En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 13 heures 4 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 13 heures 30 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 22 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 11 heures 40 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 12 heures 51 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 13 heures 39 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 14 heures 9 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
Bioéthique

Alerte à la conscience scientifique

Publié le 08 avril 2011
Alors que la loi de bioéthique de 2004 - qui prévoit l'interdiction de l’expérimentation sur l’embryon humain et ses cellules, sauf dérogations exceptionnelles - est actuellement en relecture au Sénat, 17 chercheurs dénoncent la seule utilisation de cellules souches issues d’embryons humains au détriment des cellules souches adultes. Une alternative qu'ils considèrent comme crédible et respectueuse des droits de la personne et de la dignité de l’embryon humain.
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Henrion-Caude
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alexandra Caude est directrice de recherche à l’Inserm à l’Hôpital Necker. Généticienne, elle explore les nouveaux mécanismes de  maladie, en y intégrant l’environnement. Elle enseigne, donne des conférences, est membre de conseils scientifiques...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la loi de bioéthique de 2004 - qui prévoit l'interdiction de l’expérimentation sur l’embryon humain et ses cellules, sauf dérogations exceptionnelles - est actuellement en relecture au Sénat, 17 chercheurs dénoncent la seule utilisation de cellules souches issues d’embryons humains au détriment des cellules souches adultes. Une alternative qu'ils considèrent comme crédible et respectueuse des droits de la personne et de la dignité de l’embryon humain.

La polémique soulevée par l’annonce de la levée de l’interdiction sur l’utilisation des cellules souches embryonnaires humaines (ES), dans le contexte de la réécriture de la Loi de Bioéthique au Parlement, interpelle les scientifiques travaillant dans le domaine des sciences de la vie.

La recherche scientifique, quête universelle de savoir et de vérité, transmise du Siècle des Lumières, n’a pas vocation à être aveugle sur le plan de l’éthique.

L’expérimentation animale fait l’objet, et c’est une bonne chose dans son principe, d’un encadrement étroit par des textes européens interprétés au niveau national. Les travaux sur l’être humain méritent au moins la même attention.  Or, c’est loin d’être le cas.

De l'avenir des cellules souches humaines adultes

La loi actuellement en relecture au Sénat, qui date de 2004, prévoyait que l’expérimentation sur l’embryon humain, et sur les cellules qui en sont issues, soit interdite, avec des dérogations très strictement encadrées, ceci afin d’éviter des dérives mercantiles et eugéniques. Aujourd’hui, les tenants de la libéralisation de cette loi font valoir que des pans entiers de la recherche  biomédicale ne reposent que sur l’utilisation de cellules  souches issues d’embryons humains. Cette présentation est erronée puisqu’on connaît depuis plus de 20 ans l’existence de cellules souches chez l’homme adulte. Depuis 2007, les cellules humaines adultes (dites iPS), cellules pluripotentes induites, permettent de modéliser, à partir des cellules mêmes d’un patient la physiopathologie de la maladie et de cribler des molécules thérapeutiques. Depuis trois ans, plus d’une dizaine de maladies génétiques ont été modélisées de cette façon.

Dans le contexte des modèles existants, les cellules souches embryonnaires humaines (ES) ne constituent pas un outil unique et irremplaçable. La libéralisation de leur utilisation signifie de facto la création d’organismes « chimériques », qui sont classiquement des animaux injectés de cellules embryonnaires humaines. Ces expériences et celles qui découleront en toute logique scientifique de cette levée d’interdiction sont contraires aux droits de la personne et à la dignité de l’embryon humain.

Parmi les signataires :

Pr Monique Adolphe, Paris

Pr Alain Astier, Paris

Pr Jean-Marie Bourre, Paris

Dr Michel Caillol, Marseille

Pr Pierre Delaveau, Paris

Pr Bernard, Festy, Paris

Dr Cyril Flamant, Nantes

Dr Bertrand Galichon, Paris

Dr Alexandra Henrion, Paris

Pr Bernard Kerdelhué, Paris

Pr Jean-Daniel Lalau, Amiens

Pr Dominique Laplane, Paris

Pr Pascale de Lonlay, Paris

Pr Michel Paris, Paris

Dr Marie-Claude Potier, Paris

Pr Alain Privat, Montpellier

Dr Emilie Schlumberger, Garches

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Moonray
- 07/04/2011 - 19:29
procès d'intention
Quand on lit "la libéralisation ... introduira de facto.." : cela mériterait plus ample démonstration. Est-ce que l'éthique consiste à interdire ou à encadrer les derives potentielles ?