En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Macron skie français

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 min 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 20 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 51 min 48 sec
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 3 heures 33 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Politique
Il ne vous est pas interdit de rire

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Racisme : la police au banc des accusés ?

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 17 min 19 sec
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 31 min 59 sec
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 1 heure 14 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 3 heures 4 sec
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 3 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 3 heures 42 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Immigration : au coeur du choix des pays de destination pour les réfugiés

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Covid-19 : les bons réflexes à avoir en cas de symptômes

il y a 4 heures 50 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 14 heures 50 min
© Reuters
Ces élections locales montrent la percée du parti nationaliste xénophobe UK Independence Party de Nigel Farage
© Reuters
Ces élections locales montrent la percée du parti nationaliste xénophobe UK Independence Party de Nigel Farage
God save the Queen !

Claque pour les conservateurs, montée du UK Independance Party : les élections locales préfigurent-elles un glissement de terrain de la politique britannique ?

Publié le 04 mai 2013
Alors que les élections locales britanniques viennent de livrer leurs résultats, l'ensemble de la classe politique "traditionnelle" est sous le choc. En effet, les mauvaises performances des conservateurs et la montée du UK Independance Party font trembler les bases du monde britannique.
Sophie Loussouarn
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les élections locales britanniques viennent de livrer leurs résultats, l'ensemble de la classe politique "traditionnelle" est sous le choc. En effet, les mauvaises performances des conservateurs et la montée du UK Independance Party font trembler les bases du monde britannique.

Jeudi 2 mai 2013, dix-huit millions de Britanniques étaient appelés à voter pour leurs conseillers municipaux dans 35 autorités locales britanniques, deux ans avant les élections législatives du 7 mai 2015. Les bureaux de vote étaient ouverts de 7 heures du matin jusqu’à 22 heures et 2300 sièges étaient à pourvoir dans 34 autorités locales en Angleterre et à Anglesey au Pays de Galles. Depuis 2009, les conservateurs détenaient 1452 des 2392 sièges. Les libéraux-démocrates en détenaient 481 et les travaillistes 245. Ces élections à mi-mandat constituent donc un test pour le gouvernement de coalition, qui a pris des décisions courageuses, mais impopulaires depuis le 11 mai 2010.

Une élection partielle a également eu lieu à South Schields, dans la circonscription de l’ancien ministre des Affaires étrangères travailliste David Miliband, qui a abandonné la vie politique britannique pour partir aux États-Unis travailler dans le secteur humanitaire. Le taux de participation pour l’élection partielle de South Schields a été assez faible avec seulement 39,3%. La candidate travailliste Emma Lewell-Buck l’a emporté avec 12 493 voix (50,5%) contre le candidat du parti nationaliste UK Independence Party Richard Elvin, arrivé en seconde position avec 5 988 voix, devant les conservateurs qui sont troisièmes avec 2 857 voix et les libéraux-démocrates qui n’arrivent qu’en septième position, enregistrant un résultat désastreux.

Ces élections locales montrent la percée du parti nationaliste xénophobe UK Independence Party de Nigel Farage, qui gagne 140 sièges (plus de 26% des voix) : 16 sièges dans le Lincolnshire, 10 dans le Hampshire, 9 dans l’Essex, 3 dans le Gloucestershire, 3 dans le Somerset et un dans le Dorset. Le UK Independence Party constitue un grand défi pour les grands partis politiques britanniques, parti conservateur, travailliste et libéral-démocrate confondus. Tandis que l’élite politique de Westminster est de plus en plus déconnectée de la vie quotidienne des Britanniques, le UK Independence Party a fait de l’immigration son thème principal de ces deux semaines de campagne à travers l’Angleterre et gagne du terrain dans le Devon et le Norfolk. Le UK Independence Party souhaite un retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne et l’organisation d’un référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne avant la fin de 2013.

Ce résultat est une sanction pour le gouvernement de coalition. Les conservateurs ont perdu 336 sièges : si ils conservent la maîtrise de leurs fiefs traditionnels de l’Essex, du Dorset, du Devon, du Hampshire, du Hertfordshire et du Somerset, du West Sussex et du Surrey, ils ont perdu le contrôle des conseils du Lincolnshire, du Gloucestershire, du Cambridgeshire et du Warwickshire. Ils gardent certes le contrôle du Suffolk, mais ils subissent des pertes importantes face à la montée des travaillistes qui gagnent 11 sièges et du UKIP qui gagne 8 sièges. Les libéraux-démocrates perdent 124 sièges. Le parti travailliste a gagné 290 sièges par rapport à 2009, mais ils n’enregistrent qu’une modeste progression dans le Sud et dans les Midlands, et ne gagnent que deux conseils (le Derbyshire et le Lancashire). La campagne du chef du parti travailliste n’a pas été convaincante et Ed Miliband continue à nier les problèmes économiques laissés par son parti au pouvoir entre 1997 et 2010.

