En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 17 min 7 sec
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 6 heures 11 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 6 heures 49 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 7 heures 8 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 17 heures 17 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 2 heures 10 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 2 heures 57 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 4 heures 47 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 5 heures 25 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 6 heures 51 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 17 heures 5 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 18 heures 5 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 22 heures 55 min
© Reuters
François Fillon a déclaré "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017.
© Reuters
François Fillon a déclaré "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017.
Déterminé

Fillon "candidat quoi qu'il arrive" en 2017 : dans sa guerre contre Sarkozy et Copé, il choisit une stratégie d’occupation de terrain

Publié le 10 mai 2013
Candidat en 2017 "quoi qu'il arrive": par ces mots, prononcés jeudi à Tokyo, François Fillon a marqué sa "détermination" à être candidat à l'élection présidentielle, semblant ainsi écarter un retour de Nicolas Sarkozy.
Carole Barjon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carole Barjon est rédactrice en chef adjointe à la rubrique politique, chargée de l’Elysée et de la droite au Nouvel Observateur.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Candidat en 2017 "quoi qu'il arrive": par ces mots, prononcés jeudi à Tokyo, François Fillon a marqué sa "détermination" à être candidat à l'élection présidentielle, semblant ainsi écarter un retour de Nicolas Sarkozy.

Atlantico : Comment interpréter la décision de François Fillon qui déclare "être candidat quoi qu’il arrive" à l’élection présidentielle de 2017 alors même qu’il semblait s’être mis d’accord récemment avec Jean-François Copé sur l’organisation de primaires ?

Carole Barjon : Ce n'est pas une nouveauté. En effet, je rappelle qu’il l’avait déjà dit dans notre livre Le coup monté avec Bruno Jeudy. Il disait même d’ailleurs que, le cas échéant, il pourrait être candidat en dehors de l’UMP.  Mais de toute manière rien ne semble totalement acté. Le conseil national de l’UMP n’a toujours pas officialisé une éventuelle primaire pour l’élection présidentielle. C’est vrai que, a priori, cela apparaît contre l’idée de se présenter dans le cadre d’une primaire. Mais c’est peut-être pour lui une manière de se prémunir si jamais les primaires de 2016 ne devaient pas avoir lieu. C’est donc effectivement une manière de dire qu’il sera présent "quoi qu’il arrive". Mais cela peut aussi être interpréter comme sa manière de faire pression pour que ces primaires se déroulent bel et bien. De faire en sorte que l’esquisse de l’accord qui semble se dessiner entre lui et Jean-François Copé se concrétise. Ce serait une manière de faire pression sur Copé en lui montrant qu’il ne lâchera rien.

Mais pourquoi avoir fait cette annonce à ce moment-là et pourquoi depuis l’étranger ? Est-ce que François Fillon a joué avec le timing de la diffusion hier du documentaire de Franz-Olivier Giesbert dans lequel il écorne quelque peu l’image de Nicolas Sarkozy ?

A la limite peu importe les circonstances exactes, le lieu, etc. Je pense qu’il a simplement et sincèrement répondu à une question qui lui était posée. L'important c'est que cela correspond au fond de sa pensée. Après qu’il se déclare comme cela au Japon, effectivement cela peut sembler un peu particulier. Mais je le répète : je pense qu’avant toute chose il a répondu à une question, dans le cadre d’une conversation, qu’elle soit informelle ou non. Mais là encore j’insiste, ce n’est pas nouveau. Il avait déjà exprimé une telle envie dans notre livre. Quant au timing avec le documentaire de FOG, très honnêtement je ne suis pas sûre que cela joue dans sa prise de parole. En effet, par définition quand vous êtes au Japon, vous n’êtes pas "branché" au jour près sur les programmes télévisés. Même s’ils sont décidés plusieurs semaines à l’avance.

Mais globalement ce qui me semble important c’est que nous sommes actuellement dans une période, un peu longue, qui s’étire sur plusieurs semaines voire plusieurs mois, de post-crise avec Copé. On sait parfaitement que depuis le 17 décembre dernier, lorsqu’ils ont signé cet accord de sortie de crise avec les engagements pour une direction provisoire et les nouveaux statuts et surtout l’écriture d’un article sur l’organisation de primaires en 2016, que tous les deux cherchent à apaiser le mouvement tout en essayant d’exister, chacun de leur côté, médiatiquement. Et cette déclaration doit s’insérer dans cette période post-crise. Ce qu’il a dit correspond à son état d’esprit sur cette période qui s’étire depuis six mois. Et dans toute cette période, on est effectivement dans un François Fillon qui ne cache pas qu’il veut être candidat en 2017 et qu’il en prendra les moyens. Le fond du message est là.

