En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 4 heures 36 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 7 heures 1 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 8 heures 15 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 10 heures 52 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 11 heures 50 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 12 heures 35 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 13 heures 6 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 13 heures 30 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 14 heures 5 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 7 heures 26 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 9 heures 27 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 12 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 12 heures 51 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 14 heures 5 min
Jobasutra

1 Français sur 3 avoue s’y être adonné : mais le sexe au (et sur) le bureau est-il vraiment une bonne idée ?

Publié le 16 mai 2013
Selon une étude Terrafemina sur le "Jobasutra", plus d'un Français sur trois aurait déjà eu une aventure sexuelle dans le cadre professionnel.
Marc Dannam
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Dannam est journaliste et écrivain érotique français, il est le directeur de la collection Osez. Il a notamment écrit Osez faire l'amour partout sauf dans un lit, Osez vivre nu, Osez faire l'amour à 2,3,4, et Osez le sexe écolo.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude Terrafemina sur le "Jobasutra", plus d'un Français sur trois aurait déjà eu une aventure sexuelle dans le cadre professionnel.
 Atlantico : Un récent sondage sur le "Jobasutra", c'est à dire coucher avec un ou une de ses collègues dans les locaux, montre qu'un Français sur trois a déjà pratiqué le sexe au bureau. Globalement, le sexe au travail est-il plutôt une bonne idée pour sa vie professionnelle ? 
 

Marc Dannam : C'est le danger absolu. La probabilité de se faire prendre est bien réelle. Les bureaux ne sont pas faits pour ça, il y a en permanence du monde qui va et vient dans les couloirs, on n'est tranquille nulle part ou presque. Et en cas de flagrant délit, les conséquences peuvent être graves - on a beau tourner la situation dans tous les sens, c'est bien une faute... En revanche, il peut aussi y avoir, professionnellement, des avantages à faire l'amour avec ses collègues, ça crée des liens, qui peuvent se poursuivre après des la fin de l'étreinte par la création de binômes efficaces.

Mais il faut rappeler que "coucher pour réussir" et le harcèlement sexuel n'entrent pas dans notre champs d'étude, nous ne parlons que relations sexuelles fondées sur la recherche du plaisir.

Y a-t-il des types de partenaires à éviter pour avoir une relation sexuelle au bureau ?

Ses subordonnés, ses supérieurs, ses concurrents, mais aussi les indiscrets, les jaloux, les pervers, les trop exubérants, les désespérés... La liste est longue. Le problème de l'amour au bureau étant qu'il se passe dans un univers clos. On  va rencontrer à chaque détour de couloir la personne avec qui on couche, tout se sait ou tout se saura, en particulier si votre amant ou votre maîtresse vous fait la tête chaque fois que vous souriez à un autre membre du personnel. Il faut également éviter subordonnés et supérieurs pour éviter que les rapports intimes soient perturbés par d'autres types de rapports.

Quelles sont les techniques à appliquer si l'on veut ne pas se faire surprendre par ses collègues ?

Connaître par cœur le plan de son entreprise, en trouvant par exemple un prétexte pour la visiter de fonds en combles, participer à la commission de sécurité par exemple, en repérant les locaux idéals pour accueillir vos ébats, local d'archives, fournitures, recoins
oubliés... Et avoir un prétexte pour en avoir la clé.

Il faut ensuite jouer les horaires décalés, "travailler tard au bureau" ou pendant les pauses, en n'oubliant pas que les services de nettoyage débarquent à l'heure où s'en vont vos collègues, ou qu'il y a toujours une ou deux personnes qui ne vont pas déjeuner au prétexte qu’ils sont au régime ou en retard dans leur travail. Il faut surtout être discrets… L’orgasme tonitruant, avec râles de plaisir allant crescendo, ce sera pour une prochaine après-midi à l’hôtel.

Quels sont les endroits stratégiques qui sont le plus adéquats pour pratiquer le Jobasutra  ?

L'idéal n'est pas de ce monde. Sauf si on dispose d'un grand bureau, équipé d'un beau canapé destiné aux invités de marque et que ce petit
nid douillet ferme à clé. Sinon, il faudra apprendre à faire l’amour debout, dos au mur, jupe relevée, dans un endroit sombre qu’il faudra sans doute quitter précipitamment à la première alerte.

Si une relation vient à s'interrompre, comment gérer l'après dans le cadre professionnel ?

Et voilà bien l'écueil le plus difficile à éviter. Une relation sexuelle crée de l'intimité, de la complicité. Si les deux partenaires sont d'accord pour n'y voir qu'une forme de détente, la fin de l'aventure sera sans danger. Les deux ex amants se feront des sourires entendus à la machine à café et tout ira bien. En revanche, si le flirt se transforme en histoire d'amour, la rupture risque d'avoir des conséquences ingérables pour deux personnes qui se croisent quotidiennement, qui peuvent avoir des rapports hiérarchiques ou des conflits d'ambition. Si l'un des deux ex-partenaires s’estime blessé ou trompé, il peut vite rendre la vie impossible à son ex. C'est bien l'un des plus grands dangers de l'amour au bureau, la fin ! Si la cause d'un conflit devenu ouvert entre deux membres du personnel est révélée au grand jour le risque de sanctions, de mutations et pire encore devient bien réel. Il faut donc anticiper la fin, ou ne pas commencer. Mais quel dommage, c'était si bon...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mich2pains
- 16/05/2013 - 10:27
Au train où va la France .....
Aujourd'hui , on peut encore prétendre " qu' 1/3 aurait eu des relations sexuelles au TRAVAIL " ...
D'ici peu , les mêmes statistiques s''entendront " ....en faisant la queue à Popol-Emploi ....