En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 33 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 7 heures 59 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 54 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 23 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 47 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 26 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 4 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 24 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 52 min
Trompe-l'oeil !

Rebond du moral des industriels : les explications

Publié le 26 mai 2013
Selon un rapport de l'Insee, le moral des industriel français a connu un regain au mois de mai. L'indicateur a augmenté de 4 points, passant de 88 en avril à 92 en mai. Et ce, alors même que la France est en récession.
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un rapport de l'Insee, le moral des industriel français a connu un regain au mois de mai. L'indicateur a augmenté de 4 points, passant de 88 en avril à 92 en mai. Et ce, alors même que la France est en récession.

La situation française présente un paradoxe. Alors que quatre grands paramètres sont hélas négativement connus et observés, on relève une légère hausse du moral des industriels en mai 2013.

Quatre facteurs ne peuvent inciter à l'optimisme :

- La consommation des ménages va être en berne du fait de la baisse ( de près de 1% ) du pouvoir d'achat et des futures incidences des hausses d'impôts à venir ( TVA en 2014 ). Le Président Hollande a été affirmatif quant à une stabilité des prélèvements sur les entreprises en 2014. Concernant les ménages, il est resté évasif lors de sa récente conférence de presse.

- Les partenaires européens de la France sont en récession ou en croissance tellement faibles que nous ne serons pas en mesure de tirer profit d'un éventuel rebond de nos exportations. C'est ainsi que les carnets de commande étrangers se sont détériorés ( de 26 en avril à 29 en mai ).

- L'investissement des entreprises demeure très limité et comme une récente étude de la COFACE l'a montré, les défaillances d'entreprises se multiplient et concernent des entreprises de taille unitaire plus importante que précédemment.

- L'UNEDIC vient, par ailleurs, de confirmer plusieurs études économiques parfaitement crédibles qui indiquent, de manière convergente, que le chômage va augmenter en 2013 mais aussi en 2014 de près de 190.000 personnes. Ceci est cohérent avec un fait hélas incontournable et socialement préjudiciable : en-dessous de 1,6 à 2% de croissance annuelle, la France détruit plus d'emplois qu'elle n'en crée. Autrement dit, 2014 et sa prévision sujette à caution de 1,2% de croissance ne nous préservera pas de plans sociaux et du chômage venu des sous-traitants par un ricochet évident.

En synthèse, nous sommes donc dans un pays où les moteurs de la croissance ( investissements, consommation, commerce extérieur ) sont à l'arrêt et ou le coût social de la crise ne cesse d'augmenter. Il faut en effet savoir que si près 25 à 30.000 chômeurs sont enregistrés en augmentation mensuelle, on dénombre près de 85.000 sorties mensuelles de tout système d'indemnisation. Ce qui reporte cette charge sur l'Etat et les collectivités locales notamment via l'explosion du nombre d'allocataires du RSA.

Face à ce constat sombre mais lucide, comment expliquer le léger rebond du moral des industriels ?

Premier motif, les responsables de l'industrie manufacturière estiment que leur activité passée est nettement mieux orientée et que leurs perspectives générales de production sont désormais un peu moins dégradées que dans les deux derniers mois précédents.

Deuxième motif, il y a un décalage entre les carnets de commandes globaux de plusieurs secteurs importants ( automobile, pharmacie, industries agro-alimentaires, etc ) qui sont inscrits et perçus comme stagnants ou en recul et les perspectives d'ensemble de l'économie notamment grâce au secteur des autres matériels de transport. Ainsi, le marasme semble continuer mais Airbus et quelques autres leaders viennent sauver le tableau général. Dès lors, les carnets de commande globaux présentent une amélioration : de 40 en avril à 33 en mai.

