En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

03.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 6 sec
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 39 min 38 sec
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 3 heures 13 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 3 heures 55 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 4 heures 25 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 7 heures 13 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 9 heures 29 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 9 heures 44 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 12 min 55 sec
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 2 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 3 heures 37 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 4 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 6 heures 5 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 9 heures 4 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 9 heures 43 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 10 heures 8 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 10 heures 41 min
© Flickr
En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière.
© Flickr
En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière.
Loi des séries

Tensions sur les différents modèles d’intégration européens : le cas scandinave

Publié le 27 mai 2013
Stockholm et sa banlieue ont connu la semaine dernière quatre nuits de violences. Les émeutes, d'abord confinées à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendues aux autres quartiers défavorisés et abritant une forte population d'immigrés.
François-Charles Mougel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François- Charles Mougel  est professeur des Universités d'Histoire contemporaine à Sciences-po Bordeaux. Il est l'auteur de L'Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours aux éditions Ellipses (2006) et de Histoire des relations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stockholm et sa banlieue ont connu la semaine dernière quatre nuits de violences. Les émeutes, d'abord confinées à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendues aux autres quartiers défavorisés et abritant une forte population d'immigrés.

Atlantico : En Suède, Stockholm et sa banlieue ont connu quatre nuits de violences la semaine dernière. Les incendies de voitures, dégradations et jets de pierre, d'abord confinés à Husby, un des quartiers pauvres de Stockholm, se sont étendus aux autres quartiers pauvres et abritant la plus forte concentration d'immigrés. Une partie de la presse met en cause l’échec du modèle d’intégration suédois. Quelles sont les spécificités de ce modèle et plus largement du modèle scandinave ?

Charles-François Mougel : Les grands principes du modèle d'intégration suédois ont été posés dès les années 1930. La Suède est une société égalitaire et elle vise à offrir à ses participants l'ensemble des bénéfices du Welfare state à l'anglaise (plein emploi, le maximum de sécurité sociale et des facteurs de progrès). 

La question est de savoir si ce modèle est tenable dans une société où le système économique ne permet plus à l'Etat d'assurer à tous les bienfaits qu'il avait promis. On constate un problème de solvabilité de ce modèle et sur le plan politique, il donne lieu à un problème de crédibilité.

Les caractéristiques du modèle suédois se retrouvent en Norvège, au Danemark, en Finlande et dans une certaine mesure en Islande. Aujourd’hui, le modèle scandinave n'arrive plus à être à la hauteur des exigences qu'il avait lui-même posées.

La France et la Grande-Bretagne ont également connu des émeutes. La situation dans les pays scandinaves est-elle comparable ?

Les émeutes qui ont eu lieu en Suède la semaine dernière ont provoqué un réel choc. La société suédoise est une société relativement paisible, même s'il y a des tensions sous-jacentes. La violence n'est pas en Suède un moyen d'expression normal. En France, nous avons une tradition de la manifestation et la violence fait partie de notre culture. 

En Suède, ces émeutes apparaissent comme un événement qui brise le consensus. Ne s'agit-il pas du résultat d'une vision trop positive de l'humanité ? Les Suédois pensent en effet que l'humanité est perfectible et que la notion de progrès est profondément ancrée en chacun d'entre-nous. Ils ne s'attendaient pas du tout à ce que le consensus soit rompu par des personnes qu'ils pensaient pouvoir intégrer à leur modèle. 

La France n'a pas cette attitude. Nous sommes principalement confrontés à une immigration liée à notre passé colonial. Nous avons un sentiment de culpabilité alors que pour les Scandinaves, l'accueil d'un étranger relève d'une position éthique. Notre sentiment à nous relève davantage de la repentance. Les Suédois ont donc le sentiment que leur modèle est contesté alors qu'ils ne sont pas responsables des causes de ces émeutes (même si bien sûr l'immigration n'explique pas à elle seule ces émeutes, elle n'est qu'un des facteurs). 

Les violences urbaines sont également dues au caractère plus inégalitaire de la société suédoise ces dernières années. Il s'agit peut-être là aussi d'un effet d'une politique de trop grand accueil. Il y a entre 10 et 15% de la population suédoise qui est d'origine étrangère. Ce niveau est extrêmement élevé parmi les sociétés européennes. 

Ces pays ont longtemps été réputés pour leur politique sociale et leur pacifisme. Est-ce un mythe ou une réalité ?

Il s'agit effectivement d'une société paisible mais pas d'une société prête à accepter n'importe quoi. La Suède n'est pas un pays qui accepte les menaces extérieures et pendant longtemps, une grosse part de son PIB a été consacrée à la Défense. 

Sur le plan intérieur, la société suédoise estime que les violences sous-jacentes doivent être résolues par une politique de consensus. Tout le monde doit faire un effort pour participer au bien-être collectif. C'est une société dans laquelle chacun doit faire l'effort d'affirmer ses positions, et d'accepter les positions de l'autre. Mais depuis les années 1930, un certain nombre de phénomènes montrent qu'il existe des tensions aussi bien à l’extrême gauche qu'à l'extrême droite. 

La tuerie d'Utoya en Norvège peut-elle être considérée comme le premier symptôme d'une crise plus  profonde du modèle scandinave ?

