En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

03.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

Quand Jean-Pierre Descombes chantait pour Maître Capello

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 11 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 7 heures 36 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 11 heures 23 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 12 heures 31 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 12 heures 45 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 13 heures 28 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 7 heures 41 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 11 heures 51 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 13 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 3 heures
© Reuters
Le nouveau paradigme consiste à dire que l’influence de l’homme sur son environnement est proportionnelle à sa population totale.
© Reuters
Le nouveau paradigme consiste à dire que l’influence de l’homme sur son environnement est proportionnelle à sa population totale.
Evolution

Pourquoi penser que l'impact de l'homme sur la planète date de l'âge industriel est une erreur d'optique fondamentale

Publié le 14 mai 2013
Avec Erle Ellis
Une équipe de chercheurs américains a récemment mis avant le fait que l'influence de l'homme sur son environnement remonte à bien plus longtemps qu'on ne le pense. L'ère industrielle ne serait en fait que le prolongement d'un ouvrage commencé il y a plus de 3000 ans.
Erle Ellis est Docteur en Géographie et systèmes environnementaux à l’Université du maryland, où il enseigne les sciences environnementales, l’Ecologie du paysage et la Biogéochimie. Il est l’un des auteurs de l’étude Used Planet, A global History.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erle Ellis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erle Ellis est Docteur en Géographie et systèmes environnementaux à l’Université du maryland, où il enseigne les sciences environnementales, l’Ecologie du paysage et la Biogéochimie. Il est l’un des auteurs de l’étude Used Planet, A global History.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une équipe de chercheurs américains a récemment mis avant le fait que l'influence de l'homme sur son environnement remonte à bien plus longtemps qu'on ne le pense. L'ère industrielle ne serait en fait que le prolongement d'un ouvrage commencé il y a plus de 3000 ans.
Avec Erle Ellis

Atlantico : Dans une récente étude, Used Planet, a global history, à laquelle vous avez pris part, vous soutenez que l’Anthropocène, époque à partir de laquelle les activités humaines ont eu un impact sur nos écosystèmes, a commencé bien avant l’âge industriel. Comment expliquez-vous que l’homme ait pu « modifier de manière significative et à l’échelle mondiale la biosphère il y a 3000 ans ou plus » ?

Erle Ellis : Si l’on se réfère aux scenarii historiques les plus plausibles de l’exploitation de la terre par l’homme au cours des 8000 dernières années, on constate effectivement que celui-ci a déjà commencé à modifier en profondeur la biosphère terrestre il y a de cela au moins 3000 ans.

Les populations peu nombreuses du début de l’ère humaine ont eu une influence bien plus grande que ce que l’on pensait, car elles n’avaient aucune raison d’appliquer des logiques productivistes à leur environnement. La façon la plus simple de subvenir à ses besoins était encore de chasser et cueillir ce qui pouvait l’être. Ayant considérablement réduit leurs sources de nourriture (gibier et plantes), ils ont mis en place des méthodes de chasse et de cueillette toujours plus sophistiquées, avec un impact sur la nature de plus en plus marqué.

Les populations s’agrandissant et entrant en concurrence, elles apprirent à brûler des forêts pour améliorer le rendement de la chasse et de la cueillette. Une fois que cela n’était plus adapté au nombre de personnes à nourrir, on a domestiqué les végétaux, appris à labourer le sol, irriguer, fertiliser, etc. Pour subvenir aux besoins d’une population donnée, les hommes exploitaient des parcelles bien plus grandes que par la suite. Au fur et à mesure que les populations augmentaient en nombre, l’exploitation du sol devenait de plus en plus efficace, permettant ainsi de nourrir plus de personnes avec la même surface de terrain. Ce processus est généralement appelé « intensification de l’utilisation des sols » : les populations anciennes utilisaient plus de terres par personne que les suivantes. Cette tendance s’observe de manière empirique et constitue un paradigme largement accepté dans tous les domaines rattachés à l’agriculture : histoire, archéologie, géographie, etc.

En revanche, cette idée est nouvelle pour qui veut comprendre les changements planétaires. Le nouveau paradigme consiste donc à dire que l’influence de l’homme sur son environnement est proportionnelle à sa population totale. Il est pour l’instant impossible de comprendre comment si peu de personnes ont pu, par le passé, exploiter autant de terres à elles seules, mais les données dont nous disposons font de cette évolution historique la théorie la plus plausible.

L’agriculture intensive est souvent perçue comme un phénomène récent qui remonterait à quelques siècles. L’être humain a-t-il toujours cherché à dépasser les limites de son environnement ?

L’agriculture intensive est une expression toute relative. En continu sur toute l’année, elle sera plus intensive qu’en rotation (avec système de jachère) ; de même, cultiver la terre avec des fertilisants et de l’irrigation (deux pratiques très anciennes) est plus intensif que sans. Par exemple, on constate que le recours à l’irrigation remonte dans certaines régions à au moins 8000 ans, notamment en Perse.

Quels sont les meilleurs exemples de l'influence passée des hommes sur les paysages, et par là même sur les écosystèmes ?