Troisième motif, l'enquête porte sur l'appréciation du climat des affaires. Or chacun aura pris soin de noter une inflexion – au moins dans le discours – de l'Exécutif face au monde de l'entreprise. On crie moins " haro sur le baudet " ou sur les rémunérations des mandataires sociaux : le ministre Moscovici vient d'ailleurs de s'engager à ne pas les plafonner par la loi en attendant une autorégulation professionnelle à bâtir après l'été avec le nouveau responsable du Medef. De même une sorte de " calinothérapie " a eu lieu de la part du Président de la République lors de sa présence et de ses propos aux Assises de l'entreprenariat tenues le 29 avril dernier. Ces paramètres ont nécessairement joué favorablement sur le moral des industriels ainsi que deux autres paramètres très attendus du monde productif. D'une part, la mise en œuvre de la bourse dédiée aux PME et aux ETI. D'autre part, une orientation ( à définir ) d'une partie des fonds de l'assurance-vie vers le financement des PME en complément de la création du PEA ( Plan d'épargne en actions ) ouverts aux titres de capital des PME.

Quatrième motif, les responsables de terrain – notamment les experts-comptables – sont encore divisés sur l'impact exact du CICE ( Crédit d'impôt compétitivité emploi ) qui demeure d'un maniement délicat. De même, l'attentisme prédomine quant au choc de simplification annoncé par François Hollande lors de son interview du 28 mars dernier. Cela étant, ce sont deux éléments qui peuvent contribuer à faire osciller le moral des industriels. Osciller mais pas bouleverser car comme l'indique le graphique, l'indicateur synthétique du climat des affaires dans l'industrie n'a progressé que de 4 points à 92 en mai contre 88 en avril. Il faut raison garder et comparer ce chiffre avec les niveaux de 2011 ( en moyenne autour de 110 ) ou même de 2012 ( en moyenne autour de 96 ).

Pour conclure, nous pourrions rappeler qu'une hirondelle ne fait pas le printemps et qu'en même temps, il vaut mieux une amélioration qu'une dégradation. Evidemment.

Toutefois, pour être précis et dépasser ce lieu commun, trois observations s'imposent. Les chiffres du chômage sont tangibles et hélas clairement numériques. Ici nous sommes en face de chiffres de perception voire d'humeur ce qui n'a pas, en économie, la même valeur.

Deuxième observation, les plans sociaux annoncés au mois de mai ont concerné plusieurs banques et il se murmure, dans les milieux dits autorisés, que le tertiaire va lui aussi être affecté par un mouvement récessif d'emplois. Ceci ne peut ressortir d'un échantillon manufacturier qui ne représente pas 30% de l'emploi de notre pays ( emplois induits inclus ).

Troisième information, toutes les études démontrent la crainte des industriels sur leur trésorerie du fait de l'élévation du risque d'impayés et du fait de l'importance du crédit inter-entreprises qui représente la somme impressionnante de 500 milliards d'euros au sein desquels un tiers voit des entreprises ne pas respecter les obligations de délais de paiement posés par la loi LME.

Le moral des industriels frémit : tant mieux. Puisse leur trésorerie ne pas les faire frémir du fait de l'effet-domino des défaillances d'entreprises que plusieurs économistes et instituts de conjoncture envisagent avec gravité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
la saucisse intello
- 26/05/2013 - 20:15
Donc, si j'ai bien compris....
le sous-marin "FRANCE" a été touché par un wagon de mines A.S.M. Il s'enfonce en s'approchant de plus en plus dangereusement de sa "profondeur d'écrasement" et là, tout-à-coup, miracle : La vitesse de descente ralentit. Certes on descend toujours...mais moins vite. Tant mieux, l'équipage aura plus de temps pour entendre craquer les premiers cordons de soudure de la coque et voir exploser les vannes de purge. Mais pendant ce temps, on descend TOUJOURS.
Gégé Foufou
- 26/05/2013 - 11:43
Clair comme du jus de chique
Cet article me fait penser à notre Président, tout par en couille mais le moral des entrepreneurs est au beau fixe.
French paradoxe dites vous ?