L’Angleterre est divisée en deux avec d’un côté le Sud prospère et le Nord touché de plein fouet par la crise économique. L’électorat du Sud vote traditionnellement conservateur, tandis que l’électorat du Nord apporte son soutien aux travaillistes. Le déclin des libéraux-démocrates accentue l’écart entre l’avance des conservateurs au Sud et l’avance des travaillistes au Nord. Cependant, le UK Independence Party constitue une menace pour les conservateurs comme pour les travaillistes et traduit une désaffection des partis traditionnels dans l’opinion. La vie politique britannique se joue désormais à quatre et les trois grands partis devront tenir compte de la victoire historique de Nigel Farage qui a envoyé une onde de choc aux hommes politiques.

Le Premier ministre David Cameron va-t-il amorcer un virage à droite pour faire face à la montée du UK Independence Party qui enregistre une progression remarquable et mord sur l’électorat traditionnel des conservateurs ? Les conservateurs gardent certes la majorité avec 1124 sièges, les travaillistes arrivent en deuxième position avec 557 sièges, les libéraux-démocrates gagnent 370 sièges et le UK Independence Party fait son entrée comme quatrième parti avec 358 sièges. La poussée du UK Independence Party va-t-elle se maintenir et vont-ils réussir à gagner un siège de député aux élections législatives de 2015 ? Il est encore trop tôt pour le dire et le scrutin majoritaire uninominal à un tour pour les élections à la Chambre des Communes assure le maintien du bipartisme britannique et favorise les conservateurs et les travaillistes, au détriment des petits partis. En revanche, les élections européennes de 2014, qui sont au scrutin proportionnel, devraient être une grande victoire du UK Independence Party qui pourrait arriver en seconde position. Si les électeurs britanniques votaient comme ils ont voté hier, les travaillistes remporteraient les élections législatives de 2015 avec 331 sièges, les conservateurs se retrouveraient dans l’opposition avec 243 sièges et les libéraux-démocrates n’obtiendraient que 50 sièges à la Chambre des Communes, néanmoins le UKIP n’obtiendrait aucun siège de député.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Leucate
- 05/05/2013 - 16:24
.. and England shall be free
Pour le UK, l'essentiel a été fait par Maggie Thatcher qui n'a pris de l'UE que ce qui lui paraissait utile et a refusé tout le reste (réécouter sur youtube son fameux discours aux Communes ponctué du no! no! no! sur la construction européenne - nota: j'aime bien son accent oxfordien très compréhensible pour un étranger ).

Aucun de ses successeurs, Major, Tony Blair, aujourd'hui Cameron n'est revenu sur l'orientation fixée à l'époque. Le UK est hors Euroland et hors Schengen. Pour Cameron, il lui reste à peaufiner certaines dispositions dont celles concernant les étrangers et leur accès aux prestations sociales, en s'alignant par exemple sur ses anciens dominions dont le Canada qui a des exigences très strictes concernant l'immigration. Et a s'affranchir également de l'espace judiciaire européen pour rendre à la justice britannique la prééminence sur les décisions.

Ce qui intéresse le UK, qui a choisi les USA et "le grand large", c'est que l'UE reste une zône de libre-échange ouverte à tous les vents. C'est d'ailleurs pourquoi je pense que le UKIP n'a finalement que "peu de grain à moudre" puisque la GB est naturellement eurosceptique ... depuis la perte de Calais.
dreft
- 05/05/2013 - 16:02
Stupidity of Cameron's priorities
"gay marriage, foreign aid and wind farms. No wonder Tory voters feel closer to me"
 

http://www.dailymail.co.uk/news/article-2319581/Stupidity-Camerons-priorities-gay-marriage-foreign-aid-wind-farms-No-wonder-Tory-voters-feel-closer-me.html
fentreti
- 05/05/2013 - 09:28
Les xénophobes sont partout
Si ce mot n'existait pas je me demande ce que raconteraient les bobos gauchos