En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

03.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Macron skie français

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

05.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

06.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 7 min 2 sec
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 26 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 48 min 2 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 1 heure 2 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 30 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 4 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 4 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 31 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 16 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 44 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 50 min 43 sec
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 1 heure 22 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 2 heures 25 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 4 heures 3 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 31 min
© Reuters
François Fillon a déclaré "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017.
© Reuters
François Fillon a déclaré "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017.
Déterminé

Fillon "candidat quoi qu'il arrive" en 2017 : dans sa guerre contre Sarkozy et Copé, il choisit une stratégie d’occupation de terrain

Publié le 10 mai 2013
Candidat en 2017 "quoi qu'il arrive": par ces mots, prononcés jeudi à Tokyo, François Fillon a marqué sa "détermination" à être candidat à l'élection présidentielle, semblant ainsi écarter un retour de Nicolas Sarkozy.
Carole Barjon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe à la rubrique politique, chargée de l’Elysée et de la droite au Nouvel Observateur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidat en 2017 "quoi qu'il arrive": par ces mots, prononcés jeudi à Tokyo, François Fillon a marqué sa "détermination" à être candidat à l'élection présidentielle, semblant ainsi écarter un retour de Nicolas Sarkozy.

Atlantico : Comment interpréter la décision de François Fillon qui déclare "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017 alors même qu’il semblait s’être mis d’accord récemment avec Jean-François Copé sur l’organisation de primaires ?

Carole Barjon : Ce n'est pas une nouveauté. En effet, je rappelle qu’il l’avait déjà dit dans notre livre Le coup monté avec Bruno Jeudy. Il disait même d’ailleurs que, le cas échéant, il pourrait être candidat en dehors de l’UMP.  Mais de toute manière rien ne semble totalement acté. Le conseil national de l’UMP n’a toujours pas officialisé une éventuelle primaire pour l’élection présidentielle. C’est vrai que, a priori, cela apparaît contre l’idée de se présenter dans le cadre d’une primaire. Mais c’est peut-être pour lui une manière de se prémunir si jamais les primaires de 2016 ne devaient pas avoir lieu. C’est donc effectivement une manière de dire qu’il sera présent "quoi qu’il arrive". Mais cela peut aussi être interpréter comme sa manière de faire pression pour que ces primaires se déroulent bel et bien. De faire en sorte que l’esquisse de l’accord qui semble se dessiner entre lui et Jean-François Copé se concrétise. Ce serait une manière de faire pression sur Copé en lui montrant qu’il ne lâchera rien.

Mais pourquoi avoir fait cette annonce à ce moment-là et pourquoi depuis l’étranger ? Est-ce que François Fillon a joué avec le timing de la diffusion hier du documentaire de Franz-Olivier Giesbert dans lequel il écorne quelque peu l’image de Nicolas Sarkozy ?

A la limite peu importe les circonstances exactes, le lieu, etc. Je pense qu’il a simplement et sincèrement répondu à une question qui lui était posée. L'important c'est que cela correspond au fond de sa pensée. Après qu’il se déclare comme cela au Japon, effectivement cela peut sembler un peu particulier. Mais je le répète : je pense qu’avant toute chose il a répondu à une question, dans le cadre d’une conversation, qu’elle soit informelle ou non. Mais là encore j’insiste, ce n’est pas nouveau. Il avait déjà exprimé une telle envie dans notre livre. Quant au timing avec le documentaire de FOG, très honnêtement je ne suis pas sûre que cela joue dans sa prise de parole. En effet, par définition quand vous êtes au Japon, vous n’êtes pas "branché" au jour près sur les programmes télévisés. Même s’ils sont décidés plusieurs semaines à l’avance.

Mais globalement ce qui me semble important c’est que nous sommes actuellement dans une période, un peu longue, qui s’étire sur plusieurs semaines voire plusieurs mois, de post-crise avec Copé. On sait parfaitement que depuis le 17 décembre dernier, lorsqu’ils ont signé cet accord de sortie de crise avec les engagements pour une direction provisoire et les nouveaux statuts et surtout l’écriture d’un article sur l’organisation de primaires en 2016, que tous les deux cherchent à apaiser le mouvement tout en essayant d’exister, chacun de leur côté, médiatiquement. Et cette déclaration doit s’insérer dans cette période post-crise. Ce qu’il a dit correspond à son état d’esprit sur cette période qui s’étire depuis six mois. Et dans toute cette période, on est effectivement dans un François Fillon qui ne cache pas qu’il veut être candidat en 2017 et qu’il en prendra les moyens. Le fond du message est là.