A la lumière des récents sondages qui donnent Nicolas Sarkozy en tête au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 et favori chez les sympathisants UMP, quelle peut-être la stratégie de François Fillon ?

Ce qui est tout à fait clair, et que nous évoquions déjà dans notre livre avec Bruno Jeudy, c’est que la rupture avec Sarkozy a commencé. Par exemple il a déjà expliqué par le passé que Sarkozy ne reviendrait pas. Il est convaincu pour plusieurs raisons que Sarkozy ne peut pas revenir.  Il dit dans un premier temps que cela ne s’est jamais fait. Ensuite, il affirme à l’encontre de Sarkozy : "on ne peut pas être et avoir été". Il n’envisage ainsi pas une seule seconde son retour. Il pense qu’il ne pourra pas revenir. Pas seulement d’ailleurs à cause des affaires, comme sa formule le montre. Il ne tient en aucun cas compte d’un empêchement à cause d’une éventuelle affaire. Pas du tout. Il est certain que lorsqu’"on a été", on ne peut pas être une deuxième fois parce que les Français tournent la page.

De toute manière si Fillon a réellement l’intention de se présenter en 2017, il se doit d’occuper la place dès à présent. En effet, il existe chez la majorité des militants et des sympathisants UMP, et les sondages le montrent, une nostalgie de Sarkozy. Par rapport à cela, il est très important que Fillon se positionne pour ne pas laisser s’accroître et s’amplifier cette nostalgie. Il faut qu’il montre qu’il est présent et qu’il peut apporter plus s’il est en mesure de le faire.

Et face à Copé ? Sa sortie assez offensive du jour est-elle symbolique du rapport de force qu’il veut imposer ?

Sa stratégie ne va pas nécessairement être d’attaque. C’est une stratégie d’occupation du terrain. En effet, récemment Jean-François Copé a expliqué penser à la primaire de 2017 ou de 2022. Cela veut donc dire que celui-ci, pour des raisons qui lui sont propres, a fait l’analyse qu’il n’était peut-être pas suffisamment prêt pour 2017. En tout cas le fait qu’il évoque 2022 n’a pas échappé à François Fillon qui insiste donc sur sa propre candidature. Pour cela rien de mieux que l’occupation du terrain. C’est parfaitement logique lorsqu’on veut être candidat. Il faut le dire suffisamment à l’avance pour que vos concurrents éventuels soient plus prudents voire empêchés du fait de votre présence médiatique. Ainsi, quelqu’un qui s’annoncerait derrière serait considéré comme le "diviseur". C’est souvent intéressant d’être le premier à occuper la place. Fillon ne fait qu’appliquer une stratégie naturelle et assez classique en politique.

De plus, quand on est candidat à l’élection suprême ce n’est pas seulement pour passer un message au milieu politique et aux éventuels concurrents. Il faut avant tout faire passer un message aux Français. De ce point de vue-là, lors de ce week-end de l’Ascension, avec cette semaine très particulière d’un double pont, qui fait que les Français sont en vacances pendant cinq jours et qui est donc une période creuse en actualités, le message passé par Fillon a plus de facilité à être relayé. On est en effet certain que sa parole va être très entendue et très reprise dans les médias. Et donc de toucher de ce fait encore plus les Français. Cela fait le buzz.

Je ne pense pas de toute manière que cette déclaration soit de nature à embellir ou abîmer son image. Je pense que ce sont plus des prises de position sur certains sujets préoccupants qui ont impact sur comment les Français vont le percevoir.

 Propos recueillis par Maxime Ricard

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sam84
- 11/05/2013 - 08:45
Les merdias cherche a nous fabriquer l'homme providentiel
Après l'agité on nous a vendu le mou et maintenant l'ectoplasme au secours
marie
- 11/05/2013 - 07:19
fillion ou courage fuyons
fillion c'est delors, roccard enfin que s de gens qui voudraient bien mais qui mais que!!!!!!!
la france et l europe a besoin d'un chef
utout apres mougugenou
esurlo
- 10/05/2013 - 23:46
La politique......
...........comme le bon peuple , a ses parasites. Accrochés comme des arapèdes à leur sièges , et comptant sur la naiveté de l'électorat...........
....La meilleure des primaires est de voir qui se démène le mieux pour nous sortir de là ......et là ........les arapèdes se font très rares .................