En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 14 heures 16 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 18 heures 49 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 19 heures 8 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 7 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 9 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 14 heures 22 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 18 heures 10 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 18 heures 32 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 19 heures 20 sec
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 19 heures 15 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 19 heures 46 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 10 heures
Provocation

Du sens de l’État au sens de l’éclat

Publié le 08 avril 2011
Comme l’atteste la dernière polémique autour de Claude Guéant, la campagne présidentielle de 2012 devrait être marquée par des coups d’éclat à répétition. Pour exister politiquement dans le paysage médiatique actuel, un seul maître-mot : pro-vo-quer.
Christophe Prochasson est historien et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).Derniers ouvrages parus : L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée (Demopolis, 2008), 14-18. Retours d’ expérience  (Tallandier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Prochasson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Prochasson est historien et directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).Derniers ouvrages parus : L’empire des émotions. Les historiens dans la mêlée (Demopolis, 2008), 14-18. Retours d’ expérience  (Tallandier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme l’atteste la dernière polémique autour de Claude Guéant, la campagne présidentielle de 2012 devrait être marquée par des coups d’éclat à répétition. Pour exister politiquement dans le paysage médiatique actuel, un seul maître-mot : pro-vo-quer.

A qui observe notre démocratie dans la durée, cette dernière apparaît aujourd’hui tout à la fois comme plus policée, et davantage brutalisée par des prurits discursifs dont certains membres de la classe politique se sont fait comme une spécialité. Que peut devenir la démocratie lorsque l’ordre du discours est soumis à ce point aux contraintes du jeu communicationnel et aux rapports de force que celui-ci produit ?

Il n’est que de s’arrêter aux dernières saillies du ministre de l’intérieur Claude Guéant, l’une visant l’Islam, l’autre l’immigration, pour s’inquiéter de la confusion grandissante entre provocation calculée et liberté d’expression. Un certain anticonformisme bien-pensant, fier de son « politiquement incorrect », prend aujourd’hui le risque de cousiner avec les idéologies les plus abjectes.

La provocation en politique n’est plus l’apanage des extrêmes

Longtemps, ce fut aux extrêmes que se laissaient entendre coups de gueules et provocations, inhérents aux postures maximalistes des forces politiques remplissant la fonction tribunicienne réservée aux représentants des prétendus sans voix. Quand on parle au nom du peuple (à l’extrême droite) ou de la classe ouvrière (à l’extrême gauche), il convient de ne pas prendre de gants. La vérité n’est pas toujours aimable, elle est souvent épineuse. Ici, on ne s’embarrasse pas de nuances.

Citons, par exemple : le tonitruant « anti-patrie » Gustave Hervé, avant 1914, les diatribes émanant des rangs fascistes ou nazis dans l’entre-deux-guerres, les agressions verbales des poujadistes des années 1950, voire celles du secrétaire général du Parti communiste français, Georges Marchais, dans les années 1970. Tous composent un répertoire presque convenu de l’action politique.

Il en va sensiblement différemment depuis une trentaine d’années. Certes, Jean-Marie Le Pen naguère, Marine aujourd’hui, cultivent l’un et l’autre ce style historique propre aux extrêmes en démocratie. Encore le font-ils avec un souci au moins aussi tactique qu’idéologique. Il s’agit de se faire entendre, quand le silence et l’oubli menacent : taper du poing sur la table pour réveiller les énergies assoupies.

Mais cette façon de faire de la politique n’est plus le monopole de ces sensibilités. Ces mauvaises manières ont fait florès chez de plus modérés. Voyez Nicolas Sarkozy, un des maîtres du genre, voyez son alter ego, Ségolène Royal, voyez aussi le regretté Georges Frêche qui en avait fait son fonds de commerce avec un succès peu contestable et dont le film d’Yves Jeuland Le Président donne un aperçu vertigineux. Il serait facile de multiplier les exemples ad nauseam.

L’abondance de l’offre médiatique en question ?

Comment rendre compte de pareilles dérives qui ôtent à la démocratie l’une de ses principales propriétés : le respect d’autrui ? L’abondance de l’offre médiatique en est sans doute l’une des causes. Par quel moyen se faire entendre dans le bruit assourdissant émanant de télévisions, radios, journaux et sites web d’information où tout se confond et se chevauche ? Crier plus fort que tous les autres ? Oui, mais avec d’autres mots, ceux qui tranchent, qui blessent et qui cognent.

L’uniformisation médiatique qu’il faut bien briser pour se faire entendre est en phase avec l’indistinction idéologique qui rend la vie politique si grise depuis trois décennies. Mettre de la couleur est devenue l’urgence qui hante tous les prétendants aux trônes, petits et grands. Faire un coup d’éclat tient désormais lieu de coup d’État. Ce qu’on ne pourra tout à fait regretter, il est vrai, quitte à ce que notre vie politique y perde un peu de sérieux et même de dignité. En contrepartie aussi, le sens de l’éclat semble l’emporter sur celui de l’État.

Reste à examiner la responsabilité de la classe politique elle-même, ses valeurs morales comme ses compétences, dans ce processus visant à institutionnaliser la provocation. Non qu’il faille la considérer, comme il fait bon parfois de le faire, comme un groupe composé de personnalités médiocres. Mais l’on est néanmoins en droit de s’inquiéter face à un cynisme politique croissant qui conduit à tout brûler sur l’autel de l’efficacité. La provocation devient ainsi comme une pratique naturelle et nécessaire de la politique. Paris vaut bien une messe, fût-elle noire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

02.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

03.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

04.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

05.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

06.

Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff

07.

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NOVY12
- 09/04/2011 - 07:37
@bleuocéan 123
Vous n'allez tout de même pas nous faire un copié collé de votre tract
cégétiste sur chaque blog !!!!!
DEL
- 08/04/2011 - 14:35
L'arbre qui cache la forêt...
Les invectives, les injures et les dénonciations n'ont jamais fait une politique: elles servent au contraire à masquer un vide politique. ce gouvernement et son premier chef manquent totalement d'envergure et ils n'ont plus rien à faire qu'à essayer de masquer leur vacuité politique. Ils méritent la défaite...
slavkov
- 08/04/2011 - 11:26
français oubliés ...
... et c'est surtout ne vouloir tenir compte de la volonté des peuples que si ça nous arrange ...