A la lumière des récents sondages qui donnent Nicolas Sarkozy en tête au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 et favori chez les sympathisants UMP, quelle peut-être la stratégie de François Fillon ?

Ce qui est tout à fait clair, et que nous évoquions déjà dans notre livre avec Bruno Jeudy, c’est que la rupture avec Sarkozy a commencé. Par exemple il a déjà expliqué par le passé que Sarkozy ne reviendrait pas. Il est convaincu pour plusieurs raisons que Sarkozy ne peut pas revenir.  Il dit dans un premier temps que cela ne s’est jamais fait. Ensuite, il affirme à l’encontre de Sarkozy : "on ne peut pas être et avoir été". Il n’envisage ainsi pas une seule seconde son retour. Il pense qu’il ne pourra pas revenir. Pas seulement d’ailleurs à cause des affaires, comme sa formule le montre. Il ne tient en aucun cas compte d’un empêchement à cause d’une éventuelle affaire. Pas du tout. Il est certain que lorsqu’"on a été", on ne peut pas être une deuxième fois parce que les Français tournent la page.

De toute manière si Fillon a réellement l’intention de se présenter en 2017, il se doit d’occuper la place dès à présent. En effet, il existe chez la majorité des militants et des sympathisants UMP, et les sondages le montrent, une nostalgie de Sarkozy. Par rapport à cela, il est très important que Fillon se positionne pour ne pas laisser s’accroître et s’amplifier cette nostalgie. Il faut qu’il montre qu’il est présent et qu’il peut apporter plus s’il est en mesure de le faire.

Et face à Copé ? Sa sortie assez offensive du jour est-elle symbolique du rapport de force qu’il veut imposer ?

Sa stratégie ne va pas nécessairement être d’attaque. C’est une stratégie d’occupation du terrain. En effet, récemment Jean-François Copé a expliqué penser à la primaire de 2017 ou de 2022. Cela veut donc dire que celui-ci, pour des raisons qui lui sont propres, a fait l’analyse qu’il n’était peut-être pas suffisamment prêt pour 2017. En tout cas le fait qu’il évoque 2022 n’a pas échappé à François Fillon qui insiste donc sur sa propre candidature. Pour cela rien de mieux que l’occupation du terrain. C’est parfaitement logique lorsqu’on veut être candidat. Il faut le dire suffisamment à l’avance pour que vos concurrents éventuels soient plus prudents voire empêchés du fait de votre présence médiatique. Ainsi, quelqu’un qui s’annoncerait derrière serait considéré comme le "diviseur". C’est souvent intéressant d’être le premier à occuper la place. Fillon ne fait qu’appliquer une stratégie naturelle et assez classique en politique.

De plus, quand on est candidat à l’élection suprême ce n’est pas seulement pour passer un message au milieu politique et aux éventuels concurrents. Il faut avant tout faire passer un message aux Français. De ce point de vue-là, lors de ce week-end de l’Ascension, avec cette semaine très particulière d’un double pont, qui fait que les Français sont en vacances pendant cinq jours et qui est donc une période creuse en actualités, le message passé par Fillon a plus de facilité à être relayé. On est en effet certain que sa parole va être très entendue et très reprise dans les médias. Et donc de toucher de ce fait encore plus les Français. Cela fait le buzz.

Je ne pense pas de toute manière que cette déclaration soit de nature à embellir ou abîmer son image. Je pense que ce sont plus des prises de position sur certains sujets préoccupants qui ont impact sur comment les Français vont le percevoir.

 Propos recueillis par Maxime Ricard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sam84
- 11/05/2013 - 08:45
Les merdias cherche a nous fabriquer l'homme providentiel
Après l'agité on nous a vendu le mou et maintenant l'ectoplasme au secours
marie
- 11/05/2013 - 07:19
fillion ou courage fuyons
fillion c'est delors, roccard enfin que s de gens qui voudraient bien mais qui mais que!!!!!!!
la france et l europe a besoin d'un chef
utout apres mougugenou
esurlo
- 10/05/2013 - 23:46
La politique......
...........comme le bon peuple , a ses parasites. Accrochés comme des arapèdes à leur sièges , et comptant sur la naiveté de l'électorat...........
....La meilleure des primaires est de voir qui se démène le mieux pour nous sortir de là ......et là ........les arapèdes se font très rares .................