A l’âge du Pléistocène, l’homme a provoqué l’extinction de la mégafaune (Mammouths, mastodontes, etc.) sur plusieurs continents. Des régions boisées et d’autres biomes (unité écologique de très vaste étendue, recouvrant une fraction d’un ou de plusieurs continents et caractérisée par un ensemble d’espèces végétales et animales qui lui sont spécifiques, ndlr) ont ainsi vu leur structure profondément modifiée. Au-delà de la simple altération de la biodiversité, les extinctions anthropogéniques ont eu beaucoup de conséquences durables, notamment en altérant les flux de carbone et de nitrogène. Les feux de défrichage ont créé de nouveaux écosystèmes traversant des continents entiers. Cette pratique s’est maintenue pendant longtemps dans certaines régions, avec des effets non négligeables.

Les hommes déplacent les espèces animales et végétales depuis extrêmement longtemps, et pas seulement via la domestication et la mise en culture. L’introduction d’espèces exotiques remonte à très longtemps, avec à la clé, très souvent, des effets importants sur la structure et le fonctionnement de la biodiversité et de l’écosystème. Le labourage a, par exemple, des effets à long terme sur les sols et sur la végétation qui repousse après la fin de l’exploitation de la terre. Les effets de l’agriculture romaine, par exemple, sont encore mesurables sur les sols qui ont depuis été recouverts pas les forêts.

Diriez-vous de notre civilisation, basée sur l'utilisation des énergies fossiles, qu’elle est le résultat d'un développement logique allant de la période pré-humaine à l'ère industrielle ? 

L’utilisation des énergies fossiles a rendu possibles bien des choses (transport rapide des personnes et du matériel, synthèse massive de nitrogène pour les fertilisants…) et optimisé notre capacité à effectuer des tâches très anciennes (labourage, barrages, fabrication de l'acier et du béton…) avec moins de main d’œuvre. Le niveau d’influence des activités humaines a été rehaussé par notre capacité à exploiter de grandes quantités d’énergie pour effectuer ces tâches à la demande. La population mondiale a augmenté très rapidement sur cette même période, en grande partie grâce à ces nouvelles capacités. Mais je ne pense pas que l’activité industrielle, ou même l’utilisation d’énergie fossile représente une « rupture réelle entre un âge naturel et un âge industriel ».

L’évidence est telle qu’on ne peut nier qu’une croissance sans précédent de la population et de l’influence humaine est intervenue ces deux derniers siècles. Néanmoins, la capacité et la volonté qu’ont les hommes à modifier la planète  s’inscrit dans un processus à très long terme. Les caractéristiques spectaculaires et sans précédent de notre temps ont été rendues possibles par les innombrables générations d’innovateurs et de transformateurs de la Terre qui nous ont précédés.


Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

03.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

07.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

01.

Quand Jean-Pierre Descombes chantait pour Maître Capello

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Elon Musk : un visionnaire qui a décidé de bouleverser le monde de l’automobile

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LILLBee
- 17/05/2013 - 00:16
Surprise!
Où est donc passé l'astéroïde dont l'impact est généralement reconnu comme étant la cause de la disparition des dinosaures et autres grandes espèces?
Par ailleurs il devient clair que la dernière chose qui fait rêver l'homme en grand est l'Espace. Mais avant d'emménager sur une autre planète viable un jour peut-être, il faudrait rendre la Terre un minimum propre. On en est au stade de l'auto-destruction: pollutions terrestre par quantités de décharges et produits chimiques (plus d'abeilles plus de nourriture par exemple), des airs (maladies chroniques), mort de larges zones de fonds marins, atmosphère de moins en moins filtrante par perte de l'ozone... Bref on déménagerait si on était encore là...
Ilmryn
- 15/05/2013 - 03:16
@Claudec
Claudec - "En conséquence, le seul combat humaniste qui vaille consiste à limiter la population, pour la ramener à des dimensions compatibles avec son habitat."
.
Ce qui est le cas naturellement dans les pays qui ont atteint un bon niveau de vie. (Hors flux migratoire nous avons une population déclinante)
.
Le seul combat qui vaille pour l'homme et la planète c'est celui de la liberté qui amène la prospérité, une meilleures utilisation des ressources, un environnement plus propre et une réduction naturelle de la population.
.
Sinon vous devez forcer la limitation par la coercition, la guerre, ou l'élimination directe, on a vu mieux dans le genre "humaniste".
Quid Novi
- 14/05/2013 - 20:27
encore une fois
et alors ?
bel article mais, tout organisme impacte son environnement.
Le débat lancé il y a quelques années par les partis totalitaires, pardon, écologistes, n'est que fumisterie.
La grande mode étant de dire "quelle planète vais je laisser à mes enfants", ce à quoi je rétorque : quels enfants sommes nous en train de laisser à la planète ?
La vie trouve toujours son chemin, ce d'autant qu'elle s'exprime librement et non pas sous la férule d'esprits partisans tout autant qu'illégitimes.
La pire chose qui soit arrivé à l'homme et à la nature, ce sont les écologistes, ces gens (je mesure le terme) portent en eux le germe de l’anéantissement de la race humaine.