En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr/benjaminasmith
"Les Français n'arrivent pas à s'auto-congratuler. C’est dans leurs gènes !"
Heureux qui, comme Jacques...

Merde à la déprime : quand Jacques Séguéla veut redonner le sourire aux Français

Publié le 10 mai 2013
Dans son livre "Merde à la déprime", le célèbre publicitaire dénonce la morosité ambiante française et fait la liste des nombreux motifs de satisfaction que nous pouvons avoir.
Jacques Séguéla est un publicitaire, cofondateur de l'agence de communication RSCG en 1970 (absorbée par le Groupe Havas en 1996). Il s'est impliqué dans la communication de nombreuses personnalités politiques.Il a récemment publié Le pouvoir dans la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Séguéla
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Séguéla est un publicitaire, cofondateur de l'agence de communication RSCG en 1970 (absorbée par le Groupe Havas en 1996). Il s'est impliqué dans la communication de nombreuses personnalités politiques.Il a récemment publié Le pouvoir dans la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "Merde à la déprime", le célèbre publicitaire dénonce la morosité ambiante française et fait la liste des nombreux motifs de satisfaction que nous pouvons avoir.

Atlantico : Dans votre dernier livre, Merde à la déprime, vous dénoncez la "sinistrose" ambiante qui touche notre société. Cette morosité générale est elle-elle historique ou seulement contextuelle du fait de la crise ?

Jacques Séguéla : Les deux mon général ! Nous sommes un pays qui a l’esprit de doute et l’esprit jaloux. C’est notre grand défaut : la jalousie ! A cause de notre culture judéo-chrétienne nous avons un malaise avec l’argent. Un chiffre est intéressant à cet égard : à la question « êtes-vous heureux de votre vie ? », il y a 6 mois, 82% des Français répondaient oui. En revanche, quand on leur demande s’ils pensent que leur voisin est heureux de sa vie, ils répondent non à 72%. Nous avons la déprime collective mais le bonheur égoïste ! C’est quelque chose de napoléonien, de sarkozyste même, que nous avons ancré dans nos gênes.

La crise a définitivement amplifié les choses. Cet espèce de malaise, dans des temps heureux, peut se terminer par de l’humour. Or, cette fois-ci, la crise, qui a été financière puis économique et maintenant sociétale, est devenue aujourd’hui une "crise de nerf". Les Français sont à deux doigts de la rupture...

Quel rôle jouent les politiques dans cet état de fait ?

Les politiques ne sont plus audibles. Nous sommes passés du seuil d’impopularité, au seuil d’immobilité, au seuil d’incompatibilité. Nous sommes dans une situation de divorce avec les politiques, de droite comme de gauche. On ne les croit plus, ils nous ont trop menti et ils sont ailleurs incapables de résoudre les problèmes. L’affaire Cahuzac a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Je pense que la situation est désormais irréversible, en tout cas pour de nombreux mois. Les politiques sont comme la plus belle femme du monde, ils ne peuvent pas donner plus que ce qu’ils ont…

Cependant, je trouve qu’il faudrait un peu les laisser tranquilles, même si, j’ai aussi tendance personnellement à les enfoncer. Ce n’est pas en répétant sans cesse "J’ai mal ! J’ai mal !" que l’on va arriver à guérir.

Quelles raisons avons-nous d’être optimistes aujourd’hui en France ?

Notre première force est notre natalité. Nous faisons plus de 820 000 bébés par an, ce qui est phénoménal. En 2030, nous dépasserons l’Allemagne et nous deviendrons le plus grand pays d’Europe, le plus puissant, car ce sont nos enfants notre puissance.

Ensuite, contrairement à ce que l’on peut croire, le Français n’est pas une langue morte. En 2050, notre langue sera parlée par 700 millions à 1 milliard d’individus dans le monde. Ils seront à 80% en Afrique, ce qui fait de ce continent une donnée importante de notre futur.

En ce qui concerne l’économie, il est vrai que des pans entiers s’effondrent comme l’automobile et l’industrie lourde. En revanche, nous pouvons avoir de nombreux motifs de satisfaction. 40% du luxe qui se vend dans le monde est français. Nous sommes également très bien placés dans les domaines de l’énergie, de l’agriculture, du divertissement. Il ne faut pas oublier que Vivendi est le premier marchand de musique au monde. Notre gastronomie est au patrimoine mondial de l’humanité et nous sommes toujours le pays le plus visité au monde. Une anecdote intéressante et symbolique : la Tour Eiffel a été évaluée par les Américains à plus de 430 milliards de dollars. Nous sommes un pays riche ! Il s’agirait de s’en rappeler…

Nous n’arrivons pas à nous auto-congratuler. C’est dans nos gênes. Notre égocentrisme, notre jalousie de l’autre et notre mal-être congénital nous en empêchent. Par exemple, le roi du Bhoutan ne parle pas de Produit National Brut mais plutôt de Bonheur National Brut. C’est même un concept qui a été inscrit dans la constitution du royaume. Son pays est jugé à l’aune de son bonheur et lui sera également jugé à l’aune du bonheur qu’il est capable de donner à ses sujets. Si on faisait cela, je crois que cela changerait tout mais il y a chez nous un problème d’état d’esprit.

Les Français font-ils un complexe par rapport au bonheur ?

Etant donné que nous sommes complexés par l’argent, nous pensons qu’il fait le bonheur. Or, durant le siècle dernier, les Français ont doublé leur pouvoir d’achat mais ils ne sont pas deux fois plus heureux pour autant. Ils sont en fait deux fois plus malheureux ! Il faut chercher le bonheur ailleurs, là où il est. Il va falloir vivre différemment. Le temps de l’argent jeté par les fenêtres est derrière nous. Le temps de la propriété est, je le crois, aussi dernière nous. Notre peuple travaille toute une vie pour pouvoir s’acheter un lopin de terre qu’il va laisser à ces enfants au lieu de penser à jouir de la vie. C’est ce que font les Américains, aujourd’hui tout se loue ! Une perceuse sert en moyenne 20 minutes par an. Qui peut se le permettre de nos jours ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gégé Foufou
- 11/05/2013 - 08:16
Il ose dire
"Une déprime sarkozyste, que nous avons ancré dans nos gênes"
Pas un chromosome plutôt ?
Gégé Foufou
- 11/05/2013 - 08:05
Hé Jacques
T'aurais pas quelques milliers d,euros à me refiler, ils contribueraient à mon bonheur.
Comme dit l'autre l'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue.
Faut vraiment être vicieux pour pondre un bouquin comme "merde à la déprime" en étant millionnaire et encore plus con de l'acheter et de le lire.
gliocyte
- 11/05/2013 - 07:48
Publicitaire?
Un ramassis de lieux communs...; 800 000 naissances par an d'enfants qui auront en commun d'aimer la France ou leur religion? D'avoir envie de travailler pour la France ou de vivre à ses crochets en la vilipendant?
Le summum: "déprime collective mais bonheur égoïste, quelque chose de Sarkosyste que nous avons ancré dans nos gênes." Sarkosy a piraté nos gênes... Seguela est d'une telle stupidité qu'il en deviendrait marrant. Même le publicitaire censé faire l'éloge de la Gauche est nullissime..