Les sociétés scandinaves connaissent effectivement des tensions. Au Danemark par exemple, on voit bien que les partis extrémistes de droite ont récolté de nombreuses voix lors des élections de 2011. Les forces dites du "progrès", qui sont en fait des forces d'extrême droite, réalisent des scores importants en Norvège. Idem pour l'Islande. La Finlande connait peut-être moins de tensions de ce type en raison de sa tradition de coalitions dites "arc-en-ciel".

Mais toutes les sociétés du Welfare state doivent être établies sur des compromis actifs et non pas passifs. Le modèle scandinave qui est solide montre bien que la démocratie, aussi bien au sens politique que socio-économique, se construit et n'est pas un acquis. Pendant longtemps, on identifiait peu de perdants au système suédois, maintenant ce n'est plus le cas et c'est le sens de ces manifestations. Les manifestants ont le sentiment de ne pas être considérés comme des égaux dans un système où la barre est très haute. On constate donc un phénomène de fracture potentielle, ce qui montre que rien n'est acquis et qu'il faut faire le maximum pour que cela fonctionne. 

Au début des années 1990, le pays a fait face, en même temps, à une grave crise économique et à l’afflux massif d’immigrés fuyant les guerres en ex-Yougoslavie et en Somalie. Les problèmes d’intégration en Suède sont-ils uniquement d’ordre sociaux ou également culturels ?

La politique d'immigration a toujours été voulue par les Suédois parce que cela correspond à leur éthique humanitaire, comme la plupart des pays scandinaves. Les pays nordiques consacrent d'ailleurs près de 1% de leur PIB à l'aide au développement, ce qui est considérable. 

L'accueil de ses étrangers, souvent persécutés dans leurs pays d'origines, correspond à une tradition d'accueil et de partage. Il y a, en Suède, des gens d'ex-Yougoslavie, du Proche Orient et des immigrés venant d'Asie. Mais dans une société qui a connu des difficultés économiques, le coût de l'intégration est important. D'autant plus que pour offrir à ces populations n'ayant pas forcément les codes d'une société très avancée les moyens de leur installation ou encore de leur éducation représente un coût important. 

A partir du moment où les Suédois ont commencé à connaitre des phénomènes de chômage et de crise du logement, ils ont reporté cela sur l'immigration. C'est une phénomène de bouc-émissaire où l'immigration devient un point de focalisation des difficultés du système suédois. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (38)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Kowalsky
- 31/05/2013 - 14:17
Nous donnons nous-mêmes le bâton pour nous faire battre
@chacal
D'accord avec ton analyse. J'ai un sentiment similaire. Il me semble que notre manie de nous excuser pour tout, cette façon de sur-valoriser les cultures du tiers-monde et de sous-valoriser la nôtre est la clef du problème. Même si la Suède n'a pas de passé colonial, elle a la même culture égalitariste, dans laquelle valoriser et défendre l'Occident est impensable. L'idée de base est que toutes les cultures se valent (sauf la nôtre qui est celle des oppresseurs) et que l'immigration est une chance POUR NOUS (pas pour les immigrés) d'intégrer des éléments de leur culture.
Il y a bien sûr des difficultés spécifiques à intégrer les immigrés musulmans, mais je crois que nous avons nous-mêmes préparé depuis des décennies le terrain pour ne pas être respectés.

Si notre attitude était au contraire celle d'une plus grande fierté vis à vis de notre culture et d'une fermeté sur la défense de nos règles et de nos valeurs, nous n'aurions sans doute pas ces problèmes.
chacal
- 28/05/2013 - 10:30
Et oui...
MAis ne France comme en Suède on croit toujours, dans les milieux bien pansant boboisants, que c'est la pauvreté qui est à l'origine de la violence/non intégration bref des problèmes.
J'ai la chance de beaucoup voyager, et j'ai été pas mal de temps au Quatar, aux EAU et à Oman. Et bien que ne me suis je pas esbaudi de voir des gens très très riches, cotoyer de l'immigration très très pauvre (indiens, pakistanais, asiatiques...), sans que cela ne provoque aucune violence ni émoi. Et des immigrés il y en a plus que des arabes de souche parfois. Et pourtant pas de violences urbaines, pas de vol dans les transports, pas d'agression même dans des ruelles ghettoisées... non des gens qui bossent beaucoup et qui sont contents car ils gagnent mieux que dans leur pays d'origine.

Alors pourquoi ces différences ? Religion ? Pas sur. Peut être qu'en France on se culpabilise trop et on donne trop. Les immigrés qui ne travaillent pas, pas trop de raison qu'ils restent ? Arr^^etons d'être la croix rouge mondiale, y a plus de lits, l'hôpital est saturé !!
gdv
- 28/05/2013 - 09:15
Quand aurons-nous le courage de dire la vérité ?
Globalement on n'intègre pas l'immigration d'origine Africaine, il y a bien sûr quelques exceptions qui confirme la règle mais dans l'ensemble c'est un combat (l'intégration) perdue d'avance.
Au mieux on corrompt la société en détruisant l'unité du lien social et le sentiment des populations d'appartenir au même ensemble.
Aujourd'hui la majorité des Français (européen) de souche ne se sente pas solidaire avec cette population d'origine Africaine, le reste c'est de la littérature Bisous nounours alimenté par tous ces biens pensants.