Sa façon de faire le show autour de la Manif pour tous a-t-elle contribué au succès des manifestations ? A contrario son personnage a-t-il pu décrédibiliser une partie du discours des opposants ?

François Belley : Frigide Barjot est une bonne cliente, elle clive : soit on adore, soit on déteste et on adore la détester. Son pseudo en lui-même annonce la couleur aux médias, elle est là pour donner du spectacle, des phrases marquantes, des images… les médias sont friands de ce côté show. Son style  détonnant en fait un vrai produit marketing, Frigide Barjot s’est imposée comme une marque de fabrique de la Manif pour tous : t-shirt roses, slogans, images… Elle a réussi à incarner ce pléonasme de "conservatisme cool".

Sa limite c’est sa dimension apolitique, car le mouvement a pris de facto une dimension politique avec l’UMP et les groupes d’extrême droite. Les gens avaient besoin de savoir où elle se positionne politiquement, quelle est sa ligne.

Thomas Guénolé : Frigide Barjot a eu deux problèmes : le grand écart entre son image publique adaptée aux médias pour présenter une image avantageuse du mouvement. Et d'autre part le fait que ce même visage soit en décalage avec le noyau dur des activités de la cathosphère, qui ne sont pas habitués à ce genre de "produit" qui manque de retenue.

Elle a aussi notamment été rapidement débordée par des activistes de la droite traditionaliste et de l'extrême droite traditionaliste. Ceux qui ont défilé dans la Manif pour tous avaient un message politique qui se limitait à "Non au mariage et non à l'adoption mais oui à une union des homosexuels". Après, la colonne vertébrale du mouvement est bien différente : constituée de la droite traditionaliste et de l'extrême droite traditionaliste. Si on comparait les opinions de ces chefs de file et des électeurs de droite sur la laicité, l'avortement, le divorce, les rôles de l'homme et de la femme, on aurait des surprises.

Lorsque les débordements ont commencé à être violents, Frigide Barjot a-t-elle suffisamment pris l'ampleur des conséquences ? A-t-elle une part de responsabilité dans la radicalisation du mouvement ?

Thomas Guénolé : Frigide Barjot a contribué, à un moment donné, à la radicalisation du mouvement en tenant un langage qui était davantage celui de la guerre civile plus que de la manifestation politique. On peut estimer que c'est une faute de préparation et de manque de maitrise des mouvements politique de rue, de l'inconséquence plutôt que mal intentionnée.

François Belley : Frigide Barjot est à l’initiative de ce mouvement, pourtant dès que les débordements ont commencés elle s’est mise à l’écart. Sa décision de ne pas aller à la manifestation du 26 mai est forte de sens en termes de communication, elle refuse d’être associée à des images négatives qui pourraient lui nuire. 

Cependant, elle n’a pas contribué à la radicalisation politique du mouvement, car elle-même connaissait les conséquences, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle s’est écartée du mouvement. Avec le recul, on peut dire qu’elle a été le moteur de l’ambiance festive du mouvement. Après, il y a des tactiques politiques qui s’opèrent qu’elle en contrôle pas.

Comment expliquer qu'une partie des opposants, notamment ceux qui veillent la nuit de façon pacifique, se soient désolidarisés du mouvement de la Manif pour tous ?

François Belley : Son succès s’est basé sur la notion de conservatisme cool, S’il n’y avait eu que Christine Boutin le mouvement n’aurait pas été aussi fort. On ne pouvait pas traiter Frigide Barjot d’homophobe. Son côté "gay friendly", a pu désolidariser une partie des opposants plus radicaux qui ne se retrouvaient dans le personnage de Frigide.

Quel bilan Frigide Barjot peut-elle tirer de ce passage médiatique très fort ? A-t-elle un avenir un politique ?

François Belley : Elle voudrait transformer ce coup médiatique en existence politique : transformer la Manif pour tous en avenir pour tous. Elle essaie d’utiliser sa force médiatique pour en faire une force politique, mais elle manque largement de crédibilité dans ce domaine. Ses soutiens sont peu nombreux dans le monde politique, car elle n’a pas le bagage suffisant, son historique est trop compliqué, ce n’est pas une femme politique au premier sens du terme. Son profil est trop hors des sentiers battus pour que son avenir en politique soit prometteur.

Thomas Guénolé : Elle a un capital médiatique. De là à en déduire un poids politique électoral, c'est autre chose. Christine Boutin, candidate en 2002 représentait 1% des voix. Cela dit , une candidature de droite traditionaliste au premier tour de l'élection présidentielle serait une bonne nouvelle pour l'UMP. La candidature de Philippe de Villiers en 1995 avait fait baisser le score de Jean-Marie Le Pen à 15 %, contre 17-18 % en 2002 sans lui. Ce serait donc une bonne chose pour la droite qu'il y ait une candidature séparée au premier tour.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (72)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 31/05/2013 - 22:59
L'erreur de l'athéisme
Merci ヒナゲシ
J'ai pris bonne note. Il est vrai que j'envisage de me mettre à la philo, mais avec un objectif unique : démonter les philos athées.
En gros, ce sont leurs prémisses qui sont fausses, et leurs conclusions ne tiennent absolument pas compte des contradictions soulevées. C'est pour moi évident !
Bon : c'était mon dernier baroud ici !
ヒナゲシ
- 31/05/2013 - 10:49
Tout est dit… (2/2)
Mais voici sans doute mon passage préféré :
 
« il serait certes très beau qu'il y eût un
Dieu créateur du monde et une Providence pleine
de bonté, un ordre moral de l'univers et une
vie future, mais il est cependant très curieux
que tout cela soit exactement ce que nous
pourrions nous souhaiter à nous-même.
Et il serait encore plus curieux que nos
ancêtres, qui étaient misérables, ignorants,
sans liberté, aient justement pu arriver à
résoudre toutes ces difficiles énigmes
de l'univers. »
 
Fermez le ban !
ヒナゲシ
- 31/05/2013 - 10:49
Tout est dit… (1/2)
Vous devriez lire ce court (75 pages), limpide et très accessible texte.
(Mais attention, vous risquez de tourner athée !)
 
Je ne résiste pas au plaisir de citer ce passage — toujours dans la même veine :

« On l'a souvent fait observer (…) : l'analogie
entre la religion et la névrose obsessionnelle
se retrouve jusque dans les détails, et bien
des particularités et des vicissitudes de la
formation des religions ne s'éclairent qu'au
jour de cette analogie.
En harmonie avec tout ceci est ce fait que le
vrai croyant se trouve à un haut degré à l'abri
du danger de certaines affections névrotiques ;
l'acceptation de la névrose universelle le
dispense de la tâche de se créer une
névrose personnelle. »
 
☤☤☤